mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
France A - SCA : un vrai match de gala !
France A - SCA : un vrai match de gala !
18 Mai 2001 | France > LBE

Hier soir à Chauray, près de Niort (79), l'équipe de France féminine a conclu un stage de récupération par un match contre le S.C. Angoulême.
Ce stage commencé à Sainte Marie dans l'île de Ré, était une première du genre pour cette équipe.
Belle ambiance pour ce petit club des Deux-Sèvres qui chaque année s'efforce de créer un événement, la salle comble prouvant que lorsque les choses sont bien organisées, elles ont immédiatement de la réussite.
Devant l'effectif de l'équipe de France se dressait le SCA, 4° de D2 F et encore en course pour la montée, même si ce match était un match de travail pour les 2 équipes on sentait que personne n'avait envie de le prendre à la légère, surtout pas les Angoumoisines, qui après 5 minutes de flottement, ou la France se permettait de mener 3-0, par 3 contre-attaques développées grâce un une 6-0 bien en place et suffisamment agressive pour récupérer facilement des balles.
A ce moment le SCA entrait enfin dans la partie, et par de jolis mouvements bien huilés égalisait, notamment par des missiles longue portée de Djitli sur lesquels la défense de l'équipe de France semblait bien passive, n'arrivant pas aux dire d'olivier Krumbholz "  A voir si les filles d'en face vont réellement au tir ou non. "
Toute la première mi-temps va se dérouler ainsi, avec la France qui propose un jeu de transition rapide, mais qui tarde à trouver ces marques sur jeu placé, et le SCA qui récite ses gammes, avec des combinaisons bien huilées qui arrivent souvent à faire mouche.
La deuxième mi-temps va être beaucoup moins disputée, le SCA ayant semble t'il lâché tout son venin lors du premier acte.
Les Françaises passent un ou deux combinaisons, pratiquant toujours un jeu rapide très performant et petit à petit le score enfle passant de +1 à +3 à +5.
Djitli ne cadre plus ses tirs, Les combinaisons commencent à se faire moins rapidement, et les Françaises hausse enfin leur niveau de défense avec une Isabelle Wendling toujours présente et qui enclenche à merveille les montées de balles.
Comme Dudziak ferme un peu la baraque le SCA se trouve vite mené de 8 9 buts ! Il faudra une ou deux exclusions, avec a la clef un ou deux penaltys pour que le SCA puisse enfin faire gonfler son tableau de marque personnel.
Mais le physique des françaises est plus qu'au point, quand on voit une joueuse comme Stéphanie Ludwig, meilleure marqueuse du match avec 8 buts, faire les 60 minutes avec le même talent et sans baisser de régime, en comparaison des Angoumoisines dont le visage commence à être vraiment marqué par l'effort.
Quand on voit Mézuela Servier jouer avec le sourire et la puissance de Sonia Cendier, on se dit que le niveau d'écart est non seulement technique mais aussi physique.
Ce match de gala se termine avec un écart de 10 buts, les arbitres refusant un Kung-Fu à Mézu Servier à la dernière seconde, un peu triste de ne pas privilégier le spectacle mais bon il y avait vraiment appui zone.
Mais peut importe le score, ce n'était pas l'objectif de la chose, l'objectif était pour le SCA de bien préparer une fin de championnat qui leur permettre d'accéder à la D1, et aux Françaises de bien finir un stage ou visiblement ambiance et travail ont réussi à très bien cohabiter.

Les réactions :
Stéphanie Cano :  " C'était la première fois qu'un stage de récupération était organisé, et cela fait vraiment du bien, car avoir du enchaîner, les Jeux, l'Euro, le Championnat et la Coupe d'Europe pour beaucoup, cela faisait beaucoup pour les organismes.
Et puis, je dois dire que l'île de Ré a cette époque, c'est très agréable. "

Séverine Augustin (Pivot du SCA):  " On a jeté toutes nos forces en première mi-temps, la deuxième à été un peu difficile, mais on avait comme objectif de finir avec au plus 10 buts d'écart, contrat rempli.
C'est vrai que tant qu'on était fraîches nos combinaisons passaient, mais dès que le physique à un peu lâché, on s'est un peu fait marcher dessus, elles ont une telle puissance, et une telle vitesse, quand on voit les 60 minutes de Stéphanie Ludwig on ne peut qu'être impressionnée.
Pour ma par, je ne jouerais jamais en équipe de France, mais je pourrais dire que j'ai joué contre !
Ce match va nous permettre d'aborder la fin de championnat au mieux, 3 matchs à jouer, il faut tous les gagner, quand on sait que le Havre et Alfortville se rencontrent et qu'elles jouent aussi Issy toutes les deux, on a toutes les cartes en mains pour terminer en deuxième position.
Notre challenge c'est de gagner tous nos matchs, entre autre le derby le 9 juin à Poitiers. "


 

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités