mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
France – Islande : 27 – 21 (Mi-temps : 12-12)
France – Islande : 27 – 21 (Mi-temps : 12-12)
29 Mars 2004 | France

Beau petit match à Antarès face aux Islandais, car même en amical l’Islande reste toujours une équipe difficile à manier, ne lâchant que rarement physiquement et surtout jouant tous les coups à fond, mais l’engagement physique est resté d’une régularité exceptionnelle, la première exclusion du match pour deux minutes qui intervenait à la 53° minute prouvant parfaitement la bonne tenue de ce match.

Et cette très jeune sélection islandaise sortant d’un titre de Champion d’Europe jeunes n’a pas fait mentir la tradition en première mi-temps, combinant parfaitement en attaque, les bleus de ce match allaient tenir la dragée haute pendant ces premières 30 minutes.
Même si le positionnement de Bertrand Gille en demi-centre, finissant un coup en pivot, un coup en tireur, sera comme souvent avec le Hambourgeois payante, la défense avait beaucoup de mal à tenir des diables de jeunot islandais, bien appuyé par un Dadur Sigurdsson  toujours rayonnant malgré son age.
Il faudra que Yohann Ploquin ouvre son compteur sur penalty pour que Greg Anquetil permette pour la première fois à la France de prendre 2 buts d’avance à la 19° minute.
Mais aussitôt c’est au tour de Hraffenkellson de s’illustrer et de sortir quelques immanquables bleus qui feront que l’Islande recolle en quatre minutes  par un tir surpuissant de Sigurdsson en appui.
Le mano à mano va reprendre avec en flèche offensive un Franck Junillon bien à son aise dans les courses vers le but et surtout étant un des seuls à trouver la solutions aux parades du gardien islandais.
Le problème n’étant pas vraiment offensif mais plutôt défensif, les Bleus ne trouvant pas la parade aux solutions centrales trop facilement trouvées par le collectif viking.
Résultat un 12 – 12 à ma pause pas forcément emballant mais assez juste quant à la physionomie de ce premier acte.

Un penalty et une roucoulette plus que limite de Joël Abati vont répondre à l’entrée aussitôt efficace de Ragnar Oskarsson dans cette partie, mais cela ne va pas changer trop la physionomie de ce match, la France essaye et l’Islande fait front toujours par une passe pivot, un tir soudain ou une récupération défensive.
C’est la défense qui va faire la différence, entre un Thierry Omeyer impeccable et un Guéric Kervadec plus menhir que jamais en défense tout cela va accoucher d’un 3-0 signé par deux contre attaques de Bertrand Gille.
C’est en signant une parade de grande classe sur un tir en fin de montée de balle de Hallgrimsson que Thierry Omeyer va calmer les dernières ardeurs islandaises, il faut cela car en attaque placée le cafouillage et la faute offensive sont plutôt de sortie.
Quelques bons espaces trouvés en attaque par Karabatic ou Burdet vont faire croître et multiplier ce petit avantage jusqu'à ce que les Bleus mènent de 5 buts.
Passé cet instant les choses vont s’équilibrer de nouveau, toujours dans le même schéma, des bleus hésitants en attaque et Thierry Omeyer impérial dans ses buts devant une défense bien en place.
Mais l’Islande ne pourra pas donner plus sur cette fin de match, la défense bleue avait fait la différence, la fin de match permettra à Sébastien Mongin de signer une entrée en bleu convaincante et à Franck Junillon de finir meilleur buteur de ce match et très certainement meilleur français sur ce match.

Buteurs:

France:
B. Gille 5
Junillon 5
Abati 4 dont 2 pen
Burdet 3
Karabatic 3
Kervadec 2
Mongin 2
Anquetil 2 dont 1 pen
Girault 1

Islande:
Sigursson 5
Gudjosson 4
Hallgrimsson 3
Sigurdsson 3
Holmgeirsson 2
Jonsson 1
Gylfason 1
Oskarsson 1
Gunnarsson 1

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités