mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mondial U21 M : Antonin Mohamed "J’arrive motivé comme jamais"
Mondial U21 M : Antonin Mohamed "J’arrive motivé comme jamais"
21 Juillet 2019 | International > Mondial

Antonin Mohamed a fait expressément son sac quand Yohan Delattre l’a contacté pour pallier l’absence de Gaël Tribillon, victime d’une entorse à la cheville gauche pendant le match de samedi face à la Suède. L’Ivryen a sauté dans le 1er avion vers Vigo avec escale à Madrid. Il doit retrouver ses partenaires en fin d’après-midi. Il n’arrivera pas en terre inconnue puisqu’il a participé à plusieurs stages de préparation dont celui de Capbreton en juin dernier. Le petit ailier gauche affiche une motivation sans limite pour remplir le rôle qu’on voudra bien lui assigner.

par Yves MICHEL, envoyé spécial à Vigo

Lorsqu’il fait référence à Antonin Mohamed, Sébastien Quintallet son entraîneur à Ivry n’hésite pas à affirmer que le joueur a grandi un peu plus vite que les autres. Ce pur produit du centre de formation de l’USI est dans l’antichambre de ce qui pourrait être une belle carrière. Le club val-de-marnais n’a d’ailleurs pas hésité à récemment lui faire signer un 1er contrat professionnel pour une durée de 3 ans. Mais chez les jeunes, son heure dans une grande compétition internationale n’avait pas encore sonné. Barré sur le poste d’ailier gauche par le Parisien Dylan Nahi et le Toulousain Gaël Tribillon. Antonin Mohamed n’avait jusque-là participé qu’à des stages de préparation ou des tournois intermédiaires comme les 4 nations en Espagne à la mi-janvier et Yohan Delattre ne l’avait ensuite rappelé dans le groupe qu’en juin pour le stage de Capbreton. « Je me suis toujours senti prêt. J’avais dit au coach qu’il pouvait m’appeler à n’importe quel moment. Ce que je ne voulais pas, c’est être pris parce qu’un des partenaires était blessé. Bon, c’est le cas, maintenant, j’arrive sans me poser de questions et je vais essayer d’apporter tout ce que je peux. En tout cas, je vais saisir ma chance. De toute façon, je ne suis pas inquiet car je sais que je vais être parfaitement accueilli. » Il débarque dans le groupe dans un contexte particulier. Au lendemain d’une défaite contre la Suède qui a plus fait mal dans les têtes que dans les jambes. Et surtout qui marquera la fin de l’aventure pour Gaël Tribillon, victime d’une entorse de la cheville gauche. On ne remplace pas aussi facilement la personnalité de l’ailier du Fénix dont l’importance pour cette génération dépasse les limites du terrain comme leader dans l’âme au même titre que Kyllian Villeminot ou Jonathan Mapu. « Depuis hier soir (samedi), j’ai beaucoup pensé à Gaël, ça me fait plutôt ch… car j’aurais préféré être appelé pour mon jeu que pour pallier une blessure. » L'Ivryen est un joueur de devoir. Pétri de qualités et surtout d’une belle mentalité. Il devra saisir la chance qui lui est donnée de pouvoir s’exprimer au plus haut niveau avec un maillot tricolore sur les épaules. Ne surtout pas surjouer et répondre présent lorsqu’il devra entrer sur le parquet. Comme il a su le faire en club pendant la saison écoulée. « Cette année, avec Ivry, j’ai eu la chance de bénéficier de pas mal de temps de jeu. Je pense que cela m’a fait grandir, que j’ai passé un cap. Même si j’ai encore beaucoup à apprendre. » 33 buts inscrits tout au long de la saison,  sa rapidité d’exécution et de replacement peut être un véritable atout pour des Français qui vont devoir tourner la page Tribillon, comme ils avaient su le faire lorsqu’Elohim Prandi a déclaré forfait. « Justement, j’arrive complètement frais et motivé comme jamais. Je veux leur faire partager ça pour les rebooster. Je les connais tous et je n’arrive pas en terre inconnue. En plus, Gaël sera dans nos pensées. »  Un jour alors qu’on lui demandait si un rêve le poursuivait, Antonin a spontanément lâché « l’équipe de France A, jouer la Ligue des Champions et peut-être la gagner. » Cette réponse peut prêter à sourire mais on ne va pas reprocher à un jeune joueur d’avoir de l’ambition.

Trois questions à Mirko Perisic, membre de l’encadrement des U21 français

Les lendemains de défaite sont inévitablement plus douloureux…
Cela fait partie de ce qui peut arriver dans une compétition. Contre la Suède, il faut reconnaître qu’on a été beaucoup en échec au tir, c’est ce qui compte dans ce match, on rate cinq penalties. Et de mémoire, c’est le plus faible total de buts (23) qu’on marque avec cette génération. Je n’ai pas peur de l’état d’esprit du groupe qui est irréprochable depuis le début, ce qui est le plus difficile à accepter, c’est la blessure de Gaël. Les obstacles continuent, il faut les surmonter.

L’intégration d’Antonin Mohamed va se faire naturellement ?
Déjà, on a à faire à un garçon très agréable pour la vie d’un groupe. A la base, il aurait mérité d’être là, il n’y aura aucun problème, c’est quelqu’un qui a un mental d’acier, qui est fédérateur. Cela ne compensera pas la perte de Gaël qui avait un rôle historique dans cette génération mais pour Antonin, je ne me fais aucun souci.

L’Egypte, ça sera un sacré match avec la 1ère place en jeu ?
On doit s’attendre à voir une équipe très agressive face à nous. Indépendamment de terminer 1ers du groupe, ils sont déterminés à battre la France. Il faut qu’on se focalise plus sur nous que sur l’adversaire. Nous aussi, on aura les crocs mais si on fait les agneaux, cela peut très mal se passer. Mais je ne crois pas, le revers contre la Suède nous oblige à rester vigilants et c’est une très bonne chose.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision