mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
21e j.: Montélimar-Cruas résiste à la pression
23 Mars 2004 | National > Nationale 1M

Dans le ‘quitte ou double’ entre Montélimar-Cruas et Mulhouse-Rixheim, samedi à Cruas, ce sont les locaux qui se sont logiquement imposés (29-26). Si l’ASPPT MR se rapproche de la relégation avec Nice, battu à Sedan pour la 17ème   fois de la saison, Montélimar-Cruas n’est pas sauvé pour autant.

De nouveau conquérante depuis plusieurs matches et le retour d’Yvan Manzi à ses commandes, l’ASPTT Mulhouse-Rixheim s’est présentée, samedi en Ardèche, avec l’ambition bien légitime de poursuivre son redressement et d’améliorer un classement absolument non conforme à la qualité des Chekireb, Pavlovic, Tomor, Eklu-Natey et autre Kolonics qui forment une ossature d’équipe digne du niveau supérieur.

Avec deux points seulement de retard sur Montélimar-Cruas, premier non relégable, et deux buts de bénéfice à défendre après sa victoire de l’aller (25-23), le deuxième club mulhousien, qui avait appris dans le courant de la semaine, qu’il n’y aurait pas de rapprochement avec Wittelsheim et le FC Mulhouse pour former le ‘grand’ club envisagé depuis près d’un an dans la préfecture haut-rhinoise, n’est finalement pas parvenu à ses fins. La faute à une formation locale, elle aussi dos au mur, qui a prouvé que son excellent début d’année 2004 et plus récemment son large succès à Valence (22-28) n’étaient pas le fruit du hasard.

Attendue avec une défense haute et agressive, l’équipe alsacienne présentait finalement  une étonnante défense à plat certes bien organisée mais devant un Kolonics hors sujet durant les  premiers instants (0 arrêts en 9 minutes). Rien de mieux pour faire chuter un peu la pression ambiante qui enveloppait les deux équipes et pour mettre en confiance un collectif montilien le premier en action par Bourg puis Pavel.

Plutôt équilibrée, la première période voyait surtout les locaux manquer le break après avoir pourtant mené 10-7 ou encore 14-11 (25e). « On souffre toujours des mêmes carences, avouait à ce sujet l’entraîneur montilien, Nicolas Tricon. A savoir que l’on s’affole sans raison dans les moments où on pourrait définitivement se mettre à l’abri.  A contrario, on affiche du répondant dans les situations tendues. Ce n’est pas trop cohérent mais c’est comme ça et il faut s’en accommoder».

Et des situations tendues il y en eut encore quelques-unes en seconde mi-temps. Notamment pour les raisons évoquées ci-dessus par le coach local, l’USMC, tout en effectuant la course en tête, ne parvenait pas à distancer son adversaire, régulièrement tenu à flot par les nombreux arrêts de Mori, bien plus inspiré que son collègue Kolonics. Après avoir pourtant été menés 23-19 (49e)  puis 25-22 (51e), les Alsaciens s’offraient même le luxe de revenir un peu par miracle à égalité (26-26), à 5 minutes du dénouement ! Inespéré pour eux mais surtout ô combien crispant pour des Provençaux qui jouaient également une bonne partie de leur avenir, samedi soir.

Comme souvent en pareille circonstance, le dernier souffle manquait aux Mulhousiens pour terrasser leurs adversaires et Montélimar-Cruas concluait victorieusement grâce à Dauvier puis Marroux , qui offrait à sa formation un ‘+ 3’ peut-être important à l’heure des comptes finaux. L’USMC, dont le maintien est encore toutefois loin d’être acquis, s’adjuge une avance de quatre points mais aussi une meilleure différence de buts sur un adversaire qu’elle redoutait. Belle opération.

L’ASPPT Mulhouse-Rixheim a sans doute, quant à elle, considérablement compromis ses chances de maintien. A moins d’un hypothétique sans faute durant les cinq dernières étapes du championnat. La 12e place, synonyme de N2, ne semble dorénavant plus concerner que Chalon sur Saône, Montélimar-Cruas et, à un degré  moindre, Valence.

« Il nous faut encore deux voire trois victoires pour être définitivement rassurés », conclut, Nicolas Tricon, qui se veut toujours très prudent. Le week-end prochain, Chalon se déplacera à Villeneuve-Loubet, Mulhouse recevra Thionville, Montélimar rendra visite à la lanterne rouge, Nice, alors que Valence recevra une équipe de Besançon qu’elle avait humiliée au match aller (14-25 !).

Montélimar-Cruas - Mulhouse-Rixheim 29-26 (15-14)
Environ 300 spectateurs au Gymnase Morelli (Cruas).
Arbitres :
MM. Baccheretti et Brunet

US Montélimar-Cruas : Maziane (30’, 9 arrêts) et Muraru (30’, 7 arrêts). Bessette 0/1, Vaduvan 1/1, Pavel 8/15, Bourg 3/6, Mourier 6/12, Dauvier 4/6,  Benga, Marroux 2/2, Burcea 5/6 dont 3/4 pen, Bauguil. Balles perdues : 17
ASPTT Mulhouse-Rixheim : Kolonics (23’, 2 arrêts) et Mori (37’, 15 arrêts). Scheidt 1/2, Giorgetti 1/1, Tomor 5/11, Bolalo 0/1, Pavlovic 4/5, Manzi, Chekireb 9/13 dont 5/5 pen, Eklu-Natey 0/5, Sall 6/7, Zink. Balles perdues : 17
Evolution du score : 1-1 (3e), 3-3 (4e), 5-5 (8e) 10-7 (15e),  10-10 (23e), 13-10 (22e), 15-13 (29e),  17-15 (33e), 18-17 (38e), 19-18 (41e), 23-19 (49e), 25-23 (52e), 26-26 (55e), 28-26 (59e).

Handzone
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités