mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
TDC: Paris impose une magistrale leçon à Montpellier
TDC: Paris impose une magistrale leçon à Montpellier
31 Août 2019 | France

De bout en bout, un Paris St Germain trop fort et bien en place a dominé une équipe de Montpellier privée d'arguments pour cette 10ème édition du Trophée des Champions (34-27). Ce match n'est qu'une photographie mais il donne le ton d'une saison qui ne fait que commencer. Mais en face, les Héraultais sont tombés sur un grand Mikkel Hansen au tir et surtout sur un Vincent Gérard inspiré dans ses cages qui s'est rappelé à leur bon souvenir.

par Yves MICHEL


Le Trophée des Champions ne peut en aucun cas donner la tendance de la saison mais il peut en tout cas être un gage de confiance pour celui qui le remporte. Un gage aussi pour valider ce qui s’est passé durant l’intersaison. Le recrutement, la mise en place, les options de jeu, l’état de forme des uns et des autres. Et ce samedi, force est de constater que Paris est en avance sur Montpellier.

Pourtant tout semblait vouloir bien débuter pour les Héraultais, Marin Sego donnait raison à Patrice Canayer de lui faire confiance dans les bois, et dans l'étuve de Beaublanc (où un record de litres d'eau a été consommé), les débats paraissaient équilibrés. Le PSG avait pris un léger avantage mais Montpellier était vite revenu à hauteur, le plus souvent en exploitant quelques erreurs adverses. Important à souligner car la construction sera le péché mignon de l'attaque du MHB. Diego Simonet vite mis au régime sec, Duarte dont l'utilité au sein du dispositif reste encore à prouver et une accumulation de fautes qui vaudra à Valentin Porte sa 2ème exclusion temporaire au bout d'à peine 8 minutes. C'est à partir de là que Paris va montrer son efficacité et sa réussite. En attaque placée avec les mines à longue portée de Hansen ou Rémili, dans le jeu de transition et au près. Tout le monde s'y est mis et la note a fini par chiffrer. Montpellier se montrait un peu trop passif en défense et perdait trop de ballons en attaque. La punition était immédiate. Seul Melvyn Richardson maintenait la tête hors de l'eau et lorsqu'à son 1er temps mort, Patrice Canayer lancera Kyllian Villeminot sur le parquet, il y aura un léger mieux. Enfin, toutes proportions gardées. Car en face, le bloc tenait bon, Toft Hansen en position défensive avancée ne donnait aucun signe de faiblesse et derrière, autour de Viran Morros, la maçonnerie parisienne avait érigé un mur infranchissable. Dans ces conditions, Vincent Gérard n'avait qu'à se montrer attentif et souvent tout en lecture, dissuadait les velléités de ses anciens coéquipiers.



S'il y en a un qui voulait positivement se faire remarquer cette fin d'après-midi à Limoges, c'est bien le portier parisien. Dix-sept arrêts au total (équitablement répartis dont 9 en seconde période). Dès la 23ème minute après un but de… Viran Morros (tout un symbole) après une récupération de Valur Sigurdsson, le PSG avait tué tout suspens (17-9). Il eut fallu un miracle pour assister à une inversion de tendance. Montpellier avait laissé faire et s'était fait marcher dessus. Mikkel Hansen dans le rôle du bourreau (7/7 en 1ère) terminera sur un 11/12. Ce n'était pourtant ni sa fête, ni son anniversaire mais le Danois a joué totalement libéré. Et quand il s'est momentanément calmé, c'est Nedim Rémili qui a pris le relais. Si Montpellier va revenir en fin du 1er acte grâce au tandem Villeminot-Richardson en infligeant un 3-0, il s'agissait bel et bien d'un leurre.



Car dès la reprise avec Vincent Gérard conquérant dans ses duels, le PSG va remettre le couvert tout en se montrant... dispendieux, Montpellier en profitait à peine mais l'écart acquis à la pose se maintenait (24-19 à la 40ème). Patrice Canayer va tout essayer. Changer de défense, tenter de secouer des joueurs jugés un peu trop amorphes. En vain. Au contraire et même si elle va buter sur Nikola Portner entré après la pause, la bande à Luka Karabatic va mettre encore plus d'envie à parfaire un succès amplement mérité. Sept buts d'écart, des certitudes et des visages épanouis d'un côté, des doutes et une remise en question de l'autre. Après une excellente préparation qui s'était soldée par un EuroTournoi magistralement dominé, Montpellier va devoir d'entrée se montrer revanchard. Mercredi, pour l'ouverture du championnat, les Cristoliens peuvent se montrer inquiets. C'est à une bête blessée qu'ils iront rendre visite. Quant aux Parisiens, même si le Trophée des Champions n'est qu'une étape honorifique, il va falloir bâtir sur ce succès pour en espérer d'autres. Le déplacement à Istres également mercredi, ne sera en aucun cas, galvaudé.  

Le diaporama photos de PSG-MHB par Lorie Couvillers


A Limoges, Palais des Sports de Beaublanc, samedi 31 août 2019
10ème édition du Trophée des Champions


PARIS ST GERMAIN - MONTPELLIER HB        34 - 27  (mi-temps: 19-14)

Arbitres: Charlotte et Julie Bonaventura
Spectateurs: 4500

Evolution du score: 3-1 (5) 4-4 (8) 9-4 (13) 11-7 (18) 17-9 (23) 19-14 (MT) 21-15 (34) 24-19 (40) 25-19 (45) 28-21 (50) 32-24 (55) 34-27 (FIN)

Paris St Germain: Gardiens : Gerard (17/44 dont 1/3 pen), Corrales (n.u) - Sigurdsson G. 0/0, Sagosen 1/3, Kounkoud 1/1, Toft Hansen 0/1, Remili 8/13, Abalo 2/3, Kempf (n.u), Syprzak 0/0, Karabatic Luka 3/3, Morros 1/1, Hansen 11/12 (dont 4/4 pen), Karabatic Nikola 3/3, Ekdahl Du Rietz 2/3, Nahi 2/3.

Montpellier HB: Gardiens : Sego 4/22 (0/3 pen), Portner 5/21 (0/1 pen) - Simonet 1/3, Villeminot 1/6, Truchanovicius 2/4, Descat 3/5 (dont 1/2 pen), Grebille 1/1, Bos (n.u), Pettersson 1/1, Richardson M. 8/9 (dont 1/1 pen), Porte 5/7, Lenne 1/2, Afgour 1/2, Soussi 1/6, Duarte 2/6.

© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités