mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
CDF F : Une logique très Coupe de France...
CDF F : Une logique très Coupe de France...
24 Février 2020 | France > Coupe de France

Pas de grosses surprises pour les 8° de finale de la Coupe de France Féminine. Il restera 2 équipes de D2F en quart de finale, la Stella Saint Maur qui a pris le meilleur sur ses voisines de N1F de Noisy – Gagny et Plan de Cuques, leader de la D2F qui a très facilement sorti le dernier de LFH, Mérignac, peut-être et même sûrement l’esprit occupé par son maintien en LFH.

Des derbys contrastés 
Pour les leaders de LFH, Brest et Metz, les choses avaient été jouées et gagnées dès mercredi dernier face, respectivement, Celles sur Belle et Toulon Saint Cyr (Voir l’article). Pour les autres coreligionnaires de la LFH, les batailles ont été par moment assez âpres. La JDA Dijon a joué encore une fois un sale tour à son voisin de Besançon. Pour la 2° fois en 3 affrontements, les protégées de Christophe Mazel ont pris le dessus sur celles de Raphaëlle Tervel. Esprit de derby, esprit de coupe, en tout cas, ce match s’est joué par rafales et la dernière a permis à Dijon de tout emporter sur son passage avec un 7-3 final signé du duo Gravelle – Kpodar – Sylla qui va emporter tous les espoirs bisontins de quart de finale. Petite surprise ou grosse surprise, Chambray qui ne met plus trop un pied devant l’autre en championnat est allé prendre son quart en s’imposant à Bourg de Péage. Disputé de façon presque acharné, ce match va basculer dans les dernières minutes, là où le « A toi, à moi » va s’arrêter un instant avec un 4-2 final qui va envoyer les Tourangelles au paradis des quarts. Même son de cloche pour Paris 92 qui recevait un OGC Nice en pleine forme en championnat et qui restait sur une sacrée victoire sur Brest. Là aussi la décision s’est faite dans les derniers instants. Après le 26° but de Melissa Agathe qui ramenait Nice à 27-26 à la 57), tout restait possible. Mais Paris va mettre les bouchées doubles. Ryu, Mazens et Deba vont trouver la faille et Nice ne pas arriver à réagir, n’arrivant qu’à réduire la douloureuse sur un dernier but de Djazz Chambertin. Celles pour qui ce 8° de finale s’est transformé en ballade de sante, ce sont les joueuses de Nantes. Pourtant, tout ne semble pas rose en coulisses… Mais le groupe a su faire fit de tout cela et a passé ses nerfs sur son voisin de Fleury les Aubrais. Un découpage en règle qui va débuter dès le début du match 7-1, 15-5 et Fleury qui baisse pavillon pour au final s’incliner de 15 buts. Sur ce derby de l'Ouest, contrairement à celui de l'Est, il n'y a pas eu de débat.


Elles se connaissent comme des sœurs
Il n'y avait pas de place pour deux Bellakhdar au tour suivant. Alors, à 80 secondes du terme, Nadia, l'arrière gauche de Saint-Maur, a fixé sa sœur aînée Amina, arrière droit de Noisy/Gagny, et décoché un tir par en dessous au second poteau (19-22). « Elle aurait pu faire ça sur quelqu’un d’autre », plaisante la vaincue d’un face-à-face familial inédit, dont l’issue singulière qualifie la Stella d’Angélique Spincer et Alimata Dosso pour un deuxième quart de finale en deux saisons. Remarquable pour une formation de D2, certainement jalousée par certaines de l’élite…

Entre banlieusardes, la querelle de voisinage a été franche. Celles du Val-de-Marne, déjà orphelines d'Andretti, Tourigny (croisés) et Félix-Théodose (convalescente), y ont perdu Constantin, sur blessure, et Nguekwian, renvoyée en tribune juste avant le repos. Malgré le break de fin de première période (9-8, 23ème puis 9-14, 30ème), « on a été tout le temps sous pression, sait Nadia Bellakhdar (2/9, 4 passes). Noisy a toujours été derrière nous », Oliveira (13 parades), Bossavy et Chappe-Giral, pour un kung-fu à l’ancienne, soufflant le show (12-17, 38ème puis 19-21, 54ème). « Emotionnellement aussi, c'était très compliqué pour moi, avoue l’ancienne joueuse de Noisy et Chambray. Je jouais contre ma sœur, des amies aussi. Au final, c'est la victoire qui compte. »

Saint-Maur a maintenant six chances sur sept de rencontrer une équipe de LBE, le 11 mars. Et une sur sept de croiser un codivisionnaire en dehors de la poule haute de D2... En effet, dans la dernière affiche de la semaine, chronologiquement parlant, Plan-de-Cuques a corrigé Mérignac, lanterne rouge de Première division (32-23). Les coéquipières de Laura Gaudefroy, l'ex-Toulonnaise, et de Justine Martel, formée à Nice (6 buts chacune), ont déposé les Girondines en deuxième mi-temps (13-12 à la pause, 18-14 cinq minutes plus tard, 24-16 à la 45ème).

Laurent Hoppe à Noisy-le-Grand


Le diaporama de Nantes - Fleury les Aubrais par Philippe Padioleau



8°  de finale
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreDateStats
Noisy GagnySt Maur192322/02>>
Toulon St-CyrMetz233318/02>>
Plan de CuquesMérignac322322/02>>
Celles s/BelleBrest212718/02>>
Bourg de PéageChambray232621/02>>
DijonBesançon282521/02>>
NantesFleury les Aubrais341921/02>>
Paris 92Nice302721/02>>
Evaluations
PlJoueurStats
1.Marie-hélène SAJKA (Metz)23
2.Eun hee RYU (Paris 92)21
3.Marie FALL (Nice)19
4.Jovana STOILJKOVIC (Chambray)17
5.Mélissa AGATHE (Nice)16
 Marie FRANCOIS (Chambray)16
7.Justine MARTEL (Plan de Cuques)15
 Alice MAZENS (Paris 92)15
9.Beatriz ESCRIBANO (Nantes)14
 Isabelle GULLDEN (Brest)14
Marie-hélène SAJKA
Evaluations
PlJoueurStats
1.Laurie CARRETERO-FONTAINE (Brest)30
2.Ophélie TONDS (Plan de Cuques)20
3.Jacqueline OLIVEIRA SANTANA (Noisy Gagny)17
4.Noura BEN SLAMA (St Maur)16
 Adrianna PLACZEK (Nantes)16
6.Sakura HAUGE (Besançon)12
7.Camille PLANTE (Bourg de Péage)11
8.Christelle HOUART (Plan de Cuques)10
9.Justine HICQUEBRANT (Celles s/Belle)9
10.Ivana KAPITANOVIC (Metz)6
 Léna LE BORGNE (Dijon)6
Laurie CARRETERO-FONTAINE


© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités