mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Proligue: Romain Ternel... 1er moment de vérité face à Cesson
Proligue: Romain Ternel... 1er moment de vérité face à Cesson
3 Octobre 2019 | France > ProLigue

Une 4ème journée à deux vitesses en raison du 2ème tour de la Coupe de la Ligue, avec les deux matches des extrêmes dont le rendez-vous au sommet entre Limoges et Cesson ce vendredi et en levée de rideau, l'issue de cinq rencontres qui a confirmé la très bonne santé de Massy, le sursaut de Strasbourg et Nice et l'inconstance de Besançon et de Pontault. Mais c'est donc à Limoges que seront braqués tous les regards avec pour Romain Ternel, une soirée particulière puisqu'il retrouve Cesson, club où il a passé six saisons.

par Yves MICHEL


C’est incontestablement une affiche qui ne laisse personne insensible en Proligue. Dommage d’ailleurs qu’elle ne se déroule pas à Beaublanc, dans l’antre des basketteurs, cela aurait mis un peu plus de piment à la dramaturgie. Au cours d’une 4ème journée saucissonnée en deux parties (voir les 1ers résultats plus bas), ce vendredi, Limoges accueille Cesson. Le choc entre les deux prétendants à l’accession parmi l’élite. La rencontre attendue par tous les observateurs dont l’issue, n’en déplaise aux uns et aux autres, donnera une 1ère tendance sur la suite de la saison. Si les Hauts-Viennois se présenteront quasiment au complet en récupérant Suty et Vranic, les Bretons eux, doivent faire face à leurs 1ères défections. Pas de Thomas Bolaers ni de Igor Anic pour ce rendez-vous au sommet. Les deux cadres sont touchés au genou et indisponibles pour au moins un mois. Pour autant, à Limoges, on ne capitalise pas sur ce déséquilibre. A commencer par Romain Ternel (photo de tête) qui connait bien la maison d’en-face pour y avoir évolué six saisons entre 2007 et 2013.

Romain, le début de saison est-il conforme aux attentes ?
Depuis l’élimination prématurée en coupe de la Ligue (dès le 1er tour par Massy), oui. Surtout qu’avant ce 1er match officiel, les résultats pendant la prépa n’avaient pas été très convaincants. On a dû se remobiliser et le vrai déclic s’est produit à Sélestat. On en a profité et à mon avis, on y est allé au meilleur moment car au fil des matches, ils vont affirmer leurs prétentions.

Par rapport à la saison dernière, l’approche a-t-elle changé ?
Déjà, les rotations sont plus nombreuses même si jusque-là, Suty et Vranic étaient absents. L’intégration des nouveaux a été assez rapide.

L’objectif est clair. La montée, le plus rapidement possible.
Oui mais ça se fera intelligemment. Ici, les dirigeants font preuve de patience et ont pris le taureau par la queue et non pas par les cornes. Ils sont partis de la base en construisant un budget serein et solide (le 2ème de Proligue à 2,8 M €) avec une équipe qui se construit progressivement. L’intérêt est d’avoir un groupe qui une fois qu’il a atteint la D1, puisse y rester. Le recrutement est aussi, important. Parmi les arrivées, il y a des joueurs en fin de carrière mais certainement pas en pré-retraite.

Il y a aussi une attente dans la région de voir du hand de haut niveau…
Oui mais il y a aussi la volonté de ne pas avoir exclusivement un club phare avec beaucoup d’argent et des VIP. C’est important de sortir des joueurs du cru. Mais ça, cela demande un peu de temps. Le groupe aujourd’hui, est costaud, les quelques jeunes qui en font partie ont du talent mais il faut bien installer le projet afin que cela ne fasse pas pschitt au bout de quelques années.

Mais on attend que Limoges franchisse un nouveau palier dès cette année
On en est conscient. Il faudra se montrer plus régulier que la saison écoulée. En allant gagner chez ceux qui sont censés être derrière nous pour les play-offs et être intraitables à domicile.

Justement, est-ce important de marquer le coup et battre Cesson ?
Cela serait pas mal en effet. Si ce n’est pas le cas, ce n’est pas un drame car le championnat est très long. Maintenant, on sait que si on veut atteindre nos objectifs, c’est le genre de match qu’il ne faudra pas louper. Ça permettrait d’asseoir notre statut et de prouver qu’on l’assume.

Globalement, doit-on s’attendre à des surprises cette saison ?
Ce dont je suis sûr, c’est qu’aucun des clubs en course pour la montée ne va réussir à faire comme Chartres (22 victoires, 2 nuls, 2 défaites lors du précédent exercice). Je ne vois pas une équipe faisant cavalier seul en tête. On devrait avoir une 1ère tendance en décembre.


     Grâce aux arrêts de Clément Gaudin, Nice est la seule équipe à s'être imposée à l'extérieur

Pour laisser la place au 2ème tour de la coupe de la Ligue, cinq rencontres étaient programmées ce mercredi, en même temps que celles de Starligue. Et la palme revient à Massy qui s'est bien ressaisi après son revers à domicile face à Valence en enchaînant sur un 2ème succès consécutif. Les hommes de Jérémy Roussel ont dominé Nancy, un prétendant aux play-offs. Ils ont fait la course en tête de bout en bout, se débarrassant des Lorrains dans les vingt dernières minutes. Ce succès construit autour des huit réalisations de Junior Réault et des 14 arrêts de Nicolas Gauthier (qui conforte encore un peu plus sa pole position au classement des gardiens de D2), propulse Massy dans le top 3.

A l'image de Nicolas Gauthier, d'autres portiers se sont parfaitement illustrés au cours de cette 4ème journée. C'est le cas notamment sur la rencontre entre Pontault et Nice. Si Alejandro Romero Carreras a stoppé 19 tirs azuréens, Clément Gaudin lui, n'est pas resté les bras croisés avec 15 parades. Mais surtout, Nice plus petit budget de Proligue, est allé s'imposer en Seine et Marne. Coup de tonnerre donc au sein d'une formation pontelloise qui semblait bien gérer la 1ère période et qui a pris un gros éclat juste avant la pause. Si le jeu s'est animé au retour des vestiaires et les partenaires de Théo Avelange ont accéléré pour revenir à une longueur (20-21 à la 51ème), une seule concrétisation sera validée dans les neuf dernières minutes. Elle interviendra à 20 secondes du terme grâce au Niçois Jordi Deumal (20-22) qui permet à son équipe de signer son 1er succès de la saison.

Gardiens à l'honneur… suite. Les 17 parades de Romain Mathias sont pour beaucoup dans le précieux succès de Strasbourg face à Besançon (33-20). Les Francs-comtois ont pris l'eau si rapidement qu'ils n'ont même pas eu le temps d'écoper. Seul l'incontournable Abdou Mané (9 buts) a tant bien que mal surnagé. D'ailleurs, la performance du jeune arrière gauche cache les limites de ses partenaires. Il n'était pas là lors de la fessée inaugurale face à Valence (-13) et malgré sa présence, le tarif est le même: cette fois, à l'actif de la formation dirigée par Denis Lathoud qui a pu compter sur un excellent Lucien Auffret (7/8) et le duo Moreau-Skatar (5 buts chacun). La différence entre les deux équipes est simple. En Alsace, on se répartit les tâches, dans le Doubs, c'est le même qui hérite de tout le boulot.

A Dijon, à 37 ans, Wassim Hellal montre qu'on peut toujours compter sur lui. Les 16 arrêts du Tunisien ont fortement contribué au succès des Bourguignons face à Valence (29-25). Pourtant, Dijon a offert quelques palpitations à ses supporters en début de rencontre. Avec déjà 5 buts à son passif au bout de 9 minutes (1-6). A l'issue d'un 1er temps mort posé par Ulrich Chaduteaud, les locaux ont remonté leur handicap sans pour autant se débarrasser de leur adversaire. Il faudra attendre le début du second acte pour les voir prendre un avantage conséquent (16-12 à la 38ème), écart qui sous l’impulsion de Vincent Maguy grimpera jusqu’à 6 longueurs avant de se stabiliser (score final : 29-25).

Sélestat malgré (là aussi) un gardien (Perisic) à la hauteur (14 arrêts) ne fait rien comme les autres. A Cherbourg, les Alsaciens ont pris rapidement les commandes (2-3 à la 5ème) et ont continué à creuser l'écart menant au plus fort de cinq unités. 52 minutes en tête avant de se faire rejoindre à moins de 120 secondes du terme. C’est ballot, non ? Les hommes de Viennet avaient une belle occasion d’enchaîner sur un 2ème succès en moins d’une semaine et basculer dans la 1ère moitié du championnat, c’est raté ! Ils concèdent leur 1er nul de la saison (21-21).

Un dernier match opposera ce vendredi Billère, bon dernier à Saran qui est juste avec un petit point devant.

Journée 4
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
DijonValence292502/10 
CherbourgSélestat212102/10 
StrasbourgBesançon332002/10 
MassyNancy302602/10 
Pontault-CombaultNice202202/10 
LimogesCesson 04/10 
SaranBillère 04/10 
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Cesson6330081653 
-Massy643101181022 
-Limoges6330092773 
4Cherbourg441121029907
5Strasbourg442201101101-7
-Valence44220108101-2 
-Pontault-Combau.4422010099-1 
8Nancy34121103110-22
-Dijon34121991041 
-Nice34121951101 
-Besançon3412196120-1 
12Sélestat341211081090-2
13Saran231208584-1 
14Billère1302177840 

COUPE DE LA LIGUE

2ème TOUR
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
IstresAix en Provence282428/09>>
CherbourgSt Raphael 04/1020h30 
TremblayCréteil 05/1019h00 
ChartresPontault-Combault 05/1020h00 
BesançonMassy 05/1020h15
StrasbourgToulouse 05/1020h30 
DunkerqueIvry 05/1020h45 
NancyNîmes 06/1017h00 


© Yves Michel
Partager
    Identification nécessaire pour ajouter une réaction
    Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
    (C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
    joueurs | équipe | actualités