mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: Benjamin Afgour... des doutes à gommer
LSL: Benjamin Afgour... des doutes à gommer
5 Mars 2019 | France > LNH
Secoué par son élimination de la Ligue des Champions, Montpellier doit vite réagir cette semaine avec deux rendez-vous importants. En championnat, ce mercredi à Aix et dimanche, en coupe de France face à Paris. Peu utilisé jusque-là, le pivot Benjamin Afgour lui, veut tirer profit de cette 2ème partie de saison. A suivre également au menu de cette 17ème journée d'élite, le choc au sommet, ce jeudi entre le PSG et Nantes. 

par Yves MICHEL 

Même s’ils ont besoin de tourner la page, de refermer la plaie béante laissée par l’élimination de la Ligue des Champions, les Montpelliérains n'ont toujours pas encaissé d’avoir loupé leur 1ère partie de saison. « Le retour de Skopje a été plutôt pénible, avoue Benjamin Afgour. Déjà parce que c’est long et qu’on passe du temps dans les transports, ensuite parce que le résultat est négatif. Mais ce n’est pas là que la qualif nous échappe. La double confrontation contre Kristianstad où on ne prend qu’un point, ça nous plombe vraiment. » Déstabilisé, le MHB a innové à ses dépens dans l’histoire de l’épreuve européenne. C’est la 1ère fois que le tenant du trophée ne goûtera pas aux 8èmes. « C’est là que tu te rends compte que le haut niveau est un apprentissage permanent. Il faut toujours se remettre en question et peut-être qu’après le titre à Cologne, on ne l’a pas assez fait. En tout cas, on n’a pas mis les ingrédients nécessaires. On était attendu par tout le monde, on ne s’est pas assez méfié. Ensuite, quand tu commences à avoir la tête dans le seau, c’est difficile d’en sortir. » Le pivot montpelliérain calibre ses propos. A presque 28 ans (il les aura le 1er avril prochain), il a assez de recul pour analyser la situation. Même si depuis son arrivée dans l’Hérault, son temps de jeu n’est pas celui qu’il pouvait souhaiter. « C’est vrai, à Dunkerque, c’était différent. Je jouais, j’avais des responsabilités. Ici, l’entraîneur fait son choix et je dois l’accepter. Même si c’est frustrant de ne pas être plus souvent sur le terrain pour démontrer ce que je vaux vraiment. Montpellier a un groupe plus large, la concurrence est plus importante. » Surtout lorsque l’an passé, un certain Ludovic Fabregas était l’élément incontournable sur le poste et que Mohamed Mamdouh arrivé en renfort à la trêve, a commencé à s’affirmer, au point de reléguer le Nordiste en 3ème position dans l’ordre des priorités de Patrice Canayer. « C’est devenu moins évident pour moi d’autant qu’on entrait dans les matches-couperets. » Et même si le doute a parfois traversé son esprit, Benjamin Afgour ne s’est jamais découragé. Bien au contraire. L’été dernier, il a pris de vraies vacances puis s’est remis au travail. « En un an, j’ai quand même perdu 10 kg. C’était nécessaire pour adapter mon corps à ce qu’on me demandait. A Dunkerque, j’étais plus sur de la position, là, je suis plus dans le mouvement. » Pour autant, avec l’arrivée du Suédois Fredric Pettersson et la prolongation de Mamdouh, son utilisation n’a que très peu évolué et alors que son contrat avec le MHB court jusqu’en juin 2020, il aurait pu avoir l’idée de changer d’air et revoir ses ambitions à la baisse. « Ce n’est pas dans mon tempérament de me dire que Montpellier est une marche trop haute pour moi. C’est sûr j’occupe un poste où je dépens beaucoup des autres. Si je sens que le coach compte sur moi, c’est plus facile de performer. Je reconnais qu’à certains moments, cela a été un peu flou dans ma tête mais je n’ai jamais envisagé de quitter le club avant la fin. » Depuis la reprise en janvier, l’intéressé a pu se frotter un peu plus aux défenses adverses. Sa prestation notamment face à Chambéry (4/5) l’a rappelé au bon souvenir de Patrice Canayer, même si entre temps, Mamdouh blessé à une cuisse, est revenu.



Et surtout pour le MHB, la saison n’est pas terminée. Il y a la course sur le podium en championnat et un challenge à relever dans les deux coupes nationales. En 15 jours, les Héraultais peuvent obscurcir ou embellir leur avenir. Ce mercredi, ils se déplacent à Aix, dimanche ils accueillent le PSG en coupe de France et une semaine plus tard, ils participent au carré final de la coupe de la ligue (demi-finale contre St Raphaël). « On a vraiment à cœur de rebondir après l’épisode de ce week-end. On a encore envie d’exploits et surtout de titres. Les coupes, c’est important, le match d’Aix aussi. Cette équipe a des résultats irréguliers mais elle est très bien armée. Comme ils ont perdu à Istres, pas très loin de chez eux, ils vont vouloir se racheter. A nous d’être vigilants.» Si l’écart avec le PSG (4 points et une différence particulière de – 8 buts), à dix journées de la fin du championnat parait très important, voire irrattrapable, Benjamin Afgour à l’image de ses partenaires n’abdiquera jamais. « C’est vrai qu’aller les chercher sera compliqué mais on se rappelle de l’année dernière. Les rôles étaient inversés, on était devant et on nous disait la même chose. On a trébuché là où il ne fallait pas et c’est Paris qui a eu le titre. » Déplacement à Aix pour le MHB, réception de Nantes pour le PSG, en une soirée, la bagarre peut être relancée. 



Ce sera en effet l'attraction de la semaine lors de cette 17ème journée de championnat. Ce jeudi à Coubertin, PSG-Nantes. L'occasion pour les joueurs de la capitale d'enfoncer le clou et un peu plus leur adversaire direct ou pour ceux du "H" de refaire leur retard de 3 points et mettre le doute dans la tête des champions de France. Avant cette échéance et alors que le Cesson-Istres ne sera programmé que la semaine prochaine afin d'inaugurer en grandes pompes, la nouvelle Arena bretonne, d'autres confrontations ne manqueront pas de piquant. C'est le cas du duel entre Dunkerque et Toulouse. Les deux formations ne se quittent plus (12 points chacune) et peuvent encore espérer grimper au moins un étage dans la hiérarchie. Le vainqueur ferait un grand pas définitif vers le maintien. Tremblay qui n'a pas pris le moindre point depuis la reprise, est dans le même cas. Sauf que les Franciliens se déplacent là où en ce moment, il est difficile de sortir, exempt. A Nîmes qui surfe sur un petit nuage. Et les Gardois, ancrés à la 4ème place, n'entendent rien lâcher. Derrière eux, Chambéry reste en embuscade. Les Savoyards se déplacent à Ivry. L'enjeu de la confrontation est commun. Ne pas décrocher du wagon des prétendants pour les visiteurs, garder une marge conséquente par rapport à la zone de relégation pour les Val-de-Marnais. Cette zone que Pontault-Combault occupe depuis le début de la saison et qu'il lui sera bien difficile de quitter. D'autant que la réception de St Raphaël qui doit se ressaisir après la fessée infligée par Montpellier est encore bien présente. Même si en coupe EHF, les Varois ont enchaîné une 3ème victoire consécutive (contre les Hongrois de Balatonfüred).  

LSL  | Journée 17
Equipe ReceveuseEquipe Visiteuse
Datehoraire
DunkerqueToulouse 06/0320h00 
NîmesTremblay 06/0320h00 
IvryChambéry 06/0320h30 
Pontault-CombaultSt Raphael 06/0320h30 
Aix en ProvenceMontpellier 06/0320h45 
ParisNantes 07/0320h45 
CessonIstres 14/0320h30 
en gras, le pronostic

classement

PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Paris3116150150740212 
2Nantes281614204864293 
3Montpellier271613214594137 
4Nîmes251612314634373 
5Chambéry231611414424011 
6Aix en Provence1616880447416-1 
7St Raphael1416682462449-3 
8Toulouse121659247447116
9Dunkerque1216592390403-11
10Tremblay1216484432473-3-7
11Cesson8163112376439-23
12Ivry8163112388436-1-3
13Pontault-Combau.4162140387475-47
14Istres41611324074761-7
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

Les Finales Coupes
de France 2019

en live avec Handvision