mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
ESBf Besançon - Larvik: le rêve est passé
18 Janvier 2005 | Europe

L'exploit a été accompli huit jours plus tôt, à Larvik. En s'inclinant seulement de trois buts en Norvège, les Bisontines ont signé une remarquable performance... sans savoir que celle-ci resterait sans lendemain. Hier, dans un palais des sports plein comme un oeuf et habillé de rouge et blanc, l'ESB F a reçu une leçon de handball de la part des Scandinaves, qui confirment au passage (mais on le savait déjà) qu'elles sont bien l'une des meilleures équipes du Vieux Continent. Et qu'elles se trouvent bien par accident engagées en Coupe des Coupes, leur place étant davantage en Ligue des Champions.

« On a su élever notre niveau de jeu en défense et c'est ce qui a fait la différence », se félicitait Ole Gustav Gjekstad, le coach norvégien. « De notre côté, on n'a pa su imposer un rytrhme élevé d'entrée de match », ajoutait Christophe Maréchal. Et de poursuivre : « C'était pourtant là qu'était la clé du match et c'est ça qui me déçoit ». Pour le reste, force est de constater qu'il y avait une classe d'écart entre les deux équipes.

Domaine dans lequel elles avaient légèrement péché la semaine dernière, les Norvégiennes proposaient d'entrée de jeu une défense massive et compacte, terriblement mobile et qui posait d'énormes soucis à l'attaque ententiste, laquelle se distinguait tristement par un nombre élevé de pertes de balles (9 en première période). Et comme par hasard, les deux Stéphanie, Akoa et Fiossonangaye, peinaient à trouver la mire...

Le festival de Rantala

En outre, elles trouvaient trop souvent sur leur chemin une Lene Rantala épatante dans ses buts, notamment dans l'exercice pourtant si périlleux des penaltys (5 arrêtés sur 6 dans la partie).

« On s'est battues avec nos moyens, mais on n'a pas les mêmes qu'elles », glissait Raphaëlle Tervel dont le courage et la volonté n'auront pas suffit pour provoquer l'étincelle tant attendue. Ou alors trop tard puisque l'on senti un ersatz de révolte franc-comtoise en début de deuxième période (11-17 puis 14-17, 36e). Car si les Doubiennes n'ont jamais mené dans la partie, elles ne sont surtout pas apparues en meusre de se lâcher et de jouer leur handball. Tout le contraire de Larvik, dont le récital fut total. Reste cependant une belle image. Celle des cinq dernières minutes où Christophe Maréchal lança toute sa jeune troupe dans le bain. Voir un sept composé de Durand, Akoa, Ledoux, Mathieu, Grundisch, Racine et Bouatil dans les buts n'est pas commun. C'est aussi et sans doute un clin d'oeil pour l'avenir. Pour demain. Et ça a commencé hier.

Fiche Technique:

BESANÇON. Palais des sports. Environ 3.500 spectateurs. Arbitrage de MMes Gardinovacki et Maric (SCG). Mi-temps : 11-16.

Joueuses exclues 2' : Akoa (32e, 46e), Durand (56e) à Besançon. Kristiansen (15e), Nyberg (24e, 29e), Saettem (40e), Flaatnes (49e) à Larvik.

ESB F

Gardiennes : Leclerc (16 arrêts dont 0/4 pen. en 57'), Bouatil (1 arrêt en 3').

Les marqueuses : Fiossonangaye 6/15 (0/3), Racine, Durand, Pecqueux-Rolland 5/9, Tervel 3/3, Ledoux 0/2, Castioni 1/4 (0/1), Saïd-Mohamed 2/5 (1/2), Grundisch 0/1, Mathieu 1/3, Akoa 4/12.

LARVIK

Gardiennes : Rantala (19 arrêts dont 5/6 pen. en 60'), Karlsen.

Les marqueuses : Hilmo 3/4, Breistol, Havnas 3/4, Kristiansen 3/5, Johansen 7/12, Heieraas, Saettem 1/1, Riegelhuth 2/4 (2/2), Flaatnes 1/4, Nyberg 3/5, Haarsaker 7/9 (2/2).

Bertrand Joliot

Handzone
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La Coupe de France en Live
avec Handvision