mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: Attendre la dernière journée pour tout régler !
LSL: Attendre la dernière journée pour tout régler !
30 Mai 2019 | France > LNH
L'équipe qui accompagnera Pontault en Proligue la saison prochaine n'est pas encore officiellement désignée. Ce mercredi, Ivry et Cesson ont perdu face à Toulouse et Montpellier et se sont neutralisés. Tout se jouera donc jeudi prochain même si le ballottage reste favorable aux Val-de-Marnais. En haut de classement, Montpellier a assuré sa 2ème place, le suspense reste entier pour la 3ème marche du podium entre Chambéry qui ce jeudi se déplace à St Raphaël, Nantes et même Nîmes. 

par Yves MICHEL 


Et si au final, Ivry s’en mordait vraiment les doigts ? Car rien n’est réglé pour savoir qui des Val-de-Marnais ou de Cesson accompagnera Pontault en Proligue la saison prochaine. Les Bretons ont encore une chance de se maintenir mais leur destin n’est pas totalement entre leurs mains. Lors de la dernière journée, ils ont besoin d’au moins un point face à Paris et surtout espérer la défaite des Cessonnais à Istres. Un succès des Ivryens en Provence leur serait fatal. Ce mercredi soir pourtant, à Delaune, on pouvait penser qu’Ivry saurait conclure en beauté un périple qui n’a pas été de tout repos. C’était sans compter sur la résistance de Toulouse. Le Fénix va rapidement prendre les commandes avant que les locaux reviennent à hauteur et résistent jusqu’à la pause (15-16). A la reprise, malgré l’efficacité de Mate Sunjic, Ivry a perdu pied et quelques ballons et a été perturbé par la mobilité défensive et la vitesse d’exécution des Toulousains (15-20 à la 34ème). Les joueurs de Philippe Gardent vont garder leur avance jusqu’à la 41ème (18-22) avant de subir une "remontada". Pertes de balle, Sunjic à la parade, tirs contrés, ils vont encaisser un cinglant 5-0 permettant aux Val-de-Marnais de basculer en tête pour la seconde fois dans la rencontre (23-22). Le suspense restera entier à l’entrée du money-time mais Ivry va connaître moins de réussite et de lucidité que son adversaire pour faire la différence. Gaël Tribillon (photo de tête) sera le grand artisan de ce final toulousain. A l’affût pour déclencher la moindre contre-attaque ou en décalage sur son aile, l’ailier gauche de l’équipe de France des moins de 21 ans va le plus souvent gagner ses duels avec les gardiens. Ivry ne va rien lâcher mais n’aura pas assez de temps pour arracher a minima le partage des points qui aurait pu assurer le maintien (28-29). Toulouse profite de ce succès pour passer devant Tremblay et se positionner à la 8ème place. « C’est un sursaut d’orgueil, analyse le jeune gardien Joris Labro, excellent dans quelques moments clés. On savait que cela allait être compliqué car Ivry jouait sa vie et on avait essayé de bien se préparer. Cela a porté ses fruits même si 2 ou 3 fois pendant le match, on s’est fait un peu peur quand ils sont revenus. C’est une grosse satisfaction d’avoir gagné de cette façon en ne lâchant rien. Bien-sûr qu’on peut avoir des regrets notamment lors du match à la maison qu’on a laissé à Istres. On va défendre désormais la 8ème place en essayant de finir en beauté contre Aix chez nous. » Pour Ivry, tout se jouera donc lors de l’ultime épisode. Certains s’en seraient passés, d’autres font avec. 

Le diaporama photos Ivry-Toulouse par Lorie Couvillers
Trois questions à Johan Boisedu, arrière gauche de l’US Ivry

Johan, Ivry a tout lieu d’être déçu ce soir…
Oui bien-sûr, la déception est d’autant plus grande qu’on n’aura pas gagné un seul match à domicile sur la phase retour. C’est navrant pour le public et pour nous-mêmes. On n’est pas récompensé de tous les efforts consentis. Comme on aime entretenir le suspense, on va aller jusqu’au bout du bout (rires). 

Jeudi prochain à Istres… cela ne sera pas évident…
Les Istréens sont quand même plus détendus qu’il y a quelques semaines, non ? Ils ne jouent plus le maintien, ce sera une autre configuration pour eux. J’aurais préféré qu’ils ramènent un résultat de Nîmes… Bon, ce n’est pas le cas. D’un autre côté, Cesson risque de vendre chèrement sa peau à Paris même si la marche reste élevée. Il faut se méfier de l’animal blessé. A nous de faire le nécessaire à Istres. 

Tu clôtures ton aventure de 6 mois à Ivry, quel bilan en tires-tu ? 
Je n’ai jamais eu de regrets dans tout ce que j’ai entrepris et il y a toujours du bon à retirer même si des fois, on a un peu plus de mal à le voir. C’est le genre d’aventure que je recherchais, avec tout condensé dont un Final Four de coupe de la Ligue, il y a eu plein d’émotions, c’était cool. Je rentre à la maison en Espagne, là où j’habite mais je peux encore surprendre (rires). 



Ivry n’est pas encore sorti d’affaire mais garde un point d’avance sur Cesson. Ce mercredi, les deux équipes se sont neutralisées puisqu’elles concluent sur une défaite. La tâche des Bretons semblait plus ardue face à Montpellier qui devait surveiller ses arrières avec un siège de dauphin du roi PSG à défendre. Les Héraultais ont mis 40 minutes à faire sauter le verrou adverse. Cesson  est sans doute allé au bout de ses limites. Avec une particularité tout au long du match, deux frères face à face. Les Villeminot ont terminé meilleur réalisateur de leur équipe respective. Allan (photo ci-dessus) pour Cesson (7 buts) et Kyllian (ci-dessous) pour le MHB (6 buts). Au-delà cette particularité, si les Bretons ont opposé une belle résistance, ils le doivent aussi à la prestation de leur gardien roumain Alexandru Bucataru (13 arrêts). Mais Montpellier a su mieux gérer les vingt dernières minutes. Profitant de la débauche d’énergie produite jusque-là par l’adversaire, d'un arbitrage plutôt favorable et de coups opportunistes comme ces deux buts sans gardien après une récupération de balle par sa défense de Vincent Gérard. Peu importe l’écart, les Héraultais ont ramené ce qu’ils étaient venus chercher, une victoire (24-30) qui les installe définitivement à la 2ème place. Ils ne peuvent plus être rejoints même si Chambéry remporte ses deux derniers matches et que Montpellier reste muet lors du dernier. A égalité avec les Savoyards, les joueurs de Patrice Canayer seraient toujours devant grâce à une meilleure différence particulière de +9 buts.

Pour le reste, Paris est allé donner une petite leçon à Pontault-Combault qui n'a résisté que l'espace de dix minutes. Trois fois plus de balles perdues, un gardien Robin Cantegrel à 12 arrêts en 1ère période, un seul en 2ème, Paris qui aligne l'artillerie lourde puis utilise ensuite tout son banc et même les jeunes du centre de formation, le décor était planté pour que l'addition soit salée. Sept buts d'écart  la pause, seize au final (23-39)… Circulez, y'a rien à voir !  

Pour conserver le contact avec le podium, Nantes et Nîmes devaient gagner à domicile. Si pour le "H", la tâche s'est avérée plutôt aisée face à Tremblay avec une évolution au score où la différence n'a fait que se creuser (20-12 à la pause et 38-25 au final) avec un géantissime Nicolas Tournat (9 buts à 90%), Nîmes a rencontré plus de difficultés pour s'imposer face à Istres. Jamais plus de trois buts d'avance pour les Gardois qui ont pu compter sur l'incontournable Rémi Desbonnet dans les cages. Avec 17 arrêts, le portier de l'Usam a notamment gagné la plupart de ses duels avec Nicolas Boschi (2/8). Pourtant, à quatre minutes du terme, tout était encore possible puisqu'une seule longueur séparait les deux formations (25-24). Une perte de balle istréenne encadrée par deux buts gardois suffira à faire basculer la décision (27-26). La semaine prochaine et c'est intéressant, Nîmes se déplacera à Chambéry où se jouera la 3ème place. Nantes en visite à Dunkerque sera en embuscade avec la nécessité de s'imposer.

Aix a logiquement battu Dunkerque… C'est tout dire. Patrick Cazal n'avait même pas convié à la balade Haniel Langaro (pourtant rentré de Copacabana) et Wilson Davyes alors que comme d'habitude, il avait pris Guillaume Joli pour cirer le banc. Malgré cela, les Nordistes ont échoué à deux longueurs (24-22). Comme quoi, les apparences sont trompeuses même si vers la 20ème minute, ils étaient au plus mal (14-8). C'est bien d'être arrivé en finale de la coupe de France mais au-delà de ce constat, on ne retiendra pas grand chose de cette saison. A l'exception peut-être de la prestation d'ensemble de Samir Bellahcène qui ce mercredi, pour faire mentir la stat, a été largement en-deçà de ses possibilités avec deux minuscules parades. En revanche, son vis-à-vis Wesley Pardin avec 13 arrêts peut être inscrit au tableau d'honneur. Il y a eu beaucoup de déchet dans les tirs, de part et d'autre, des pertes de balle, dans les deux camps. Pays d'Aix attendra très impatiemment le résultat ce jeudi de St Raphaël-Chambéry pour savoir où en est l'état de son mano a mano avec les Varois en vue de la 6ème place.

Journée 25
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
Aix en ProvenceDunkerque242229/05>>
CessonMontpellier243029/05>>
IvryToulouse282929/05>>
NantesTremblay382529/05>>
Pontault-CombaultParis233929/05>>
NîmesIstres272629/05>>
St RaphaelChambéryce jeudi 30/0520h45 
Classement 
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Paris472523118256362 
2Montpellier412520417086434 
3Chambéry3724185168060062
4Nantes372518617726841-2
5Nîmes362517627206921 
6Aix en Provence2825141106736373 
7St Raphael2524111037066814 
8Toulouse212591337287391 
9Tremblay20258134679742-2 
10Dunkerque19258143614635-1 
11Istres12255182641726-1 
12Ivry10254192623706-7 
13Cesson9253193579698-5 
14Pontault-Combau.6253220626755-2 

Dernière Journée | Journée 26
Equipe ReceveuseEquipe Visiteuse
Datehoraire
MontpellierPontault-Combault 06/0620h45 
ChambéryNîmes 06/0620h45 
DunkerqueNantes 06/0620h45 
IstresIvry 06/0620h45 
ParisCesson 06/0620h45 
ToulouseAix en Provence 06/0620h45 
TremblaySt Raphael 06/0620h45 
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités