mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC M: Nantes veut au moins sauver l'honneur
LDC M: Nantes veut au moins sauver l'honneur
1 Mai 2019 | Europe > Champion's League

La bête bouge encore mais du côté de Nantes, peut-on encore croire au miracle ? Le match aller à la "H Arena" face à Barcelone et le succès de sept buts des Catalans a semble-t-il tué tout suspense. Au-delà d’une hypothétique et improbable "remontada", les Nantais veulent sortir des quarts de finale de la Ligue des Champions, la tête haute. En produisant une prestation au Palau Blaugrana digne de leur statut de vice-champions d’Europe en titre. Depuis la gifle de la semaine dernière, Thierry Anti a eu le temps de tourner le problème dans tous les sens. Dans un contexte qui autant collectivement qu’individuellement est pour le moins tourmenté.

par Yves MICHEL


Même si depuis une semaine il tente de sauver les apparences, Thierry Anti ne se fait guère d'illusions. Il reste totalement lucide. Son équipe ne s'est pas donné les moyens et surtout n'a pas mis les ingrédients nécessaires face au FC Barcelone pour pouvoir continuer son aventure en Ligue des Champions et entrevoir une qualification pour le carré final. Sept buts à remonter (25-32) face à ce qui en ce moment, se fait de mieux dans le handball planétaire. Le temps n'est pas à la rêverie, surtout lorsqu'on sait que le dernier revers des Catalans à domicile d'à peine deux longueurs (31-33) remonte à la saison 2015-2016 face aux Polonais de Kielce. C'est donc quasi mission impossible pour les hommes de Thierry Anti.

Le technicien a été blessé dans son amour-propre et n'a pas digéré ce qu'à montré son équipe aux 6000 spectateurs nantais. Au-delà du match retour, nous avons profité d'évoquer avec lui, sa situation personnelle (il pourrait ne pas terminer son bail avec le "H"), le bilan du hand français, sa relation avec son président et son adjoint amené à prendre sa place, Alberto Entrerrios.

La page est-elle tournée ou est-ce qu’il y a encore des regrets ? 
J’espère avant tout qu’on va aborder ce match dans de meilleures dispositions et surtout que notre production ressemble plus à ce qu’on est. Je savais Barcelone plus fort que nous et il aurait fallu qu’on réalise un très grand match. D'autant que juste avant, il y avait le déplacement à Toulouse qu’on ne pouvait pas brader.

L’alibi est assez moyen…
Mais si ! C’est le championnat qui ramènera le club en Ligue des Champions et on ne pouvait pas occulter ce match à Toulouse ! On l’a joué avec beaucoup d’application mais ensuite, on n’a eu que deux jours pour préparer Barcelone.

Des regrets sur tes choix ?
Non, je referais exactement la même chose. J’aurais voulu simplement qu’on aborde le match en serrant le score. Mais on a perdu trop de ballons pour y parvenir face à une défense très dissuasive de Barcelone.

De toute façon, votre sort est scellé et c’est plutôt cuit ?
Je ne veux et je ne peux pas parler comme ça car je reste un compétiteur mais franchement, remonter 7 buts à l’extérieur, qui plus est à Barcelone, c’est un gouffre.

Qu’attendre donc de ce match retour ?
On va surtout essayer de mieux jouer. C’est une question d’honneur. Mais je ne vois pas Barcelone se trouer. Du moins suffisamment pour qu'on nourrisse un espoir.


                                   Thierry Anti - Gaël Pelletier, rapports courtois mais distants

Les relations tendues entre Claire et le président, ta situation, tout cela a-t-il eu un impact ?
C’est sûr qu’on est loin de l’euphorie de l’an dernier mais avec les joueurs, on s’était promis de faire abstraction de tout cela et de se concentrer sur le sportif. A la limite, je veux bien endosser la responsabilité de la défaite et j’excuse les gars. Bon, en face, on n'avait pas n'importe qui. 

Trois clubs français l’an passé à Cologne, peut-être aucun cette année.
Je trouve que Nantes est à sa place. On dispute notre 2ème quart de finale en 2 ans pour notre 3ème participation en Ligue des Champions. La malchance, c'est d'être tombé contre Barcelone qui est à son top actuellement. Montpellier était sur l’euphorie du titre et cela n’a pas été facile à gérer. Paris… bon je reconnais que c’est facile à dire mais Paris (face à Kielce) aurait dû serrer le score.  J’espère qu’ils vont se donner les moyens de remonter leur handicap. Il faut qu'il y ait une continuité et la présence d'un club français à Cologne. De notre côté, si par miracle (et il insiste sur le terme), il existe une ouverture, on ne la laissera pas passer. Mais je l'admets, c’est quasiment mission impossible.

Doit-on être étonné par la prestation parisienne ?
Il y a eu beaucoup plus d’agressivité d’un côté que de l’autre mais à Kielce, on pouvait s’y attendre. Paris aurait dû s’accrocher à un peu plus de ballons. J’ai vraiment eu mal pour Raul (Gonzalez) car j’avais vécu la même souffrance quatre jours plus tôt.

Avec 3 clubs à Cologne l’an dernier, le handball français ne s’est-il pas vu plus beau qu’il n’est ?
Oui, je suis d’accord, on s’est un peu trop enflammé. Mais bon, trois clubs français au Final Four !!! C’est unique et d’ailleurs cela ne se reproduira sans doute… jamais. C’était irréel. Que le PSG y soit, c’est logique, Nantes, c’était l’énorme surprise, totalement inattendue, Montpellier est sorti des poules basses, mais lorsqu'on retrouve une finale Montpellier-Nantes, c’est aussi parce que les deux l’ont mérité. Mais il faut rester lucide et croire que d'un coup, le hand français des clubs était devenu le meilleur de la planète.

Un hand français déserté par ses meilleurs jeunes. Est-ce inquiétant ?
Je ne sais pas si c’est le fait des agents qui parviennent à négocier des contrats plus juteux et qui automatiquement s’en mettent un peu plus dans la fouille ou si ce sont les clubs qui ne savent pas retenir leurs meilleurs jeunes, en tout cas, je trouve que ce n’est pas normal. Je suis déçu mais je ne trouve pas beaucoup d'arguments pour expliquer ce qui se passe.

Les techniciens ont-ils perdu la main sur le marché ?
Non, on ne va pas en arriver à ce constat. Mais la question de valoriser un joueur étranger au détriment d’un Français peut se poser. Est-ce qu’il est plus intéressant d’avoir un joueur exploitable de suite ou un jeune du cru qu’on va faire progresser ?  Il faut arriver à garder nos joueurs. On n’a peut-être pas les mêmes moyens que certains clubs mais notre économie est saine. Si cela avait été possible et vu les ambitions de Nantes, on aurait dû retenir Nicolas Tournat, même chose pour Romain Lagarde. Mais il faudrait poser la question à Gaël Pelletier…

Le président du "H", parlons-en… Les relations se sont tendues et personne ne pense que tu vas faire l’année qu’il te reste au sein du club…
(hésitations) Je pense que le sort de mon année à Nantes est plus dans les mains du président que dans les miennes. Il faut qu’on en discute. Tous les deux, on est capable de se parler franchement. Dans l’intérêt du club et des dix années passées ensemble.


                       Alberto Entrerrios et Thierry Anti ont de moins en moins d'atomes crochus

Ta relation avec ton adjoint Alberto Entrerrios est-elle la même ?
Non, nos rapports ont changé et c’est impossible de travailler de la même façon qu'avant. Mais je ne veux pas trop m’étendre là-dessus.

Cela concerne le rapport de confiance ?
Bien-sûr ! C’est assez délicat, tu collabores avec la personne qui va prendre ta place. C’est bien ni pour lui, ni pour moi. On verra comment ça va évoluer. Mais j’avoue que ce n’est pas une situation très confortable.

Es-tu beaucoup sollicité en ce moment ?
Je crois aussi qu’il y a des clubs qui pour le moment ne m’ont pas sollicité parce qu’ils ne savent si je peux être libre. J’ai eu des contacts pour partir à l’étranger, quelques-uns en France mais je refuse de discuter car tout simplement parce que je suis toujours lié à Nantes. J’écoute ceux qui m’appellent mais cela ne va pas plus loin.

Comme pour ce qui s'est passé avec Chartres ?
Euh… leur approche m'a surpris. Ce sont eux qui m'ont sollicité et pas un agent, il faut rétablir la vérité. Quelqu'un, le nouveau président je crois m'a appelé mais son propos n'était pas très clair.

Comment bien terminer la saison ?
Si tel est notre destin, je veux qu'on sorte avec dignité de cette Ligue des Champions. Ensuite, il faut se préoccuper de la 2ème place du championnat. C'est la raison pour laquelle, personnellement, je dois tenir la barre jusqu'au bout. Après, on verra.

Quarts de finale retour de la LDC Masculine
Equipe ReceveuseEquipe Visiteusescore AllerRetourhoraire
Veszprém (Hon)Flensburg (All)28-22 04/0517h30 
Barcelone (Esp)Nantes (Fra)32-25 04/0519h30 
Paris (Fra)Kielce (Pol)24-34 05/0517h00 
Szeged (Hon)Vardar Skopje (Mac)23-31 05/0519h00 

Du côté de Barcelone, même si un grand pas a été franchi vers la qualification pour le Final Four à Cologne, Xavi Pascual l'entraîneur veut rester vigilant. Tout comme Talant Dujshebaev son homologue de Kielce qui se méfie du retour à Paris. Là, l'avance est encore plus large (10 buts), nous aurons l'occasion d'y revenir en évoquant les grandes "remontadas" de l'histoire du handball. Cette année, Cologne pourrait se passer de clubs français mais également de représentant allemand. Flensburg devra réaliser un exploit en Hongrie avec six longueurs à combler. Si les actuels leaders de la Bundesliga n'obtenaient pas leur billet pour la Lanxess Arena, le Final Four de la LDC se passerait pour la 3ème saison consécutive de formation allemande.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision