mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mondial U21 M: Ce sera désormais à la vie, à la mort !
Mondial U21 M: Ce sera désormais à la vie, à la mort !
22 Juillet 2019 | International > Mondial

Il n'est plus temps de se voiler la face. Après la leçon de réalisme et de justesse dans le jeu donnée par l'Egypte, la France n'est plus qu'une équipe quelconque qui terminera 3ème de son groupe et qui va devoir se retrousser les manches et se faire un peu plus mal si elle veut poursuivre son chemin dans la compétition. En s'inclinant (32-37) face aux champions d'Afrique, les Tricolores savent désormais ce qui les attend. Dès les 8èmes, mercredi, ils seront opposés soit à l'Espagne, soit à la Slovénie. Reste à savoir pour qui est le cadeau. Il s'agira de mettre tous les ingrédients dans le combat, y compris cette fois, ses attributs les plus précieux !

par Yves MICHEL, envoyé spécial à Vigo

« Après ce qu’on vient de vivre, c’est dur de parler à chaud. Quoi qu’il en soit, il faut qu’on reste uni mais c’est vrai, c’était compliqué. » Valentin Kieffer à qui on se gardera de faire remarquer que c’est le 2ème match après la Suède qui lui échappe, est bien conscient qu’au-delà des quelques mots qu’il pourra lâcher et des espoirs auquel il veut bien se raccrocher, la prestation des Tricolores face à l’Egypte est indigne de ce qu’on est en droit d’attendre d’une équipe de France, quelle qu’elle soit. On attendait une réaction d’orgueil après le non match face à la Suède, non seulement elle n’a pas eu lieu mais par moments, cela était pire. Quel désastre ! Et ce n’est pas progressivement que les Egyptiens ont façonné leur succès. Il y avait pourtant de bonnes intentions et surtout Gauthier Ivah dans les cages qui donnera le ton. Les Egyptiens ont laissé les Français tirer les 1ers et puis ont mis en place leur dispositif à double verrou sur lequel les Bleus allaient s’empaler et s’énerver. Si bien qu’après seulement 7 minutes, c’était panique à bord. Trois longueurs déjà à remonter et Yohan Delattre contraint de poser son 1er temps mort pour recadrer ses ouailles. On avait eu droit à tout pendant cette entame, des pertes de balle, de l’approximation dans la construction et surtout trop de tirs lâchés sans assurer la trajectoire. Les Français n’allaient pour autant trouver les bons remèdes. Ils multipliaient les longues courses sans fin, évoluaient un peu trop à plat et sans profondeur, allaient mourir sur la 6-0 égyptienne. L’état du patient s’étant aggravé, le coach tricolore n’avait d’autre solution que de lâcher son 2ème temps mort, 4 minutes à peine après le 1er ! Sauf que la grinta était du côté des Egyptiens et que leur gardien Abdelrahman Taha était plutôt en réussite. Dans le camp tricolore, seuls deux joueurs parvenaient à surnager, Gauthier Ivah dans ses cages sous le regard de Jota Gonzalez, un de ses coaches au PSG et Noah Gaudin qui avec Dylan Nahi sera le plus incisif.

Deux temps morts plus tard et quelques rotations plus tard, qu’en était-il de la physionomie de l’équipe de France ? Il y avait du mieux, quelques ballons étaient grattés en défense et de rares contre-attaques pouvaient aboutir. Les Tricolores se réveillaient-ils enfin ? On aurait pu le penser ne serait-ce qu’au tableau d’affichage puisqu’ils étaient revenus à deux longueurs des Egyptiens. A la volonté, à la force du poignet profitant d’un coup de moins bien des Africains. Sauf que dans la minute qui suivait, ils retombaient dans leurs travers et laissaient leur adversaire remettre de la distance.

Quatre buts d’écart à la pause, le sursaut d’orgueil allait-il s’organiser dans le huis clos des vestiaires ? Il n’est pas sûr que quelqu’un ait pris la parole pour secouer le cocotier car à la reprise, la situation allait empirer. Valentin Kieffer avait supplée Gauthier Ivah dans les cages mais cela n’avait aucun effet. Le gardien alsacien ne pouvait que constater l’ampleur du mal. « On n’a jamais été dans le combat, c’était pourtant sur cette aspect qu’on voulait être les plus forts. En deux matches (avec celui de la Suède) on a perdu nos repères. » Les regards d’impuissance que se lançaient certains en disaient long sur la détresse ambiante. Qui aurait pu penser encore il y a deux jours que les Français soient à ce point perdus en défense et si peu précis dans leurs tirs ? Au tableau d’affichage, ils avaient atteints des écarts indignes de leur rang. Neuf buts de retard au plus fort et à l’entame du dernier quart d’heure face à cette même Egypte qu’ils avaient balayée il y a deux ans au Mondial U19 ! Un semblant de réveil interviendra un peu tard dans le money-time. Au buzzer final, les Egyptiens embrassaient le parquet et se lançaient dans une ronde folle. Ils réalisent le sans-faute dans cette phase préliminaire et peuvent envisager un 8ème avec sérénité (contre la Serbie ou la Tunisie). Pour la France, le contexte est tout autre. « Désormais, ça va être la guerre, clame Valentin Kieffer. On aura un très gros match face à un des favoris de l’épreuve. »  En prenant la 3ème place puisque la Suède a conclu ce tour préliminaire sur un succès logique face au Nigéria, les Français "s’offrent" dès mercredi, un 8ème de finale assez compliqué face au 2ème du groupe A, soit l’Espagne, nation hôte, soit la Slovénie, champion d’Europe de la catégorie en titre. Les deux leaders de cette poule se retrouvent dans la soirée et comme ils sont à égalité, l’issue de ce face à face sera déterminante pour savoir qui sera 1er ou 2ème. « Ce sera à nous de jouer avec nos couilles (sic) poursuit le futur portier de Saran. Tout le monde va nous attendre et on n’aura pas le droit à une 3ème déception. On doit répondre présent et assumer nos erreurs de parcours. On s’est mis dans la merde tous seuls, c’est tous ensemble qu’il faut s’en sortir. » Surtout pour que l’aventure que certains vivent depuis cinq ans ne se termine pas en queue de poisson, dans l’anonymat le plus complet, pour une équipe si géniale qui en quelques jours, serait devenue… quelconque.

Le diaporama photos de France - Egypte par Yves MICHEL


A Vigo, Pabellon As Travesas, tour préliminaire, lundi 22 juillet 2019
FRANCE
 - EGYPTE    32-37(Mi-Temps: 16-20)

Arbitres:  MM Erdogan & Ozdeniz (Turquie)

FRANCE: Kieffer (3/14 dt 1/1 à 7m) Ivah (13/33 dt 0/2 à 7m) - Richert (3/6 dt 2/2 à 7m), Bos (1/3) Gaudin (8/12 dt 1/1) Poyet, Villeminot (1/5) Nahi (5/5), Kempf (3/4), Gibelin (4/8) Mapu (2/3) Dourte (1/2), Benhalima, Cochery (2/4) Damiani (2/5) Mohamed

Joueurs les plus en vue pour l'EGYPTE : Ramadan Mahmoud (8/12), Omar Khaled (7/9) Ahmed Hesham (6/9)

Evolution du score: 
1-4 (7) 3-9 (12) 5-10 (15) 6-12 (17) 12-14 (23) 14-16 (26) 14-19 (29) 16-20 (MT) 17-23 (35) 18-25 (37) 21-30 (43) 25-31 (48) 29-35 (53) 32-35 (57) 32-37 (FIN)
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision