mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
CDF Reg. M : Calais tout en haut de la France
CDF Reg. M : Calais tout en haut de la France
25 Mai 2019 | France > Coupe de France

Souverains, quelques heures avant de voir leurs voisins de Dunkerque affronter Chambéry, les hommes de SO Calais se sont imposés avec la manière sur un US Orléans volontaire en diable mais qui n’a pu s’opposer sur la longueur du match à la puissance des hommes de Jessy Vermersch. Au final un score de 27 à 18 qui symbolise bien la puissance défensive des Nordistes. Une défense articulée autour d’un Mike Grocaut clef de voute de cet édifice en acier trempé.

Pourtant, la première période n’augurait pas d'une balade des Nordistes, Orléans jouait crânement son jeu, prenait chaque occasion de jouer vite pour ainsi échapper à la chape de plomb posée par Calais dès que le jeu de restreignait sur demi-terrain et surtout bénéficiait des erreurs à la finition de Calaisiens trouvant souvent les bonnes solutions sans toutefois arriver à les convertir toutes et loin de là. Résultat, le match était extrêmement équilibré au score même si le sentiment de la domination calaisienne était assez présent dans les esprits des observateurs. On voyait bien que les Fatoux, Grocaut et autres Nuns et Desaegher avaient de quoi mettre plus de justesse et d’intensité dans leur jeu, mais entre une équipe d’Orléans qui arrivait à faire beaucoup avec peu et Calais qui était un peu trop à l’inverse, l’écart à la pause était loin de signer la fin des espoirs de l’USO.

Le hic pour les hommes du centre, c’est que cette fin des espoirs va, très vite, trop vite, arriver en seconde période. Même si Thomas Duchet inscrivait le premier but ramenant Orléans à une toute petite unité, la suite allait être une longue agonie offensive pour les Jaunes et Rouges. Alors qu’Orléans ne va n’inscrire que 2 buts lors des 13 minutes suivantes, Calais, lui, va s’appuyer sur cette défense hermétique pour faire avancer sa marque à pas de géant. Dans le même laps de temps, les hommes de Jessy Vermersch vont en inscrire, eux, 7 et à 20-13, le match avait perdu pas mal de son incertitude même si il restait encore un bon quart d’heure à jouer. Mais pour refaire son retard, il fallait qu’Orléans marque et même, marque beaucoup. Or, entre un Arnaud Trema impérial dans les buts et ce bloc défensif toujours aussi solide, l’espace pour y arriver était trop petit. Orléans devait s’avouer vaincu et Calais brandir un trophée qu’ils ne pourront plus jouer et on l’espère pour eux avant longtemps, puisque dès la saison prochaine ils seront en N3 avec une montée gagnée après une saison vierge de toute défaite. Aussi bien en championnat qu’en Coupe de France, Calais aura su rester maître de tous ses matches et ne jamais connaître le gout de la défaite.

Diaporama du match par Lorie Couvillers



A Paris, Accor Hôtel Arena
Le samedi 25 mai à 16h30
Finale régionale masculine de la Coupe de France
SO Calais HB - US Orléanaise HB : 27 - 18 (Mi-temps : 12-10)

5 500 spectateurs
Arbitres : MM JULES CHIFFOLEAU et MAX CHIFFOLEAU

Evolution du score : 2-2 5°, 4-3 10°, 6-6 15°, 8-8 20°, 10-9 25°, 12-10 MT - 17-12 35°, 20-13 40°, 21-15 45°, 24-15 50°, 25-16 55°, 27-18 FT.



Un homme dans le match… Mickael Grocaut

par Yves MICHEL

Mike Grocaut soulevant le trophée de la coupe de France régionale masculine avec le maillot de Calais sur les épaules, le symbole est fort. Un an après avoir tiré sa révérence à Dunkerque, son club de toujours et huit ans après avoir soulevé une coupe de France avec l’USDK, le pivot continue à marquer les esprits.  A 39 ans, l’idée de raccrocher une bonne fois pour toutes n’est décidément pas dans son esprit.

Mike, une nouvelle coupe de France à ton actif…
Oui et je dirais même qu’elle est aussi belle que la 1ère avec Dunkerque. Ce ne sont pas les mêmes émotions parce que j’ai déjà connu ce moment mais c’est toujours excitant de gagner un titre. Ici à Bercy, il y a des souvenirs qui reviennent à la surface.

On t’a senti heureux comme un gamin ?
Bien-sûr… même si ce n’est pas un titre majeur au niveau professionnel, ça fait plaisir. En plus, avec une équipe de copains qui le méritent vraiment tous. C’est vraiment cool.

Cette finale, vous l’avez maîtrisée comme il le fallait…
En 1ère mi-temps, on a quand même eu du mal à se lâcher. Orléans n’allait pas nous donner le match tout de suite. Ils ont joué leurs chances à fond et de notre côté, la pression est retombée. Quand on s’est mis à jouer à notre niveau habituel, cela a porté ces fruits.

C’est une belle année pour Calais avec la montée en Nat.3 ?
C’est une saison parfaite. En championnat, on finit 1er, on est invaincu, on gagne la coupe, le club est désireux de pouvoir grandir, après, forcément, il ne faut pas aller trop vite. Il faut structurer mais ce qui est intéressant c’est qu’il y a beaucoup de volonté à franchir des échelons.

Tu viens d’avoir 39 ans, tu ne t’es fixé aucune limite ?
(sourires) Ce n’est pas de tout repos. Ça fait bien dix ans que je ne jouais plus attaque-défense… je me donne encore une voire deux années de plus pour aider le club. Tant que le corps et la tête vont, je verrai bien… il n’y a pas de limites.

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités