mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: Nantes se saborde, Istres peut y croire
LSL: Nantes se saborde, Istres peut y croire
16 Mai 2019 | France > LNH

Deuxième défaite à domicile de rang pour Nantes où l'esprit d'équipe semble s'être envolé. En revanche, du côté d'Istres, c'est l'inverse. Le collectif est au rendez-vous et à la faveur d'un succès à Toulouse, les Provençaux ont quitté la zone de relégation au détriment de Cesson qui s'est incliné à Pontault, chez le dernier. S'ils veulent s'en sortir les Bretons sont désormais condamnés à l'exploit.

par Yves MICHEL 

C'est assez rare pour être souligné. A Nantes, des spectateurs ont quitté la "H" Arena totalement dépités. Par la prestation d'une équipe qui n'est plus que l'ombre de celle qui avant le match de Barcelone, avait fière allure. Déçus aussi que les médias s'intéressent plus à leur club dans la coulisse que sur le terrain. Les états d'âme de Monsieur Claire qui a été transparent ce mercredi soir, jusqu'au jeu du chat et de la souris que se livrent le président Gaël Pelletier et Thierry Anti, ceux qui paient pour voir en ont un peu marre. Ils demandent à ce que le jeu de dupes cesse. Thierry Anti avouait il y a peu qu'il lui serait très difficile de partager désormais le banc avec celui (Alberto Entrerrios) qui doit le remplacer. Eh bien que les dirigeants... enfin le président nantais se dévoile et clarifie la situation. Car cette fin de saison est sur le point de tourner en eau de boudin. On pensait que le succès nîmois la semaine dernière en Loire-Atlantique n'était qu'un incident de parcours, le contrecoup d'une élimination en Ligue des Champions et que les Gardois en avaient profité. Sauf que ce mercredi soir, les Nantais sont retombés dans leurs travers. Un stratège (ou prétendu tel) inexistant, des gardiens en villégiature (4 arrêts à eux deux dont un seul dans le second acte), neuf pertes de balle, une seule exclusion temporaire (comme si la défense avait eu peur de se frotter aux Aixois), bref, en face les Provençaux n'avaient qu'à rester attentifs, gagner quelques duels et se montrer moins maladroits pour en tirer partie. Après une 1ère période assez serrée au score (15-13) où Valero Rivera pour les hôtes et Tim Dahlaus pour les visiteurs avaient surnagé, ce même public si fidèle, si altruiste pensait que le "H" avait réussi à prendre l'ascendant. Trois buts d'avance au retour des vestiaires, tout était à refaire six minutes plus tard, pire même, Pays d'Aix va prendre les commandes (19-21 à la 42ème). Le yoyo va durer jusqu'au money-time (26-26 à la 56è). Mais c'est l'équipe qui avait le plus envie de gagner, qui a montré un peu plus que l'autre qui s'est imposée. L'ultime but de David Balaguer répondant à celui de son compatriote Juan Andreu ne servira pas à grand chose. Aix s'impose, renoue avec le succès après deux revers consécutifs à Chambéry et face à Paris et surtout récupère sa 6ème place provisoirement abandonnée à St Raphaël. Quant à l'équipe de Nantes, une victoire nîmoise ce jeudi face à Montpellier peut la faire descendre du podium. Et devinez chez qui les hommes de Anti se déplacent la semaine prochaine ? Chez ceux de Canayer, dans l'Hérault, pardi !

Le diaporama photos de Nantes - Aix en Provence par Philippe Padioleau


Personne ne l'a vu arriver mais Chambéry est bien là. A Dunkerque, il n'y a pas eu de suspense et dès que les Savoyards ont passé la surmultipliée profitant des erreurs nordistes malgré un bon Oleg Grams, on ne les a plus revus (1-5 dès la 7è). Chambéry cette année, ça va vite, c'est alerte, la circulation est plaisante et surtout les gars se font plaisir. La barbe fleurie de Johannes Marescot a piqué la défense dunkerquoise (7/7), Fahrudin Melic qui s'est offert le luxe de louper deux 7 mètres rend malgré tout une belle copie (7/9). Tout cela a été possible aussi grâce à la prestation d'une bonne défense et son ultime rempart Yann Genty (15 arrêts). Ce n'est pas pour rien si actuellement le plus que trentenaire est largement en tête du classement de gardiens. Avec un déficit de quatre longueurs à la reprise, Dunkerque aurait pu espérer un sursaut d'orgueil. Il n'en a rien été, Chambéry était bien trop fort et l'écart s'est aggravé (21-27). Les deux formations se retrouveront en fin de semaine prochaine pour une apothéose en coupe de France. A Bercy, la tendance peut changer mais il faudra un grand Dunkerque pour y arriver. « Aujourd’hui, on a joué avec notre tête et nos jambes et je pense que dans dix jours, il faudra plus jouer avec son cœur et une partie un peu plus basse de l’anatomie, estime Erick Mathé, le coach savoyard. Du coup, pour moi, il n’y a pas de grands enseignements à tirer de cette rencontre. Cette victoire est importante par rapport à nos adversaires directs. Et ce n’est pas terminé car même la semaine prochaine, avant la finale de coupe, il y a des points à prendre. » Mercredi, trois jours avant la finale de coupe, alors que Chambéry accueillera Toulouse, Nîmes et Nantes se déplaceront respectivement à Paris et Montpellier.


               En queue de peloton, Istres fait la bonne opération de la soirée
 
Il restait trois matches... trois confrontations qui concernaient les quatre plus mal classés de l'élite. Il pouvait y avoir de la casse pour certains, de l'espoir pour d'autres. 

En plein festival du film, Cesson a joué un remake du chef d’œuvre de Louis Malle "Ascenseur pour l'échafaud". On savait que les Bretons avaient beaucoup à perdre de leur déplacement à Pontault, chez la lanterne rouge, les signes d'une certaine résignation étaient nombreux ces derniers temps et le coup a été fatal. Sans gardien et sans défense, point de salut... L'attaque avec à peine 48% de réussite au tir n'était pas mieux lotie. En face, Robin Cantegrel et ses 13 arrêts (avec un festival en début de 2ème) ont su faire le nécessaire quand il le fallait. Si les Cessonnais ont résisté durant les vingt premières minutes, ils ont été trop imprécis par la suite pour véritablement rivaliser face à un bloc défensif performant. Si vers la fin, ils ont pensé pouvoir renverser la situation (22-20 à la 51è), l'adversaire a vite remis de la distance (28-22). Les Pontellois sont toujours en queue de classement mais ce sont désormais les Bretons qui se retrouvent devant eux et donc potentiellement relégables.

C'est à Istres que revient la palme du meilleur scénario. Les Provençaux ne sont pas disposés à mourir ou du moins à retrouver une division inférieure qui ne leur a laissé un bon souvenir dès le moment où ils l'ont quittée. A Toulouse, il fallait emballer le match, c'est ce qu'ils ont fait (2-6 dès la 9è). Protégés par un super Cappelle dans les cages, ils ont ensuite préservé leur matelas, le rendant par moments plus confortable (6-12 à la 23è). C'est à ce moment-là que Joris Labro s'est signalé. Promu portier n°1 depuis que Yassine Idrissi s'est blessé, le "rookie" du Fénix a sorti 4 arrêts en six minutes, suffisant pour permettre aux Toulousains de revenir à un but (11-12). Si la seconde période s'est avérée plus serrée, Istres a trouvé de la ressource pour passer devant et maintenir un minimum vital pour s'imposer (26-28), s'offrant ainsi le droit d'espérer le maintien. 

Le diaporama photos de Toulouse - Istres par Mélody Ramirez


Au bal des frustrés, Ivry pourrait encore tourner sur le parquet à Tremblay que rien n'y changerait. Et dire qu'à 9 minutes du terme après avoir fait la course en tête depuis le début (menant au plus fort de 5 longueurs), les Val-de-Marnais tenaient le bon bout et pouvaient quasiment assurer leur maintien. Mais pour cela il fallait que les joueurs de Quintallet sachent tenir la distance et fassent honneur à leur gardien Mate Sunjic qui lui, a fait le job (12 arrêts dont dix en 1ère). Les pertes de balle et les tirs mal cadrés ont été trop nombreux pour ne pas se faire remonter puis dépasser. Le but du +2 de Sebetic pour Tremblay à 30 secondes du terme sera fatal et la réponse de Michal Kopco, sans effet (28-27).   



Super-production cannoise au Parnasse

Ce jeudi, tous les regards vont être tournés vers le Parnasse pour un derby Nîmes-Montpellier dont l'issue peut être décisive. Pour Montpellier, l'enjeu majeur est comme l'indique Patrice Canayer 
« de savoir qui va être le mieux placé pour se qualifier en Ligue des Champions. Seul, le champion de France (le PSG) est qualifié d’office, les quatre suivants peuvent déposer leur candidature mais en rien être assurés de la disputer. Il nous faut nous classer 2ème pour avoir toutes les chances d’être qualifiés. » Cette fois-ci, les deux voisins sont quasiment au coude à coude, ce qui n’était pas arrivé depuis longtemps et surtout à quatre journées du sprint ultime. « On a un point de plus, il ne faut pas l’oublier et Nîmes est dans une dynamique positive car ils restent sur un succès à Nantes. » Et Nîmes dans un Parnasse plein à craquer ne laissera pas passer l’occasion de signer un nouvel exploit. L'occasion de se pencher vers Franck Maurice (photo ci-dessus), l'entraîneur heureux d'une formation gardoise qui réalise une de ses meilleures fins de saison depuis longtemps... Après la réception de Montpellier, l'USAM devra se déplacer à Paris, recevoir Istres et se rendre à Chambéry. 

Franck, avec cette fin de calendrier, ce match est-il décisif ? 
Ce match est décisif pour rendre les autres décisifs. On a une fin de calendrier à la fois géniale et très compliquée. Je préfère que cela soit comme ça et qu’on ait à jouer le haut du classement contre des adversaires qui ont le même objectif plutôt que de terminer en ayant du mal à concerner les garçons. 

L’USAM Nîmes est-elle à sa place ? 
On n’a pas plus d’expérience et de structures que Nantes et Montpellier, maintenant, sur une saison, il y a des aléas qui font qu’une équipe est moins en forme ou une qu’on joue dans des moments plus favorables, on peut donc s’insérer dans le Top 5. Il faut simplement qu’on y soit présent de manière régulière. 

Qu’est-ce qui fait que cette saison, il y a plus de constance ?   
Il y a un peu plus d’expérience et puis, on a chassé quelques fantômes, ne pas se tromper d’objectifs. On s’est aperçu que ce n’est pas en changeant le lieu ou les contenus de préparation qu’on allait dans la bonne voie. En janvier, on s’est préparé pour St Raph’, pas pour la 2ème partie de la saison. On a mis toute notre énergie sur ce match là et ça nous a permis de bien repartir. Aujourd’hui, on a perdu contre Aix à l’extérieur et un point à Toulouse, mais toutes les équipes derrière nous, on les a battues deux fois. C’est un signe de régularité. Jusqu’à la semaine dernière il nous manquait un exploit complet, on l’a réalisé à Nantes. 

Ce derby contre Montpellier, c’est forcément particulier ? 
Ce qui va donner du piment à ce match et ce n’était pas le cas jusqu’à maintenant, c’est qu’au classement, les deux équipes sont très proches et qu’il ne reste que 4 journées. Cela dépasse l’idée de la suprématie régionale, de la rivalité du territoire. On n’est pas au niveau de Montpellier sur le plan budgétaire ou du palmarès mais sur la saison, les faits sont là. A quatre journées de la fin, un seul point nous sépare d’eux. 

Avec en face, un certain Michaël Guigou, futur Nîmois, très peu utilisé ces derniers temps…
Moi je pense qu’il va jouer et qu’il sera très tôt sur le terrain.

LSL   |   Journée 23
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreMTStats
St RaphaelParis333115-15>>
DunkerqueChambéry243014-17>>
NantesAix en Provence282915-13>>
Pontault-CombaultCesson282213-11>>
ToulouseIstres262811-12>>
TremblayIvry282712-15>>
NîmesMontpellierà jouer 16/0520h45 
classement
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Paris43232111745584-1 
2Montpellier3522174162757016
3Nantes35231751709633-21
4Chambéry352317516455735-7
5Nîmes342216426406002 
6Aix en Provence2423121106165941 
7St Raphael2323101036726503 
8Tremblay202381146316751 
9Toulouse19238123672676-1 
10Dunkerque17237133563588-1 
11Ivry10234172564643-59
12Istres102341725876721-9
13Cesson9233173534635-3 
14Pontault-Combau.62332005766881 
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision