mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Créteil réintègre l'élite et rejoint Chartres
Créteil réintègre l'élite et rejoint Chartres
19 Mai 2019 | France

C’est sans grande surprise que Chartres affrontera Créteil ce dimanche à St Brieuc en finale des play-offs de Proligue. La hiérarchie de la saison régulière a été respectée et après deux ans passés à l’étage inférieur, Créteil retrouve l’élite. Avec des ambitions aussi pertinentes que mesurées.  

par Yves MICHEL

Sans attendre la finale qui ce dimanche, n’aura pour enjeu que l’attribution purement symbolique du titre de champion de Proligue, Créteil rejoint Chartres parmi l’élite la saison prochaine. Ce samedi à St Brieuc devant une assistance plutôt clairsemée, la logique a été respectée puisque les deux formations les plus régulières du championnat se retrouvent en finale des play-offs. Les Chartrains ont difficilement écarté Massy (26-25), les Val-de-Marnais eux, ont débordé Dijon dans le dernier quart d’heure et se sont largement imposés 35-26. « On l’a vu, on a dû batailler dur et rien n’était gagné d’avance, tempère Pierre Montorier. Sur ce genre de match, c’est surtout les émotions qu’il faut maîtriser. On jouait notre avenir sur ce 1er match et on est là où finalement, on voulait être. » Et pourtant, neuf mois plus tôt lorsque l’ancien pivot cristolien et raphaélois a pris la suite de Christophe Mazel, rien ne tombait sous l’évidence. Il héritait d’un recrutement qui venait d’être réalisé sans qu'il n'apporte sa contribution et surtout, il se lançait dans une nouvelle aventure, celle d’entraîner une équipe professionnelle. « Je ne dirais pas qu’on partait dans l’inconnue mais en début de saison, nous n’avions pas annoncé d’objectifs précis. Au fil des matches et de la saison, on a pris conscience de notre potentiel et on ne pouvait plus se cacher. En ce qui me concerne, j’ai eu la chance de trouver un staff expérimenté et des joueurs qui ont tout de suite adhéré au projet. L’équipe a été bien remaniée et on pouvait repartir sur de nouvelles bases. » Tout au long de la saison, l’US Créteil a limité la casse (3 nuls – 5 défaites) mais surtout, est resté invaincue à domicile alignant treize succès sur son parquet de Marcel Oubron. « C’est le message qu’on a essayé de faire passer. Après, je dois avouer qu’on a un petit peu de bol… le 1er match à domicile contre Vernon, on le gagne sur pénalty à la dernière seconde, on venait de perdre à Nancy donc ce début de saison aurait pu être totalement différent. On a une petite part de chance là-dessus. » Créteil aura donc dû attendre deux saisons avant de retrouver l’étage supérieur. Troisième remontée en une décennie après celles de 2011 et 2014. « Le plus dur commence, martèle le coach. Surtout quand on voit le budget des clubs qu’on va devoir affronter. Ce sera très difficile pour nous d’exister dans cet environnement. On a des jeunes qui arrivent, il y a quelques gars avides de revanche qui ont envie de montrer des choses, il faudra y arriver en comptant sur tous. » La finalisation du recrutement était suspendue au scénario de ce week-end à Saint Brieuc. Si deux joueurs ont déjà signé (l’ailier droit slovène Adam Bratkovic et le demi-centre français Robin Molinié), le club ne se mettra pas financièrement dans le rouge pour se renforcer. « Un joueur pas plus, confirme Pierre Montorier et on va se laisser le temps de la réflexion car on ne va pas prendre quelqu’un pour faire le nombre. Il faudra qu’il apporte vraiment quelque chose au collectif.» Et que tous les intermédiaires de joueurs potentiellement transférables soient prévenus. A Créteil, chat échaudé...

"Mickey" Robin... la voix du sage

A presque 34 ans (il les aura le 28 mai prochain), Mickaël Robin va retrouver l’élite. Le gardien de but alsacien passé auparavant par Sélestat, Chambéry, Montpellier, Barcelone et Cesson trépignait d’impatience de se sortir des turpitudes de la Proligue.

Mickaël, cette victoire face à Dijon est-elle vécue comme un soulagement ?
Oui, on avait quand même une certaine pression. On a terminé 2ème de la saison et si on n’avait pas franchi l’obstacle, on aurait eu beaucoup de regrets.

Doit-on parler de saison totalement aboutie ?
On ne va pas se plaindre, d’autant qu’on partait d’assez loin avec tous les changements qui intervenaient. Au niveau du coach, du groupe,… On a répondu à cette constante de gagner tous nos matches à domicile, ça c’est à relever. A l’extérieur, si on a mis du temps à trouver nos repères, l’approche psychologique a été bien meilleure sur la 2ème partie du championnat.

Vous réintégrez l’élite, il y a l’euphorie du moment mais cela va vite retomber…
C’est évident. On a vécu de belles choses dans un championnat de Proligue très homogène où les derniers peuvent accrocher les équipes de tête, ce qui est rarement le cas en Star Ligue. Il va falloir que le groupe reste dans le même état d’esprit, de rigueur et de discipline. Et je dirais même qu’il rajoute un peu de vice dans sa manière d’aborder les choses. Cette année, il y a eu quelques relâchements dans le jeu, on a réussi quand même à remporter ces matches, ce qui risque d’être différent dès septembre prochain.

A 34 ans, tu vis ta 1ère remontée…
Sincèrement, je me serais passé de cette descente il y a deux ans. J’ai pris un gros coup sur la tête et j’ai mis du temps à m’en remettre. Mais aujourd’hui, le bonheur que j’ai vécu sur le terrain, en fêtant cette accession avec les gars, c’était assez sympa.

Tu avais prolongé de deux ans (jusqu’en 2021), le timing est parfait…
C’est exactement cela. A titre personnel, j’ai en plus obtenu mon diplôme de kiné. J’éprouve toujours le même plaisir à aller à l’entraînement, tout va bien. Il me manquait quelque chose d’important, l’élite. On y revient et je suis comblé.

Ce sont les deux dernières années d’une carrière déjà bien remplie ou…
Ah non ! Je ne me fixe pas encore de limite. Avec le diplôme, j’ai sécurisé ma reconversion et tant que physiquement je me sens bien, je ne vois pas pourquoi j’arrêterais. Je suis parti sur deux ans de plus mais qui sait ? Je peux en faire trois ou huit, aucune idée !

Quel regard portes-tu sur cette Star Ligue ?
On retrouve les mêmes aux avant-postes mais je suis vraiment content du retour de Chambéry au 1er plan. C’est une équipe qui joue très bien, c’est beau à voir. Pour le reste, certains ont grossi, certains comme Aix ont des projets incroyables, nous, on aura clairement deux championnats. Face aux équipes de 1ère partie de tableau, ce sera des matches de travail et nos adversaires, ce sera Ivry, Istres,…

Tu as donc déjà une idée de l’issue de l’actuelle saison…
(rires) Je souhaiterais vraiment que Cesson puisse se maintenir mais ça risque d’être difficile pour eux…

Le grand absent de Saint-Brieuc : Robin Molinié

Son ombre a plané un temps sous la vieille charpente de Steredenn, notamment sur la fin de la 1ère demi-finale lorsque Chartres n’arrivait plus à refaire l’écart et subissait les assauts de Massy. Robin Molinié avait par le passé débloqué tant de situations qu’il aurait été le facteur X du groupe dirigé par Jérôme Delarue. Heureusement, l’issue a été profitable à ses partenaires. Tout au long de la saison, sa présence s’est avérée indispensable et son investissement n’a eu d’égal que le manque de reconnaissance qu’il a subi lorsqu’il s’est agi d’envisager son avenir. Robin n’a plus porté le maillot chartrain depuis le match face à Vernon. Ce match où au moment de quitter le terrain, il a commis l’irréparable aux yeux de ses dirigeants. Ce geste qui en faisait un impertinent qu’il fallait punir et quelque part humilier ! « J’avoue que regarder les matches sur petit écran, c’est moyen, confie l’intéressé. Cette finale dimanche, je l’avais presque rêvée, j’aurais voulu la jouer. J’estime que je méritais une autre fin et je suis amer parce que je voulais terminer correctement ma saison avec Chartres. » Il aurait ainsi pu boucler une aventure de sept années passées sous la même bannière et affronter en finale, Créteil, le club qu’il rejoindra dans quelques semaines. « J’ai été déçu par certaines attitudes et j’en veux à ceux qui me serraient la main et qui me félicitaient et qui du jour au lendemain, m’ont tourné le dos, comme si j’étais devenu un paria. J’ai été trahi par ces gens-là. J’ai hâte de retrouver Créteil et d’adhérer pleinement à leur projet. On fera partie des petits poucets, il va falloir se battre mais c’est cela qui est excitant. Durant ces six derniers mois, j’ai appris beaucoup de choses sur le milieu professionnel, sur la politique, personne ne m’a fait de cadeaux. Ce genre d’épreuve m’a finalement rendu plus fort. » Créteil rejoint Chartres au sein de l’élite et dès la parution du calendrier courant juillet, on se doute quelle opposition Robin Molinié ira cocher en priorité.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités