mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LDC M: Paris gagne un véritable combat face à Flensburg
LDC M: Paris gagne un véritable combat face à Flensburg
17 Novembre 2019 | Europe > Champion's League

Battu d'un seul petit but au match aller sur ses terres, Flensburg était venu dans la capitale avec la ferme intention de prendre sa revanche. Les Allemands n'ont rien lâché... pendant 50 minutes avant que Paris ne fasse laborieusement la décision dans le money-time (32-30). Au cours d'une rencontre où Rodrigo Corrales pour le PSG et Benjamin Buric en face se sont illustrés. Un match de combattants, très serré, ponctué de part et d'autre par de nombreuses sanctions et la sortie prématurée de Nedim Remili sur blessure. Ce succès important permet à Kim Ekdahl du Rietz (photo de tête) et ses partenaires de rejoindre Barcelone en tête du classement du groupe A de LDC.

par Yves MICHEL, à Coubertin
 

Avec le recul, on peut noter que Paris a préservé l’essentiel et que cette victoire obtenue au forceps face à une excellente formation actuellement 2ème de Bundesliga est une réelle satisfaction. Les champions de France ont eu le dernier mot d’un match curieusement engagé où après à peine cinq minutes, ils ont dû résoudre un problème de taille: pallier la sortie de Nedim Remili. Sur un enclenchement, l’arrière international a été déséquilibré par le demi-centre Johannessen et s’est retrouvé au sol. Immobilisation et obligation de quitter le terrain soutenu par deux partenaires. Suspicion d’une entorse à la cheville droite, diagnostic qui sera confirmé par le staff médical dès la fin du match. L’ancien cristolien est d’ores et déjà forfait pour la confrontation de Starligue qu’il se faisait une joie de disputer mercredi face à son club formateur. D’ici 48h, il doit passer des examens plus approfondis qui détermineront la gravité de la lésion et surtout la durée de l’indisponibilité. Elle est comptablement mais également stratégiquement préjudiciable au rendement du Paris Saint Germain puisque l’intéressé est dans l’effectif, le seul arrière droit déclaré. « On a toujours assumé ce choix dès le début de la saison, explique Raul Gonzalez. On s’est adapté sur ce match, on parviendra à le faire si l’absence de Nedim se poursuit. » Dans le groupe parisien, il existe en effet des solutions de remplacement. Comme l’utilisation d’un ailier gaucher (Abalo, Kounkoud) ou carrément d’un arrière droitier. Face à Flensburg, lorsqu’il a fallu revoir l’organisation, c’est Mikkel Hansen qui s’est collé au poste. Avec plus ou moins de réussite mais son entraîneur s’est finalement montré satisfait du rendement et de la prestation (quasi au pied levé) du Danois. « Surtout face à un adversaire de cette valeur et qui a été dangereux jusqu’au bout. » Lorsque Remili a quitté ses partenaires, cela allait plutôt bien pour eux. Kim Ekdahl du Rietz avait donné le tempo et montré le chemin du but et Corrales, dessiner les prémices d’une réussite qui va l’accompagner jusqu’à ce qu’il laisse sa place à Vincent Gérard dans le dernier quart d’heure.



Sagosen venait d’inscrire son 200ème but en Ligue des Champions puis Hansen n’avait pas tremblé à 7m, ce qui permettait au PSG de faire un mini break (5-3 à la 7ème). C’est pourtant à ce moment-là, que l’attaque va donner des signes de faiblesse et les tirs échouer sur Benjamin Buric. Le portier bosnien, frère jumeau de l’ex pivot nantais prénommé Senjamin va se mettre en travers des intentions parisiennes. Coup sur coup, Kim Ekdahl du Rietz et Benoit Kounkoud vont se retrouver en échec. Et Flensburg va virer en tête (+1). De courte durée puisque Corrales va s’illustrer à nouveau et Mikkel Hansen plutôt à son aise remettre de l’ordre. Les champions d’Allemagne restaient au contact et auraient même pu regagner le vestiaire à égalité si Jim Gottfridsson quasiment seul, n’avait pas catapulté un dernier ballon largement au-dessus (17-16).

Dans cette 1ère période, il y avait eu de la bagarre, de l’intensité, quelques accrochages et des ballons cafouillés mais rien n’était fait. Raul Gonzalez changeait de système défensif, abandonnant la 5-1 avec le plus souvent Benoit Kounkoud en pointe pour une 6-0 plus classique. Choix bien senti car ses joueurs vont sembler plus à leur aise notamment dans la montée de balle. Sander Sagosen (meilleur réalisateur de la fin d’après-midi avec 7 buts) réveillait Coubertin et Vincent Gérard entré dans les quinze dernières minutes, brillait avec quatre arrêts très importants. Trois buts de mieux, l’écart n’avait jamais été aussi conséquent pour les Parisiens qui s’acheminaient sans problème vers une nouvelle victoire en Ligue des Champions et une série de 55 rencontres sans défaite à Coubertin. C’était mal connaitre Flensburg et sous-estimer la volonté de cette équipe de ne rien lâcher. A 17 secondes du terme, l’ailier droit Marius Steinhauser à 7m redonnait de l’espoir à ses coéquipiers qui mettaient tout en œuvre pour au moins décrocher le partage des points (31-30). Peine perdue puisque les Parisiens grâce à un très opportuniste Dylan Nahi ne gâchaient pas leur ultime possession (32-30).

Le dénouement est profitable même si tout n’a pas été parfait, Paris revient de loin car les évènements auraient pu mal tourner. « J’ai vraiment pris du plaisir à jouer dans cette ambiance, confie Kim Ekdahl du Rietz, et en particulier quand ça commençait à chauffer avec Flensburg. On a bien géré le match surtout quand Nedim s’est blessé. Sans gaucher sur la base arrière, je trouve qu’on s’en est bien sorti. Pour ma part, je n’avais jamais autant joué sur la durée, ça fait vraiment du bien. Si on avait perdu aujourd’hui, ça aurait été difficile de rivaliser avec Barcelone. Là ça nous permet de rester au contact. » Et la confrontation tant attendue face aux Catalans est programmée dans deux semaines. Avant il faudra notamment se déplacer à Aalborg.

Quatre questions à Vincent Gérard…

Comment expliques-tu que Paris ait éprouvé autant de difficultés à battre cette équipe ?
Tout simplement parce que c’est du costaud en face. On s’y attendait, en plus, ils avaient récupéré Johannessen leur maître à jouer. Il nous a causé pas mal de soucis, il avait de bonnes jambes. C’est bien qu’on s’en soit sorti même si on aurait pu se faciliter la tâche dans les trois dernières minutes. Dans l’ensemble, je trouve qu’on a été assez constant, « Rodrigue » a fait les arrêts opportuns en 1ère et c’est très bien pour continuer.

Le point noir, c’est la blessure de Nedim…
C’est gênant mais cela fait partie du jeu. On savait que si cela arrivait, il faudrait trouver des solutions. On ne va pas s’apitoyer car ces solutions existent. On va surtout voir ce qu’il a et si c’est grave. On a quelques joueurs de talent qui peuvent faire le job. C’est vrai qu’on a des droitiers mais je me rappelle qu’à une époque, l’équipe de France s’en est accommodée.  

En tout cas, l’alternance avec « Rodrigue » Corrales fonctionne très bien…
On se partage quasiment le temps de jeu, tout dépend ce que fait celui qui commence. On a un système où on exploite beaucoup de ballons donc on prend pas mal de buts. Mais on est quand même assez performants en attaque. Il faudrait faire un ratio avec la défense, le bilan est satisfaisant. Comme les matches s’enchaînent et qu’il y aura une période internationale où on sera tous les deux beaucoup sollicités, c’est bien qu’on soit au niveau.

Le chassé-croisé avec le Barça continue…
Oui, pour terminer 1er de la poule, c’est ça ? Mais terminer 1er cela ne donne aucune garantie pour la suite. Là aussi, il y a des exemples récents qui le démontrent. L’objectif de la saison n’est pas de gagner la poule mais d’arriver au Final Four et de remporter la Ligue des Champions.

Le diaporama photos de PSG - Flensburg

Au stade Pierre de Coubertin, dimanche 17 novembre 2019
Phase de groupe (Gr.A) Ligue des Champions
PSG Handball - SG Flensburg Handewitt       32 - 30   (mi-temps: 17-16)

Arbitres: Bartosz Leszczynski & Marcin Piechota (Pologne)

Spectateurs: 2800

Evolution du score: 1-0 (1) 3-2 (5) 7-7 (10) 8-8 (15) 10-12 (20) 13-14 (25) 17-16 (MT) 18-16 (31) 20-18 (35) 22-20 (40) 23-23 (45) 27-26 (50) 30-27 (55) 32-30 (FIN)

ParisParis
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
S.SAGOSEN7/80/07/800020716
K.EKDAHL DU RIETZ6/90/06/900000615
M.HANSEN4/83/47/1200000714
N.KARABATIC4/70/04/70000049
L.KARABATIC3/40/03/40001036
K.SYPRZAK2/20/02/20000026
D.NAHI2/30/02/30000025
L.ABALO0/00/00/00000000
A.KEITA0/00/00/00000000
E.KEMPF0/00/00/00000000
B.KOUNKOUD1/20/01/20001010
G.SIGURDSSON0/00/00/00000000
N.REMILI0/10/00/1000000-1
V.MORROS DE ARGILA0/00/00/0000100-2
Total29/443/432/48000503268
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
R.CORRALES RODAL11/331/312/360000007
V.GERARD4/70/34/100000004
Total15/401/616/46000503279
FlensburgFlensburg
JoueursTcPeTtPdInBp2mnRgeButEva
M.STEINHAUSER0/15/55/600000514
J.GOLLA5/90/05/900000511
S.JEPPSSON3/30/03/30000039
M.JURECKI4/70/04/70000049
J.GOTTFRIDSSON3/50/03/50000037
M.JONDAL3/30/13/40000036
G.SOGARD JOHANNESSEN5/110/05/110001056
M.ABELVIK RÖD0/00/00/00000000
M.LIER0/00/00/00000000
L.SVAN HANSEN0/00/00/00000000
N.VERSTEIJNEN0/00/00/00000000
H.GLANDORF0/00/00/0000100-2
A.ZACHARIASSEN1/20/01/2000201-2
J.HEINL0/00/00/0000200-4
Total24/415/629/47000602954
GardiensAcApArrPdInBp2mnRgeButEva
B.BURIC10/320/210/340000014
T.SITTRUP BERGERUD3/100/13/110000000
Total13/420/313/45000603058
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités