mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Quand Ivry fait son marché au-delà des Pyrénées...
Quand Ivry fait son marché au-delà des Pyrénées...
12 Octobre 2020 | France > LSL

Si le Paris Saint-Germain paraît pour l'instant intouchable avec une copie sans ratures durant les quatre premières journées, derrière, cela s'enflamme. C'est aussi la révolte des petits budgets et des équipes au banc limité comme Cesson, Créteil et... Ivry. Cette saison encore, chez les Val-de-Marnais, le recrutement s'est voulu... chirurgical. Sébastien Quintallet, le coach est allé faire son marché notamment du côté de Valladolid d'où il a ramené le Français Robin Dourte et l'Espagnol Ruben Rio Iglesias.


Par Yves MICHEL


Il lui fallait un autre cadre pour s'exprimer, un autre challenge à relever. Trois ans après être passé dans cette sélection espagnole génération 96-97 et avoir raflé en deux étés, un titre à l'Euro puis au Mondial juniors. Et quoi de mieux que le championnat français pour affuter ses armes ? Ruben Rio Iglesias (notre photo de tête) n'a pas trop hésité lorsque Sébastien Quintallet lui a passé un coup de fil. Le coach de l'US Ivry a mis à profit sa parfaite maîtrise de la langue ibère pour persuader le gaucher de rejoindre l'effectif qu'il refaçonnait. Le technicien avait pu rapidement jauger les qualités de l'arrière lorsqu'en janvier, les Val-de-Marnais avaient affronté Valladolid lors d'un tournoi à Chatellerault. Par la même occasion, quelques mois plus tard, devant combler la place laissée vacante par Mathieu Bataille, il avait appelé Robin Dourte. Finalement, Ivry avait eu raison de participer à cette mise en jambes dans la Vienne ! Les deux joueurs ont donc débarqué au même moment en Ile-de-France.

Retour quasiment à la maison pour l'un, non loin de Coubertin où le PSG l'avait formé, découverte d'un environnement pour l'autre. « Je me suis tout de suite senti en confiance, témoigne Ruben Rio. De ce que j'en savais, Ivry est un club historique dans le hand français et surtout, c'était l'endroit idéal pour m'adapter à un jeu plus physique dans une Ligue plus relevée qu'en Espagne. » Ses qualités, le natif de la Corogne les a vraiment mises en avant sur le tard. A 17 ans, lorsqu'il a fait ses valises pour Gijon puis pour Valladolid. « C'était vraiment ma 2ème maison, j'y ai beaucoup appris, à la fois en tant que joueur mais aussi en tant qu'homme. » L'empreinte est quasi indélébile puisqu'avec 358 buts en 111 matches, le gaucher est le 2ème meilleur buteur au palmarès général du club. Presque par hasard, lui qui ne se consacrait pas spécialement au handball. A l'inverse de Robin Dourte, tombé dans la marmite à 4 ans. « Ce qui est drôle, c'est que sans le savoir, on avait signé dans le même club pour cette nouvelle saison. Moi, cinq jours avant lui !  C'est un réel avantage pour moi que Robin soit là. Il m'aide au quotidien et me permet de gommer progressivement la barrière de la langue. » Ruben Rio qui soufflera ses 24 bougies le 2 janvier prochain a d'ores et déjà balisé son chemin. Déterminé à ne négliger aucune opportunité. Même si depuis quelques années, l'USI est rentrée dans le rang et avec le plus petit budget de l'élite ne peut plus tutoyer les sommets. « Peu importe si les moyens ne sont pas ceux d'autres clubs. Je suis là au service de l'équipe, je veux progresser dans l'une des meilleures Ligues au monde. En franchissant ce cap, je pense avoir fait un grand pas en avant. » Car les ambitions de cet amoureux du jeu collectif en mouvement ne se limitent pas à briller au sein de l'élite française. « Mon objectif à moyen ou long terme est de me faire une place en équipe nationale. Je mesure la difficulté pour y arriver mais le défi à relever me stimule. J'ai passé des années fabuleuses dans les sélections jeunes. Porter le maillot, jouer pour son pays, c'est gravé dans ma mémoire et je vais tout faire pour retrouver de telles sensations. » En attendant, c'est à Auguste Delaune que ce fan de musique et cuisinier à ses heures (la réputation de ses lasagnes et de sa paëlla aiguise déjà quelques appétits val-de-marnais) prépare la suite de sa carrière. Le début de saison n'est pas de tout repos mais la récente courte victoire à Tremblay (24-25) a fait un bien fou. Dans les jambes et dans les têtes.

Tiens, voilà un autre champion du Monde qui à l'intersaison a débarqué à Ivry ! Robin Dourte, le massif central de Thionville qui après être passé par Villerupt et Metz, la réserve et quelquefois la Une du PSG et avoir vécu 19 matches d'Asobal avec Valladolid, bouillait d'impatience de revenir au pays dans un environnement où enfin, il pourrait pleinement exprimer ses qualités. En juillet 2019, avec les Gaudin, Prandi, Villeminot, Kieffer, Mohamed, Cochery et consorts, il a raflé l'or au Mondial U21 en Espagne.

Comment as-tu vécu cette saison à Valladolid perturbée comme partout, par le virus ?
Je n'en tire que du positif. J'ai beaucoup appris là-bas où tactiquement en Asobal, le niveau est très intéressant. Notamment dans le placement offensif et défensif. Et le fait d'avoir du temps de jeu et des responsabilités m'ont fait grandir plus vite.

Tu l'as dit. Tu as pu t'exprimer aux deux extrémités.
Oui et les circonstances ont accéléré mon intégration car les autres pivots de l'équipe se sont blessés et j'ai passé beaucoup de temps sur le terrain. J'ai vraiment pris mon pied en attaque. J'aime la polyvalence et quand tu as une bonne condition physique, quand tu es à l'aise avec tes partenaires, cela ne pose aucun problème.

Comme lors de ces deux étés (2018 et 2019) et ce parcours avec les juniors tricolores ?
(ses yeux s'illuminent) Deux podiums (argent à l'Euro) et la plus belle médaille au Mondial ! Cela ne s'était jamais vu pour des juniors français. Au-delà des résultats, ce sont des liens très forts qu'on a tissés entre nous. Intimes et vrais.

En début de carrière avec notamment ce choix pour le PSG, on ne peut pas dire que tu aies choisi la facilité
Mon 1er coach m'a dit un jour que pour progresser, il fallait sortir de sa zone de confort. J'ai signé pro au PSG et à 21 ans, je suis parti en Espagne. Je n'ai pas perdu mon temps et mon horizon s'est dégagé.

A Valladolid, ils voulaient te prolonger...  Et pourtant..
Oui mais j'ai senti qu'il me fallait un nouveau challenge. Je leur ai annoncé ma décision de revenir en France, l'accord avec Ivry ne s'est concrétisé qu'après.

Là aussi, vu les moyens, le défi à relever est de taille
Ivry reste une référence dans le hand français avec des jeunes issus de la formation. C'est une tradition de leur accorder leur chance. Sincèrement, lorsque les dirigeants et Sébastien se sont rapprochés de moi, je n'ai pas hésité une seconde. Je partage le poste avec Simon Ooms et on évolue autant en attaque qu'en défense sur le poste 3.

Début de championnat chaotique (1 point en 3 matches) et samedi dernier, ce succès à Tremblay...
Hyper important de gagner après les deux défaites à la maison. Tout est parti d'une bonne assise en défense. En attaque, cela se met en place mais il y a encore des automatismes à peaufiner.

Surtout que le calendrier n'est pas favorable avec successivement le PSG, Aix et Montpellier...
C'est vrai que ce qui arrive semble difficile mais quand tu as dit ça, qu'est-ce que tu fais après ? On ne va pas se cacher derrière ça. Il faut garder la dynamique de cette victoire à Tremblay, continuer à bien bosser et je suis sûr qu'on aura d'autres satisfactions.

                   Robin Dourte, version ultra-offensif à Valladolid




Enfin, on commence à mettre de l'ordre dans le calendrier !
Les joueurs de Créteil piaffent d'impatience et surtout veulent surfer sur la dynamique de leur succès en déplacement à Nîmes. Trop c'est trop, deux matches reportés à cause du Covid, un parce que des cas affectaient l'équipe, l'autre parce que les laboratoires chartrains n'ont pas été assez réactifs. Les Val-de-Marnais poursuivent leur semaine marathon et recevront ce mardi, Dunkerque, opposition comptant pour la 1ère journée (Palais des sports Marcel Oubron à 20h). Les Nordistes eux restent sur un revers d'un but à domicile face à St Raphaël.

La Ligue des Champions reprend ses droits
La 5ème journée de Starligue s'étale de jeudi 15 à dimanche 18. Entre temps, la Ligue des Champions retrouve les parquets mercredi mais surtout jeudi avec notamment pour le PSG, un impératif: après deux revers contre Flensburg et Meshkov Brest, battre les Norvégiens d'Elverum qui sont mieux lotis au classement (1V, 1D) et dans les rangs desquels figure un certain Luc Abalo. (Stade Pierre de Coubertin, jeudi 15 à 20h45)

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités