mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: A Nantes, Aymeric Minne prend un peu plus la lumière
LSL: A Nantes, Aymeric Minne prend un peu plus la lumière
10 Octobre 2019 | France > LNH

En ce début de saison, avec l'incontournable Valero Rivera, Aymeric Minne prend une part prépondérante dans les bons résultats de Nantes. Avec huit réalisations et six passes décisives, l'ancien Aixois a encore brillé ce mercredi en contribuant à la victoire du "H" face à Créteil (27-34). Un succès qui permet aux Nantais de rester dans le top 3 ex aequo avec Pays d'Aix et Paris qui ce jeudi, accueille Chambéry. La 6ème journée de Starligue a été marquée par un nul qui fait l'affaire de St Raphaël qui ouvre enfin son compteur face à Montpellier qui perd un nouveau point.

par Yves MICHEL


 A Créteil, si Boïba Sissoko, Robin Molinié et Mickaël Robin notamment en 1ère période, ont entretenu l’espoir et ont permis à leur équipe de limiter la casse (14-15 à la pause) et même de prendre l’avantage à la reprise (16-15 à la 31ème), du côté de Nantes qui avait été plutôt brouillon dans ces trente 1ères minutes, personne ne s’est affolé. Le verrou francilien finirait par sauter. Pour autant, avec une base arrière décimée (Olivier Nyokas et Eduardo Gurbindo sont blessés), il fallait se montrer patient. Et s’en remettre aux parades du poupin Emil Nielsen, aux allonges et autres déhanchements de Valero Rivera, Nicolas Tournat et… Aymeric Minne. "Mimi" a été à l’origine du 1er but nantais et du dernier. Enfin… il se dirigeait vers un 100% lorsqu’héritant de l’ultime contre-attaque et déclenchant son tir à une seconde du buzzer, la balle est allé mourir largement au-dessus de la transversale cristolienne. L’ancien Aixois se contentera aisément de son 8/9 et de ses six caviars au service de ses partenaires puisque le "H" a signé une nouvelle victoire (27-34), la 5ème en 6 rencontres. De quoi satisfaire celui dont le transfert indissociable de celui de Nicolas Claire, a fait couler beaucoup d’encre à l’intersaison.

Aymeric, Nantes reste sur sa dynamique…
Oui, la série continue et c'est bien car c'était un match plus accroché que les deux derniers. Ça nous a fait travailler un peu plus notre mental car on était en échec en 1ère mi-temps. On ne s'est pas affolé et on a pris l'ascendant progressivement. C'est bien pour la confiance, pour le résultat et j'ai ressenti vraiment beaucoup de plaisir.

Tu as beaucoup glissé sur la base arrière en restant souvent à gauche…
Ce sont les circonstances qui veulent ça. "Oli" (Nyokas) est malheureusement blessé et il faut que j'alterne. J'espère qu'il va revenir très bientôt. Quand je joue avec Rok (Ovnicek, le demi-centre slovène), c'est un jeu différent. On est deux petits gabarits à l'aise dans les 1 contre 1. Ça pose aussi quelques problèmes à la défense adverse. Cette polyvalence me convient parfaitement.

As-tu plus de responsabilités au "H" qu'à Aix ?
Je ne dirai pas cela. Il y a par contre plus la pression du résultat. On ne peut pas par exemple, se permettre de perdre des matches comme celui de ce soir. Sinon, ça serait un vrai faux-pas. Jusque-là, on a perdu à Paris et on a remporté toutes les confrontations qu'on devait gagner. Novembre et décembre seront très chargés avec l'EHF et les coupes nationales donc un match tous les trois jours. Il faudra prendre un maximum de points et ne pas s'éparpiller. On ne va surtout pas se plaindre de ce calendrier !

Qu'est-ce que t'apporte la présence d'un fin tacticien comme Entrerrios?
Beaucoup d'aide. Il me donne plein de petits conseils. Des petits trucs à l'espagnole, des feintes, le moyen de m'en sortir sur des phases offensives. J'adore le jeu tout en finesse. Je ne fais pas 2 mètres et 100 kg pour faire autre chose (rires). Et à ce niveau, l'expertise d'Alberto m'est très précieuse.

Dans ce championnat, encore et toujours, il y a Paris et les autres ?
Ils ont un collectif bien étoffé pour évoluer sur les deux tableaux toute la saison. Même en l'absence de gros joueurs, ils s'en sortent très bien. Il leur reste toujours des monstres. On s'est incliné au match aller à Coubertin et il y aura un retour. A nous de poursuivre sur le même tempo, on verra si la mayonnaise continue à prendre. Pour l'instant, on ne se met pas trop d'objectif par rapport au PSG. 

Justement, de quelle nature sont ces objectifs ? 
Clairement, la 2ème place. Je suis venu au "H" pour jouer la Ligue des Champions. Pour y parvenir et vu la nouvelle formule, il faudra terminer dans le top 2. Ou alors, gagner la coupe EHF. 

Le diaporama du match Créteil - Nantes par Yves Michel
 

La scène est assez insolite pour être narrée. Bien après le coup de buzzer final et la victoire nantaise, les deux Danois Augustinussen et Nielsen ont rejoint la poignée de supporters du "H" qui avait fait le déplacement dans le Val-de-Marne et sur le smartphone du gardien, tout le monde a suivi la fin du match entre St Raphaël et Montpellier. Ils ont exulté quand à moins de 40 secondes du terme, Xavier Barachet a inscrit le but qui permettait aux Varois de passer en tête (29-28) mais leur joie a été de courte durée lorsque sur l'attaque suivante, Yanis Lenne a pu égaliser. Un signe qui ne trompe pas, à Montpellier, Marin Sego a été moins efficace qu'à l'accoutumée (à peine 5 arrêts), ceci pouvant expliquer la contreperformance du MHB qui lâche un point face à des Raphaélois convalescents. Toujours à Oubron, à la porte du vestiaire nantais, le tandem Entrerrios-Cojean consultait l’ensemble des résultats de la soirée. Et le bilan est plutôt positif. Un succès, le 4ème consécutif qui conforte la 2ème place ex aequo avec Aix mais surtout une longueur prise sur les Héraultais et sur les Nîmois que les Nantais rencontreront juste après la trêve internationale.



Le tube de l’automne pour Ivry

Si tout en haut Nantes et Aix qui de son côté a battu Dunkerque (27-24 grâce notamment aux 15 arrêts de Wesley Pardin) ont passé une bonne soirée, Ivry continue sur sa lancée. Les Val-de-Marnais réalisent leur meilleur début de championnat depuis dix ans lorsqu’ils avaient totalisé 8 points sur 12 possibles.  Cette fois, c’est un peu moins (7) mais la dynamique insufflée depuis le nul face à Pays d’Aix, persiste. Qui plus est, en y mettant la manière. Les Ivryens s’étaient offerts Chambéry sur un plateau, ce mercredi ils ont terrassé Tremblay qu’ils ont un peu plus enfoncé. A l’usure. Mais avant de sauter dans tous les sens et lever le poing de la victoire, cela n’a pas été simple, loin de là ! Car en 1ère période, les partenaires de Patrice Annonay tenaient les commandes mais jamais avec plus de trois longueurs d’avance. Ivry avait marqué le 1er but de la rencontre, a retrouvé la tête peu avant la pause (13-14) et ne l’a jamais plus quittée. Inexplicablement, le jeu tremblaysien s’est délité, la défense s’est inscrite aux abonnés absents, la balle pour les attaquants était devenue trop lourde et en face, le voisin en a profité. Au fil des minutes, l’écart n’a fait que se creuser pour atteindre son point culminant et définitif à six secondes du buzzer (23-31), Mate Sunjic parachevant l’œuvre en s’interposant face à Siakam. « Cette victoire valide les trois derniers matches qu’on a faits, se réjouit Benjamin Bataille. Ce succès s’est construit en début de deuxième mi-temps, on a réussi à mettre de l’intensité défensive, ils ont déjoué et on en a profité en contre-attaque. Notre niveau est resté constant. Je retiens surtout la performance collective.  On se donne maintenant le droit de rêver, en début de championnat on ne pensait pas en être là. Le principal, c’est qu’un collectif s’est créé, on va prendre match après match sans oublier que cet équilibre peut être fragile, pour aller le plus haut possible avec le 13eme budget. » Avec la plus mauvaise artillerie de Starligue (147 buts inscrits en 6 rencontres), Tremblay qui avait fait jeu égal avec Istres et Montpellier avant de s’incliner par la plus petite des marges (-1), tombe bien bas. La gifle subie il y a une semaine à Nantes (-19) a provoqué plus de dégâts que prévu. Mercredi prochain, les hommes de Stefanovic seront au pied du mur. Encore à domicile, devant l’autre représentant du Val-de-Marne et là, il n’y aura aucun droit à l’erreur. Car avec le sursaut de St Raphaël, le perdant de cette confrontation francilienne pourrait bien fermer la marche du classement. Du côté d’Ivry, on savoure et surtout, on veut s’attacher à ce que la mélodie du bonheur dure le plus longtemps possible. Les joueurs de Sébastien Quintallet ont déjà plus de points que la saison passée à la trêve hivernale, à l'issue des matches aller ! Sauf que les trois prochains adversaires ont pour nom Paris et après la coupure internationale, Montpellier et Nantes. Qui désormais va devoir vivre dans la crainte de l’autre ?

Depuis quelque temps, les Nîmois font du surplace. Deux points seulement glanés en quatre matches malgré un Elohim Prandi au zénith de sa réussite. A croire que sa récente convocation en France A l’a boosté. Aux 9 buts qu’il avait inscrits une semaine auparavant face à Paris, l’arrière gauche en a remis un de plus face à Toulouse. Cela n’a pas suffi pour que l’USAM renoue avec le succès. Les Toulousains ont eu moins de réussite au tir mais ont perdu un peu moins de ballons que leur vis-à-vis. Ils ont été souvent menés (25-28 à la 49ème) mais n’ont jamais perdu le contact, revenant soit par Luc Steins, Pierrick Chelle ou un métronomique Ayoub Abdi (notre photo ci-dessus) qui se révèle au fil des confrontations. L’Algérien, dernière recrue de Philippe Gardent est décidément une sacrée bonne pioche pour le Fénix. Le partage des points (32-32) parait équitable. Au classement, Nîmes ne décolle pas de la 7ème place et est même rattrapé par son adversaire du soir.

Le diaporama du match Toulouse - Nîmes par Mélody Ramirez
 

Chartres qui selon la presse locale a des ambitions européennes mais chaque chose en son temps, s’est fait peur jusqu’au bout face à Istres, un adversaire direct pour le maintien. C’est un pénalty de Morten Vium à 10 secondes de la fin qui a scellé le résultat en faveur des Euréliens (25-23). Ils avaient pourtant très bien contrôlé la 1ère période menant au plus fort de 4 buts avant de se faire rejoindre et de laisser par moments, l’initiative aux Provençaux. C’est le 1er succès des Chartrains à domicile depuis leur remontée parmi l’élite.

Ce jeudi, Chambéry vient à Paris dans la peau de la bête blessée qui n'a rien à perdre. Pour autant, les Savoyards dont la confiance s'est effritée ces dernières semaines, ne se font guère d'illusions. Privés de leur côté d'Alexandre Tritta (touché au niveau des ischios) et même si en face, Sagosen et vraisemblablement Hansen manquent à l'appel, ils savent qu'ils se frottent à une équipe qui dans son antre de Coubertin, toutes compétitions confondues, est invaincue depuis le 8 juin 2017, soit depuis 49 rencontres. En Starligue, les partenaires de Luka Karabatic restent sur une série de 28 succès consécutifs. Et avant de retrouver les Slovènes de Celje, dimanche en Ligue des Champions, ils entendent garder leur pré intact.

Journée 6
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreMTStats
Aix en ProvenceDunkerque272414-10>>
ChartresIstres252325-23>>
CréteilNantes273414-15>>
ToulouseNîmes323215-16>>
TremblayIvry233113-14>>
St RaphaelMontpellier292912-13>>
ParisChambéryce jeudi sur beIN 120h45

classement

PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Paris10550016814053
2Nantes1065101971534-3
-Aix en Provence1064021661501 
4Montpellier964111721560 
5Ivry763211611563 
6Toulouse6622217318403
-Nîmes662221741760 
8Dunkerque66330156154-1-3
-Istres66330160173-1 
10Chartres462401601811 
11Chambéry35131140138-1 
12Créteil26150163185-3 
-Tremblay26150147175-4 
14St Raphael160511651810 


© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités