mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Caraty: Youenn Cardinal, comme c'est bon de rentrer au pays !
Caraty: Youenn Cardinal, comme c'est bon de rentrer au pays !
21 Août 2019 | France

Youenn Cardinal est le digne ambassadeur d'une Bretagne du handball en fusion. Surtout lorsqu'arrive l'évènement incontournable de l'été, le challenge Christophe Caraty. Le néo Cessonnais fait un retour aux sources et paradoxalement, c'est la 1ère fois qu'il disputera l'épreuve. Le plateau est de qualité puisqu'aux côtés de Cesson, Chambéry, St Raphaël et Dunkerque tenteront de ravir le trophée et surtout participer à la bonne cause puisque tous les bénéfices sont destinés à la lutte contre le cancer.

par Yves MICHEL

A l’heure où l’organisation des tournois de handball de très haut niveau se raréfie, (disparition du Vendée Hand Trophée et du Morbi'Hand), l’EuroTournoi et le Caraty masculin programmés au même moment affichent une belle santé. C’est d’ailleurs dans ce domaine que s’inscrit pleinement la compétition finistérienne. L'initiative qui fêtera l’an prochain sa 20ème édition n’est pas seulement un rendez-vous sportif, elle se met au service du combat contre la maladie. C’est l’idée qui a germé début 2000 dans l'esprit de quelques bénévoles après le décès de Christophe Caraty foudroyé par le cancer à l’âge de 24 ans. Pour ne pas rester les bras croisés, Joël son père a convaincu quelques partenaires et surtout quelques équipes du championnat français de le suivre dans l’aventure. 19 ans plus tard, le challenge Caraty est devenu une institution et plus de 140 000 euros ont été collectés pour la bonne cause. Cet argent permet de renforcer le confort des patients et les structures d’accompagnement de leurs proches au service oncologie du CHU Morvan de Brest dirigé par l’éminent professeur Jean-Philippe Metges.

Ce vendredi et samedi, dans la continuité de leur préparation, quatre équipes seront dans les starting-blocks. Et le plateau a fière allure avec Chambéry (3ème de la Starligue la saison passée), St Raphaël (7ème), Dunkerque (10ème) et Cesson, contraint à la relégation en Proligue après une décennie au plus haut niveau.

Au sein de l’équipe rennaise, un joueur est plus excité que ses partenaires à l’idée de disputer ce tournoi. Youenn Cardinal (notre photo de tête) est ce qu’on appelle, le régional de l’étape. Un Breton de souche élevé aux fraises de Plougastel et au beurre salé. «C’est sûr que j’ai longtemps vécu dans l’environnement du Caraty, d’autant que mon père fait partie de l’organisation. Je l’accompagnais et j’étais vraiment émerveillé de côtoyer tous ces joueurs qui allaient faire la renommée de l’épreuve. En plus dans le département du Finistère, il n’y a jamais eu d’équipe masculine de haut niveau et c’était la seule occasion d’en voir quelques-unes. L’ambiance est familiale, c’est très convivial. » Après quatre années à Créteil (2013-2017), deux à Cherbourg (2017-2019), l’ailier droit fait un retour aux sources. A Cesson où après son apprentissage à l’Entente des Abers de Plouguerneau, il avait à l'époque, intégré le pôle Espoirs. « C’est particulier en effet, quand je vais à l’entraînement, je repasse tous les matins devant mon ancien lycée et je croise même des personnes que j’avais perdues de vue depuis tout ce temps. Je me sens vraiment proche de mes racines et ici, la tradition et toutes les valeurs qui sont véhiculées, c’est important. » Le mal du pays a été comme un aimant qui l'a de plus en plus éloigné de la région parisienne et de Créteil où une carrière toute tracée lui était promise. « C’est moi qui ai demandé à partir. Je voulais vraiment changer d’air. Certains ont dit que c’était un pari osé car lorsque j’ai pris cette décision, aucun autre club ne s’est vraiment tourné vers moi, je ne savais pas où je pouvais atterrir.» Cherbourg ne reste pas insensible à la démarche du jeune Breton. Voilà trois ans que les Normands sont en Proligue et qu’ils cherchent les opportunités pour encore progresser. Pour Youenn, le rapprochement est naturel. « J’y ai passé deux bonnes saisons dans un championnat très homogène où les surprises concernant les résultats sont possibles. » Avec à titre personnel, un bras gauche qui a parfaitement fonctionné au point de terminer parmi les deux meilleurs buteurs de Proligue. «C’est aussi la raison pour laquelle je ne regrette pas mon choix.»


          Deux ans à Cherbourg et 333 buts inscrits en saison régulière pour Youenn Cardinal

A 25 ans, il participera pour la 1ère fois au Caraty. « Il ne faut pas oublier que cela fait partie de la prépa de Cesson. J’ai hâte de montrer devant les miens ce que je vaux, il y aura une petite charge émotionnelle. Dès vendredi, on rencontre Dunkerque et je crois qu’on a les moyens de passer. L’équipe a été renouvelée et pas mal rajeunie. » Pour le joueur mais aussi pour Cesson, c’est un nouveau challenge qui est engagé. Arriver dans d’excellentes dispositions dès le début de la saison en Proligue, le 13 septembre prochain et faire preuve de rigueur pour que la remontée parmi l’élite soit le leitmotiv. « Les 1ers signes sont bons. On a effectué trois matches amicaux, on en a gagné deux (Pontault et Massy) perdu un (Créteil). On était en phase de mise en place, ça ne peut que s’améliorer. Il y a un vrai potentiel, une excellente ambiance avec des "mecs" qui veulent prouver et que ça se passe bien, je suis vraiment confiant. » Et s’il fallait ajouter un clin d’œil, Youenn retrouve dans l’effectif rennais, un certain Florian Delecroix avec qui il a été champion du Monde juniors en 2015. « Oui, c’est sympa, en plus on joue sur le même côté, après, il y a aussi Allan (Villeminot) et Robin (Cantegrel), on est de la même génération, avec tous les cadres, le retour d’Igor (Anic), il y a tout pour qu’on réussisse, sans oublier la nouvelle salle qui est un très bel outil. On sait qu’on va être attendu car on figure parmi les favoris pour l’accession directe. » L’objectif des "Irréductibles" est identifié, l’ailier droit aura lui, un autre challenge à relever. Après le départ de Léo Le Boulaire, il se retrouve seul professionnel sur le poste. «Je m’attends en effet à être pas mal sollicité mais comme j’aime toucher le ballon, cela ne me dérange pas. En fait, avec la base arrière, on va être 3 gauchers pros pour deux postes. » Cesson devra donc cibler ses priorités et ne pas rater son entrée avec sur les trois premiers matches de la saison, un déplacement (à Nice) et deux réceptions face à d’anciens pensionnaires de l’élite (Pontault et Dijon). Mais c’est en Bretagne, au pays Cardinal, que ce vendredi et samedi, tout le monde pourra s’évaluer.


                                             Youenn Cardinal-Allan Villeminot, la complicité retrouvée

Vendredi 23 août - demi-finales – salle Avel Sports à Plougastel Daoulas

18h30

CESSON RENNES MHB - DUNKERQUE HBGL

20h30

CHAMBERY SAVOIE MBHB - ST RAPHAEL VAR HB

Samedi 24 août – Finales à l’Arena de Brest

16h00

Finales du Tournoi Espoirs (moins de 18 ans)

18h30

Match pour la 3ème place

20h30

Grande finale

Il faut venir au Caraty ! Le niveau des matches proposés est garanti, les organisateurs sont sympas, les joueurs abordables et l'ambiance, festive. Et par dessus tout, c'est pour une noble et chouette cause, pour lutter contre la maladie.

Tout le monde doit participer aux dons. Une année, les binômes arbitraux dépêchés sur place avaient même abandonné leurs primes. Les temps ont parait-il bien changé ! Si ajouté à ce geste cette année, la Fédération française de handball via la Commission Centrale de l'Arbitrage pouvait également prendre en charge leurs frais de transports, l'organisation économiserait 3000 euros qu'elle pourrait immédiatement reverser au service oncologie du CHU de Brest pour améliorer "l'espace Christophe". C'est aussi cela le panache !

Pour réserver votre place, cliquer ICI

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités