mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Pontault en Proligue, Cesson sauf miracle n'en est pas loin !
Pontault en Proligue, Cesson sauf miracle n'en est pas loin !
23 Mai 2019 | France > LNH
Cesson a encore une fois touché le fond. Douze buts d'écart encaissés à Aix, vivement que le calvaire cesse pour les Bretons ! La Proligue n'est pas très loin. Pontault pour sa part y est déjà. Après sa courte défaite à Istres qui se sort d'une bien mauvaise situation. Ivry n'est toujours pas sorti d'affaire. En haut de classement, si Paris a maté Nîmes, Chambéry prend une option sur le podium en attendant l'affiche de ce jeudi entre Montpellier et Nantes.

par Yves MICHEL


Que retenir de cette 24ème journée ? 

Malgré une belle résistance à Istres (28-27), Pontault-Combault est officiellement relégué en Proligue. Les Pontellois pouvaient encore retarder l’échéance, même si l’issue s’avérait négative depuis le début de la saison, ils ont été souvent menés en Provence mais ont remonté leur retard à moins de dix minutes du terme. Istres a fait le nécessaire pour s’imposer. Comme ils l’avaient déjà fait lors de la journée précédente, les joueurs de Gilles Derot réalisent la belle opération de la soirée. On l’avait senti depuis leur match mercredi dernier à Toulouse. Ils ont envie de s’en sortir, savent se sortir les tripes et cela finit par payer. Il reste aux Istréens deux derniers matches à bien négocier. Un déplacement à Nîmes puis la réception d’Ivry qui pourrait avoir son importance ou aucun enjeu pour le maintien. Tout dépend de cette 25ème journée et surtout du comportement de Cesson. A Istres, ce mercredi, mention particulière à Nicolas Boschi auteur de 9 réalisations à 64%.

C’est à la 16ème minute très exactement qu’entre Pays d’Aix et Cesson, les chemins se sont séparés. Les Provençaux ont été tirés vers le haut, les Bretons vers le bas. Et plus le chrono défilait, plus l’écart se creusait. Il y avait encore un mince espoir peu avant la pause (14-12 à la 29ème) mais dans le sillage d’un excellent Yanis Lenne (8/8, sans doute boosté par son rappel en France A) les hommes de Jérôme Fernandez ont pris définitivement l’ascendant sur leur adversaire dès le retour des vestiaires. Treize buts de différence à la 58ème, en seconde période, les Cessonnais étaient déjà en vacances en train de faire des châteaux de sable sur le sable. Un sable mouvant qui les conduit directement vers la Proligue. Au lendemain où Didier Dinart fait confiance à Jean-Jacques Acquevillo (notre photo de tête) pour le prochain rassemblement tricolore (4/9 pour l’arrière gauche ce mercredi), où Igor Anic s’engage pour deux ans et où Senjamin Buric s’apprête à faire jouer la clause de son contrat qui stipule qu’en cas de descente, il aura le droit de renoncer à s’installer dans la banlieue de Rennes. Contrairement aux Istréens, il n’y a plus d’envie de se battre chez les Bretons. Avant le match à Pontault, ils avaient encore leur destin entre les mains. L’espoir désormais ne tient qu’à un fil. C’est vers Ivry qu’ils devront regarder. Cesson qui a une différence particulière positive par rapport aux Val-de-Marnais (+3) a un point de retard au classement et va devoir recevoir Montpellier (qui joue le podium) et se déplacer à… Paris (le soir de la remise du titre). En même temps, l’US Ivry accueillera une équipe de Toulouse apparemment démobilisée avant de se déplacer à Istres. C’est donc à Lourdes que Cesson ferait mieux d’aller pour implorer un miracle.



 L’US Ivry a réagi trop tard mais quoi qu’il en soit, Saint Raphaël avait fait le travail en amont. Prenant les commandes dès la 11ème minute pour ne plus les quitter. Sept buts d’écart au plus fort (19-26 à la 46ème), les Varois s’appuyant sur une bonne répartition des tâches avec toujours efficaces, Raphaël Caucheteux (8 buts) et Vadim Gayduchenko (7 buts) ont bien géré leur avance même si sur la fin, les partenaires de Morten Vium (10 buts, photo ci-dessus) ont fait une partie de leur retard profitant surtout des erreurs adverses (31-34). St Raphaël continue sa progression (5ème match invaincu en championnat) mais ne parvient pas à accrocher Pays d’Aix, juste devant avec un point d’avance et un GAP positif (+6 pour les Aixois). Il n’est d’ailleurs même pas certain que la 6ème place tant convoitée soit européenne à la fin de la saison.  

Dans le ventre mou du classement, trois équipes n'ont plus rien à jouer si ce n'est ce mini challenge à trois qui selon la position leur fera gagner un peu plus de sous au moment de la répartition des droits télé en fin de saison. Et à ce petit jeu, Dunkerque qui est toujours à la recherche du moindre euro, a peut-être décidé de réagir. Justement, ce mercredi, les Nordistes se déplaçaient à Tremblay, chez un des ses trois adversaires directs. Et à trois jours de disputer une finale de coupe de France (face à Chambéry), les hommes de Patrick Cazal se sont rassurés. Ou à moins que les Tremblaysiens n'aient pas mis tous les ingrédients nécessaires pour s'imposer. Qui plus est à domicile où leur dernière prestation malgré le succès face à Ivry n'avait été guère convaincante. Dunkerque a fait un match sérieux grâce notamment à un Samir Bellahcène qui aurait mérité d'être parmi les nommés chez les gardiens de LSL ou pourquoi pas dans la liste de Didier Dinart pour les deux matches de qualification à l'Euro que les "A" doivent encore disputer. C'est grâce à la vigilance de leur portier (9 arrêts) et à la contribution de tous, Pelayo et Butto en tête, que les Nordistes ont pris de l'avance et ont ensuite creusé le fossé qui a tenu Tremblay à distance respectable (11-16 à la 29ème et six longueurs pratiquement durant toute la seconde période). Le score final (23-29) acquis à la 54ème, sanctionne une rencontre marquée notamment sur la fin par un festival de pertes de balle et d'erreurs en tous genres.



Dunkerque et Tremblay à la lutte avec... Toulouse. Sauf que depuis sa contreperformance face à Istres, le Fénix ne répond plus présent. Et ce mercredi, malgré un bon Jordan Bonilauri (8 réalisations) et les 11 arrêts du jeune Joris Labro, il a encore manqué du punch pour s'imposer à Chambéry. Dans les cages savoyardes, il y avait... Yann Genty qui à 37 ans, vient de recevoir sa 1ère convocation en équipe de France. Et comme pour donner raison à Didier Dinart, l'intéressé a rendu une copie remarquable: 14 arrêts à 40% confortant sa 1ère place en tête des gardiens de l'élite avec 300 parades. Rémi Desbonnet est loin derrière (236). C'est grâce à un tir de Yann Genty dans la cage toulousaine vide que Chambéry a commencé à capitaliser. Puis Alexandre Tritta a pris le relais, imité par la suite par l'incontournable et très précieux Fahrudin Melic. Six longueurs d'avance à la pause, les joueurs d'Erick Mathé n'ont jamais fléchi et ont même corsé l'addition (35-27). Ils peuvent dès à présent n'avoir Bercy qu'en tête. Une finale et surtout une coupe de France, cela ne se refuse pas. Ils retrouveront Dunkerque, huit ans après leur dernière confrontation au même endroit en apothéose de la même épreuve. En 2011, les Nordistes l'avaient emporté... aux tirs au but. Samedi, il y aura de la revanche dans l'air.



A Paris, si on savait qu'il s'agissait du dernier match de la saison pour Nikola Karabatic avant son opération de la cheville, la surprise est venue de Luc Abalo. Jugé en méforme, l'ailier droit n'a pas été convoqué par Didier Dinart pour le prochain rassemblement tricolore. Raul Gonzalez a jugé lui qu'il pouvait encore utiliser son joueur. Et pour quelqu'un en méforme, "Lucio" a plutôt rempli son contrat face à Nîmes en réalisant un sans faute au tir (3/3). D'ailleurs, l'ensemble parisien n'a pas eu à trop forcer son talent pour venir à bout d'une formation gardoise qui a paru émoussée en cette fin de saison. Malgré l'entrée intéressante de Téodor Paul dans les cages (11 arrêts) au relais d'un Rémi Desbonnet en échec total,  l'USAM s'est vite laissée submerger (15-8 à la 17ème), revenant à 4 longueurs à la pause et sombrant corps et âme dans le 2ème acte malgré l'efficacité d'Elohim Prandi et Micke Brasseleur. Mais en face il y avait encore et toujours, "Titi" Omeyer, mais aussi Uwe Gensheimer, Sander Sagosen (buteur et admirable passeur) et Luka Karabatic. Après s'être furtivement égaré du côté de St Raphaël, Paris a repris des couleurs (41-29). Encore deux matches et le titre pourra être officiellement célébré.

Si depuis la 22ème journée, Paris est assuré de terminer champion, rien n'est encore décidé concernant les places d'honneur. Ce jeudi, à l'Arena, Montpellier accueille Nantes et au vu des dernières semaines, la dynamique est largement en faveur des partenaires du pivot suédois Pettersson (photo ci-dessus). Deux succès de rang depuis leur revers à Paris alors que le "H" a dilapidé tout son crédit en s'inclinant à domicile à deux reprises face à Nîmes et Aix. Les hommes de Thierry Anti dont on ne connait toujours pas les intentions pour la saison à venir, restent au contact mais une nouvelle défaite les éloignerait du podium et surtout de cette 2ème marche sur laquelle Montpellier s'installerait confortablement. Patrice Canayer a encore insisté sur l'importance de terminer derrière le PSG. «Pour l'honneur», a-t-il souligné mais aussi pour être sur le haut de la pile des dossiers candidats à un ticket afin de disputer la Ligue des Champions. Avant de se méfier de l'adversaire nantais. «Ils se présentent comme étant en difficulté. Et je sais que c’est dans ce genre de situation que cette équipe est la plus redoutable. Elle est très forte à l’extérieur. Et nous à l’inverse, j’espère que nous ne serons pas dans l’euphorie après les deux victoires et la seconde place actuelle. Tout reste encore à faire.»

LSL | Journée 24
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreMTStats
Aix en ProvenceCesson332115-12>>
IstresPontault-Combault282716-12>>
ChambéryToulouse352719-13>>
IvrySt Raphael313412-17>>
TremblayDunkerque232912-16>>
ParisNîmes412919-15>>
MontpellierNantesà jouer ce jeudi20h45 
Classement
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Paris452422117866131 
2Montpellier3723184165259429
3Chambéry372418516806006-9
4Nantes35231751709633-2 
5Nîmes34241662693666-2 
6Aix en Provence2624131106496152 
7St Raphael2524111037066814 
8Tremblay20248124654704-1 
9Toulouse19248133699711-25
10Dunkerque192481335926111-5
11Istres122451726156992 
12Ivry10244182595677-6 
13Cesson9243183555668-4 
14Pontault-Combau.6243210603716-1 
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités