mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: "Titi" n'a pas raté sa sortie pour le 6ème titre du PSG
LSL: "Titi" n'a pas raté sa sortie pour le 6ème titre du PSG
7 Juin 2019 | France > LNH

Si la saison dernière, il avait fallu attendre la dernière journée pour que Paris soit couronné, cette fois-ci le doute a été levé assez tôt. C'est la 6ème fois depuis 2013 que le PSG termine en tête de l'élite. Le titre a été remis au cours d'une soirée dont se rappellera longtemps Thierry Omeyer. Le gardien de buts dont c'était le dernier match a été ovationné de bout en bout et il n'a vraiment pas déçu. Quinze arrêts et un net succès (29-20) face à Cesson qui du coup est officiellement relégué en Proligue. 

par Yves MICHEL


A 42 ans et sept mois, un géant a fait ses adieux au handball. Tout a été dit ou presque sur Thierry Omeyer. Et ce jeudi soir, il a reçu une dernière ovation, les derniers honneurs qu'il méritait pour services rendus. « Je ne m’attendais vraiment pas à toutes ces marques de sympathie. J’ai tellement de monde à remercier. Mes partenaires, les supporteurs, le club, ma famille. Je suis content de m’arrêter sur ça et de mettre fait plaisir avant tout. La journée a été longue, difficile, l'essentiel c'est que ça se termine bien. » A peine avait il mis les pieds sur le parquet de Coubertin que les Ultras venus encore plus nombreux scandaient son nom et s'époumonaient à reprendre des chants en son honneur. Ce jeudi soir porte de St Cloud, il était inscrit que c'était sa soirée. Un immense tifo qui barrait tout une largeur rendait hommage au "Gardien de Légende". Les termes choisis ne sont pas excessifs pour celui dont la liste des récompenses est impressionnante. 59 trophées, toutes compétitions confondues. Dix fois champion de France, six d'Allemagne, quatre Ligue des Champions avec Montpellier et Kiel, 10 titres en équipe de France (2 J.O, 3 Euros, 5 Mondiaux), sans oublier la distinction de meilleur gardien de tous les temps en 2010. Bien malgré lui, "Titi" a monopolisé toute l'attention d'une soirée clôturée par la remise d'un nouveau titre au Paris Saint Germain. Le 6ème depuis l'arrivée des Qataris en 2012-2013, seule l'équipe de Dunkerque en 2014 a contrarié l'hégémonie parisienne. « Durant toute la semaine, j'ai vraiment savouré, les entraînements, les étirements, tous ces moments avec mes coéquipiers. J'attendais ce match avec impatience même si je savais que c'était le dernier et que c'était fini derrière. » Et cet ultime rendez-vous, le gardien de buts ne voulait certainement pas le rater. Tant pis si cela ne faisait pas les affaires de Cesson qu'un nul (compte tenu de la défaite d'Ivry à Istres) aurait sauvé de la relégation.



Les Bretons étaient déjà mal armés face au PSG mais avec en plus un "Titi" des grands soirs qui a passé presque 59 minutes sur le terrain et qui a terminé à 15 arrêts, la mission était impossible. « J'avais quand même la pression pour cette dernière (sourires) mais ça a été du pur bonheur. J'avais les jambes peut-être un peu lourdes à l'échauffement mais une fois que le coup d'envoi a été donné, avec tous ces encouragements, c'était mal venu de ne pas faire un bon match. » Les 3300 spectateurs de Coubertin sont véritablement entrés en communion et chaque parade de l'intéressé, la clameur est montée. Cesson n'a pratiquement jamais existé. Au buzzer final, le public en redemandait et après avoir salué Uwe Gensheimer et Luka Stepancic qui eux quittent le club, Thierry Omeyer a eu droit à un rappel. Une salve d'applaudissements nourrie digne d'une rock star.  « Il mérite vraiment cet hommage, souligne Nikola Karabatic, spectateur en convalescence depuis sa nouvelle opération à la cheville gauche. C'est à la hauteur de tout ce qu'il a fait durant sa carrière et cela contribue à renforcer sa légende. Je suis content pour lui. » L'aîné de la fratrie à qui il reste quelques années de handball à honorer avant, à son tour de raccrocher, va devoir s'habituer à ne plus avoir le même gardien dans le rétroviseur. « Je m'y suis déjà fait en équipe de France, cela va être la même chose en club. C'est la loi du sport mais c'est sûr que ça va être bizarre parce que j'ai passé quasiment toute ma carrière avec Titi à mes côtés. Je pense même qu'il aurait pu continuer un an voire plus, sans problème. » Tout était décidé à l'avance et l'intéressé s'est préparé à sa reconversion. Au sein du staff du PSG, au niveau des gardiens et en intervenant jusqu'au strate de la formation. Il enfilera toujours le survêt mais n'aura pas les mêmes montées d'adrénaline. « Je n'ai pas envie d'être triste aujourd'hui poursuit Titi, ar j'ai eu la chance de vivre 36 ans de handball dont 25 au plus haut niveau. Je me suis régalé et pris beaucoup de plaisir. Je n'aurais jamais imaginé faire une telle carrière. J'ai vécu de vraies aventures humaines, il y a beaucoup d'émotion mais je suis heureux de passer à autre chose.» Si le handball et le championnat de France perdent un grand gardien, une famille retrouvera un peu plus longuement un papa et un époux. Présents au plus près de l'hommage, Manon (16 ans) et Loris (8 ans) mais aussi Laurence, sa compagne de tous les instants étaient tout aussi émus. « Je dois avouer que j'ai du mal à croire que ça s'arrête mais il va falloir qu'on s'y fasse. Il va passer à autre chose, c'est une nouvelle vie qui commence. Depuis toujours, c'était "hand, matin, midi et soir, semaine et week-end". Je ne crois pas qu'il va s'ennuyer. Je vais devoir le supporter à 100%, c'est peut-être ça qui m'inquiète le plus (rires). Non, j'avais envie qu'il termine sur un truc sympa et c'est ce qui s'est passé.» On a quand même du mal à se figurer Thierry en costard cravate !



Les Cessonnais ont quitté Coubertin comme ils étaient entrés, dans l'indifférence générale, c'est le petit bémol qu'on pourra mettre au passif du public. Les joueurs de Christian Gaudin peuvent avoir des regrets. A Istres, Gilles Derot (beau-frère de Christian) et ses joueurs ont fait le boulot en battant Ivry (35-30) non sans s'être faits peur puisqu'à la 46ème, les Val-de-Marnais souvent distancés, étaient revenus à une longueur (27-26). Cesson rate son dernier... pari à un point près. La sanction était connue à l'avance: descente en Proligue en compagnie de Pontault Combault.  Les Bretons parmi l’élite, c’est une histoire qui aura duré dix ans depuis l’accession en 2009. Une aventure qui aurait pu être très rapidement interrompue si en 2011, les Rennais n’avaient pas bénéficié du dépôt de bilan de St Cyr sur Loire. 9ème lors de la saison suivante, 7ème entre 2012 et 2015, l’équipe a enchaîné les mauvais classements pour se retrouver au plus bas, cette année. Un recrutement mal préparé, des blessés très tôt dans la saison, des objectifs mal définis, la déchéance était prévisible. Elle arrive au plus mauvais moment, quelques mois après la livraison d’une nouvelle salle de 4500 places. Avec une masse salariale réduite à douze joueurs pros, le retour parmi les grands n’est pas automatique. Si Ivry y était parvenu en 2015 et Tremblay en 2017, Istres et Chartres par exemple ont dû attendre trois saisons.

Le diaporama du match et de la soirée par Lorie Couvillers


Chambéry a eu chaud mais Nîmes reste à sa place

Pour faire bouger les lignes et surtout que Nîmes gagne une place au classement, il fallait non seulement que les Gardois aillent s'imposer à Chambéry et que Nantes s'incline à Dunkerque. L'USAM a bien failli réaliser son coup surprenant son adversaire d'entrée (0/4 après 4'), obligeant même Erick Mathé a posé très rapidement son temps mort. Tout est rentré dans l'ordre par la suite, Nîmes accumulant un peu plus de pertes de balle malgré la bonne prestation de Rémi Desbonnet (6 arrêts sur 13 au total) dans les cages (16-15 à la pause). Le second acte sera tout aussi serré, les duos Minel-Melic d'un côté et Prandi-Sanad de l'autre se rendant coup pour coup. Si les Savoyards ont semblé prendre le large en début de seconde période, les Nîmois se sont accrochés et sont même passés devant à moins de 90 secondes du terme (26-27). Un but égalisateur de Minel, son dernier sous les couleurs chambériennes avant de rejoindre l'Allemagne et Erlangen, un arrêt de Genty et surtout un 7 mètres salvateur de Benjamin Richert vont permettre à Chambéry de s'imposer (28-27).

Un succès des Nîmois n'aurait de toute façon pas suffi pour passer 4èmes puisque dans le même temps, Nantes est allé s'imposer à Dunkerque.



Les Nantais privés de Gurbindo ont comme le PSG, brillé par leur gardien, Arnaud Siffert. Lui aussi futur retraité du handball a clôturé sur 14 arrêts et les félicitations du jury. Si les deux équipes n'ont pu vraiment se départager en 1ère période, dans le sillage d'un incisif David Balaguer, le "H" a fait la différence dans le dernier quart d'heure (18-25) avant de buter sur Oleg Grams, un autre gardien, inspiré bien trop tard. Comme un symbole, à 9 secondes du terme, le dernier but nordiste a été inscrit par Guillaume Joli. Le dernier de sa carrière de handballeur (score final: 25-28).

Ironie de l’histoire, Thierry Anti n’a pas pu vivre cette dernière journée depuis le banc de touche. L’entraîneur nantais était suspendu suite à ses commentaires véhéments sur l’arbitrage après le match contre Nîmes. C’est Alberto Entrerrios et Grégory Cojean qui ont dirigé l’équipe comme ça sera le cas la saison prochaine. Le bilan des dix ans du technicien français à la tête de l’équipe professionnelle est très satisfaisant. Le "H" est sorti de l’anonymat pour se hisser parmi les plus grands d’Europe avec de nombreux accessits notamment la saison dernière avec une place de finaliste de la Ligue des Champions. C’est au-delà des frontières que Thierry Anti pourrait poursuivre sa carrière. Comme cela avait été déjà évoqué (voir ICI), le Sporting Lisbonne où évolue l’ancien montpelliérain Arnaud Bingo serait sur les rangs.

Le diaporama du match et de la soirée à Montpellier par Patrick Davignon


Pour le reste, aucune ligne n'a bougé. Montpellier porté par Melvyn Richardson (8 buts) qui n'a fait qu'une bouchée de la lanterne rouge Pontault-Combault (32-23) était assuré de terminer 2ème du championnat. Comme un peu partout dans les salles de France, la soirée a donné lieu à la traditionnelle séance de remerciements et d'hommage pour ceux qui quittent le club. Et dans le club de l'Hérault, c'est plutôt la saignée avec sept départs, sans compter Arnaud Bingo parti à la trêve vers le Portugal mais qui ce jeudi, était présent dans les gradins de Bougnol aux côtés d'un certain Ludovic Fabregas. Vid Kavticnik, Jean-Loup Faustin, Vincent Gérard, Mohamed Mamdouh, Théophile Caussé, Baptiste Bonnefond et Michael Guigou ont eu droit à des poignées de mains et leur maillot encadré.

Dans les deux derniers matches, Toulouse a pris un départ canon face à Pays d'Aix avant de se faire rattraper et talonner, perturbé notamment par les 10 buts d'Aymeric Minne auxquels a répondu Ferran Solé (8). Le Fenix a creusé l'écart dans le dernier quart d'heure et a gardé ses distances sur son adversaire (29-24).

A Tremblay, si l'équipe de Benjamin Braux a été le plus souvent aux commandes, St Raphaël a bien failli fausser la donne dans le money-time. Jamais distancés de plus de quatre longueurs, les Varois qui étaient revenus à égalité (31-31 à la 57è) ont été pénalisés par la disqualification d'Adrien Dipanda. Raphaël Caucheteux aurait même pu obtenir le partage des points si son tir n'avait pas été détourné par Darko Arsic (score final: 33-32).



Au niveau des satisfecit, Raphaël Caucheteux (notre photo) se succède à lui-même au classement de meilleur buteur de l'élite. Avec 179 réalisations, (dont 75 pénaltys) le Raphaélois devance le Montpelliérain Melvyn Richardson (162) et le Nîmois Mohammad Sanad (159). Il a inscrit douze buts de plus que la saison dernière. Sa meilleure performance avait été réalisée en 2015 où juste derrière Mikkel Hansen, il avait trompé à 194 reprises le portier adverse.

Concernant les gardiens, Yann Genty écrase la concurrence. Avec 320 arrêts, le Chambérien, désigné meilleur portier de la saison distance le Nîmois Rémi Desbonnet (266) et le Pontellois Robin Cantegrel (242). Sa meilleure performance remonte à 2014 où sous le maillot cessonnais, il avait écarté 351 tirs. Yann Genty est un modèle de régularité. Lors des six dernières saisons, il a terminé meilleur gardien à quatre reprises.


Dentz et Reibel encore plébiscités

Les lauréats de la saison seront réunis ce vendredi à l’hippodrome de Longchamp pour la remise des Trophées LNH. Si la plupart sont connus, il ne reste plus qu’à désigner le meilleur entraîneur de la saison qui devrait être le Chambérien Erick Mathé pour l’élite et Jérôme Delarue pour la Proligue, le meilleur Espoir et le MVP des deux championnats. Un trophée récompensant la meilleure paire arbitrale sera également attribué. Et pour la 8ème année consécutive, c’est le binôme Thierry Dentz-Denis Reibel qui a été plébiscité par la majorité des joueurs et des entraîneurs de LNH. Les Alsaciens qui ont honoré la 1ère partie de la saison (soit 17 matches, toutes compétitions confondues), n’ont pu être présents sur les terrains au-delà de décembre, Thierry Dentz ayant quelques soucis de santé. Dans un championnat où l’arbitrage a souvent glissé vers la polémique, leur intégrité et leur relationnel ont été mis en valeur. Ce qui explique certainement ce choix qui peut prêter à réflexion sur la perception par les principaux acteurs (joueurs et entraîneurs) de l'arbitrage français. Absents à la remise des Trophées, c’est Edgar, le fils de Thierry Dentz qui recevra la récompense. Peut-être d’ailleurs fera-t-il coup double puisque le pivot nancéen est nommé dans la catégorie meilleur Espoir de la Proligue ?

Dernière Journée | Journée 26
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreMTStats
MontpellierPontault-Combault322316-11>>
ChambéryNîmes282716-15>>
DunkerqueNantes252814-16>>
IstresIvry353017-12>>
ParisCesson292016-10>>
ToulouseAix en Provence292413-13>>
TremblaySt Raphael333217-13>>
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Paris492624118546563 
2Montpellier432621417406665 
3Chambéry412620517386558 
4Nantes392619618007092 
5Nîmes36261772747720-1 
6Aix en Provence282614120697666-1 
7St Raphael252611123766744-2 
8Toulouse2326101337577632 
9Tremblay222691347127741 
10Dunkerque19268153639663-2 
11Istres142661826767561 
12Ivry10264202653741-8 
13Cesson9263203599727-6 
14Pontault-Combau.6263230649787-3 
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités