mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LFH : Metz et Brest en patrons, Saint Amand dans le dur
LFH : Metz et Brest en patrons, Saint Amand dans le dur
29 Avril 2019 | France > LBE
On va tout droit vers la finale annoncée entre Metz et Brest, les deux premiers de la première phase. Metz a été encore plus que solide face à une équipe de Nantes qui, chez elle, avait la ferme intention d’au moins tenter de faire tomber les reines du hand tricolore. Alors que pour Brest, il s’agissait se rendre chez une des équipes qui lui réussit le moins, pour preuve le 25-17 encaissé lors de la 17° journée de championnat, et les Brestoises ont su revenir avec une victoire qui les rassure avant de tenter de finir le travail le week-end prochain à l’Arena. En Play Down, la messe semble quasiment dite… La défaite de Saint Amand chez lui face au Paris 92 va certainement renvoyer les Nordistes en D2F à moins d’un invraisemblable retournement de situation. Pour les places 5 à 8, Chambray et Besançon ont fait un grand pas vers une finale pour la 5° place qui devrait, normalement, offrir un ticket pour la coupe EHF.

Metz a encore un fois fait étalage de sa surpuissance à Nantes. Pourtant, Nantes sur sa dynamique de fin de saison avait de quoi espérer… Mais dès l’entame de match, le public de Mangin Beaulieu va vite comprendre que Metz n’avait pas l’intention de se faire peur. 2-6, 5-8, 9-12, 11-14 Metz prenait les commandes et n’avait pas l’intention de laisser Nantes s’enflammer. Même si les Ligériennes vont arriver à revenir presque à hauteur sur un joli coup de chaud en fin de première période via Beatriz Escribano et Camille Ayglon Saurina, le retour des vestiaires va permettre à Metz de remettre les pendules à l’heure et d’enfoncer bien fort le clou avec un 14-18 au bout de 5 minutes de jeu, le fameux score qui clôt les débats… Et c’est bien ce qui va arriver ! Nantes va encore une fois tenter un retour, va s’approcher à un petit but sur un jet de 7 mètres de Paule Baudouin obtenu par la demi-centre espagnole, puis égaliser par Aneja Beganovic en pivot suite à une passe encore de l’indispensable Beatriz Escribano, mais ce sera le chant du cygne nantais… N’Gouan, Smits et Zaadi vont relancer totalement les actions messines et faire plier pour de bon le NAH et offrir un matelas de 4 buts pour un match retour aux arènes qui ne devrait pas changer la donne, même si un Nantes en feu peut toujours renverser la vapeur…


La tâche semblait un peu plus complexe pour le Brest BH. Le voyage à l'OGC Nice était plutôt un mauvais souvenir et la solidité niçoise en défense avait de quoi inquiéter une équipe de Brest pas encore totalement remise de ses remous internes. Mais c’est dans ce genre de rencontre âpres et indécises que se forgent les meilleurs collectifs et autant dire que de ce côté-là, le BBH a été servi. Toute la première période a été un jeu de « à toi – à moi » dans lequel les deux équipes ne vont jamais arriver à prendre le moindre petit break. Il va falloir attendre le début de seconde période pour voir Brest enfin s’affirmer un peu dans cette rencontre… Ana gros en passeuse décisive pour Pauletta Foppa, Amandine Tissier qui mène la danse mais n’oublie pas de marquer et Nice qui reste aphone face à la toute jeune Agathe Quiniou, le scénario idéal pour des Bretonnes qui en profitent pour réaliser un premier écart de 3 buts. Mais l’embellie va s’arrêter là et Nice va revenir dans le combat et retrouver tous ses esprits. Les Niçoises vont se révolter et recoller à la 42° sur un 7 mètres réussi de Dienaba Sy, sauf que Brest va profiter d’une exclusion de Línea Torstensson dans la foulée pour refaire un petit trou et celui-là, Nice ne va jamais arriver à le combler. Même si les bras gauches vont faire tomber la foudre par Ana Gros et Janela Blonbou, même si Brest va parfois être dispendieux en attaque, Nice ne va pas arriver à en profiter et va échouer sur le fil non sans avoir eu la balle d’égalisation à 8 secondes de la fin. Trop peu pour faire trembler les filets brestois une 27° fois et ainsi tomber avec les honneurs mais tomber quand même. Ceci dit nul ou -1, cela ne change pas grand-chose pour le club de la baie des Anges. Il faudra gagner à Brest pour réussir un pari un peu fou de jouer la finale du championnat de France. Nice sait ce que c’est que de gagner à Brest. Il l’a déjà fait en phase de championnat, sur une demi-finale retour, ce serait un sacré exploit !

Le diaporama de Nantes - Metz par Philippe Padioleau




Play-down : Dijon sauvé, Paris presque maintenu

Voilà au moins quelques Parisiennes, et Parisiens, contents de leur week-end. La réaction gestuelle d’Océane Sercien-Ugolin, bras levés à la fin de son match, caractérise le sentiment général des siennes. Sans victoire depuis le 16 février, et la réception de Bourg-de-Péage (29-25, 17ème journée), Paris 92 a enrayé la spirale négative qui explique, en partie, sa présence en poule de maintien. Contrairement au 30 mars, au même endroit (23-23), l’ensemble de la capitale est allé s’imposer (22-28) à Saint-Amand-les-Eaux.

Son succès s’est appuyé, avant tout, sur une défense vigoureuse. Féroce, orchestrée par Sercien-Ugolin. Enragée, à voir comment Ulrika Toft Hansen a pris Marion Malina à la gorge. « Ce qui nous manquait ces derniers temps, dans ce secteur-là, c’était de la régularité, observe Arnaud Gandais. On ne peut pas dire qu’on n’a pas bien défendu sur nos dernières sorties, mais c’était très irrégulier, avec de vrais passages à vide. Aujourd’hui, ce qui a fait la différence, c’est qu’on a maîtrisé nos temps faibles. » Rares, à vrai dire.

La sortie de Lucie Satrapova, touchée au pied gauche en détournant un shoot de Malina (18ème), n’a pas jeté le trouble. Victoria Alric (8 arrêts) a fait du bon boulot, de même que Sonja Frey dans l’axe (7/13), Adja Ouattara au pivot (4/4), et Veronika Mala, venue apporter quelques grammes de finesse dans un monde parfois brute (4/6). « On n’a pas fait le match parfait, mais le match qu’il fallait faire », tranche l'entraîneur parisien. Celui qui rassure, qui met Paris six points devant les Amandinoises.

Pour ces dernières, il faudrait désormais gagner les trois derniers matches, reprendre le goal-average particulier à Paris (-6) et Bourg-de-Péage (-4), et compter sur une grosse défaillance d’une de ces deux équipes. En clair, seul un fameux concours de circonstances pourrait éviter aux promues de retourner en D2. Un an jour pour jour après avoir décroché l’accession en LFH, les Nordistes ont peut-être crevé leur ultime bouée de sauvetage... « On a manqué de tout, souffle Florence Sauval, la coach amandinoise. D’efficacité, d’une bonne défense. C’est le reflet de toute une saison. »


Devant le miroir de Maurice-Hugot, des passes au pivot n’ont jamais trouvé de destinataire. L’attaque, dépendante du rendement d’Ivana Filipovic en première mi-temps, est ensuite restée muette plus de dix minutes (12-16, 35ème puis 13-21, 46ème). Les permutations au sein de la base arrière (Vautier de droite à gauche, retour de Jessica Dias en demi-centre) ont eu peu d’effet. « Je n’en veux pas aux filles, affime Sauval. Elles ont tout donné, avec les moyens et leurs compétences. On savait que ce serait une année très compliquée. D’autres équipes ont vécu cette situation : Celles-sur-Belle a accepté la montée (2016) alors qu’elles étaient huitièmes du championnat de D2, et sont redescendues tout de suite ; Le Havre, qui a fini troisième (en 2017), est redescendu. » Pour mémoire, Saint-Amand avait aussi terminé troisième la saison passée, derrière Mérignac et Plan-de-Cuques. Le côté pervers du statut VAP ?

Dijon, de son côté, n’a plus aucun souci à se faire. La JDA a renouvelé samedi son bail dans l’élite, grâce à sa victoire (24-31) sur le parquet de Bourg-de-Péage. La troisième en trois journées de play-down, sur le modèle des quatre succès alignés au printemps 2018, dans la même épreuve, mais dans un contexte différent. « On était en mode survie sur les plans sportif et administratif, rappelle Christophe Maréchal. On partait avec zéro point, on venait d’être rachetés par le basket. » Son escouade partait d’un peu moins loin cette fois, avec trois unités, mais a gardé tout son sérieux. « On en a marre d’être les rois du play-down, glisse néanmoins le technicien bourguignon. On aimerait vraiment jouer plus haut, les places 5 à 7. C’est l’objectif de la saison prochaine. » Le sens, aussi, des arrivées de Cristina Elm (gardienne suédoise) et Ekaterina Vetkova (pivot russe, championne du monde). « Il nous faut absolument trouver une arrière gauche. On a plusieurs pistes », ajoute le technicien bourguignon.

Lancées par un 4-0 en 6’15’’ chrono, Barbara Moretto et ses partenaires ont fait constamment la course en tête dans la Drôme (6-11 à la 21, 9-16 à la mi-temps, 13-20 à la 39). « Les premiers arrêts de Noura (Ben Slama) ont mis le doute dans leur tête, souligne Christophe Maréchal. On ne s’est pas sentis en danger, même si on a pris un 4-0 en seconde mi-temps (13-20, 39ème puis 17-20, 46ème).


Places 5-8 : Chambray est le plus avancé

Dans les rencontres de classement, qui pourraient passer pour superflues s’il n’y avait, au bout, un passeport européen, Chambray-les-Tours a pris une grosse option pour jouer la cinquième place. Septième de la phase classique, le CTHB a remporté son derby régional contre Fleury-les-Aubrais (6ème) de neuf buts (38-29). Il n’y avait que deux unités d’écart au repos (17-15), autant à la 43ème (25-23), mais Caroline Valente (9/10) et beaucoup de jeu à sept contre six ont fait une grosse différence (33-26, 51ème).

Toulon et Besançon, eux, n’ont pu se départager (22-22). Malgré une avance maximale de six longueurs (10-4, 21ème), douze buts de son arrière droit Marie-Hélène Sajka, dont celui qui a fixé le score dès la 56ème, et deux jets de 7 mètres parés par Léa Serdarevic, les Varoises ont buté sur une ESBF homogène en attaque, portée à bout de bras par Zeljana Stojak (14 arrêts à 54 %).


Dernière Journée | Tour 2 | Phase 1
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
NantesMetz242828/04>>
NiceBrest262727/04 
ChambrayFleury les Aubrais382927/04 
Toulon St-CyrBesançon222227/04 

Dernière Journée | Journée 3
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
St Amand les EauxParis 92222828/04 
Bourg de PéageDijon243127/04>>
Prochaine Journée | Journée 4
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
DijonSt Amand les Eaux 05/05 
Bourg de PéageParis 92 04/05 
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Dijon12330082693 
2Bourg de Péage932108484-1 
-Paris 929312079791 
4St Amand les Ea.330306982-3 


Handzone
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités