mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: USAM Nîmes for ever
LSL: USAM Nîmes for ever
30 Août 2019 | France > LSL

L'USAM Nîmes fleuron du handball languedocien a retrouvé ce haut niveau qu'elle n'aurait jamais dû quitter. Les partenaires de Julien Rebichon comptent s'installer durablement dans le Top 5 français et remuer quelques souvenirs en coupe d'Europe. Et pour couronner le tout, Michaël Guigou va apporter son expérience.

par Yves MICHEL


A Nîmes, accoudés au zinc "des Trois Maures" (devenu "les Antonins"), il y a ceux qui se souviennent. Les cheveux et les tempes ont un peu blanchi mais la passion est toujours là. Le début des années 90, Pablo Neruda et son atmosphère souvent irrespirable (surtout pour l’adversaire), les Arènes couvertes pour accueillir le FC Barcelone ou le Sporting Lisbonne mais surtout les acteurs de l’époque. Les Gardent, Volle, Portes, Stoecklin, le regretté "Mémé", Gaudin, Saracevic, Lathoud, autant de noms qui ont forgé la légende du club. Un quart de siècle plus tard, l’USAM va renouer avec son passé. Au terme d’une belle saison et une 5ème place validant une qualification en coupe EHF. L’Europe est de retour. Et autour du Parnasse, tout le monde s’en réjouit. « Ça... pour le sentir, on le sent bien, s’exclame Julien Rebichon. Les gens nous arrêtent dans la rue, ils ont une véritable passion pour l'histoire de ce club. Sincèrement, cela fait toujours plaisir d’être plus attendu car cela signifie qu’on a bien travaillé et qu’on est une équipe que tout le monde respecte. Après, on sait d’où on vient et on sait pertinemment que si l’équipe n’est pas à 200%, on peut prendre des éclats contre n’importe qui. » Le capitaine nîmois (15 années au club) a le souvenir des vicissitudes du passé. Il a déjà vécu une relégation (en 2012) et une inconstance qui a pu souvent mettre le doute dans toutes les têtes. S’installer dans le temps, c’est ce que vont chercher les petits hommes verts. « On a une équipe construite pour jouer sur tous les tableaux. Le classement en championnat, les coupes nationales et l’objectif de passer plus qu’un tour européen. Quand tu n’as jamais joué la coupe d’Europe de ta vie, même si c’est l’EHF, tu n’as pas besoin d’aller chercher bien loin la motivation. Mais j’insiste, la pérennité du club passe par une régularité en championnat.» L’intersaison a été plutôt mouvementée, alimentée pendant de longs mois par le feuilleton Michaël Guigou. Celui qui devait terminer sa carrière dans son club de toujours a opéré un virage à 180 degrés. Ou plutôt, n’a eu qu’à parcourir quelques kilomètres pour trouver ce qu’il cherchait. De quoi poursuivre sa carrière de joueur avant de s’enfermer dans un costume étriqué d’entraîneur qui dans l’immédiat ne lui aurait rien apporté.



L’ancien capitaine montpelliérain s’est fondu dans le groupe gardois. Et c’est à Brest en Biélorussie, interrogé par des confrères locaux qu’il a pu évaluer son intégration au sein de l’équipe. « Depuis mon arrivée, j’ai occupé plusieurs positions. C’est vrai que je me sens bien sur l’aile gauche mais je peux passer du temps sur le poste de demi-centre. C’est aussi dicté par les circonstances. (En Biélorussie) Nyateu et Dupuis qui sont de vrais meneurs, n’ont pas joué. De mon côté, je suis très à l’aise dans ce groupe.» Et d’évoquer la suite de la saison et les perspectives internationales qui pourraient l'attendre. Avec notamment les Jeux Olympiques à Tokyo l’été prochain si bien-sûr la France est qualifiée. « Je vais essayer d’y être mais les places seront chères et je n’ai aucune garantie d’entrer dans les 14 sélectionnés. J’ai la confiance de Didier Dinart mais son choix s’effectuera en fonction de la stratégie sur l’ensemble de la compétition. » Guigou à Nîmes, une aubaine pour les supporters gardois friands des changements de rythme et d'un jeu tout en finesse. Une aubaine aussi pour ses coéquipiers qui pourront s’appuyer sur ses vingt années d’expérience passées au plus haut niveau. « C’est le genre de mec qui est capable de calmer quand ça s’emballe trop et mettre le ballon sous le maillot, renchérit Julien Rebichon, mais il peut provoquer des brèches et accélérer dès que nécessaire. Ça se ressent déjà. C’est aussi quelqu’un qui n’hésite pas à prendre la parole et à donner des conseils à tout le monde. C’est important pour gommer nos défauts par cette vision de quelqu’un qui vient de l’extérieur. » Avec Jean-Jacques Acquevillo en provenance de Cesson qui s'est raccroché au wagon, Mohamad Sanad (photo ci-dessous) qui au tournoi en Biélorussie, a montré qu’il n’avait rien perdu de sa pointe de vitesse et de ses décalages (15 buts en finale contre Meshkov !), avec une infirmerie qui devrait peu à peu se vider (de retour du Mondial U21, Elohim Prandi s’est malheureusement à nouveau blessé au niveau du plexus), l’équipe dirigée par Franck Maurice présente un visage séduisant. Elle attaque la saison mercredi à Ivry, avant d’accueillir (dans un Parnasse en fusion) Montpellier puis Créteil et se déplacer à Chambéry avant de recevoir Paris. « On est vraiment motivé pour faire de belles choses, assure le capitaine nîmois. La coupe d’Europe sera ensuite pour beaucoup, une découverte et le public attend ça depuis plus de vingt ans. Notre début de calendrier n’est pas des plus faciles, surtout jusqu’à la visite du PSG, il sera obligatoire de prendre des points à domicile mais aussi à l’extérieur. L’an dernier, on n’a pas perdu contre des adversaires classés en dessous de la 5ème place, il va falloir garder la même constance. Là avec ce qui nous attend lors des 5 premières journées, ce n’est pas plus mal d’entrer dans le vif du sujet avec des rendez-vous très importants. »  Et même si les Arènes n’ont plus la possibilité d’être couvertes, Nîmes a bien l’intention de se mettre en appétit et tutoyer pourquoi pas son glorieux passé.

© Yves Michel
Partager
      Identification nécessaire pour ajouter une réaction
      Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
      (C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
      joueurs | équipe | actualités