mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mondial U21 M: Le Nigéria n'avait pas d'énormes arguments
Mondial U21 M: Le Nigéria n'avait pas d'énormes arguments
16 Juillet 2019 | International > Mondial

L'issue de ce 1er match ne faisait aucun doute. Et les Français ne l'ont pas galvaudé exploitant toutes les situations qui leur étaient proposées. A l'arrivée, la note est salée (48-19) pour une équipe du Nigéria limitée dans presque tous les secteurs. Cette rencontre a permis aux ailiers tricolores de tirer profit des espaces et à l'image d'Edouard Kempf, désigné MVP de la rencontre, d'alimenter le compteur avec 9 buts inscrits.

par Yves MICHEL, envoyé spécial à Vigo 


Déjà, pendant la préparation, Edouard Kempf (notre photo de tête) sentait qu'il avait des fourmis dans les jambes. Il lui tardait que cette phase de mise en place prenne fin et que la compétition commence. Dès ce 1er jour, il n'a pas laissé passer l'occasion de concrétiser son envie, tout comme ses partenaires. Et le Nigéria en a fait les frais. Au score (29 buts d'écart) et dans les chairs puisque trois joueurs ouest-Africains trop juste en gabarits se sont retrouvés au tapis, l'un d'entre eux en piteux état. Ils étaient arrivés à quatorze, combien seront-ils à la fin de leur compétition ?

Bref, le rapport de force s'est fait dès les premières minutes, les Tricolores entrant proprement et parfaitement dans le match alignant ce qui pourrait ressembler à un sept de base. Comme souvent, Kyllian Villeminot va mettre les siens en appétit et surtout affiner sa relation avec Yohann Gibelin sur la base arrière. La défense récupérait des ballons, les Nigérians commettaient beaucoup trop de faute et donc les ailiers tricolores montés sur ressort exploitaient le grand espace. A la manœuvre Kempf et Tribillon, principaux pourvoyeurs au tableau d'affichage, avec respectivement 9 et 8 réalisations. «Je ne sais pas si c’était un match spécifiquement pour nous les ailiers mais on a pris du plaisir et surtout on a respecté de bout en bout cette équipe, jubile Edouard Kempf. C’est vrai qu’il fait relativiser, on sait que ce n’est pas le Nigéria qui pouvait nous poser des gros problèmes. Demain (ce mercredi) contre la Corée, les champions d’Asie avec un jeu atypique, ce sera un cran en-dessus. Mais on entre dans la compét’ et c’est primordial pour la confiance.» Le Nigéria a été lentement mais sûrement aspiré vers le fond, l’écart augmentant à vue d’œil. L’histoire retiendra que Michael Solomon qui évolue déjà avec les « A » de son pays se signalera en repoussant deux 7 m face à Kyllian Villeminot et face à Edouard Kempf. Plus les minutes s’égrenaient, plus la France prenait le large et du bord de touche, Yohan Delattre multipliait les rotations (globalement, aucun joueur ne restera plus de 33 minutes sur le parquet). Il va utiliser les seize inscrits sur la feuille de match, Gauthier Ivah ayant été préféré comme 2ème gardien à Bastien Soullier qui jusqu’à nouvel ordre vivra les matches dans les tribunes. Valentin Kieffer dans le 1er acte, son binôme dans le second, répartition logique et parfaite avec pour le peu qu’ils ont eu à surveiller, un meilleur rendement pour le Parisien (10 arrêts).  « Le coach nous avait dit qu’il fallait nous concentrer surtout sur nous, révèle le portier de la réserve du PSG. Il y avait le risque qu’on soit notre propre adversaire. Ce qui est bien aussi, c’est que tout le monde a participé, les changements ont été nombreux, de cette façon, tout le monde se sent concerné. Mais ce n’est que le 1er match face à un adversaire qu’on a pu manœuvrer. Maintenant, on va se pencher très sérieusement sur la Corée. » Le Nigéria rayé des cadres par la France (48-19), devrait encore subir ce mercredi face à l’Egypte qui pour son match d’ouverture a facilement battu l’Australie (44-17). Les petits Bleus eux, doivent d'ores et déjà se focaliser sur la Corée. Autrement plus costaude et techniquement mieux lotie que le représentant d'Afrique de l'Ouest. Dès lundi d'ailleurs, avant même de monter dans l'avion, Yohan Delattre avait fait référence aux Asiatiques, se méfiant de leur fougue et des intentions qui les animent. A trop vouloir se fixer sur la Suède et l'Egypte, au rang des deux grosses oppositions du groupe, toute formation qui négligerait la Corée irait devant une cruelle désillusion. «Aborder psychologiquement la compétition correctement, c’est ça le plus important, valide Arnaud Parisy, le coach adjoint. C’est se mettre dans les meilleures conditions pour la suite. Sur un championnat du monde, il y a cette part d’inconnue puisque au début, on rencontre des nations qu’on n’a pas l’habitude de jouer. Il faut rester les pieds sur terre et garder de l'humilité. » A leur actif, les Coréens ont une sacrée référence. Il y a deux ans en Géorgie sur le U19, ils avaient terminé 1ers de leur groupe après avoir battu quatre de leurs adversaires dont la Croatie et en ne s’inclinant que face au Portugal. Donc méfiance. « C’est sûr que si le match n’est pas pris par le bon bout, n’importe qui peut te battre. La France représente pas mal de choses aux yeux de certains et il y a toujours cette envie chez l’adversaire de la mettre à son tableau de chasse. A nous de rester dans ce qu’on sait faire. Les gars sont pro et ils doivent le revendiquer. » Face à des Coréens filiformes, plein de fougue et d'espièglerie et qui ont pris l'habitude de démarrer le pied au plancher et de tenir le rythme durant de longues minutes, les Français devront se montrer très attentifs. La Suède en sait quelque chose. Elle a eu du mal à se débarrasser des Asiatiques qui n'ont jamais rien lâché et qui ne s'inclinent que de six longueurs (34-28). Rendez-vous ce mercredi à 21h.

Le reportage photos du match France-Nigéria par Yves MICHEL



A Vigo, Pabellon As Travesas, tour préliminaire, mardi 16 juillet 2019
FRANCE - NIGERIA        48-19  (Mi-Temps: 26-9)


Arbitres: Amar et Dino Konjicanin (Bosnie)

FRANCE: Kieffer (1ère MT 3/12) Ivah (2è MT 10/20) - Richert (3/3), Bos (2/3) Tribillon (8/9) Gaudin (3/5 dt 3/3 à 7m) Poyet (1/1) Villeminot (4/7 dt 0/1 à 7m) Nahi (4/6) Kempf (9/10 dt 2/3 à 7m) Gibelin (3/3) Mapu (4/4) Dourte (2/2) Benhalima (0/1) Cochery (5/6) Damiani.

En vue au Nigéria, le gardien Michael Solomon (9 arrêts dt 2 à 7m) Usman (5/8) Hassan (7/11) 

L'Espagne attend son heure



Après l'avanie infligée au Nigéria, un scénario identique attend certainement ceux qui suivront ce mardi soir, le match entre l'Espagne et les Etats-Unis, nouveaux venus dans le concert handballistique mondial. A l'image de leur capitaine Ian Tarrafeta qui nous a accordés une interview, les joueurs ibères savent que ce n'est pas sur ce type de confrontation que tout un peuple les attend. 

L’affiche sera inévitablement déséquilibrée mais c’est un 1er match qui compte. Non pas tant par son issue car une victoire de l’Espagne sur les Etats-Unis ne fait aucun doute mais par l’impulsion que cette équipe va donner à ce Mondial juniors organisé sur son sol… comme il y a trente ans… Les Barrufet, Urdiales, Garralda ou autre Barbeito s’étaient hissés en finale qu’ils avaient perdue au profit de la Russie d’un certain Talant Dujshebaev. Ce soir-là, l’actuel entraîneur de Kielce avait marqué 10 buts. De l’aveu même des organisateurs actuels, un évènement de cette catégorie d’âge n’aura été autant médiatisé. 80 journalistes venus d’un peu partout sur la Terre se sont fait accréditer et pour la 1ère fois dans l’histoire d’une compétition U21, la télévision assurera les retransmissions. La "Rojita" plus sollicitée que jamais par un environnement à la limite oppressant n’aura donc pas le droit à l’erreur. « Ce n’est pas une bonne solution de se mettre une mauvaise pression parce que la compétition se déroule chez nous, abonde Ian Tarrafeta. Nous savons que nous ne devons pas décevoir ceux qui nous suivent mais il faut qu’ils comprennent qu’on n’est pas tout seul dans la quête d’une médaille. A l’Euro slovène, avec cette 5ème place, on peut parler d’échec. Mais il n’y a pas de sentiment de revanche ou de vengeance. Contre qui d’ailleurs ? Si on n’a pas été bon, c’est de notre responsabilité. On veut simplement faire mieux. » Le plus francophone des joueurs ibères (sa mère est née de l’autre côté des Pyrénées) affiche une sérénité à toute épreuve. Il revient pourtant de loin. Sa saison écoulée a été ponctuée par deux fractures et il a même loupé l’opportunité de se retrouver chez les "A" puisque Jordi Ribera avait bien l’intention de le sélectionner. « Cela a été une vraie contrainte car dès le moment où tu te fais opérer, tu sais que tu en as pour un bon petit moment. J’arrive frais et en forme sur cette fin de saison donc c’est plutôt de bon augure pour le Mondial. » Ian Tarrafeta s’enivre des buts qu’il inscrit et des actions qui les amène. Avec Antonio Serradilla, l’arrière gauche, qui lui a eu l’occasion de franchir un palier lors de la récente Euro Cup (substitut des qualifs à l’Euro 2020 puisque la "Roja" est tenante du titre), il est le dépositaire du jeu espagnol. « Je pense qu’en un an, on a évolué mentalement. On sait qu’on peut battre tout le monde, quelles que soient les circonstances. Ce qui a changé également, c’est que de plus en plus de nos joueurs U21 évoluent en Liga Asobal. L’expérience ne s’acquiert qu’au contact des plus forts. » Si l’Espagne peut battre tout le monde, elle a commencé à en faire la démonstration. Contre la France au récent Airport Trophy en Suisse. « On va dire que c’est bien pour la confiance mais il leur manquait deux cadres (Kyllian Villeminot et Elohim Prandi avaient été préservés). On les a battus quand même, ce n’est pas souvent que cela arrive, on se raccroche à ça. » Match de poule à l’Euro U18, finale du Mondial U19, tour principal à l’Euro U20, dans les compétitions majeures, les Tricolores mènent aux points. «C’est vrai que la France est un peu notre bête noire. Il y a dans cette équipe de grands joueurs comme Kyllian Villeminot, que j’apprécie. Mais pour nous, ce n’est pas une obsession. Pour l’instant, on est focus sur les Etats-Unis, notre 1er adversaire et on ne pense pas à voir plus loin.» Une dose d’intox et de dissimulation ? Le demi-centre de Granollers sait pertinemment que leur contrat est à durée... imposée. A minima jusqu’au 27 juillet et le carré final. Il sera temps dès lors de viser quelle place occuper sur le podium. 

Retrouvez toutes les infos et reportages consacrés aux U21 français et au Mondial espagnol ICI

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités