mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF M : Ça soulage mais ça ne règle pas tout…
EDF M : Ça soulage mais ça ne règle pas tout…
14 Avril 2019 | International > Euro

Les Bleus ont renvoyé le Portugal à ses études handballistiques en l’emportant 33 à 24 dans un Rhenus de Strasbourg en feu. Cette victoire de 9 buts efface la prestation plus que terne de jeudi soir à Guimarães... Mais pendant 40 minutes, malgré une envie et un engagement totalement à l’opposé du match au Portugal, les Bleus ont connu encore une fois les pires difficultés pour contrer le jeu à 7 mis en place par Paulo Pereira. Cette victoire donne aussi quasiment un ticket pour l’Euro 2020 aux Tricolores puisque les deux équipes qui finiront en tête de ce groupe 6 seront qualifiées.

Donc comptablement, les Bleus ont fait une belle affaire cet après-midi et cette belle victoire face à leurs tortionnaires de jeudi soir. On ne voit pas comment la France pourrait maintenant être absente de l’Euro 2020. De plus, le dernier quart d’heure de jeu a été entraînant et a mis le Rhénus en feu avec un 10-2 final mais au-delà de tout cela, il reste quand même les 46 premières minutes et surtout une certaine incapacité tactique à gérer ce fameux « Jeu à 7 » qui met à chaque fois la France dans le dur total. Certes, Paulo Pereira a fini par abdiquer sur cette forme de jeu, ses joueurs n’ayant plus la lucidité et le physique pour rester focus sur un jeu qui demande une justesse et une concentration de tous les instants. Mais sur les 60 minutes à Guimarães et les 45 premières minutes de jeu à Strasbourg, on a vu des Bleus en panne totale de solutions tactiques en défense, ce qui avait en plus pour effet de les mettre dans la panade offensivement. Il a fallu un énorme coup de chaud de Nedim Remili pour relancer vraiment la machine bleue offensivement. Les 5 buts de suite du gaucher parisien ont vraiment mis le Portugal à genoux défensivement et surtout donné un allant à l’attaque bleue qui en manquait vraiment par moment. Avec lui, on a vu les tauliers, les expérimentés, ceux dont les mains et l’intellect ont généré tant de triomphes pour que la France tienne la baraque pendant ces 45 premières minutes. Calés sur le côté gauche, Michael Guigou et Nikola Karabatic ont vraiment tracté les Bleus dans quasiment tous les domaines. Défense, tant que faire ce peu avec des oublis récurent et parfois un manque criard de percussion sur des Portugais qui reprenaient par moment leur démonstration, en montée de balle, et on connaît la qualité de ces deux là dans le domaine, et dans la mise des temps forts et la percussion, ce qui avait été un des fiascos du match de jeudi.

Bien sûr, ils ont trouvé en Ludovic Fabrégas un parfait relais au centre du terrain, et on sait que le Barcelonais n’a peut-être que 22 ans, mais il a déjà une somme d’expérience, de vécu et de maturité, hors norme pour un joueur de son âge. On a déjà abordé le cas Remili qui a fait basculer le match par son engagement. Vincent Gérard a su sortir la tête de l’eau, et il y était bien et profondément reste pas mal de questions… Sans ces trentenaires « affirmés » on se dit que la chanson aurait bien pu se danser autrement sur les 60 minutes de jeu au Rhénus. Et là se situe sans doute une partie des questionnements que l’on peut avoir pour les prochaines compétitions. Il faut que le talent de la jeune génération, et dieu sait qu’il est énorme, c’est une évidence, s’affirme et surtout que les patrons futurs se montrent aussi bien dans le jeu que dans la réflexion du fameux « pourquoi, comment, pour qui » qui agite tous les grands joueurs en permanence. Sans cela, on aura des jours un peu sombres, car même si le Portugal est surement à même d’en faire souffrir pas mal sur la scène internationale, il serait quand même surprenant qu’on le voit comme un candidat à un titre majeur dans les années à venir.

Le diaporama du match par Fabien Jordhery



A Strasbourg, Le Rhenus
Le  dimanche 14 avril à 17h30
France - Portugal : 33 - 24 (Mi-temps : 16-15)

5 000 Spectateurs
Arbitres : MM Javier Alvarez Mata et Yon Bustamante Lopez (Espagne)
Délégué : M Klaus Dieter Convents (Belgique)

Evolution du score : 4-3 5°, 6-5 10°, 8-7 15°, 12-9 20°, 15-12 25°, 16-15 MT - 18-18 35°, 20-19 40°, 23-22 45°, 27-22 50°, 29-23 55°, 33-24 FT.

FRANCE
Gardiens : Gerard 60' 11 arrêts sur 34 tirs dont 0/1 pen. et 1 but - Cantegrel 0/1 pen.
Joueurs de champ : Remili 7/8 - Lagarde 2/2 - Richardson 0/4 - Mem 1/3 - N. Karabatic 5/7 - Mahé 0/2 - Grebille - N'Guessan - Sorhaindo - Guigou 7/8 dont 2/2 pen. - L.Karabatic 1/1 - Fabregas 6/7 - Dipanda 1/1 - Porte 2/4
Entraîneur : Didier Dinart

PORTUGAL
Gardiens : Gomes 51' 11 arrêts sur 35 tirs dont 0/1 pen. - Figueira 8' 0 arrêt sur 3 tirs dont 0/1 pen.
Joueurs de champ : Moreira - Portela 2/5 dont 1/1 pen. - Duarte 4/7 - Branquinho 3/3 - Sousa 2/4 - Rocha 1/1 - Martins 0/2 - Ribeiro - Rodrigues 4/5 dont 1/1 pen. - Fernandes 3/7 - Baros 0/1 - Maglahaes 3/6 - Frade 1/2 - Borges 1/1
Entraîneur : Paulo Pereira

ClassementJGNPB/PB/CGAPts
1 France4301133105286
2 Portugal43011029666
3Roumanie41038599-142
4Lituanie410397117-202


Les réactions
Nedim Remili (au micro de BeIN Sports) : « Ils nous ont fait très mal là-bas, ils ont mené tout le long du match et même de 8 buts. On connaissait donc la qualité de cette équipe et on avait à cœur de ne pas faire les mêmes erreurs, on l’a plutôt bien fait aujourd’hui et on construit une victoire sur les 60 minutes, tout le monde a participé, a amené sa pierre à l’édifice. On a surtout mis beaucoup d’intensité, on s’était bien préparé et on a fait les enclenchements qu’il fallait. On avait des objectifs sur ce match et on a réussi à les remplir comme de leur reprendre la première place de la poule. On a réussi à le faire avec cet énorme soutien du public, on sait qu’en France on est énormément soutenus et ça nous aide vraiment. »

Didier Dinart (au micro de BeIN Sports) : « Il faut souligner la réaction du collectif, jeudi on n’avait pas mis les ingrédients et cela a amené une petite remise en question qui était peut-être la bienvenue. Les semaines internationales ne nous donnent pas forcément le temps de bien se préparer et cela nous peut être amené à jouer sur un faux rythme au Portugal ce qui a donné un match assez étriqué. Mais on a su réagir mais aussi su faire un bilan et mettre les choses au point. Au final on a fait une rencontre solide dans la durée et avec beaucoup de cohésion, les joueurs performants ont eu du temps de jeu, ce sont des compétiteurs, ils veulent gagner alors voilà… J’ai été le premier à me remettre en question, j’ai l’habitude de balayer devant ma porte avant d’aller voir ce qui se passe ailleurs. »

Vincent Gérard (au micro de BeIN Sports) : « Le déroulement du match est un peu dommageable pour nous, on arrive à prendre 4 buts d’avance en première mi-temps et on fait tous 2 ou 3 c….. et on a un temps faible qui leur permet de revenir. Ensuite en deuxième mi-temps, ils s’accrochent, ils sont au contact et il a fallu un gros temps fort en défense de notre part pour pouvoir faire le trou, mais ça a été dur… Ce temps fort, il fallait qu’il vienne aussi de moi, je me faisais transpercer depuis le début de seconde période, je touchais les ballons et je ne les arrêtais pas. Quand j’ai réussi à reprendre un peu le dessus, ils ont été un peu perdus, ils n’ont pas su trouver les solutions et on a réussi à creuser un écart conséquent »

© François Dasriaux
Partager
7 à la maison
emmanuel clerc | Mercredi 17 Avril 2019 (17h42)
Bon, le Portugal a fait de gros progrès, cf la Champions League et pas seulement Porto mais les joueurs signés par des clubs européens...
Reste que, outre le "on s'est vu trop beaux" absolument déplacé au regard du palmarès et de l'histoire de l'EdF, l'attaque à 7 a souvent posé des soucis aux Bleus... Et même si on peut légitimement penser que cette nouvelle règle est une hérésie poussive et pauvre en notes, tout en souhaitant et interférant pour la voir effacée de notre jeu favori, il faudra bien s'y coller... Et donc bosser le cardio sur les déplacements, tiroirs et latéraux, savoir ouvrir de fausses portes façon rugby, apprendre à mieux gêner la circulation de balle, même sciante et chiante comme la mort...
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision

la D2F en Live avec Handvision