mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: Philippe Dallard, un président pragmatique mais heureux
LSL: Philippe Dallard, un président pragmatique mais heureux
10 Décembre 2019 | France > LSL

C'est la bonne surprise du début de saison. Toulouse, 10ème budget de l'élite flirte avec les places européennes dans le peloton de tête derrière le PSG. Ce mercredi, à guichets fermés, le Fénix accueille Montpellier à l'occasion de la 12ème journée de Starligue. Pour autant, en Haute-Garonne, personne à commencer par Philippe Dallard ne s'enflamme. Le président du club veut avant tout assurer la pérennité de la structure. 

par Yves MICHEL


Philippe Dallard (notre photo de tête) est un président heureux. Voilà sept ans qu'il est aux commandes du Fenix Toulouse mais c'est une des rares fois que le club joue les 1ers rôles au sein de l'élite. Sept victoires, 2 nuls, 2 défaites, les Hauts-Garonnais figurent dans le quatuor des poursuivants derrière le PSG. Au même titre que Montpellier qu'ils accueillent ce mercredi. Le rendez-vous a été pris très au sérieux au point de négliger le déplacement en Coupe de France à Cherbourg. Défaite 32-30 pour un groupe composé par l'équipe de N1 renforcée par un seul pro, Nori Benhalima. Qu'à cela ne tienne la priorité, c'est le championnat !

Philippe, 1er accroc, cette élimination de la coupe de France…
Oui mais j’assume complètement cette décision d’envoyer l’équipe réserve car les instances nous ont refusé de jouer le match plus tôt, le vendredi et pour rentrer sur Toulouse, le dimanche soir, il n’y avait pas d’avion. Il était hors de question d’infliger 24h de bus à des pros qui ont une échéance importante en championnat, trois jours plus tard. On aurait aimé passer ce tour, les jeunes se sont bien battu mais voilà…

2ème du championnat après 11 journées, c’est plutôt inattendu…
Personne ne pouvait pronostiquer cela et certainement pas nous. Il faut rester honnêtes et pragmatiques pour dire que cette place on ne l’a jamais imaginée. Cette 1ère partie de saison est complètement dans la lignée de la 2ème de la saison dernière. On a gardé notre invincibilité à domicile et peu de défaites sur l’année civile.

Avec à l’intersaison, un recrutement qui était loin d’être extravagant…
On s’est intéressé à des gars qui avaient un esprit revanchard. Mais au-delà de ça, on est parvenu à constituer un collectif doté d’une force morale à toute épreuve. Tous ces matches qui auparavant étaient perdus dans le money-time, n’ont pas la même issue. On sent qu’il y a plus d’envie.

N’empêche sur certaines recrues, vous avez eu la main plutôt heureuse…
Oui.. Leventoux, Abdi, Luc Steins, notre facteur X qui donne le tempo dans le jeu tout en rassurant ceux qu’il a autour de lui comme Max (Gilbert).. ils ont une excellente capacité à créer du jeu. Et on s'aperçoit que certains qui ont souffert l’an passé reprennent aujourd’hui du plaisir. Cela facilite les rotations et il y a une bonne homogénéité.

Et Philippe Gardent suit le mouvement ?
Il est essentiel. Il a su surtout déceler ce qui n’avait pas marché les saisons précédentes, il a amélioré le fonctionnement du staff, procédé à quelques aménagements et c’est parti comme ça. On ne doit pas oublier la quantité de travail consentie et aujourd’hui, ça paie.

Les erreurs après l’euphorie de la saison 2013-2014 ont-elles été prises en compte ?
En fait, on avait eu le réflexe de récompenser ceux qui sortaient de cette belle saison. On a recruté Cyril Dumoulin pour remplacer Gonzalo (Perez de Vargas) et c’est tout. On avait aussi besoin de stabilité après les chaos qu’on avait subis. Et finalement on s’est aperçu que le groupe ne s’est pas régénéré. Cela a été notre erreur.

Y’a-t-il un peu plus de cohérence dans le projet du Fénix ?
Déjà, l’objectif n’est pas basé sur un classement. C’est devenu trop aléatoire. Aujourd’hui, quand un championnat commence, la moitié des équipes veulent être européennes. De plus en plus on retrouve des effectifs et des budgets à haute valeur ajoutée et surtout il y a des perspectives économiques à prendre en compte. A priori, on va arriver à une élite à 16 clubs avec une ligue quasiment fermée…

Ce changement est-il inéluctable ?   
Je suis surtout favorable à ce qu'on continue à proposer des matches en semaine. La visibilité de la compétition en dépend. La grosse antinomie serait de faire jouer la Ligue des Champions essentiellement le mercredi. Le format d’aujourd’hui est pour moi le meilleur. Mais nous ne pesons pas grand chose face à l’EHF. Il va falloir faire preuve d’habileté. Ce n’est pas en chamboulant le calendrier et l’organisation de la semaine qu’on va rendre notre sport plus crédible et qu’on va remplir les salles. Aujourd’hui, tous les investissements ont été faits pour que le championnat soit programmé en semaine. 

Sur le sujet du remplissage des salles, Toulouse a beaucoup de mal…
Cela dépend bien-sûr des affiches proposées. On est à guichets fermés pour Montpellier, on le sera après la trêve contre Paris. Après, en matière de disciplines sportives de haut niveau avec le rugby, le foot, les Toulousains sont très gâtés. Ce problème de remplissage existe un peu partout. Si j’avais une solution miracle pour les attirer, je l’appliquerais. L’impact au classement n’y est pour rien. La preuve ! Le hand a encore besoin d’être valorisé, économiquement, médiatiquement.  Car excepté quelques médias spécialisés dont Handzone, la discipline est sous-traitée, c’est une hérésie.

A quel niveau placer le match qui arrive contre Montpellier ?
Je dirai que la pression est plutôt de leur côté. Sur le papier, ils sont plus forts que nous et leur masse salariale, c’est notre budget. Ce que je constate c’est que depuis le début de la saison, on est costaud à domicile comme à l’extérieur. Donc tout est permis. On les reçoit avec beaucoup d’humilité mais on n’a jamais été aussi prêt dans notre tête pour les accueillir. 

L’avenir, c’est aussi le renouvellement des joueurs, beaucoup d’ailleurs terminent leur bail en 2021…
Dans le hand en particulier, nous n’avons aucune visibilité sur les droits TV. Aujourd’hui, on est amené à signer des contrats de joueurs sur 24 ou 36 mois alors que la plupart des partenariats coure sur 1 an. Il faut donc qu’on arrive à trouver des solutions à moyen et long terme avec nos partenaires pour qu’on fige des budgets qui soient en cohérence avec nos masses salariales. Donc on a un an pour discuter avec les joueurs mais on s’y penchera très sérieusement dès janvier prochain. La priorité est de s’occuper de ceux qui ont un contrat jusqu’à l’été prochain.

L'adversaire du soir… Montpellier: A l'inverse des Toulousains, les Héraultais du président Rémy Lévy se sont qualifiés pour les 8èmes de finale de la Coupe de France. Avec une formation hybride amenée par Villeminot, Lenne, Bos, Afgour, Portner et le Géorgien Tshkvredabze, face à Annecy. Les cadres ont pu se reposer et c'est en bus, qu'ils rallieront la ville rose pour une confrontation qui leur a souvent réussie puisque le dernier succès à domicile des Toulousains face au MHB remonte au 3 octobre 2012.


C'est le match qui retiendra également toute l'attention entre Nantes et Pays d'Aix. Les premiers se cramponnent au wagon de tête même si parfois la manière n'est pas au rendez-vous, les seconds restent sur deux revers (à Montpellier et face à Nîmes) et ont perdu du terrain sur le wagon des poursuivants derrière le PSG. Copie conforme au rendez-vous de la saison dernière où les Provençaux s'étaient imposés de justesse en Loire Atlantique (28-29) ? Il faudra attendre jeudi pour le savoir.

Nîmes prétendant au podium doit se méfier d'Istres qui a choisi de sacrifier la coupe de France en dépêchant le centre de formation à Ajaccio. Les Minots se sont inclinés (+7) mais les pros ont pu se reposer. L'USAM vise une 7ème confrontation sans défaite pour rester parmi les meilleurs. Là aussi, le souvenir est tenace. Lors du précédent exercice, les Gardois menaient de 3 longueurs à la 58ème avant que les joueurs de Gilles Derot ne viennent échouer à un but (27-26).

Malgré une courte défaite à Montpellier il y a deux semaines, Dunkerque a retrouvé une certaine forme de confiance. Mais attention la venue de Chambéry, bête blessée dans le Nord doit inspirer la méfiance. Les Savoyards qui poursuivront leur aventure en coupe, attendent une éclaircie en championnat. Elle se fait languir car elle remonte à la mi-octobre contre Chartres. Des points, peu importe le reste… pour s'éloigner de la zone dangereuse !

Seul un exploit peut modifier le sort des formations qui occupent la queue de classement. A commencer par Créteil qui rend visite à St Raphaël dont le moral n'a pas été entamé par une défaite logique à Paris. Les Varois veulent repartir sur la même dynamique qui leur a permis d'aligner cinq matches sans défaites (9 pts sur 10). Les Cristoliens n'ont plus gagné en Starligue depuis le 18 septembre et leur voyage à Nîmes. La situation de Tremblay n'est pas meilleure. Est-ce qu'obtenir un nul à Chartres constitue une perf suffisante pour retrouver la confiance ? D'autant que ce mercredi, c'est Paris qui débarque en Seine St Denis. On se souvient encore de la grosse fessée (23-34) reçue la saison écoulée. Le 4ème Francilien doit surveiller ses arrières. Après une super entame de championnat, Ivry a marqué le pas et reste sur cinq revers consécutifs. Chartres, l'adversaire du soir, n'est pas mieux loti. Les promus euréliens n'ont pas gagné en D1 depuis six rencontres.

LSL   |   Journée 12
Equipe ReceveuseEquipe Visiteuse
Datehoraire
IvryChartres 11/1220h30 
TremblayParis 11/1220h30 
DunkerqueChambéry 11/1220h30 
NîmesIstres 11/1220h30 
St RaphaelCréteil 11/1220h30 
ToulouseMontpellier 11/1220h45 
NantesAix en Provence 12/1220h45 
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Paris2211110037830111 
2Toulouse161172232130558
3Nîmes161172232529952
4Montpellier16117223152942-1
5Nantes16118303382933-9
6Aix en Provence1211542297302-2 
7Dunkerque1111551278277-1 
8Istres91146129131114
9St Raphael911461308323-1-4
10Ivry711371284306-5 
11Chambéry611272299297-310
12Chartres6112722813230-10
13Tremblay5112812663060 
14Créteil311191284328-3 
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités