mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Fin de la course aux anneaux...
Fin de la course aux anneaux...
24 Août 2004 | International > Jeux Olympiques

Les Français sont tombés sur une équipe russe qui a su tenir le match et le faire jouer à leur rythme. Grosse désillusion pour le camp français qui comme à Sydney loupe le vrai match couperet de ces JO et qui auront peut-être enterré bien des espoirs sur ce match. Tombant sur un Andrei Lavrov ressuscité, jamais la France n'aura eu la main mise sur le jeu, lâchant trop souvent des ballons, manquant de rythme dans leurs courses, les Bleus se sont magistralement loupés sur ce 1/4 de finale
Maintenant, il va falloir jouer une place entre 5 et 8 bien tristounette au regard du potentiel parfois entraperçu dans le tournoi.

Une bonne entrée en matière
Comme face à l'Allemagne, les Bleus se payent un début de match impeccable.
Entre des arrières qui mettent d'entrée Andrei Lavrov dans l'embarras avec Jérôme Fernandez et Joël Abati et aussi un Greg Anquetil malin comme un singe qui après une roucoulette poteau rentrant sort un lob impeccable pour mettre les Bleus devant à + 3 au bout d'un petit quart d'heure.
Malheureusement, la qualité de shoot ne va pas durer, quelques pertes de balles en plus et le réveil d'Andrei Lavrov dans ses buts va annihiler le début de match pourtant convaincant des Français.

Ne rien lâcher
Devant la réussite au shoot des Russes et leur défense efficace, les Bleus n'avaient pas d'autres choix que de mettre le bleu de chauffe en défense et d'accélérer le jeu de façon à mettre hors de position des Russes qui brillent plus par leur taille et leur poids que par leur vitesse d'intervention. C'est Michael Guigou qui va se muer en lutin de service pour mettre par deux fois les Russes hors de position par deux fois au profit de quelques arrêts de Thierry Omeyer qui prenait un peu l'ascendant sur les tireurs adverses.
Si cela permettait aux tricolores de revenir à la marque, les Russes tenaient encore bien le coup, quelques coups de pattes d'Edouard Kokcharov ou Oleg Kulechov privaient les Bleus de l'occasion de creuser le trou de façon un peu plus prononcée, au contraire c'est même la Russie qui reprenait les devants à quelques encablures de la mi-temps.

Du rythme toujours du rythme !
C'est en reprenant un jeu beaucoup plus dynamique que les Bleus vont passer en tête à quelques secondes de la mi-temps, d'abord avec un but plus qu'aérien de Daniel Narcisse à la limite du refus de jeu, puis avec un bloc - débloque d'école entre Jérôme Fernandez et Bertrand Gille que le pivot hambourgeois se faisait un plaisir de concrétiser face à Andrei Lavrov laissé trop seul par sa défense en ses deux occasions pour pouvoir garder son efficacité du milieu de mi-temps.

La bataille continue
Personne ne va lâcher l'affaire dans le premier quart d'heure, les Russes beaucoup plus efficaces que les Français au shoot en faisant une démonstration de jeu pivot avec Dimitri Torgovanov obtenant soit le but soit le penalty dès qu'il prend possession de la balle, alors que les Français s'ils trouvent les solutions, se font trop souvent sanctionner sur des mauvais blocs ou des passages en force.
Seul Joël Abati sur son poste d'arrière droit trouve régulièrement les solutions de shoot efficaces, entre penalty obtenu et tirs à 9 mètres, l'arrière de Magdeburg tient la baraque bleue.

La valse des occasions ratées
Un lob de Michael Guigou raté, un poteau de Jérôme Fernandez et les Bleus vont louper l'occasion de repasser devant alors qu'ils jouaient en supériorité numérique pendant 4 minutes. Les Russes toujours aussi gaillards refusent d'emballer le match jouant à leur rythme, cassant le jeu, truquant souvent sur leur attaque en bloquant le défenseur sur des blocs souvent plus que limite.
A ce jeu, le match atteint les dix dernières minutes avec un petit but d'avance pour la Russie.

Money time de la peur
Engoncés dans un match sans rythme, enfin sans le rythme que les français auraient du donner au match, les Bleus vont se heurter à un Andrei Lavrov revenu du diable vauvert faire oublier ses 42 ans et qui sera le véritable bourreau des bleus sur les derniers instants de ce match.
A trop vouloir bien faire, les Bleus ne vont jamais arriver à prendre cette défense russe en défaut ce qui permettra aux Russes de se qualifier vers des demi-finales qui tendaient pourtant le bras aux tricolores.

Les réactions
Site officiel des JO (www.athens2004.com, le 22-08-2004)

France :
Didier DINART
“ Cà a été le match le plus difficile de ce tournoi. Nous étions sans doute moins prêts que nous le pensions. L'équipe russe est expérimentée, ils savent quoi faire aux moments critiques et ils l'ont prouvé ce soir. "

Gueric KERVADEC
“ Nous avons tout donné mais à la fin nous n'avons pas pu gagner le match. Notre défense n'a pas arrêté les Russes lors de leurs dernières attaques et notre jeu offensif n'a pas bien marché pendant les dernières minutes. Nous sommes très déçus de ne pas nous être qualifiés pour la phase suivante. "

Claude ONESTA
"C'est difficile de dire quoi que ce soit car nous avons perdu le match. Je pense que notre jeu était de bonne qualité mais les Russes étaient meilleurs. Bonne chance à eux."

Russie :
Andreï LAVROV
"C'est difficile d'en parler juste après le match, c'était si intense. Je suis d'accord avec mon entraîneur, le moment le plus intense c'était quand nous avons marqué trois buts alors qu'un joueur avait quitté le terrain."
"Les gens disent que nous sommes vieux, que nous sommes des vétérans. D'autres disaient que l'équipe de France était plus forte et plus rapide que nous. Peut-être sont-ils plus forts et plus rapides, en tout cas, c'est l'équipe de Russie qui disputera la demi-finale. Il est évident que nous avons besoin de repos et pour faire une blague, certains de mes coéquipiers, vétérans, et moi-même allons nous entraîner sur des chaises roulantes. C'est une blague et j'espère que personne ne prendra cela au pied de la lettre."

Vlatcheslav GORPICHIN
“ Avant le match, nous nous disions qu'il fallait jouer du mieux que nous pouvions, sans nous compliquer la vie. Je crois que la Russie reste une équipe puissante dans l'esprit du public et un adversaire dangereux pour toutes les équipes. "

Dimitri TORGOVANOV
“ Nous savons qu'aux Jeux Olympiques il n'y a pas d'adversaire facile. Je ne peux jamais dire avec certitude si nous allons gagner un match parce que je suis superstitieux. Heureusement, tout a bien marché aujourd'hui et nous les avons battus. "

Vladimir MAXIMOV
"Mon équipe souhaitait davantage remporter ce match. C'est ce que j'ai réalisé à la deuxième mi-temps. Nous avons très bien joué même quand les arbitres ne pouvaient pas bien observer le jeu. Le meilleur moment de ce match, c'est quand nous avons inscrit trois buts alors que nous jouions avec un joueur de moins. C'est à ce moment-là que la France a compris que nous étions meilleurs.''

A Athènes, Palais des Sports de Faliro
Le mardi 24 août 2004

France - Russie : 24 - 26 (Mi-temps : 14-13)
Arbitres :
MM Nachevski et Nachevski

Statistiques du match :

France :

No.

Nom

B/T

%

6m

Ailier

9m

7m

FB

BT

CJ

2Min

2

FERNANDEZ  Jérôme

2/4

50

 

 

2/4

 

 

 

 

 

3

DINART  Didier

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

5

GILLE  Guillaume

1/3

33

1/1

 

0/2

 

 

 

 

 

6

GILLE  Bertrand

4/7

57

3/4

 

1/3

 

 

 

1

 

7

KERVADEC  Guéric

1/1

100

1/1

 

 

 

 

 

1

1

8

NARCISSE  Daniel

1/5

20

 

 

1/5

 

 

 

 

 

9

ANQUETIL  Gregory

5/7

71

 

3/5

 

2/2

 

 

 

 

11

GIRAULT  Olivier

1/1

100

 

 

 

 

1/1

 

 

 

13

KARABATIC  Nikola

1/6

17

0/2

 

1/4

 

 

 

 

1

17

RICHARDSON  Jackson

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18

ABATI  Joël

6/9

67

0/1

 

3/4

0/1

2/2

1/1

 

 

21

GUIGOU  Michael

2/4

50

 

0/1

0/1

 

1/1

1/1

 

 

No.

Nom

A/T

%

6m

Ailier

9m

7m

FB

BT

1

PLOQUIN  Yohann

0/3

0

 

0/1

0/1

0/1

 

 

16

OMEYER  Thierry

8/31

26

1/5

0/3

4/10

1/5

0/4

2/4

Russie :

No.

Nom

B/T

%

6m

Ailier

9m

7m

FB

BT

CJ

2Min

3

IVANOV  Vitali

5/7

71

 

 

 

4/4

 

1/3

 

 

5

KULESHOV  Oleg

4/5

80

1/1

 

2/3

 

 

1/1

 

 

6

KRIVOSHLYKOV  Denis

3/4

75

0/1

2/2

 

 

1/1

 

1

 

8

TUCHKIN  Alexandre

2/6

33

 

 

2/6

 

 

 

 

 

9

KUDINOV  Vasily

1/1

100

 

 

1/1

 

 

 

 

 

11

TORGOVANOV  Dimitri

3/3

100

2/2

 

 

 

1/1

 

 

1

13

GORBATIKOV  Alexander

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

15

RASTVORTSEV  Alexey

2/6

33

 

 

2/6

 

 

 

 

 

18

GORPICHIN  Viatcheslav

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

19

POGORELOV  Sergey

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

20

CHIPURIN  Mikhail

1/1

100

1/1

 

 

 

 

 

1

1

23

KOKCHAROV  Eduard

5/7

71

0/1

2/2

 

1/2

2/2

 

 

1

No.

Nom

A/T

%

6m

Ailier

9m

7m

FB

BT

1

LAVROV  Andrey

15/39

38

3/8

3/6

8/16

1/3

0/4

0/2


© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La Coupe de France en Live
avec Handvision