mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Proligue: Dijon en quête de rachat, les autres... d'une confirmation
Proligue: Dijon en quête de rachat, les autres... d'une confirmation
19 Septembre 2019 | France > ProLigue

Un point perdu la semaine dernière à domicile face à Nancy, Dijon doit d'entrée trouver les solutions pour effacer ce qui pourrait être considéré comme une mauvaise entame en Proligue. Les Bourguignons ne seront pas les seuls dans ce cas même si leurs concurrents directs pour les play-offs ont plutôt bien négocié leur 1er match.

par Yves MICHEL

Depuis vendredi dernier, Dijon a la digestion perturbée. Le match nul concédé face à Nancy a du mal à passer et la volonté de se racheter est pressante. « Clairement, nous avons perdu un point, ressasse Ulrich Chaduteaud. Quand on est à +3 à cinq minutes de la fin et qu’on se fait rattraper, ce n’est pas normal. Après, au final, on peut aussi se dire qu’on aurait pu perdre cette rencontre car la dernière action, ce sont eux qui l’avaient. Mais par rapport à la physionomie de la seconde mi-temps, on peut avoir des regrets. » Pour autant, le technicien bourguignon ne veut pas trop s’attarder sur ce qu’il considère comme un raté. Le calendrier ne lui laisse aucun répit puisque l’enchaînement des oppositions, qui plus est face à des prétendants aux play-offs est immédiat. Saran ce vendredi, Cesson une semaine plus tard. «C’est vrai que le bilan pour cette entame n’est pas bon, en plus c’était à domicile. Vis-à-vis des gens qui nous font confiance, ce n’est pas très valorisant. On connait le calendrier depuis juillet et on savait que l’amorce serait difficile. Avec un seul départ et une arrivée (celle de Johan Boisedu), on pouvait penser être prêts très vite. Ce n’est pas totalement le cas et il faut réagir, ce qui signifie qu’on va à Saran pour ramener un résultat. » Avec le 9ème budget de Proligue (juste derrière Billère, le promu), Dijon n’a pas pu faire des folies en matière de recrutement. Les saisons se sont suivies et presque ressemblées. A ceci près qu’il y a un an, Jackson Richardson s’effaçait pour laisser la place à son adjoint… Ulrich Chaduteaud. « Cela s’est plutôt bien passé puisqu’on avait terminé 3ème avec "Jack" et on a renouvelé cette performance en mai dernier. Quelques mois plus tard, on rencontre quelques difficultés alors que l’effectif n’a pratiquement pas bougé. Il faudra voir comment cela s’articule au fil des résultats. On a quand même la chance d’avoir un groupe qui a très bien vécu la saison passée, il n’y a aucune raison qu’il n’y ait pas une certaine continuité. » Si sur les 1ères prestations notamment à domicile, des points ont été abandonnés, Dijon devra donc réaliser quelques performances à l’extérieur. Avec les moyens du bord. «Je n’ai pas l’aisance que peuvent avoir mes collègues de Cesson ou Limoges mais les solutions existent pour varier les rotations. Il ne s’agit pas de dégager une individualité plutôt qu’une autre, la constante reste la cohésion du groupe. Et à ce niveau, je suis satisfait car les gars sont solidaires et ils travaillent énormément. Mais c’est vrai qu’en raison des circonstances, si on veut prétendre jouer les 1ers rôles, on peut moins se tromper que certains autres. » Les Bourguignons qui sur place (puisqu'ils partagent les mêmes installations du Palais des Sports) cohabitent avec le hand féminin et le basket ne vivent pas dans leur passé et sur une décennie marquée par deux accessions parmi l’élite. Les objectifs fixés par le président Thierry Desserey sont raisonnés, l’ambition elle, pour les partenaires du fidèle Pierrick Naudin reste intacte. « En Proligue, prolonge Ulrich Chaduteaud, tu ne peux pas te dire qu’il y a un match plus facile qu’un autre, le piège est permanent, on en a fait l’expérience l’an dernier à Grenoble. Après nos deux sorties à Saran et Cesson, il y aura la visite de Valence (repêché de Nationale 1). Il ne faudra certainement pas commettre l’erreur de croire que ce sera facile. On peut avoir de l’ambition, je le répète, tout en restant humble. Sur le papier, nous n’avons pas le meilleur effectif de la planète mais on veut se situer parmi les meilleurs. Ce groupe a montré sa valeur la saison dernière, il faut poursuivre sur la même dynamique. » Les Dijonnais ont désormais 25 matches pour s’offrir une place au soleil en visant les play-offs. Cela commence donc dès ce vendredi à Saran.



Dans les sept matches au programme de cette journée de Proligue, une victoire à l'extérieur pourra être considérée comme un exploit, même pour Dijon à Saran . L'affiche Cesson-Pontault est intéressante à plus d'un titre. Tout d'abord parce qu'elle oppose deux formations qui évoluaient parmi l'élite il y a encore 4 mois, ensuite, elles font partie des prétendants aux play-offs. Si les Franciliens ont été confrontés d'entrée à domicile à une autre grosse cylindrée (Saran) et s'en sont assez bien sortis (29-26), les Bretons eux se déplaçaient à Nice, le plus petit budget de Proligue. Après leur élimination de la coupe de la Ligue et en ayant récupéré leur meneur de jeu Mitrovic (photo ci-dessus), ils se sont plutôt rassurés. Face aux Pontellois, ils ont un besoin impératif de marquer les esprits à domicile. En effet, depuis le 14 mars dernier et l'inauguration ratée de la Glaz Arena face à Istres, ils n'ont toujours pas remporté le moindre match officiel dans leur nouveau refuge.

"Avec ou sans Abdou Mané, ce n'est pas pareil". C'est le constat qu'a pu faire Besançon à une semaine d'intervalle. En coupe de la Ligue, l'arrière gauche avait inscrit dix buts à Dijon permettant aux siens de se qualifier, entretemps il s'est blessé à la mâchoire et en son absence, le déplacement à Valence a été un véritable cauchemar. Ses partenaires ont pris l'eau et une grande valise (-13). Tout le groupe dirigé par Dragan Zovko a décidé de tourner la page, "un jour sans" diront certains et se focaliser sur la venue de Nice, un concurrent direct pour le maintien. Avec ou sans Mané (le joueur lui-même souhaite être présent sur la feuille de match), il n'y a pas plusieurs alternatives, succès impératif !

L'objectif est similaire dans la confrontation entre Strasbourg et Billère. Un des repêchés et un des promus du précédent exercice sont promis à un face à face dont le résultat peut avoir ses conséquences. Pour les Alsaciens qui retrouvent leurs supporters pour leur 1ère rencontre officielle de la saison à Schiltigheim, ouvrir le compteur serait de bon ton.

La passe de deux et même de trois pour Massy ? Ça tourne plutôt bien pour les "Roussel boys". Ils avaient signé une belle qualif en coupe de la Ligue en allant éliminer Limoges sur ses terres, ils ont parfaitement négocié leur entame en Proligue en s'imposant à Billère. Le tout est de savoir s'ils sauront supporter la pression à domicile. Ils se méfieront en tout cas de Valence boosté par son large succès à Besançon et devront se montrer plus incisifs que les Franc-comtois pour mettre à mal la vigilance du gardien Julien Salmon et ses 23 arrêts.



A 130km de distance, Sélestat est à portée de canons de Nancy. En sera-t-il de même sur le parquet du palais des sports de Vandoeuvre ? La semaine passée, les Alsaciens ont lourdement chuté dans leur salle et sont en quête de rachat. Les Lorrains eux sont revenus de loin en ayant arraché le nul à 50 secondes de la fin face à Dijon. On peut parler de véritable affrontement puisque Antoine Blanc a terminé avec une entaille au cuir chevelu (suivant le protocole "commotion" il ne sera pas aligné contre les Alsaciens) et Groff l'arrière slovène (photo ci-dessus) a pris un rouge. De cette rencontre, Benjamin Braux a tiré quelques enseignements qui lui seront très utiles pour la venue de Sélestat.

Le choix du lieu ne trompera personne. Ce vendredi, c'est à Beaublanc que Limoges accueille Cherbourg. Au LH 87, on met les petits plats dans les grands. Normal au pays de la porcelaine ! Pour autant, après un probant succès à Sélestat, les coéquipiers de Romain Ternel ont à cœur de confirmer leur bonne entrée en matière. On leur prédit pendant huit mois, un mano a mano avec Cesson pour l'accession directe, pronostic qu'ils refusent en bloc, se méfiant de toutes ces équipes qui pourraient jouer les trouble-fêtes. Et Cherbourg en fait partie. Yassine Idrissi retrouvera avec le plus grand plaisir son pote Frédéric Beauregard mais attention le portier limougeaud ne lui fera aucun cadeau ! La saison passée, si tant est que la comparaison puisse tenir, Limoges s'était imposé de dix buts. 

Journée 2
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseDatehoraire
BesançonNice 20/0920h15 
CessonPontault-Combault 20/0920h30 
StrasbourgBillère 20/0920h30 
LimogesCherbourg 20/0920h30 
NancySélestat 20/0920h30 
SaranDijon 20/0920h30 
MassyValence 21/0920h30 


© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités