mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mondial U21 M: On a même regretté que cela s'arrête !
Mondial U21 M: On a même regretté que cela s'arrête !
28 Juillet 2019 | International > Mondial

C'est l'histoire d'un périple de plus de cinq ans pour les plus anciens qui s'est bien terminé. Comme finalement, il avait commencé. Par une finale et une consécration. Ils étaient quelques rescapés du festival de la jeunesse européenne en 2015 à se retrouver sur la scène mondiale pour interpréter une partition à mouvements multiples. Le dernier acte était sur un allegro que les Croates n'ont jamais pu déchiffrer. Tout s'est terminé par un feu d'artifice et des félicitations. Les Français avaient gâché la fête en éliminant l'équipe espagnole dès les 8èmes, le peuple de Galice ne leur en a pas tenu rigueur.

Par Yves MICHEL, envoyé spécial à Vigo

C’était vraiment sympa et on a apprécié. Les Espagnols ont montré leur professionnalisme en matière d’organisation et les voir se démultiplier pour faciliter le quotidien de chacun est une véritable leçon qu’ils nous ont donnée. Pourtant, ils en avaient des raisons de nous détester. Nous les voisins français, parfois si arrogants qui encore, leur ont gâché la fête. Et ce coach, Isidoro Martinez qui malgré sa peau cuivrée par le soleil de Castille est devenu blême lorsqu’au dernier soir du tour préliminaire et une défaite face à la Slovénie, il a réalisé que c’était la France qu’il retrouverait en 8èmes. Lui, qui avait tout fait pour l’éviter. Dès ce rendez-vous, les Tricolores se sont métamorphosés et ont enchaîné les succès. Danemark, Egypte et Croatie. Que des prétendus costauds que les joueurs de Yohan Delattre ont su avaler pour atteindre ce qui paraissait inaccessible. Les Croates voulaient effacer la tristesse qu’ils avaient éprouvée trois ans plus tôt lorsque chez eux, à Koprivnica, en finale de l’Euro U18, ils avaient cédé dans les dernières minutes. Le souvenir était tenace et la Croatie avait rameuté toutes ses forces et même Davor Dominikovic, un entraîneur francophile grâce à ses trois années passées chez nous, pour tenter de laver l’affront. Encore raté ! Alors quand ce dimanche, en fin d’après-midi, Jonathan Mapu et tous ses soldats au garde à vous, main droite à la visière, ont soulevé l’énorme trophée, le feu d’artifice a pu commencer.



Il y a eu ensuite, la traditionnelle désignation de la "All Star Team" et du MVP du tournoi. Trois Français y figurent (voir plus bas). Chacun, à sa manière, a apporté sa contribution. D’autres comme Noah Gaudin auraient pu prétendre à ces accessits mais les dix-neuf français (les seize de la feuille de match plus Nori Benhalima, Bastien Soullier et… Gaël Tribillon qui déjà il y a deux jours nous avait annoncé sa venue) n’avaient d’yeux que pour leur nouvelle fiancée enlacée autour de leur cou, cette médaille d’or dont ils étaient si fiers.

Gardien

France

Valentin KIEFFER

Ailier gauche

France

Dylan NAHI

Arrière gauche

Danemark

Emil LAERKE

Demi-centre

France

Kyllian VILLEMINOT

Pivot

Portugal

Luis FRADE

Arrière droit

Portugal

Diogo SILVA

Ailier droit

Croatie

Fran MILETA

Meilleur buteur

Portugal

Diogo SILVA (76 buts dont 20 à 7m)

MVP

Croatie

Ivan MARTINOVIC

Kyllian Villeminot (Meilleur demi-centre du Mondial): "Cela se termine plus bien non ? Pour des gars que l'on disait au fond du trou après l'Egypte... On n'a rien lâché et finir l'aventure sur une médaille d'or, c'est quand même incroyable. On nous dit qu'on est rentré dans l'histoire en réalisant un truc que personne n'a fait, on en est très fier. La suite ? Ben c'est la reprise avec Montpellier dès mercredi. Je rejoins le stage de préparation aux Carroz d'Arâches. Physiquement, je suis un peu dans le dur mais j'espère que là-bas, ils vont nous gérer avec Julien, nous, on a déjà eu notre prépa (sourires). Mais ça va le faire. Dans cette compét', j'ai peut-être par moments eu des coups de moins bien et Noah a surgi et a très bien fait le boulot, je ne peux que le remercier."

Dylan Nahi (Meilleur ailier gauche du Mondial): "Cette médaille d'or, c'est le fruit d'une longue préparation. Dans les Landes, à la Maison du Handball, on a travaillé dur et c'est un bonheur fou d'avoir une telle récompense. On a laissé pas mal de personnes en route, Gaël, Elohim, il y a ceux qui auraient pu être là mais qui n'ont pas été pris, ceux qui sont venus en cours comme Antonin, on a eu besoin de tout le monde et tous ont répondu présent. On le dit depuis qu'on a commencé au FOJE (en 2015), on voulait gagner le plus de choses et quand on s'y est mis, on y a pris goût. A titre individuel, je n'ai pas envie de m'arrêter là et d'aller encore plus haut, de gagner d'autres titres. En clubs mais aussi en sélection. On verra ce que nous réserve l'avenir."

Valentin Kieffer (Meilleur gardien de buts du Mondial): "Cela a été un long chemin, pas tout le temps radieux mais l'essentiel c'est d'arriver au bout. Aujourd'hui, cela a été magnifique comme sensations. Je me suis bien senti dès le début du match, il faut dire aussi que la défense qu'on a proposée a totalement désorganisé les Croates et derrière ça, c'est plus facile pour faire les arrêts. Et le trophée de meilleur gardien, c'est pareil. S'il n'y avait pas les gars, rien n'aurait été possible. Et en plus, on est champions du Monde ! On a marqué l'histoire avec un superbe ratio, cinq finales et on en gagne quatre. Je suis fier de cette famille, on peut le dire, on est une famille qui dans la difficulté ne s'est pas désunie"



Dans un coin du pavillon As Travesas de Vigo, un joueur tout particulièrement croquait avec envie dans cette médaille qu'il n'aurait jamais dû toucher. Antonin Mohamed a été appelé au soir de la déroute face à la Suède suite à l'entorse de Gaël Tribillon. Il a sauté dans le 1er avion pour l'Espagne et une semaine plus tard, il se retrouve aux anges, de l'or autour du cou. "Sérieusement ? Je n'ai pas encore réalisé. Je ne m'attendais pas à être là, Gaël s'est blessé et j'en ai été peiné pour lui. Mais je me suis mis dans la peau de celui qui avait un "taff" à accomplir. Le dernier tournoi pour cette génération, je suis là et je suis champion du Monde... Incroyable... Je vais reprendre avec Ivry, ce à quoi je me préparais avant que Yohan m'appelle !  Je me souviens que même dans l'avion je n'étais pas du tout conscient de ce qui m'arrivait ! Quand j'ai mis les pieds pour la 1ère fois sur le terrain à l'entraînement, c'est là que j'ai compris. Moi qui n'avais jamais fait de compétition officielle, il faut que j'accroche celle-là et on conclue sur ce titre. Je suis super content." Et une source de motivation supplémentaire pour s'exprimer dès septembre sur le parquet de Delaune lorsqu'il défendra les couleurs de l'US Ivry en compagnie de son acolyte de club, Axel Cochery.



Un ancien Ivryen, Elohim Prandi, désormais Nîmois et dans un an Parisien savourait lui aussi cette breloque au goût si particulier. Ceux qui étaient à la maison du handball ce matin du mardi 9 juillet ont tous en mémoire la terrible scène. Sur une phase défensive face au Japon, l'arrière s'effondre et ne se relèvera grâce au soutien de ses coéquipiers. Le diagnostic intervient rapidement, fracture au niveau du sternum et surtout, forfait pour le Mondial. Seulement voilà, le gars est sacrément bâti et comme un de ses futurs coéquipiers, un certain Nikola, il récupère vite et deux semaines plus tard, débarque à Vigo. Son apport dès le 8ème contre l'Espagne va s'avérer décisif.

Elohim, tu es venu sans te poser de questions...
Je ne venais pas en sauveur, je venais pour apporter ce que je sais faire et permettre certainement à Yohan d'avoir des solutions supplémentaires dans la gestion du jeu. J'ai essayé de peser dans tous les rôles qu'il a bien voulu me confier et je pense avoir rempli ma mission."

Quelle leçon peut-on tirer de cette finale ?
Je pense qu'ils ne s'attendaient pas à tomber sur une défense aussi rude et aussi haute. Derrière, on a pu compter sur Val' qui a été extraordinaire, pour moi, c'est le MVP de cette finale. Et je suis très comntent pour lui, il le mérite depuis tant d'années, après dans le jeu d'attaque, on a su trouver des solutions rapidement, avoir de l'efficacité. C'est une belle équipe qu'on a vraiment dominée.

C'est presque trop frustrant que cela se termine maintenant...
Oui, parce que c'est la fin d'un cycle. La fin d'un groupe extraordinaire humainement et handballistiquement. Chacun va repartir dans son club respectif, on vivra avec ces années gravées à jamais dans nos têtes. Il ne va rester que des bons souvenirs, des trucs incroyables avec énormément d'émotion et d'adrénaline et franchement, je suis très content d'avoir pu revenir pour vivre ça avec eux. C'est une chance qu'on m'a donnée et je suis heureux de l'avoir saisie, surtout avec un tel résultat.

Quand on te dit que vous entrez dans l'histoire, comment accueilles-tu cela ?
D'une manière positive parce que c'est vrai, on a marqué l'histoire de la fédération en jeunes, les esprits des gens qui nous supportent et nous regardent, on a tout simplement marqué le handball français. Je suis vraiment fier qu'on puisse mettre notre empreinte parmi les "Grands" même si on en est encore très loin. C'est une belle marche pour accéder aux "A".

Le pari, c'est d'en retrouver quelques-uns aux JO de Paris 2024 ?
Et pourquoi pas 2020 ? (sourires) Il faut toujours aller chercher le plus haut possible pour que ça se fasse. Alors chacun, on va se mettre à travailler, chacun va forger son destin, des chemins vont obligatoirement se croiser (le propos devient plus ému), on a tellement de trucs en commun. L'an passé, j'étais dépité d'avoir perdu cette finale de l'Euro et je crois que cela nous a servi pour aborder le Mondial même si encore cette fois, il y a eu quelques frayeurs. Yohan a su faire les rotations qu'il fallait. On a vraiment progressé dans ce domaine et il faut lui dire merci pour ça. C'est la fin de tout et le commencement d'autre chose."

Le diaporama photos de la cérémonie du Mondial U21 par Yves MICHEL

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités