mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
"Don't play the players" ... plaidoyer contre les cadences infernales
"Don't play the players" ... plaidoyer contre les cadences infernales
5 Avril 2019 | International
Trop c’est trop ! Alors que le DTN français Philippe Bana a été viré de la Commission d’Organisation des Compétitions à la Fédération Internationale pour avoir dit tout haut ce que les joueurs avaient dénoncé sitôt le Mondial 2019 terminé concernant les cadences infernales imposées, les principaux intéressés ont pris leur destin entre les mains et tentent de sensibiliser l’opinion publique et surtout ceux qui les dirigent par une vidéo intitulée « Don’t play the players ». 

Il y a à peine quelques mois, au sortir d’un Mondial engagé et du coup très éprouvant pour les organismes, nous avions relayé un début de ras-le-bol émergeant du carré des joueurs face aux cadences infernales imposées par les instances qui régissent le handball planétaire (voir ici). La dernière blessure de Cyril Dumoulin au cours du match pour la 3ème place face à l’Allemagne (ligaments croisés) qui éloignait le portier tricolore des terrains pour de longs mois avait notamment suscité la colère du sélectionneur Didier Dinart, du capitaine Cédric Sorhaindo et surtout de Vincent Gérard. Le gardien montpelliérain avait sèchement interpellé les autorités. « Dix matches en 15 jours en faisant quatre heures de bus ou de l’avion pendant les phases de repos ? Comment peut-on le concevoir ? On n’est pas non plus de la viande ! » Entre temps, la Fédération Internationale, instance principalement visée et son président, l’omnipotent Hassan Moustafa avait annoncé qu’elle envisageait d’ouvrir le prochain Mondial organisé en 2021 en Egypte (coïncidence puisque c’est chez lui ?) à 32 équipes au lieu de 24, ce qui entraînerait le rajout d'un match au programme. 

Si le débat s’était en apparence calmé depuis, le dossier a pris cette semaine une tournure particulière. Avec dans un 1er temps, la montée au créneau d’une figure du handball mondial mais également hexagonal, Philippe Bana. Siégeant au sein de diverses commissions, le Directeur Technique National a eu l’impertinence (du point de vue des gens qu’il avait en face de lui et auxquels il s’adressait) de se poser en relais des joueurs et de dénoncer l’inacceptable mettant en péril la santé des athlètes . Dans ces assemblées, où il est très mal venu d’élever la voix surtout à l’heure de la sieste après un repas bien riche et bien arrosé, la sortie du Français a été très mal perçue. La Commission d’Organisation et de Compétition de l’IHF, croyant pouvoir le museler, l’a tout simplement exclu. Cette décision a été prise en fait, peu après le retour d’Herning, à la fin du Mondial. 

Dernier épisode en date, l’action des joueuses et joueurs, représentants du jeu à 7 parmi les plus emblématiques qui soit. Nikola Karabatic, Cristina Neagu, Uwe Gensheimer, Stine Oftedal, Mikkel Hansen, Vincent Gérard ont entre autres, participé à une vidéo diffusée à grande échelle sur les réseaux sociaux et encadrée par le syndicat européen des joueurs de handball et l’association des joueurs pros et intitulée « Don’t play the players ». 

Quelle peut être la portée d’une telle démarche ? Pour l’instant, les principaux intéressés cherchent à sensibiliser le plus grand nombre et en particulier, ceux qui gouvernent la discipline. Une chaîne solidaire est en train de se créer. A mots couverts, interrogés ça et là, certains ont même émis l’idée de passer à des actions revendicatives un peu plus prononcées si leur avis continuait à ne pas être pris en compte. Une grève ? Pas jusque-là… quoique !


                                   La video « Don’t play the players »


© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision

la D2F en Live avec Handvision