mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: Toulouse grignote une place, Aix perd du terrain
LSL: Toulouse grignote une place, Aix perd du terrain
21 Novembre 2019 | France > LSL

Excepté Pays d’Aix qui s’incline assez logiquement à Montpellier, il n’y a pas de changement en tête du classement de Starligue puisque les six autres équipes du Top 7 se sont imposées. Du coup, cela ne varie pas non plus en queue de classement. Mention particulière à Toulouse qui continue sur sa lancée et qui a atomisé une pale équipe d’Ivry. Le Fénix est désormais deuxième.

par Yves MICHEL

Six résultats logiques pour ce 1er volet de 10ème journée de l’élite masculine avec cinq succès à domicile et un à l’extérieur, prévisible, celui du PSG à Créteil. Les Parisiens ont fait jeu égal avec leur hôte pendant vingt grosses minutes et ont mis en route peu avant la pause (14-20). La seconde période n’a été qu’une confirmation de la supériorité des champions de France.  Le PSG signe un 10/10, les Cristoliens eux, concèdent une nouvelle défaite (29-38) et restent derniers au classement. A l’honneur dans cette soirée, Mikkel Hansen qui avec 14 réalisations (dont 8/9 à 7 m) établit sa meilleure performance de la saison.

Plus au sud, à Toulouse, la dolce vita continue pour les hommes de Philippe Gardent. Face à Ivry, le Fenix valide son 6ème match sans défaite d’affilée, son dernier faux-pas remonte au 25 septembre à Paris. Les Ivryens ont pris un très mauvais départ avec trop de pertes de balle (15 au total) et une certaine indiscipline dans la conduite du jeu (5-1 après 5’). Ils ont couru après le score par la suite, les prouesses de Mate Sunjic dans les cages leur redonnant un mince espoir en fin de 1ère mi-temps. A la reprise et sans attendre, Toulouse a remis de l’intensité et a creusé un écart constant que leur adversaire n’a pas su combler. Pire même dans le dernier quart d’heure lorsque Ivry a carrément abdiqué laissant le champ libre à un Fénix triomphant. Seul bémol à apporter à la soirée, la faible affluence dans les tribunes du palais des sports de la ville rose. Que faudra-t-il proposer au public toulousain pour le voir se déplacer en masse afin d’encourager une équipe qui tient les 1ers rôles en championnat de France ? Une formation qui propose un jeu alerte avec des ailiers complices et très efficaces et des jeunes qui prennent leurs responsabilités. Ce mercredi et une fois que le score était acquis, Philippe Gardent n’a pas hésité à lancer sur la base arrière, le Drômois Tom Bertini (20 ans) et Nemanja Ilic (photo de tête) en a profité pour terminer meilleur buteur avec 11 réalisations dont 9 sur le champ. « On a eu beaucoup de ballons de contre-attaque grâce au travail de notre défense et de notre gardien, fait remarquer l’ailier serbe au micro de beIN sports. On a beaucoup progressé par rapport aux années précédentes et les matches qu’on joue à la maison, on les gagne. Je suis content de notre réussite mais il faut rester sur ce bon rythme, garder la confiance et aborder les prochains rendez-vous avec le même état d’esprit. » Avant de retrouver Montpellier, le 11 décembre prochain pour une confrontation au sommet, Toulouse aura à se déplacer à Créteil, puis à Nîmes et à Cherbourg, respectivement en championnat, coupe de la Ligue et coupe de France. Soit 4 matches en deux semaines. Il faudra donc les digérer.

Le diaporama photos de Toulouse - Ivry par Mélody Ramirez

Avec la Ligue des Champions, Montpellier est également soumis à des cadences infernales et la visite de Pays d’Aix pouvait représenter un piège parfait comme il y a deux saisons où les hommes de Jérôme Fernandez s’étaient imposés à Bougnol par la plus faible des marges. Ce mercredi, il n’en a rien été. Et même si le match a été plaisant à suivre, si les deux formations ont produit de belles choses, les Héraultais ont pris le dessus en seconde période.  Ils ont surtout bénéficié du déchet aixois et surtout de tous ces ballons que leur adversaire leur a rendus. Le MHB a imposé son rythme et chaque fois, a trouvé le joueur pour faire la différence. La satisfaction est notamment venue de Jonas Truchanovicius qui avait perdu de son éclat depuis la victoire au Final Four à Cologne, qui a effectué une saison écoulée quasi blanche, il a été blessé et là, il semble revenir petit à petit à un excellent niveau. Montpellier a mieux terminé la rencontre que son rival, avec plus de fraîcheur et d’intentions et l’écart a atteint des largesses dans le dernier quart d’heure (32-25). Comme Gardent à Toulouse, Patrice Canayer n’a pas hésité à donner sa chance au petit jeune du groupe. Et le pivot Paul-Louis Guiraudou, international juniors n’a pas démérité en inscrivant ses deux premiers buts chez les pros qu’il n’est pas encore. « C'est une soirée très intéressante pour nous, se satisfait le coach montpelliérain. D'abord, c'est une belle victoire de six buts contre un adversaire direct. On a bien maîtrisé, on a eu beaucoup de constance pendant 60 minutes. On a été plus réguliers ce soir dans tous les secteurs de jeu : en attaque, en défense,  dans la transition. Ce qui est bien c'est qu'on a été maître du rythme qu’on a mis. C'est positif. On a été présents dans l'engagement physique, dans les courses, dans les déplacements. On a commis moins de faute technique, ce qui a donné un jeu spectaculaire, très agréable, efficace, pour avoir des résultats. » Canayer totalement satisfait… c’est assez rare pour être souligné. Ce samedi, Montpellier accueillera Porto en Ligue des Champions avec un bon coup à jouer en cas de succès. Kiel ayant été tenu en échec (32-32) par Zaporozhye, les partenaires de Valentin Porte ont l’occasion de revenir à un point des Allemands et peut-être profiter de l’opposition frontale entre Veszprém et Kielce.

Non loin de Montpellier, dans le Gard,  au Parnasse, Nîmes se voyait proposer un exercice pas si évident à réaliser. Gérer au mieux son match de championnat face à Chartres avant d’aborder ce samedi, le 3ème tour retour de la coupe EHF et les trois buts à remonter aux Hongrois de Csurgoi. Le début de rencontre a été à l’image de ce qui pouvait représenter une crainte puisque le promu chartrain bien sécurisé par son gardien Grahovac, a pris la conduite des opérations en menant très rapidement (0-3 à la 5ème) mais au bout d’un quart d’heure puis avant la pause avec un excellent O’brian Nyateu (photo ci-dessus) et Rémi Desbonnet dans les cages, l’USAM a rétabli la situation en sa faveur. « On s’est mis un peu en difficulté tout seul dès l’entame, fait remarquer Julien Rebichon, le capitaine nîmois. Ensuite, quand on s’est concentré sur notre défense et notre montée de balle, ça a payé. Il faut reconnaître que ce qui nous attend samedi nous trottait dans un coin de la tête mais on voulait à tout prix prendre les points nécessaires à domicile contre Chartres pour continuer sur notre belle série (5 matches sans défaite d’affilée). Il fallait aussi s’imposer pour se mettre en confiance pour samedi. On va tout donner pour arracher cette qualification européenne qui est importante pour les joueurs, le public et tout le club. » La seconde période a été totalement à l’avantage des Nîmois dans le sillage de Michaël Guigou. Discret en 1ère période (1 but inscrit), l’ancien montpelliérain s’est largement rattrapé au retour des vestiaires en terminant meilleur réalisateur du match avec huit buts (dont 6/6 à 7 m… le dernier, un lob passant à 5 cm sous la barre étant une pure merveille). Victoire sans trop de souci (32-25) face à Chartres qui fait du surplace mais qui ne pâtit pas des résultats de ses adversaires directs.


                       Le Dunkerquois Samir Bellahcène a encore sauvé la baraque à frites ce mercredi

Parmi ces adversaires directs dans la zone de relégation, Tremblay. Tristesse et illusion sont les deux tendances qui ont animé les Franciliens en voyage à Dunkerque. Les joueurs de Rastko Stefanovic ont été asphyxiés d’entrée par une formation nordiste qui n’en demandait pas tant mais qui en a profité. L’apathie tramblaysienne et son manque d’intérêt à ce qui se déroulait sur le parquet a été payé cash. 7 à 1 après seulement 17 minutes ! Ce qui se passe de tout commentaire. Avec précision utile pour souligner la mise en route des Dunkerquois, un 1er but inscrit au bout de 4’40. En prendre donc 7 en 12 minutes, la défense de Tremblay était aux abonnés absents. Comme elle ne pouvait pas tomber plus bas, elle va pourtant réagir et ramener son retard à des proportions moins honteuses. (10-8 à la pause). De quoi entretenir l’espoir qui au fil du temps après le retour des vestiaires, ne sera qu’illusion puisque Dunkerque porté à bout de bras par Samir Bellahcène (13 arrêts au total) va préserver son avantage et conséquemment l’augmenter dans le money-time (24-19).  « Tout n’est pas encore parfait, reconnait le portier nordiste mais on doit se contenter de ce qu’on a réalisé. On avait une série de trois matches, on termine à 5 points sur 6, c’est bien. Il faudra réaliser des exploits un peu plus tard chez nous donc on verra… » La défense de Dunkerque a fait vraiment le boulot, c’est au secteur offensif désormais de se mettre à l’unisson. Quant à Tremblay, les rames de l’esquif commencent à être bien usées !

Du côté de Nantes, cela s’est plutôt bien passé face à Istres. S’il a mis dix minutes avant de prendre la mesure de son adversaire et laissé un peu la porte ouverte dans le dernier quart d’heure après avoir mené de huit longueurs, le « H » enchaîne sur un 3ème succès de rang (29-26). Istres a trop lâché de ballons (21 perdus contre 14 pour son adversaire) pour espérer rivaliser lorsque c’était possible. Les Nantais pourront pleinement se consacrer à leur déplacement à Arendal (Norvège) en coupe EHF. Le rendez-vous est programmé dimanche et les partenaires de Rock Feliho n’ont qu’un but d’avance acquis à l’aller.

La 10ème journée de Starligue prendra fin ce jeudi avec un résultat qui peut être lourd de conséquences entre St Raphaël et Chambéry. Un match au couteau opposant deux formations qui ont raté leur début de saison, même si les Varois qui partaient de loin, font meilleure figure depuis trois rencontres. Les Savoyards eux, jouent gros. S’ils venaient à s’incliner sur la Côte d’Azur, ils seraient à la traîne et compteraient trois points de retard sur leur adversaire du soir. Et ils seraient toujours sous la menace des trois poursuivants qui luttent pour le maintien. Avant de se rendre à Aix, dimanche pour le retour de coupe EHF et cinq buts à combler, il est impératif qu’il y ait un sursaut au sein du groupe d’Erick Mathé.

Le diaporama photos de Créteil - Paris St Germain

LSL  -   Journée 10
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreMTStats
CréteilParis293814-20>>
DunkerqueTremblay241910-8>>
NantesIstres292618-12>>
NîmesChartres322517-12>>
ToulouseIvry322316-13>>
MontpellierAix en Provence322615-12>>
St RaphaelChambéryce jeudi à 20h45 
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Paris2010100033927510 
2Toulouse141062229228248
3Nîmes141062229127042
4Montpellier14106222862661-1
5Nantes14107303092652-9
6Aix en Provence1210532268268-1 
7Dunkerque11105412502482 
8Istres710361262285-34
9Ivry710361258277-43
10St Raphael793512542613-7
11Chambéry69252248240-1 
12Chartres510271258300-2 
13Tremblay410280243283-3 
14Créteil310181261299-2 


© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités