mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Euro U17F : Tout va bien ! Elles vont bien !
Euro U17F : Tout va bien ! Elles vont bien !
8 Août 2019 | International > Euro

Plus que deux matches dans le marathon entamé à Bakou pour les U17 féminines françaises il y a 3 semaines. Deux matches couperets qui sont terriblement excitants. D’abord la Suède en demi-finale, puis on l’espère tous, une finale de rêve face au gagnant du duel Hongrie – Danemark. Un point sur tout cela et la genèse de ce groupe si marquant avec leur mentor et coach, Laurent Puigségur qui se régale de jour en jour à guider cette équipe étonnante sur bien des points..

Le physique ? Même pas d'inquiétude !
Tout d’abord, un petit point sur l’état général des troupes, avec 10 matches et 9 gagnés de rang en 18 jours, on se dit que cela commence à tirer de ce côté-là pour des jeunes filles de 16 ou 17 ans. Pas d’inquiétude rassure le coach tricolore : « Physiquement on est bien ! On n’a pas trop de bobos, seule la gardienne Mélanie Halter est touchée aux ischios, mais elle devrait pouvoir rejoindre le groupe pour le match de dimanche. On est très à l’écoute de ce côté-là et même si le groupe ne possède pas une grosse densité physique, elles étaient très bien préparées. » Le risque évident était d’enchaîner deux compétitions, qui plus est avec la réussite maintenant connue, comme le FOJE et l’Euro. Mais là aussi, tout avait été calculé en amont par le staff. « On avait déjà fait le même parcours avec la génération précédente, on savait donc où on allait du point vue physique, enchaîne Laurent Puigségur. Ce qu’il fallait faire et ne pas faire. Et puis le groupe est complet, je peux m’appuyer sur toutes les joueuses ce qui réduit l’utilisation des taulières supposées. ».


Un groupe qui devait se découvrir
Maintenant, même si le staff tricolore savait où il allait, voir les 2002-2003 produire un tel handball avec une telle maturité à surpris à commencer par Laurent Puigségur lui-même : « Au début de l’aventure, on ne savait pas trop où on allait en termes de niveau de jeu. On n’était pas beaucoup à croire en cette génération. Mais elles ont prouvé énormément avec des qualités individuelles évidentes, mais aussi une envie de former un groupe. Ce n’est pas une sélection que je coache, c’est une véritable équipe de France, soudée, où tout le monde à sa place et où toutes se soucient de l’autre sans s’amuser à faire ressortir les égos de chacune. Coacher un groupe comme celui-là, ce n’est que du bonheur, un pur plaisir ! ». Ce qui étonne le plus, c’est la maturité technique et tactique de ces joueuses. Elles savent jouer sans s’affoler, gérer les moments chauds en s’appuyant sur le collectif et en cherchant toujours la bonne solution. Preuve en est, des fins de match systématiquement dominées par les « Pépettes » comme les appelle affectueusement Laurent Puigségur « Plus que la concentration dans les pôles nommés « Elite », pour moi cette maturité vient surtout de l’obligation qui leur est maintenant faite de jouer en Nationale 2 à minima. Alors au lieu d’être des starlettes en – de 18, elles jouent avec des filles beaucoup plus matures dans le jeu. Elles ne sont pas les points centraux des équipes et doivent prendre de la maturité rapidement si elles veulent exister dans ces collectifs. La réflexion dans le jeu devient une obligation, ce qui les amène à toujours se poser les bonnes questions sur et hors du terrain ». Reste que tout ne peut pas être parfait pour des joueuses de cet âge. Le plus criard dans cet Euro est sans doute le manque de réalisme au shoot, mais cela n’inquiète pas outre mesure leur coach : « Elles ont encore des manques, mais c’est tout à fait logique, ce sont des joueuses en cours de formation. Même s’il est vrai que c’est un peu compliqué dans le duel tireur – gardien. Elles ne sont pas assez joueuses dans ces duels, il faut qu’elles y mettent un peu plus de malice et de finesse, mais là aussi elles avancent vite. »


Pas un leader, mais des leaders !
On le voit, clairement, ce groupe ressemble vraiment à une équipe dans toutes ses composantes. Des leaders sur et hors terrain, des relais pour le coach qui sont facilement identifiables. Et même si la capitaine de l’équipe, la Plan de Cuquoise Clara Vaxes (Photo ci-dessus), est un relai majeur, il y en a bien d’autres. Sarah Boutkit, la pivot de Metz et bien d'autres encore ! Mais surtout une Lena Grandveau (Photo ci-dessous) que le grand public découvre et qui, pour le moment, s’impose comme la taulière dans le jeu offensif par sa classe et sa vista. La joueuse de Chevigny Saint Sauveur qui évoluera en N1F la prochaine saison a bien des clubs qui la suivent de très près, tant son talent fait parler. Laurent Puigségur aussi est élogieux quand il parle d’elle « C’est une joueuse qui a une qualité de vitesse dans le duel étonnante ! Mais elle est loin de n’être que cela. Elle a compris les efforts et le chemin qu’il fallait faire pour aller vers le très haut niveau. Elle est très intéressante sur l’aspect stratégique, elle voit ce qui doit se faire un peu plus vite que tout le monde et surtout n’abandonne jamais quand les solutions sont bonnes. On l’a vu dans le match contre la Slovénie, les solutions étaient claires à droite. Et malgré un taux d’échec trop important des ailières, Lena et tout le reste de l’équipe a continué d’amener la balle à l’aile. C’était la bonne solution, elles ne se sont pas posé la question de savoir si individuellement elles pouvaient faire autre chose. Le jeu demandait cela, elles l’ont fait sans aucun souci. »

Reste maintenant à transformer toutes ces bonnes intentions collectives et cette somme de talents en médaille, la plus belle possible. Cela va commencer par la Suède, annoncée un cran au-dessus du Danemark. Donc clairement, les Bleuettes ne sont pas forcément favorites. Cela tombe bien, depuis 3 semaines, elles ne le sont jamais vraiment, mais au final ce sont elles qui lèvent les bras à la fin du match !

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

Le Caraty
en live avec Handvision