mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mondial U21 M : Ils ont été capables de renaître !
Mondial U21 M : Ils ont été capables de renaître !
24 Juillet 2019 | International > Mondial

Au bout de leur envie, les Bleuets se sont imposés d'un tout petit but venu du poignet magique de Noah Gaudin, meilleur buteur et joueur du match, sur le pays organisateur, l'Espagne (24-23). Pendant 60 minutes, après avoir dominé la première période de la tête et des épaules, ils ont fait fi de l'ambiance, de la réussite de leur adversaire et même par moment des coups de sifflet. Cette génération dorée chez les U19 va pouvoir continuer à écrire son histoire en quart de finale face au Danemark qui sera encore un sacré morceau à avaler.

Par Yves MICHEL, envoyé spécial à Pontevedra

C'est pour libérer ce trop plein de pression, cette tension accumulée depuis ces derniers jours après ce qu'ils avaient pu lire à propos de vertus qu'ils n'avaient plus et un fond de jeu qui s'était évanoui dans la nuit galicienne que comme un seul homme hirsute, ils ont sauté démesurément de joie et sont allés saluer la poignée de supporters qui les avait encouragés pendant 60 minutes. Alors... c'est vrai... les Bleuets ont fêté une qualification pour les quarts de finale, ce qui est loin d'être une fin en soi ! Les Espagnols eux, sont sortis de cette soirée qui devait être celle d'une 1ère consécration et qui s'est transformée en crépuscule. Pour les Tricolores, c'est une nouvelle aventure qui commence. A peine ont-ils eu le temps de savourer ce succès que le Danemark se dresse devant eux. C'est dans vingt-quatre heures et avant une journée de repos qu'ils auront le droit d'entrevoir la consécration et les contours d'un podium... pas avant !

Ce succès face à l'Espagne est le énième que cette génération 98-99 rajoute à son palmarès. Il a peut-être plus de saveur que celui de Croatie, Géorgie ou Slovénie parce que tout simplement, les Tricolores sont venus défier les Ibères sur leur propre sol.

Alors avec le renfort d'Elohim Prandi d'un côté et de Ian Tarrafeta, de l'autre, le rapport de force s'était rééquilibré. Tout était dès lors réuni pour que dans cocotte-minute de Pontevedra, le cocktail proposé soit explosif. Il l'a été !


Ce sont pourtant les Français qui vont imposer leur tempo et perndre leur adversaire à la gorge. Les balles gagnées en défense avec un Valentin Kieffer magistral d'efficacité (du moins dans cette entame), la détermination de Kyllian Villeminot apparemment libéré d'un poids dans la dilution des responsabilités et l'énergie d'un Noah Gaudin insaisissable et totalement habité, toute cette déferlante va asphyxier des Espagnols qui obligés de procéder à trois changements, ne savaient plus où donner de la tête. Six longueurs à remonter apres seulement 9 minutes. La salle qui chantait et hurlait, s'était subitement tue. Seuls Ian Tarrafeta sur cette base arrière peu inspirée et le petit ailier Gonzalo Perez Arce parvenaient à réveiller l'assistance. C'est surtout sur des erreurs tricolores que les Espagnols vont refaire une partie de leur retard juste avant la pause. Et dans les gradins, les aficionados ont repris espoir. Surtout lorsque les Français étaient contraints à la faute et que le binôme algérien commençait à distribuer des 2'. "Fuera, fuera, ..." pour chaque Ibère bouté au-delà de la ligne de défense, les spectateurs demandaient la tête du Français incriminé. Dans la moiteur de la soirée, la mi-temps intervenait au meilleur des moments.


Jusque-là transparent, Kyllian Ramirez laissait sa place dans les cages à son binôme Daniel Broto. Le portier de Huesca va dès la reprise, sortir quelques arrêts importants dont un pénalty. Et comme le bloc espagnol se montrait plus agressif, les Français étaient contraints à user leurs batteries sans pouvoir concrétiser. Trois buts à peine en 11 minutes, c'était trop peu pour empêcher l'hôte de la soirée de prendre l'avantage (16-17 à la 48ème) et ce, pour la 1ère fois de la rencontre. Les dix dernières minutes seront à la mesure du rendez-vous. Tendues et irrespirables. Noah Gaudin venait de survoler les débats et permettre à ses partenaires de rester au contact. Sans montée de balle point de salut ! Et c'est dans ce domaine que les Tricolores vont surtout pêcher. Toujours est-il que l'édifice était toujours debout, que les minutes s'égrénaient et que la pièce n'avait pas choisi de quel côté retomber. Le match précédent entre l'Allemagne et le Portugal avait pris fin sur un succès portugais au terme d'une prolongation, allait-on revivre le même scénario ? L'inévitable Perez Arce venait d'égaliser, l'homme du jour devait bien lui rendre la pareille ! A quelques secondes de la délivrance, Noah Gaudin sur une position d'arrière droit catapultait un tir plein de rage au fond des filets. C'en était terminé des espoirs espagnols qui désormais ne joueront que les matches de classement... à partir de la 9ème place. Les organisateurs qui ont mis le prix des places un peu trop haut pour un Mondial U21 (16 euros pour un 8ème de finale !) s'attendent à une désertion massive vu que la "Rojita" n'est plus là que pour des strapontins.  


Dès ce jeudi, les Français eux, retrouveront le Danemark qui a sorti au forceps la Hongrie (30-29) dans une opposition totalement échevelée où les Magyars ont écopé de deux cartons rouges en l'espace de dix secondes et où un homme côté nordique a brillé. Que personne ne s'inquiète, les Tricolores l'ont identifiés depuis longtemps. L'arrière gauche Emil Laerke a fait pratiquement ce qu'il a voulu sur la longue portée en terminant meilleur réalisateur du match avec 11 buts. Le retour de l'ailier Emil Jakobsen a également produit ses effets (6/7) tout comme le parfait travail du gardien Christffer Bonde (15 arrêts). C'est un sacré morceau qui attend les joueurs de Yohan Delattre.

Le diaporama du match France - Espagne par Yves MICHEL


A Pontevedra, Pavillon Municipal des Sports, 8ème de finale, mercredi 24 juillet 2019
FRANCE - ESPAGNE  24-23(Mi-Temps: 13-10)

Arbitres: 
MM Belkhiri & Hamidi (Algérie)

FRANCE: Kieffer (9 arrêts sur 27 tirs dt 1/3 pen.), Ivah (1 arrêt sur 6 tirs dt 0/3 pen.) - Richert (1/1), Bos (1/2), Gaudin (9/11 dt 2/3 pen.), Poyet (1/2), Mohamed, Villeminot (3/8), Nahi, Kempf (2/2), Damiani (1/2), Gibelin (3/6), Mapu (1/2), Dourte, Prandi (2/4), Cochery.

ESPAGNE: Ramirez (3 arrêts sur 18 tirs dt 0/2 pen.) Broto (7 arrêts sur 16 tirs dt 1/1 pen.) - Martinez Lobato, Montoya (2/3), Suarez (2/3), Cadarso, Amibilia, Tarrafeta (7/12) Oliveras (0/1), Goenaga, Serradilla (0/1), Diocou (0/1), Zabala (0/1), Martinez Bages, Valera (4/7 dt 1/2 pen.), Perez Arce (8/10 dt 4/4 pen.).

Evolution du score: 4-2 5°, 8-3 10°, 9-4 15°, 10-5 20°, 12-7 25°, 13-10 MT - 14-12 35°, 15-14 40°, 16-16 45°, 18-19 50°, 21-22 55°, 24-23 FT.

Les réactions….



Tom Poyet (pivot de l'EDF) : "Au niveau du combat, ça a été un match énorme, on avait vraiment à cœur de montrer qu'on valait bien mieux que nos deux dernières prestations. On s'est pris à part, on s'est parlé et la réaction est immédiate. On a accepté les duels, on s'est battu et prendre 23 buts face à la meilleure attaque du tournoi, c'est une vraie performance. On a gâché la fête pour les Espagnols, on ne pas non plus s'excuser et trop s'attarder sur ce match. On est déjà dans la suite, face au Danemark. On a pu compter jusque-là sur les 16 joueurs qu'ils aient beaucoup ou peu de temps de jeu, tout le monde se dépouille pour le groupe, on veut vraiment tout manger sur ce prochain match."

Valentin Kieffer (gardien de l'EDF): "A titre perso, j'avais envie de montrer que je valais bien mieux que ma dernière prestation, la défense était bien en place et cela a plutôt bien fonctionné. L'avance assez importante qu'on prend a été assez dure à gérer, on s'en est pas trop mal sorti non ? J'ai vraiment pris mon pied dans ce match. Il y avait longtemps que je n'avais pas ressenti de telles sensations. Pourvu que ça continue."

Yohan Delattre (entraîneur des U21): "Gagner contre l'Espagne, c'est toujours particulier. J'aime cette nation et j'apprécie énormément l'entraîneur espagnol. Sans démagogie aucune, aujourd'hui, j'ai une vraie pensée pour son équipe et pour lui parce qu'on lui a gâché la fête. Si on avait été à ce niveau-là en fin de phase préliminaire, il n'y aurait sans doute pas eu de France - Espagne. Demain (ce jeudi) ce n'est qu'un quart de finale, ce soir économisons de l'énergie, et face au Danemark, il faudra être présent face à un candidat au titre."



André Gomes (8 buts) un des hommes-clé du Portugal

Les résultats des 8èmes de finale
                                                            

Egypte - Serbie

30-29

Danemark - Hongrie

30-29

Slovénie - Corée

32-28

Norvège - Brésil

29-28

Croatie - Islande

29-16

Portugal - Allemagne

37-36 a.p

Tunisie - Suède

29-26

France - Espagne

24-23

Les affiches en quarts de finale  (ce jeudi 25 juillet)
 

FRANCE - DANEMARK

18h45 à Pontevedra

PORTUGAL - SLOVENIE

18h45 à Vigo

TUNISIE - CROATIE

21h00 à Pontevedra

EGYPTE - NORVEGE

21h00 à Vigo


© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités