mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Emmanuel Mayonnade élu parmi les plus grands
Emmanuel Mayonnade élu parmi les plus grands
20 Juillet 2020 | International

L’IHF a communiqué sur son habituelle élection des meilleurs joueurs, joueuses et entraîneurs du monde pour l’année 2019. Si les nordiques Niklas Landin et Stine Oftedal ont été sacrés chez les hommes et les femmes. Si Nikolaj Jacobsen a reçu le titre de meilleur entraîneur de l’année chez les masculins, le titre de meilleur entraîneur féminin a été remis à un Emmanuel Mayonnade qui a véritablement crevé l’écran tout au long de cette année 2019.


Du Danois partout
Chez les garçons on ne voyait pas le titre échapper à un Danois, mais cette fois ce ne sera pas Mikkel Hansen qui sera sacré pour la 4° fois ! Nikola Karabatic et lui restent donc à égalité pour le record de titres avec 3 unités. Cette fois c’est Niklas Landin, le gardien de la sélection danoise et de Kiel qui a été élu. A 32 ans, l’ex-enfant prodige arrive enfin à décrocher ce titre qui aurait pu (du ?) déjà lui échoir sans une petite propension à se louper sur les finales, ce qui à l’évidence lui a couté sans doute un ou deux titres dans le domaine. Côté entraineur, là aussi, c’est le Danemark qui est mis en lumière. Avec le titre mondial du Danemark et le travail effectué avec les Rhein Neckar Löwen, le coach de la sélection Nikolaj Jacobsen avait peu de concurrents de son niveau et avec son palmarès à lui opposer.


Stine Oftedal ou la science récompensée
Chez les féminines, l’élection de Stine Oftedal doit ravir un bon ombre d’amoureux du beau jeu. Régulièrement battue par une Cristina Neagu victorieuse 4 fois dont 3 fois de suite (le titre de 2017 n’ayant pas été décerné par manque de votants). Avec son bras fantastique, son précision alliée à la puissance, l’arrière gauche roumaine est un phénomène physique et technique du handball moderne. A contrario, Stine Oftedal peut faire rêver tout le monde, ses 168 cm, sa latéralité et son manque de kilos ne la prédisposaient pas à dominer la planète handball. Sauf que, heureusement, le physique ne fait pas tout loin de là ! Ceux qui ont admiré la pépite norvégienne à Issy Paris pendant 4 saisons peuvent en attester. Voir Stine Oftedal monter sur le trône Mondial prouve que le handball reste encore un jeu où les neurones et la fluidité restent les atouts majeurs du jeu.


37 ans et installé chez les plus grands
Question neurones, on savait depuis Mios qu’Emmanuel Mayonnade en avait un peu plus que la moyenne. Coach de l’emblématique famille des Mayonnade qui ont façonné le club girondin. Il avait déjà à son actif quelques références de coaching avec les Girondines, mais un peu effacées par le manque de moyens de l’UMBB. Passé à Metz pour y appliquer sa méthode avec un effectif bien plus solide, il a parfaitement réussi dans son entreprise, glanant 4 titres nationaux successifs et en emmenant Metz dans ce Final Four qui semblait tellement inaccessible pour les clubs tricolores pendant de longues saisons. Mais c’est en prenant la direction de l’équipe nationale des Pays-Bas et en en faisant dans la foulée les nouvelles championnes du Monde que « Manu » Mayonnade va frapper la planète handball de son talent.

Privé de Nicke Groot et d’Yvette Broch, deux pièces plus que majeures des Bataves, il a réussi à reconstruire un jeu flamboyant autour du duo Abbingh – Polman et de faire enfin monter les Oranje sur la plus haute marche d’un championnat majeur au détriment de la France, la Norvège ou la Russie, habituelles « trusteuses » de titres ces dernières années. Et clairement, autant à Metz qu’avec les Pays-Bas, on a vraiment senti la patte Mayonnade. Côté coaching, tactiquement, les réponses apportées aux difficultés posées par ses adversaires ont été quasi toujours gagnantes et côte préparation, on à souvent vu des scénarii de matches annoncés à l’avance se dérouler comme à la parade. Adepte forcené du jeu sur grand espace à la conclusion de systèmes défensifs très ambitieux, il a aussi mis en place un jeu placé où toutes les composantes du jeu ont leur place. Où les ailiers et les pivots ne sont pas que de simples récipiendaires de balles à mettre au fond. Avec ce titre à 37 ans, Emmanuel Mayonnade s'installe dans la cour des très grands coach et il n'est sans doute pas près de la quitter.

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités