mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EHF Cup : Kiel et Gislason, fin de partie en apothéose !
EHF Cup : Kiel et Gislason, fin de partie en apothéose !
19 Mai 2019 | Europe

Domagov Duvnjak donnant le trophée EHF à Alfred Gislason au sortir de cette finale gagnée face au Fuchse Berlin… tout un symbole ! L'entraîneur Islandais tire ainsi sa révérence après onze saisons passées au THW. Deux Ligues des champions, six titres de champion de Bundesliga, cinq coupes d'Allemagne : le palmarès de Gislason à Kiel est exceptionnel… cette sortie en apothéose avec une EHF Cup à la clé n'en est forcément que plus belle.

Pas assez de superlatif pour évoquer la carrière du technicien Islandais dans le club du Nord de l’Allemagne. Certes, le THW Kiel n’est plus ce géant d’Europe qui lui avait permis de remporter la Champion’s League en 2010 et 2012. Mais ce n’est pas pour autant que les Zèbres ont stoppé leur moisson de victoires. La preuve ce samedi dans leur fief de la Sparkassen Arena. Poussés par dix mille spectateurs, les hommes de Gislason (grands favoris de ce final four de la Coupe EHF) ont été exacts au rendez-vous. Une EHF Cup sous mainmise totale des Allemands puisque quinze des seize derniers trophées ont été gagnés par un club d’outre-Rhin… seul le Pick Szeged a constitué l’exception en 2014. Pas de surprise dans une finale 100% germanique, Kiel a remporté son duel face à Berlin tandis qu’un plus tôt dans l'après-midi l’étonnant FC Porto a pris le meilleur sur Holstebro pour se classer à une superbe 3ème place. Le handball Portugais en éveil… et le handball Allemand en pleine lumière, il ne faut pas un quart d’heure de jeu avant de voir Kiel pour les devants (6-4) sous l’impulsion du meilleur joueur de la compétition, le Suédois Niclas Ekberg inscrira 7 réalisations personnelles sur 8 tentatives. Berlin dominé, il faut dire que le lauréat de l’an dernier a dû s’incliner face aux parades déterminantes en première période signées Niklas Landin. L’international Danois est à l’unisson d’une défense des Kielers de type 5-1 littéralement impressionnante. Peu de marge de manœuvre pour les Renards berlinois… et la casse arrive juste avant la pause. Temps fort des Kielers au meilleur des moments, Weinhold et sa bande appuient sur l’accélérateur durant cette période critique, histoire de rentrer aux vestiaires avec une confortable avance (16-10, 30’).


Un premier acte joué quasi à la perfection, il reste aux Kielers à terminer le travail proprement. Certes, Berlin tentera quelques rapprochés au score… Mais il faut louer d’abord la rentrée importante d’Andreas Wolff dans la cage du THW. Il faut aussi rendre grâce aux changements tactiques opérés par Gislason aux environs de la 40ème minute. Passé ce moment d’adaptation (20-17, 42’), Kiel repart de plus belle… en reprenant cinq buts d’avance au tableau d’affichage. Cette fois-ci, les carottes sont cuites pour les Berlinois… à l’image de Paul Drux ou encore Fabian Wiede (2 buts seulement sur 7 tentatives) en difficulté face au but, ils n’étaient pas en mesure de contester la très nette supériorité de leur adversaire du jour. Des Renards en échec constant aux tirs, le chant du cygne pour un club classé 5ème de la Bundesliga à l’heure actuelle. Bien loin d’un Kiel toujours à la lutte avec Flensburg dans la course au titre. Magnus Landin marque le 23ème but des Kielers à la 54ème minute… préservant ainsi le net avantage de son équipe. Et le money-time ne changera rien à l’affaire, Kiel préserve son bonus… et s’impose de belle manière devant son public (26-22). Un public aux anges face à des Kielers ultra-dominateurs, « Alfred, Alfred » entend t’on descendre des travées de la sparkassen Arena. Décidemment, c'était un samedi teinté d'hommage en Allemagne, à l'image du Bayern Munich qui célébrait le jubilé d'Arjen Robben et de Franck Ribéry. Le public de Kiel lui ne s’y trompe pas, il célèbre ainsi le vingtième titre d’un Alfred Gislason coach emblématique du club. Une belle récompense pour un entraîneur désormais libéré de ses fonctions… mais comme il le dit lui-même, premier supporter du club à compter de ce jour.

A Kiel, Sparkassen Arena
Le samedi 18 mai 2019 à 20h45
THW Kiel – Fuchse Berlin : 26 - 22
 (Mi-temps : 16-10)
10.285 spectateurs
Arbitres : MM. Dalibor JURINOVIC & Marko MRVICA (Croatie)
Délégué EHF : M. Nicolae VIZITIU (Moldavie)

Kiel :
Gardiens : N. Landin (42', 12 arrêts), Wolff (18', 5 arrêts).
Joueurs de champ : Duvnjak (3/5), Reinkind (1/1), M. Landin (4/5), Firnhaber, Weinhold (5/7), Wiencek (0/1), Ekberg (7/8 dont 2/2 pen.), Rahmel, Dahmke, Zarabec (1/5), Bilyk (1/3), Pekeler (2/2), Nilsson (2/4).
Entraîneur : Gislason.

Fuchse Berlin :
Gardiens : Heinevetter (48', 9 arrêts), Semisch (12', 1 arrêt).
Joueurs de champ : Holm (1/3), Wiede (2/7), Elisson (6/6 dont 1/1 pen.), Struck, Mandalinic (1/2 dont 1/1 pen), Gojun, Lindberg (3/6 dont 0/2 pen.), Zachrisson (3/5), Schmidt, Reissky, Koch, Marsenic (3/3), Drux (3/5).
Entraîneur : Petkovic.

Evolution du score : 2-1 (5'), 6-4 (14'), 7-6 (16'), 9-6 (17'), 12-9 (24'), 16-10 (30'), 17-14 (37'), 20-17 (42'), 22-17 (46'), 22-18 (52'), 25-19 (57'), 25-21 (59').
© Davy Bodiguel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités