mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Mondial U19 M: Face au Portugal, la France remballe ses illusions
Mondial U19 M: Face au Portugal, la France remballe ses illusions
15 Août 2019 | International > Mondial

Les Français n'auront même pas à nourrir des regrets. Ils sont tombés sur une équipe du Portugal mieux en place tactiquement et surtout plus fraîche physiquement. La différence était trop criante et la note à régler est un peu salée (26-31). Les rêves de podium se perdent dans la nuit de Skopje. Le carré final est séduisant entre l'Egypte et le Portugal d'un côté, l'Allemagne et le Danemark, de l'autre. Les Tricolores auront sans trop de gourmandise, deux derniers matches à avaler pour le classement de la 5ème à la 8ème place.

par Yves MICHEL

Même dans les matches où les Français n’avaient pas été très convaincants (contre la Suède malgré le nul ou la Hongrie), on ne les avait jamais sentis à la peine. C’était plutôt sur des détails qu’ils avaient loupé souvent des immanquables et il n’y avait pas de quoi s’alarmer. Ce mercredi, le match contre la Norvège avait rassuré tout le monde et la cote sur l’échelle de la performance était remontée d’un coup. Seulement voilà, c’est pour avoir trop laissé de jus physiquement et mentalement, avant et pendant cette rencontre face aux Nordiques que la bande à Sadou Ntanzi est sans doute passée à côté de son rendez-vous des quarts face au Portugal. On a vu des Tricolores à la peine, désarmés, totalement impuissants dans la réplique qu’ils devaient donner et surtout incapables de rivaliser dans les duels. Ils n’ont jamais donné l’impression de pouvoir prendre le jeu à leur compte d’engager une "remontada" lorsque les Lusitaniens semblaient un peu en dedans.


                     Avec 11 buts à son actif, Martim Costa a été un des bourreaux du clan français

Alors qu’elle n’avait rien à perdre dans un championnat où dès le départ elle ne figurait pas parmi les favoris, cette génération, certainement moins brillante collectivement que ces deux devancières, n’a pas su entrer de la meilleure des façons dans cet affrontement. Deux ballons perdus en 3’, sans tirer des conclusions hâtives, le ton était donné. Les Portugais avaient parfaitement étudié le jeu des Bleuets. La défense assez haute qu’ils vont imposer va considérablement les gêner. Et quand les bras de Zaepfel, de Salou ou de Ntanzi étaient armés, les tirs trouvaient le gardien Magalhaes sur leur trajectoire. Dès lors, les Tricolores vont tomber dans leurs plus mauvais travers. En précipitant leurs intentions face à des Portugais qui les laissaient venir. Il n’en fallait pas plus pour se faire distancer. « On a pris d’entrée une leçon de handball, analyse très objectivement Pascal Bourgeais. Les Portugais ont parfaitement attaqué notre 1-5, ils l’avaient déjà fait pendant la prépa et ils ont recommencé sans qu’on puisse réagir. Il aurait fallu avoir un peu plus d’énergie pour compenser, on n’en a pas eu.»  Sans être spectaculaire, le Portugal a joué au handball, ce qu’a oublié de faire son adversaire. Il y avait encore de l’espoir lorsqu’après 20 minutes de jeu, le retard n’était que d’un but mais par manque de tempérament et d’engagement, les Français se sont laissés balader et en face, la ligne d’arrière Salvador – Sousa – Costa s’est régalé au point d’inscrire à elle seule 24 des 31 buts de l’équipe ! Un véritable festival ! Ajoutez à cela la prestation du gardien, c’est quasiment les 2/3 du 7 majeur qui sont venus à bout des gars d'en face. « Les Portugais savent conserver très longtemps la balle et ils sont extrêmement précis et comme ils nous ont vite cernés, ils ont fait ce qu’il fallait pour nous harceler, nous empêcher de déployer notre jeu et il n’y a jamais eu le déclic possible. » Peu avant la pause et alors qu’ils commençaient à prendre l’eau, une action portugaise va résumer la tendance et la détresse des Tricolores. Le demi-centre André Sousa quasiment à l’arrêt, à la limite des 6 mètres, va miser sur l’hésitation de Jordan Yamdjeu et d’un pas, sans élan, le jeune du FC Porto va prendre l’intervalle et marquer. Cela sentait le roussi depuis quelques minutes et chacun retrouvait son vestiaire (10-14).

Le début du second acte sera une répétition des approximations vécues dans le premier. Les Français vont avoir au moins deux occasions franches de revenir à hauteur de leur adversaire mais soit Magalahes, soit un excès de précipitation avec un ballon rendu ou oublié dans la course (du pareil au même) empêchait ce retour. Au contraire, les Portugais en profitaient pour remettre de l’impact et connaissaient un peu plus de réussite. Si leur base arrière fonctionnait parfaitement, celle d’en-face était loin de connaître le même rendement. Les changements de rythme et les tirs en pleine course ou sans élan provoquaient des dégâts irréversibles. Les Tricolores restaient scotchés, incapables de la moindre révolte. A un quart d’heure de la fin, les illusions avaient disparu et si Mathieu Salou ou Aymeric Zaepfel (photo ci-dessus) vont tenter de rallumer la chaudière, la pompe ne répondra pas. Six longueurs à remonter à dix minutes du terme, l’addition était un peu dure pour les Bleuets. Le Portugal avait match gagné mais gardait ton son sérieux, son calme et son humilité pour ne pas le manifester. Dans les cages, Alexandre Magalhaes restait très concentré et sautait encore sur tous les ballons dont il pouvait priver les Français. Il était temps que le calvaire se termine. La faillite est collective et dans ce contexte face à de bons manipulateurs de ballons précis à 9 mètres et au travers, il n’y avait rien à espérer.

Même s’il reste deux matches à disputer (le 1er contre l’Islande, ce samedi à 10h30, le second contre le vainqueur ou le perdant de Espagne - Hongrie, le lendemain matin ou à la mi-journée), l’équipe de France ne pourra pas espérer se classer mieux que la 5ème place. Et encore, il va falloir qu’elle trouve les ressources nécessaires pour y parvenir. « Dans ce type de rencontre, souligne Pascal Bourgeais, c’est généralement ceux qui la veulent le plus qui la remportent. On avait pour objectif de faire mieux que la 7ème place à l’Euro, on peut encore y arriver. Ce qu’il faut aussi retenir c’est que cette génération avance, elle vient d’acquérir un peu plus d’expérience dans un contexte international, elle franchira un nouveau pallier dans quelques mois, il faudra qu’elle apprenne à encore grandir pour devenir pour les meilleurs d’entre eux, de bons joueurs professionnels.»  Dès le mois d'octobre, c'est Yohan Delattre qui prendra le relais avec cette génération des 2000-2001 avec dès l'été prochain, la perspective d'un Euro U20 vraisemblablement en Croatie.

A Skopje (Nord Macédoine), SC Jane Sandanski Arena 
Quart de finale, jeudi 15 août 2019
FRANCE - PORTUGAL   26 - 31  (mi-temps: 10-14)

Arbitres: Maike Merz et Tanja Schilha (Allemagne)

FRANCE: Bolzinger (25' - 5a/18 dt 2/3 à 7m), Gouy (35' - 3a/21) - Laden (1/1), De la Bretèche, Tissot (5/6) Gaillard, Ntanzi (5/9) Damatrin (0/2 dt 0/1 à 7m) Paschal (1/7 dt 1/2 à 7m) Lenne (2/2) Zaepfel (3/5) Thellier, Verin, Yamdjeu (1/1), Mandiangu, Salou (5/8)

PORTUGAL: Magalhaes (59' - 13/38 dt 2/3 à 7m) Olivieira F. (1') - Ferreira (n.u) Sousa A. (9/13 dt O/1 à 7m) Morais (3/6 dt 1/2 à 7m) Sousa T. (2/3) Oliveira G. (n.u) Jose (n.u) Ribeiro (0/2) Talmazan (n.u) Salvador (4/7 dt 0/2 à 7m) Silva (1/1) Vieira (n.u) Nogueira (1/4 dt 0/1 à 7m) Costa (11/16)

Evolution du score: 0-1 (1) 1-3 (7) 3-4 (10) 6-8 (15) 8-9 (20) 9-12 (25) 10-14 (MT) 13-15 (34) 16-21 (40) 19-23 (45) 21-27 (50) 23-29 (55) 26-31 (FIN)


  Bronzé en Espagne avec les U21, Mohamed Hesham et l'Egypte sont dans le dernier carré des U19

Les demi-finales de ce championnat du Monde U19 opposeront :

Samedi à 17h30
l’Egypte
(qui a battu l’Islande 35-31) au Portugal (qui a battu la France 31-26)
Samedi à 20h00
l’Allemagne (qui a battu la Hongrie 26-16) au Danemark (qui a battu l’Espagne 23-19)

La France abandonne la couronne qu'elle avait récoltée avec les deux précédentes générations (en Géorgie en 2017 et en Russie en 2015) et quel que soit le résultat des demies, l'affiche de la finale sera inédite. Après avoir triomphé en 2007, 2011 et 2013, le Danemark a l'occasion de rajouter un 4ème titre à son palmarès. C'est la 1ère fois dans l'histoire du Mondial Jeunes que l'Egypte atteint le dernier carré. Cette génération marche sur les pas de celle qui en Espagne il y a trois semaines au Mondial U21 a remporté la médaille de bronze. L'Allemagne et encore moins le Portugal n'ont jamais atteint la finale d'un Mondial catégorie Jeunes.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités