mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
EDF M : Ça bruisse, ça bouge, ça cogite au pays des Bleus.
EDF M : Ça bruisse, ça bouge, ça cogite au pays des Bleus.
25 Janvier 2020 | France

Alors que l’Euro se termine et que sa finalité va certainement envoyer les Bleus dans un TQO plutôt relevé et difficile à appréhender. Autour de l’équipe de France, il y a des bruits qui courent, des personnes qui se déclarent et d’autres qui attendent dans l’ombre ou pas.

Certes, la parole fédérale portée en premier par le président Joel Delplanque, puis par le DTN Philippe Bana assure tout son soutien au staff actuel, mais surtout en essayant de ne pas insulter l’avenir et annonçant que tout est possible quand même. Bref, une petite musique déjà entendue il y a quatre ans, mais dans l’autre équipe de France, celle des féminines pour finir par un débarquement complet de tout le staff quelques semaines après. Donc méfiance sur la sainte parole de la FFHB ! A côté de cela, on voit Patrice Canayer faire des offres de services via une interview qu’il a réalisé avec l’AFP. Pas en tant que coach, plus comme manager général chapotant le staff en place. Mais cela il faut le faire valider par les instances dirigeantes, et en cette période pré-élective, pas simple d’imaginer le futur ex-président Joel Delplanque prendre une décision qui pourrait être remise en cause dès la fin de son mandat, c'est-à-dire en fin d’année. Autre petit souci, on ne peut pas dire qu’entre Patrice Canayer et quelques cadres de l’équipe de France cela soit l’amour fou… Et si Didier Dinart avait clairement été adoubé par pas mal des joueurs cadres de l’EDF, là on se pose la question et si tel était le cas, cela pourrait faire grincer des dents et des rouages. Mais d’un autre côté on sait aussi que les liens serrés qui existaient entre Didier Dinart, son staff et les cadres de l’équipe de France se sont distendus, surtout après l’Euro. On entend parler, et ce n’est pas une surprise, l’homme ayant toujours déclaré être intéressé par la chose, la possibilité de voir Thierry Anti revenir de son exil portugais. On écoute des bruits parlant des coaches qui ont su tout gagner chez les jeunes et qui ont l’avantage de connaître cette jeune génération par cœur. D’autres ont même envisagé le recours à un coach étranger, comme un certain Raul Gonzales.

Bref, tout est bien complexe, on se dit que tout peut arriver, tout et son contraire et que les décisionnaires vont devoir bien écouter toutes les parties avant de faire un choix… Car en cas d’erreur, on pourrait partir dans les tréfonds des oubliettes du handball. Si par malheur ce TQO devait se passer au plus mal et que les Bleus étaient privés des JO de Tokyo, alors, on assisterait mécaniquement à la fin de cette génération qui a tout et maintes fois gagné, et même plus que de raison. Avec le barrage pour le Mondial Egyptien qui arriverait dès le mois de juin, il faudrait alors tout reconstruire ou tout construire dans l’urgence absolue. Car un deuxième échec qualificatif pourrait bien renvoyer le handball tricolore dans les tréfonds médiatiques où d’autres sont déjà tombés, et la 18 ou 19° place récoltée à l'Euro n'annonce pas un tirage forcément clément. Avec un Euro raté dans les grandes largeurs, une absence aux JO pour la première fois depuis 1992 et une absence à un Mondial ce serait 2 saisons noires de chez noir que devrait vivre l’équipe de France.


© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités