mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Laurent Bezeau : "Entre frustration d'arrêter et plaisir de reprendre"
Laurent Bezeau : "Entre frustration d'arrêter et plaisir de reprendre"
2 Juin 2020 | France > LBE

Le Handball est le seul sport collectif, qui n'a enregistré aucun recours administratif ou juridique avec l'arrêt des compétitions lié au COVID-19.  Une situation due à la bonne concertation entre la FFHB (COC,DTN), et les différentes organisations professionnelles (7Master, UJPH, UCPH, LNH, LFH).

Entretien avec Laurent Bezeau, entraîneur du Brest Bretagne Handball et référent du secteur féminin à 7Master.

Laurent, alors, comment que c'est, ça gaze avec toi ? (en brestois dans le texte)
Tout va bien, il fait un temps magnifique sur Brest.

Laurent, parle nous de la gestion de la crise et de sa sortie à laquelle tu as participé pour le secteur féminin avec 7Masters.
Assez vite dès l'arrêt des compétitions et le confinement, l'ensemble des organisations et la Fédération ont eu la volonté de se rassembler, pour s'organiser, orienter, définir des priorités et prendre les décisions pour surmonter la crise. Ce qui a été très intéressant et le Hand en sort grandi, c'est que toutes ces organisations ont fait preuve de solidarité, en prenant en compte les problématiques des unes et des autres et les meilleures décisions pour l'intérêt général ont été prises à l'unanimité. La priorité a été donné à la protection de la santé des intervenants et par la suite à la santé économique des clubs.

Es-tu satisfait des résultats, de la refonte du championnat, … ? (ndlr :14 clubs en LFH, pas de play-off/down, finale du championnat, Coupe de France revue....)
Oui, mais au-delà de mon avis personnel, ce qui a été important, c'est cette volonté commune des parties à s'entendre pour trouver un consensus.

Au soir du match de Coupe de France à la Stella, pensais-tu à un arrêt aussi brusque ? Comment- as-tu vécu cela ?
Absolument pas, on était sur une dynamique très positive (qualification en LDC Fem., qualification en CDF, première place en championnat), avec beaucoup de travail de l'ensemble du staff, et tout d'un coup le trou. Alors, c'est la frustration de ne pas aller au bout et en même temps de la pudeur par rapport à l'épidémie.

Les filles et le staff sont en chômage partiel jusqu'au 30 juin
Chacune des filles entretien sa forme à domicile, mais ce n'est pas du spécifique Hand. Et on reste en contact informels.

Le retour à l'entraînement est escompté pour la 1ere quinzaine de juillet, tout caler pour les matchs EHFCL de début septembre. 6/7 semaines, ça n'est pas un peu court, compte-tenu d'un arrêt au 15 mars ?
Oui, 6 à 7 semaines seulement c'est dramatique. En tout cas, quitte à innover à l'entraînement, on fera du mieux possible.

Est-ce réaliste ?
Réaliste, je ne sais pas ! Alors que certains pays ont déjà repris l'entraînement ou même jamais arrêté. Mais nous avons une réaction franco-française ! L'EHF doit prendre en compte sa propre économie et ce qui se passe dans l'ensemble des pays qui ne sont pas tous touchés de la même manière par le COVID. Les grands clubs européens se concertent fréquemment, font remonter les infos spécifiques à leur pays. Alors, pas question de crier au loup sur l'EHF. On est en difficulté dans notre métier d'entraîneur, puisque nous devons suivre les préconisations médicales et politiques, et ne pas oublier non plus que la vie d'un club c'est aussi la santé économique de ses partenaires (Hors de question de faire les matchs à huis clos). Pour la reprise, il va d'abord falloir passer par les tests vis à vis du statut COVID de chacun, puis les tests médicaux, psycho et physiques. Mais cette reprise doit se faire avec envie et plaisir, avec comme idée de faire une belle saison, tout en gardant une priorité, celle de la santé.

Avec cette superbe saison malgré le COVID, tu aurais signé pour ça, il y a un an ?
Bien sûr, et forcément je l'avais espéré. On sortait d'une saison compliquée et une dynamique s'est créée très tôt dans le club, avec les filles, le staff, les dirigeants et les supporters, par ce que personne n'avait envie de revivre une saison galère. Une synergie très positive s'est mise en place très tôt entre les joueuses, entre les joueuses et le staff, dans le staff lui-même et cela s'est manifestée notamment dès le Challenge Caraty féminin. (mi-août).

Des regrets sur la campagne européenne, à Györ notamment : (nul 27-27 )
Quelques décisions arbitrales un peu difficiles, plus que de la déception et de la frustration, un match extraordinaire que l'on aurait dû gagner.

Et le retour à l'Arena ? (Défaite 28-29 )
Un match physiquement très difficile (Ndlr :les Brestoises n'étaient que 4 sur la base arrière), un match extraordinaire aussi ou on aurait pu faire mieux.

Un retour sur la saison 2018/2019 ?
Je n'ai pas trop envie d'y revenir, mais le match de Rostov a été un tournant (Blessures de Darleux et Gullden). Après, on en a tiré les enseignements. C'est tout un club, toutes les filles, tous les membres du staff, tout un ensemble qui doit être en ordre de marche. Des notions de réussite bienveillante et compréhensive avec les autres, d'accompagnement de la performance ont été mises en place. Que ce soit avec les joueuses ou avec le staff. Avec comme credo, une ambition liée à la performance.

Pas de titre décerné cette saison, tu en penses quoi ?
Il faut un peu de respect pour l'ensemble des acteurs. La compétition n'a pas été à son terme. Deux premiers, c'est une sortie par le haut.

Pour finir une question perso : De ces 3 mois de mai, tu prends lequel ? (2012 champion de France avec l'Arvor, 2016 Coupe de France, 2018 Coupe de France)
Ça n'est pas comparable, des moments différents.
Mais quand Laurent évoquera le mur blanc de Bercy (2016) on aura compris.


Laurent Bezeau face au mur blanc à Bercy en 2016

© Philippe Riou
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités