mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mondial U21 M: Les Français valident leur billet pour une 5ème finale
Mondial U21 M: Les Français valident leur billet pour une 5ème finale
27 Juillet 2019 | International > Mondial

Pour la 5ème fois en quatre ans, les Français de la génération 98-99 se retrouvent en finale d'une compétition majeure. Avec un Noah Gaudin (notre photo de tête) encore phénoménal, ils ont pris une revanche sur l'Egypte (35-33) qui les avait assez nettement battus en phase préliminaire. Ils s'imposent au terme d'un match à sensations où ils ont creusé l'écart en fin de 1ère période avant de se faire des frayeurs aux abords du money-time avec le retour inattendu des Champions d'Afrique. Ce dimanche, pour l'apothéose de ce championnat du Monde U21 et leur dernier match international ensemble, ils affronteront la Croatie qui dans l'autre demi-finale a battu le Portugal (31-28). Une médaille est d'ores et déjà assurée, il ne reste plus qu'à en choisir la couleur. 

par Yves MICHEL, envoyé spécial à Pontevedra


Ils adorent la France au point d’accepter de la siffler pour la 3ème fois depuis le début du Mondial. Après le Nigéria et le Danemark deux jours plutôt, les jumeaux Konjicanin se retrouvaient à jouer les juges de paix entre les Bleus et l’Egypte. Des arbitres qui comme tous ceux de ce championnat du Monde sont à l’aune de leur carrière ou pour certains, n’ont pas encore convaincu ceux qui au niveau de l’IHF, sont chargés de les superviser. Même si on ne leur accordera pas un grand prix d’excellence pour quelques fautes qu’ils n’ont pas vues ou ont oublié de voir, les deux Bosniens ont tenu les débats et surtout ont essayé de les rendre équilibrés. Peu avant le coup d’envoi, un site croate (24sata) avait mis en garde ceux qui allaient suivre cette 1ère demi-finale: “la France a Elohim Prandi, l’Egypte, Hassan Mustapha”. Le président égyptien de la Fédération Internationale est certes influent et parfois son pouvoir de persuasion peut rayer de la carte un continent (comme l’Océanie en 2015) mais il a assisté à la rencontre, bien calé dans un fauteuil de la tribune officielle et n’a marqué aucun signe d’enthousiasme quand son pays d’origine menait au score, ni d’agacement lorsque les Tricolores étaient devant. Il est encore moins intervenu pour influencer les débats. A ses côtés, Joël Delplanque  le président de la FFHB et vice président de l'IHF, a attendu quelques minutes, sans doute par pudeur, avant d'aller féliciter staff et joueurs. 



Pourtant tout portait à croire que les Egyptiens allaient laisser venir leur adversaire et le contrer sur les points forts.. la défense et ce pouvoir de dissuasion qui avait tant fait de dégâts lors du match de début de semaine en tour préliminaire. Inversion des rôles et surtout concrétisation au score, 3-0 après 3’ en faveur des Pharaons. Ce qui incitait Yohan Delattre à prendre son 1er temps mort après à peine 3 minutes. Le gardien du Caire Abdel Taha avait montré tout son talent et les Tricolores, leurs difficultés à réagir. Ils vont mettre plus de 4 minutes à ouvrir leur compteur. “ On a tenté un système défenseif qui n’a pas forcément bien marché, témoigne le pivot Tom Poyet. Lorsqu’on est passé avec Nono devant et Rob derrière (Gaudin et Dourte), cela a été bien mieux, on a monté les ballons, on a laissé passer l’orage et on a montré qu’on était plus costaud.” Il fallait bouger l’Egyptien, montrer un peu plus de couenne et surtout le faire cavaler pour le fatiguer. Les Bleus mettront toutefois plus de quatre minutes à ouvrir leur compteur. A ce moment-là, seule la relation base arrière-pivot fonctionnait, Jonathan Mapu ne laissant aucune chance au gardien dans ce duel ultime. Il faudra toutefois que les arrières se réveillent enfin et soient un peu plus précis pour inquiéter les Egyptiens. Le vent venait de tourner et les Walid Ibrahim et autre Ahmed Morsy étaient moins adroits. L’avance qu’ils avaient construite n’était plus qu’un souvenir ancien et les arières tricolores connaissaient enfin de la réussite. Un 9-2 en huit minutes, il n’y avait plus personne au pied des Pyramides (13-18 après 27’). Les poulains d’Hassan Mustapha se retrouvaient pieds nus à la rue ! “C’est une équipe qui a un gros 7 majeur mais assez limitée dans ses rotations.” Et rien ne pouvait inverser la tendance. Sauf si les Français leur en offraient les moyens en perdant des ballons et en ne finisssant pas correctement sur attaque placée. “ On a perdu pas mal de ballons, et on sait que leur force c’est leur montée de balle et ils nous ont châtié là-dessus.” Autant Valentin Kieffer remplissait son boulot en écartant le danger dont deux 7 mètres, autant tous les ballons gagnés ne trouvaient pas le meilleur sort à l’autre bout du terrain. Encouragés par un banc en incandescence, les Egyptiens avaient repris espoir et abordaient le money-time avec une seule longueur à remonter. A la faveur d’un 6-1, ils vont même égaliser (31-31 / 56ème).  Ce sont les tauliers chez les Français qui vont faire en sorte de repasser devant et résister à un adversaire qui au coup de buzzer final voyait toute la misère du monde s’abattre sur sa tête. Hassan Mustapha s’était fait une raison. Ce n’est pas cette fois que l’Egypte gagnera un Mondial ! Elle attend pourtant cela depuis 1993... et son unique titre célébré au Caire. A la maison. Voilà peut-être, la bonne solution !

Les Français eux, enchaîneront sur une 5ème finale en quatre ans, du jamais vu dans n’importe quel contexte, pas même les A de Claude Onesta, encore moins ceux de Didier Dinart n’ont réussi pareil exploit. “L’an passé, je suis resté sur une défaite en finale de l’Euro, d’un petit but donc ce dimanche, on va jouer à fond, on ne peut pas laisser passer une médaille d’or, une 2ème année d’affilée. On n’est même plus dans la demie parce qu’on sait qu’une finale contre la Croatie, cela va être très costaud.”  Elle sera vue par les joueurs des Balkans comme une revanche de celle de 2016, à l’Euro des U18 en Croatie.



Les réactions au sein du groupe France

Clément Damiani (ARD de l’EDF) : « Cela ne peut pas être banal de se qualifier en final. C’est vrai, on s’y habitue mais c’est à chaque fois différent, les sensations, le contexte, ce n’est pas la même chose. On s’était mis dans une situation délicate à la fin de la phase de poule et notamment face à cette équipe d’Egypte, on a su se remobiliser et tenté de gommer ce qui nous avait posé problème. Ce soir, on a vu que rien n’était acquis, on avait le match en main mais on se fait remonter. On a gardé notre sang-froid et on a terminé en toute sérénité. A titre individuel, je me sens de mieux en mieux dans le groupe, en plus, c’est vraiment quelque chose de formidable de renouveler depuis toutes ces années, une performance de ce niveau. Ce n’est même plus une équipe, c’est une famille et quand tout le monde te met en confiance, tu es dans de bonnes dispositions et tu n’as qu’une idée en tête, c’est le montrer sur le terrain.»

Noah Gaudin (DC de l’EDF / MVP et meilleur réalisateur du match) : « Ce titre de MVP, je l’aurais donné à Valentin car les arrêts qu’il faits, c’est dans des moments-clé, lorsqu’en face ils auraient pu reprendre espoir. L’essentiel après la fin des matches de poule mal gérée, c’est que cette équipe savait répondre présente dans les gros matches couperet. Le mental est là, la sérénité aussi, la solidarité, c’est un plaisir de jouer avec ces gars. 5ème finale… pour certains, cela peut sembler banal mais ils ne se rendent pas compte l’énormité de la chose. Surtout quand on voit au fil des ans que les adversaires grandissent et que les autres équipes progressent. La plupart des matches se joue sur des détails. Maintenant, peu importe l’adversaire, c’est une finale,… Bon, je vais dire que pour faire honneur aux « A », la Croatie, ça ne serait pas mal mais le Portugal, aussi, c’est costaud. Dans les deux cas, on doit s’attendre à un match d’hommes. »

Le diaporama photos de EGYPTE - FRANCE par Yves MICHEL

A Pontevedra, Pavillon Municipal des Sports, demi-finale, samedi 27 juillet 2019
EGYPTE - FRANCE   

33-35   (Mi-Temps: 16-19)

Arbitres : 
MM Amar & Dino Konjicanin (Bosnie)

EGYPTE : Taha Ali (10/39) Mohamed Homayed (0/6) - Mohamed Morsy (1/5) Ramadan Mahmoud (5/9) Abdallah Ahmed (0/1) Khaled Hassan (1/2) Walid Ibrahim (3/5) Sami Dahroug (4/5) Walid Kaddah (2/4) Hesham Mohamed (4/6) Mohamed Elderaa (5/6) Mamdouh Mohamed (5/6) Ayman Korshid (3/4) Mohammed Yasser, Magdy Elazhary, Ehab Hassan (0/1)

FRANCE : Kieffer (8/30 dt 2/3 à 7m), Ivah (4/15 dt 0/2 à 7m) - Richert (3/4), Bos (1/5), Gaudin (7/11 dt 2/2 à 7m), Poyet, Mohamed (2/2), Villeminot (5/11), Nahi (3/3), Kempf, Damiani (1/2), Gibelin (0/1), Mapu (4/4), Dourte (4/5), Prandi (5/9), Cochery

Comment elles se sont qualifiés….

Une particularité, les quatre demi-finalistes étaient issus de deux groupes. Le B pour la France et l'Egypte, le  pour la Croatie et le Portugal. Voilà comment les deux finalistes se sont qualifiés jusqu'à l'apothéose:

FRANCE

Tour Préli

France

Nigéria

48-19

Suède

France

27-21

Corée

France

32-46

France

Egypte

32-37

France

Australie

50-11

8ème finale

France

Espagne

24-23

1/4 finale

France

Danemark

35-32

1/2 finale

Egypte

France

33-35

CROATIE                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

Tour Préli

Croatie

Kosovo

23-17

Croatie

Bahreïn

32-23

Brésil

Croatie

29-33

Portugal

Croatie

30-32

Croatie

Hongrie

37-32

8ème finale

Croatie

Islande

29-16

1/4 finale

Tunisie

Croatie

24-27

1/2 finale

Portugal

Croatie

28-31


© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision