mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
CE Police J2 : Dur mais bon
CE Police J2 : Dur mais bon
17 Juin 2004 | International > CE Police

Un gros ouf de satisfaction, voila ce que le staff de l’équipe de France a pu pousser à la fin de ce match face à la Norvège.
Une victoire et c’étaient la qualification pratiquement assurée pour les Bleus, une défaite, il aurait fallu s’en remettre à un coup de poker face au Danemark et à coup sur sortir la règle à calcul à la fin des matchs de poule.

Mais les joueurs de l’équipe de France ont épargné la douloureuse épreuve de maths en ces temps de Baccalauréat, en s’imposant 28-21 au terme d’un match engagé, virulent mais aussi bizarre dans sa conduite, les coéquipiers du Capitaine Turchi ont finalement enchanté la salle bien pleine de la Salle Omnisport de la Roche sur Yon.

Pourtant rien de fut simple dans ce match, de l’entame avec une Norvège s’appuyant sur son capitaine gaucher et des bleus encore un peu tendres sur la base arrière.
Encore une fois la France s’en remettait à son petit prince Philippe Julia, tir d’aile, montée de balle, interception, toute la panoplie de la classe s’étalait aux yeux des spectateurs.
Mais cela n’était pas suffisant pour tenir en respect des Norvégiens faisant feu de tout bois pour mettre un petit but par ci par là et surtout pour conjurer la cascade d’exclusions qui tombaient sur la tête des bleus comme des criquets sur un champ de maïs.

Entre Saladine Chenanef, Maxime Desrumeaux, Cyril Arqueveaux, Bastien Cismondo, Gérald Motte, tous pratiquement passaient à la moulinette suisse du jour.
La palme revenant à Stéphane Carrère qui au bout de 10 minutes recevait en guise de cadeau helvète un carton rouge du plus bel effet pour un contrôle à la hanche du tireur norvégien.
Un pivot en moins, bientôt suivi par la 3° exclusion de Gérald Motte en fin de mi-temps.

Les affaires françaises prenaient l’eau de tous les côtés au niveau effectif.
Mais seulement au niveau effectif, car au niveau de la marque, les choses avaient enfin été reprises en main, venu à la rescousse de leurs ailiers, Guillaume Slendak et Bastien Cismondo trouvaient les espaces pour permettre à la France de repasser en tête en fin de mi-temps, (14-12).

Cette tête, ils ne vont plus la lâcher, malgré encore quelques salves tirées par nos arbitres suisses du jour, plus enclin a sanctionner l’engagement physique que la provocation assez douteuses de quelques éléments norvégiens. A certains moments il y avait énormément de comportement « Latin », dans le mauvais sens du terme, dans la sélection nordique, même si, par exemple, la paire de fesses entrevue était trop blanche pour vraiment être méridionale.

Faisant fit de tout ça, la sélection France Police continuait à enfoncer le clou et à creuser l’écart petit à petit, les chevaux étaient lâchés et rien ne pouvait plus arrêter les bleus dans leur course vers les demi-finales.
Seul point noir, mais de taille, le « savonnage » passé à Philippe Julia dans les dernières minutes, trop bon pour être arrêté de façon licite, l’ailier droit de poche bleu se faisait littéralement détruire la cuisse par un gentil nordique plein de tendresse pour lui.
Les deux punis de la première mi-temps pouvaient exulter dans les tribunes, la messe était dite et les bleus avaient rempli un de leurs objectifs sur ce championnat : Accéder au demi-finales !


Les autres matchs

Dans le choc des battus de la Poule A, les Danois, futurs adversaires de la France jeudi se sont imposés de justesse face à des Lettons qui ont pourtant tout tenté dans les dernières minutes de la partie, mais les arrêts de Jensen, le gardien Danois ont finalement fait pencher la balance du coté du Danemark avec un 31-30 très offensif.
Il faudra un miracle pour les Lettons pour envisager la qualification, pour le Danemark tout se jouera face à la France.

Dans la Poule B, le match des deux plus faibles a tourné très logiquement en faveur de la Grèce, supérieur physiquement et techniquement, les Grecs se sont largement imposés 29-14 malgré un portier Suisse encore auteur d’une remarquable prestation.
Mais le choc des « monstres » de la poule B, entre la Roumanie et l’Allemagne a accouché d’un beau petit match offensif a tout va.
Entre les exploits de l’ailier droit Adrian Nastase de la Roumanie et les arrêts souvent décisifs de Stephan Reider, le match est revenu à l’équipe qui a proposé le plus de jeu.
Pourtant en multipliant les « oublis » défensifs, en « donnant » plus que de raison aussi en défense, les Roumains ont faillit donner le match aux Allemands en jouant pendant 10 minutes en infériorité ce qui permettra aux coéquipiers de Ralf Burckardt de revenir à égalité à 26-26 à la 46°minutes.
Mais une fois ces errements passés, la Roumanie reprenait ses aises pour finalement s’imposer par 34-29 pour ce qui était à coup sur le match pour la première place de la poule.

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités