mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EuroTournoi : Vent frais du Nord et souffle chaud Héraultais
EuroTournoi : Vent frais du Nord et souffle chaud Héraultais
22 Août 2019 | France > Eurotournoi

La première journée de l'EuroTournoi a surtout valu par son premier match. Elverum a créé une petite surprise en obligeant le Pick Szeged à concéder le nul (32-32). En suivant Montpellier n'a pas eu à trop forcer pour réduire au silence une équipe de Moscou trop lente en attaque et trop laxiste en défense pour véritablement poser problème à des Héraultais déjà bien affutés au niveau du rythme de jeu.

A Strasbourg

Montpellier court, Moscou derrière
Si le premier match avait tenu en haleine le Rhénus (Voir plus bas), le match phare de la soirée a vite été entendu. L’équation du jeu Montpelliérain a été très simple. Une défense solide, un Sego qui montre tout ce qu’il pourra apporter à ses nouvelles couleurs dans les buts et tout le monde court et monte le ballon le plus vite possible. A ce petit jeu, Le Medvedi Tchekhov a vite baissé pavillon et n’a fait que courir après le score. Au final un +8 (35-27) qui a parfaitement mis en condition Montpellier pour la suite du tournoi.

On va assez vite comprendre avec quelles armes le MHB avait l’intention d’occire les velléités russes. Un Marin Sego qui va vite montrer pourquoi Patrice Canayer en a fait son gardien N°1 pour le moment. Résultat les arrêts de son néo portier permettait à Montpellier de monter les ballons, courir sur grand espace et prendre à défaut un repli russe déjà assez douteux. Même si Moscou survivait quelque peu avec des buts un peu de raccroc. Quelques relations pivots qui mettaient la défense centrale héraultaise dans le dur, il en manquait encore largement pour rivaliser au score. Contre-attaque directe, jeu de transition, solutions rapides, tout y passait dans la panoplie du jeu rapide pour que le MHB prenne vraiment ses aises dans cette rencontre. Cela aurait pu être encore plus sévère avec un peu plus de fluidité dans le jeu placé. C’est là que Montpellier loupait le coche pour tuer le match pour de bon. Même si le canard russe n’avait pas fière allure, il était toujours vivant. Et cette incapacité à trouver des solutions dans le jeu collectif va laisser perdurer cet état de fait un long moment.

Certes, Tchekhov n’arrivait pas à recoller, restant sempiternellement à 7 longueurs au mieux. Mais à l’inverse, le trou ne se creusait plus. Les Santalov, Kisselev et autre Kotov frère et frère trouvaient enfin quelques failles dans les parades de Marin Sego. Alors de coup de chaud héraultais en coup de grisou moscovite, le match tombait un peu en intensité. Les rotations russes tentées par Vladimir Maximov n’apportaient pas grand-chose de plus, tandis que le manque de vécu collectif plombait le jeu de Montpellier qui ne trouvait plus que les solutions de jeu direct pour faire avancer le score. Au final un +8 clair et net dans la forme et le fond. Mais aussi quelques interrogations sur le jeu collectif du MHB qui demandent à disparaître dès samedi face au Benfica.

MONTPELLIER 35
MOSCOU 27

➤ Mi-temps : 16-8.
Arbitres : MM. Christmann et Iltis.

MONTPELLIER : Sego (13 arrêts) et Portner (1 arrêt) au but.
Joueurs : D. Simonet 2/4, K. Villeminot, Truchanovicius 1/3, Descat 6/7 dont 2/3 pen., Grébille 4/7, Tskhovrebadze, Bos 0/1, Pettersson 3/4, Richardson 5/9 dont 2/2 pen., Porte 4/5, Lenne 3/5, Afgour 3/3, Soussi 3/4, Duarte 1/4.
Entraineur : P. Canayer

MOSCOU : Pavlenko (8 arrêts dont 1 pen.) et Grushko (7 arrêts) au but.
Joueurs : Santalov 2/6, Kiselev 3/7 dont 2/2 pen., K. Kotov 2/2, Andreev 4/6, Kuretkov, A. Kotov 1/6, Ostashchenko 2/2, Karlov 1/4, Kornev 0/2, Strushinsky, Vasiliev 4/5, Furtsev 4/4, Maslennikov 3/4, Kamenev, Kosorotov 1/3.
Entraineur : V. Maximov

Le diaporama du match par Fabien Jordhery



Vent de fraîcheur sur le Rhenus venu du Nord
Premier match et premiers émois au Rhenus ! Alors que tout le monde pensait que les Norvégiens d’Elverum allaient se faire manger tous crus par la puissance des Hongrois de Szeged, c’est la jeunesse nordique qui a fait sensation en obligeant le Pick Szeged à concéder un match nul qui a des allures de victoires pour Elverum.

Pourtant, quand on regarde les noms des joueurs norvégiens, difficile de sortir un nom qui sonne comme connu. Le Danois Rasmus Boysen peut être, longtemps un des piliers de Skjern, mais le reste… sauf que sous la houlette de Michael Apelgren, l’ensemble joue bien, propre et collectif. Alors quand on joue comme cela et que l’équipe adverse fait preuve d’un peu de condescendance en défense, cela vous met en confiance. Szeged mettait trop de temps à se mettre dans le rythme défensivement, et même si Radivojevic faisait la pluie et le beau temps en attaque sur son aile droite, Par Lukas Sandel, Jonas Elverhoy ou encore Sigvaldi Gudjonsson, Elverum s’amusait bien en attaque et prenait même le large par 3 buts d’avance. Même si le jeune Rosta en pivot, Kasparek, le Tchèque et l’intenable Radivojevic tenaient la baraque hongroise en attaque, la déroute de Mirko Alilovic dans les buts et l’apathie défensive collective mettait les Norvégiens dans le bon timing pour la seconde période malgré une petite prise de pouvoir hongroise sur la fin de première période.

Car cette seconde période va valider la qualité de jeu norvégienne ! Même si Szeged arrivait par moment à reprendre ses deux buts d’avance, jamais Elverum ne va se résigner et va recoller à chaque fois au train de hongrois assez dépités de ne pas pouvoir se débarrasser de ces norvégiens, plus jeunes, plus frêles, mais diablement habiles balle en main. Le petit jeu de mano à mano va durer pendant toute cette seconde période et si, plus la fin arrivait, plus on pensait que le collectif et la puissance hongroise allait leur permettre de prendre un peu d’aise sur les dernières minutes. Et bien, ce sera tout le contraire et c’est Elverum qui va avoir la balle de match dans les mains et le tir, certes assez mal placé de Rasmus Boysen, va quand même obliger Rolland Mikler à s’employer pour sauver ce qui pouvait encore l’être, un match nul pas vraiment glorieux pour ses couleurs, mais diablement réjouissant pour la jeunesse norvégienne.

ELVERUM 32
SZEGED 32

➤ Mi-temps : 17-19. Arbitres : MM. Carmaux et Mursch.

ELVERUM : Fries (10 arrêts) et Imsgard (1 arrêt sur pen.) au but.
Joueurs : D. Linderud 1/1, Boysen, Blonz 4/6, Pettersen 3/4, Sandel 6/8, Solstad 3/3, Orsted 0/1, Burud 0/3, Langaas 1/1, Fredriksen 2/4, Henneberg 6/10 dont 2/2 pen., Grondah 2/2, Gudjonsson 4/5.
Entraîneur : Michael Apelgren.

SZEGED : Alilovic (5 arrêts, 0/1 au tir) et Mikler (6 arrêts) au but.
Joueurs : Maqueda 2/3, Stepancic 3/6, Källman, Bodo 1/2, Sigurmannsson 2/2, Canellas 1/2, Henigman, Radivojevic 9/12 dont 3/4 pen., Blazevic 0/1, Gaber 3/3, Sostaric 3/3, Kasparek 3/5, Bombac 1/1, Rosta 4/6, Zhitnikov 0/1.
Entraîneur : Juan Carlos Pastor.

Le diaporama du match par Fabien Jordhery



© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités