mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF M: Romain Lagarde, la touche germanique de la sélection
EDF M: Romain Lagarde, la touche germanique de la sélection
23 Octobre 2019 | International

Quatre mois après le dernier match de qualification à l’Euro 2020 face à la Roumanie, ce sont les grandes retrouvailles au sein de l’équipe de France masculine. L’occasion pour Romain Lagarde de revenir en France après un début de saison plutôt réussi en Allemagne sous ses nouvelles couleurs des Rhein Neckar Löwen. Comme la plupart de ses coéquipiers, l’ex Nantais compte bien négocier toutes les échéances internationales programmées jusqu’à l’été prochain. A commencer dès ce jeudi par le match d’ouverture face au Danemark de la 1ère étape de la Golden League.

par Yves MICHEL

Romain Lagarde est un des quatre joueurs français de l’étranger retenus pour disputer la 1ère étape de la Golden League, le seul à évoluer dans le championnat allemand. Aux "Rhein Neckar Löwen" qu’il n’a pas hésité à rejoindre dès juillet dernier, un an avant la fin de son contrat avec Nantes où il avait passé toutes ses années d’apprentissage et effectué ses premiers pas professionnels. « Il y a eu une convergence, un désir mutuel de travailler ensemble le plus rapidement possible. A Nantes, j’avais fait un peu le tour de la question, j’avais besoin de vivre autre chose, de participer à une autre aventure. » Et l’intégration a été parfaite. L’arrière n’est pas du tout dépaysé, après tout, Mannheim ne se trouve qu’à 1h30 de route de Strasbourg, la France n’est vraiment pas très loin. Son désir de rallier la Bundesliga était si intense qu’avant même que la saison se termine en Loire-Atlantique, il avait commencé à prendre des cours dans la langue de son nouveau pays. Son arrivée sur les bords du Rhin coïncide avec le retour au bercail d’un certain Uwe Gensheimer. « Je peux parler un peu français avec lui mais bon ce n’est pas le but. Je suis là pour 4 ans donc c’est mieux de comprendre parfaitement les personnes avec lesquelles je travaille. Uwe reste un très bon lien. On joue à côté donc l’échange est naturel. Dès le début, il a été très bienveillant à mon égard et m’a tout expliqué. J’ai pu ainsi assimiler plus facilement les enclenchements. » Cette attirance pour le championnat d’outre-Rhin n’est pas récente. « Déjà plus jeune, je trouvais un intérêt à suivre à la télé, les matches de Bundesliga, pour moi c’était le plus gros championnat qui pouvait exister. Avec le temps, j’ai progressé et maintenant que j’y joue, ce n’est que du bonheur. » Dès le 1er match officiel, à Ludwigshafen, Romain s’est véritablement retrouvé dans son élément. Dans un contexte de derby (la localité se trouve à 4km sur l’autre rive du Rhin) et une ambiance surchauffée. « On a gagné dans les 10 dernières minutes et évidemment pour moi, ça a été émotionnellement très intense, je voulais donner le meilleur. »  Obtenir sans cesse la reconnaissance et prouver à ceux qui ont accéléré sa venue qu’ils ont eu raison.



Si le Lorientais de naissance est encore loin des performances d’Uwe Gensheimer, buteur patenté de l’équipe avec 81 réalisations, son rôle assigné sur le terrain par l’entraîneur Kristján Andrésson est bien défini. « J’ai commencé pas mal de matches en défendant en 3 bas, c’est un signe de confiance du coach. Pour être efficace, il me faut être très mobile. Je passe 40 à 45 minutes sur le terrain, cela montre qu’ils attendent beaucoup de moi mais je dois prouver à chaque entraînement que ma place est légitime. » Un peu comme en sélection qu’il retrouve toujours avec le même plaisir, d’autant plus depuis qu’il évolue dans un autre championnat que la Starligue. Voilà deux ans qu’il est régulièrement appelé sous le maillot tricolore par Didier Dinart. En grignotant à chaque fois, un peu plus de temps de jeu avec la volonté de progressivement changer de statut, de passer d’impact player à titulaire à part entière. « Je n’en suis pas encore là. C’est comme en club, tout passe par le travail, la performance.» Avec ce nouveau rassemblement et les trois matches au programme de la 1ère étape de la Golden League, au sein d’un groupe resserré à 17 depuis les forfaits d’Adrien Dipanda, Kentin Mahé, Melvyn Richardson et Yanis Lenne, Romain Lagarde compte bien s’illustrer. Marquer des buts et surtout des points pour les futures échéances, nombreuses en cette année olympique. «Evidemment que c’est une saison importante ! Pour moi, pour la sélection. Mais il ne faudra pas brûler les étapes. Il y a d’abord l’Euro avec la volonté de le gagner car cela nous qualifierait directement pour les J.O. La Golden League va nous y préparer. Ces moments sont rares donc importants. On a bien travaillé durant les deux années écoulées, on est monté sur le podium même si lors du dernier Euro, on peut avoir des regrets d’être vraiment passé à côté de notre demi-finale. En janvier prochain, on peut écrire quelque chose de plus beau.» Avec comme challenge pour l’ancien Nantais de participer à la compétition et s’installer sur une base arrière en pleine mutation.


                         Après le Mondial U21, baptême du feu pour Elohim Prandi chez les "A"

Les 17 Français sélectionnés pour la 1ère étape de la Golden League

Nom

Prénom

Club

Age

Taille

Poids

poste

Sél

Buts

ABALO

Luc

PSG handball

35

183

83

ALD

255

784

CLAIRE

Nicolas

Pays d'Aix UC

32

190

91

DC

40

44

FABREGAS

Ludovic

FC Barcelone (Esp)

23

198

100

PVT

65

113

GENTY

Yann

Chambéry Savoie MHB

37

185

89

GRD

2

0

GERARD

Vincent

PSG handball

32

189

95

GRD

90

12

GREBILLE

Mathieu

Montpellier HB

28

198

97

ALG

70

113

GUIGOU

Michael

USAM Nîmes Gard

37

180

78

ALG

276

944

KARABATIC

Luka

PSG handball

31

202

108

PVT

101

114

KARABATIC

Nikola

PSG handball

35

196

105

ARG

306

1190

LAGARDE

Romain

Rhein Neckar Löwen (All)

22

194

95

DC/ARG

32

37

MEM

Dika

FC Barcelone (Esp)

22

194

90

DC/ARD

45

106

PARDIN

Wesley

Pays d'Aix UC

29

195

105

GRD

11

0

PORTE

Valentin

Montpellier HB

29

190

92

ARD/ALD

117

297

PRANDI

Elohim

USAM Nîmes Gard

21

193

96

ARG

0

0

REMILI

Nedim

PSG handball

24

195

94

ARD

63

197

SORHAINDO

Cédric

FC Barcelone (Esp)

35

192

110

PVT

213

418

TOURNAT

Nicolas

HBC Nantes

25

200

114

PVT

24

25

Les matches de la 1ère étape de la Golden League au Danemark

à Aarhus

jeudi 24 octobre

17h45

Norvège - Espagne

20h15

Danemark - France

à Aalborg

samedi 26 octobre

13h30

France - Norvège ou Espagne

16h10

Danemark - Norvège ou Espagne


Des absences et non des moindres

Outre les Français qui ont dû enregistrer quelques forfaits avant d’entamer leur rassemblement à la maison du handball ce lundi, les trois autres pays conviés à cette 1ère étape de la Golden League n'ont pas été épargnés. A commencer par le Danemark avec la double défection de Mikkel Hansen et Henrik Toft Hansen. Les deux joueurs du PSG ont été victimes d’une commotion cérébrale. Le 1er à la mi-septembre à l’entraînement, le second le 10 octobre dernier lors du match de Starligue face à Chambéry. Ils n’ont pas rejoué depuis et aucune date de reprise n’a été avancée. En sélection danoise, ils ont été remplacés par Lasse Möller et Magnus Saugstrup. Le coach Nikolaj Jacobsen a quelques soucis sur le poste de pivot puisqu’il a appelé le Raphaélois Alexander Lynggaard pour pallier la blessure au genou de Simon Hald qui est toutefois conservé dans le groupe.

Du côté de la Norvège, Sander Sagosen (notre photo) manque à l’appel. Le Parisien est toujours blessé à l’aine et si son nom était présent mercredi dernier sur la feuille du match à Ivry, il n’a pas fait le déplacement à Barcelone en Ligue des Champions. Il se retrouve néanmoins dans l’environnement de la sélection norvégienne. Il s’entraîne avec ses coéquipiers mais ne participera pas aux deux matches au Danemark. Son retour à la compétition est prévu le 2 novembre à Coubertin, lors du match de Ligue des Champions contre son ancien club, Aalborg.

Invitée lors de cette 1ère étape de G.L, l’Espagne est à Aarhus depuis dimanche soir. Pour ce déplacement au Danemark, Jordi Ribera a retenu 16 joueurs dont sept évoluent dans le championnat français (Corrales et Morros au PSG, Balaguer et Rivera à Nantes, Costoya à Chambéry, Goni Leoz à Aix, Sole Sala à Toulouse). Par rapport au dernier Mondial en janvier, le Nantais Eduardo Gurbindo (toujours blessé) et le Raphaélois Dani Sarmiento (en phase de reprise) ne sont pas dans le groupe alors que David Balaguer et Valero Rivera y font leur retour.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités