mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
PRL: Jérémy Roussel " la 2ème place de Massy est anormale"
PRL: Jérémy Roussel " la 2ème place de Massy est anormale"
28 Novembre 2019 | France > ProLigue

Il y aura du remue-ménage dans le classement de Proligue à l'issue de la 11ème journée. Notamment en tête puisque Massy se déplace à Cesson. Les Franciliens connaissent un passage difficile et vont chercher à se relancer face à une équipe bretonne qui digère l'après Gaudin. Limoges le leader qui se déplace à Pontault, reste sur ses gardes tandis que Cherbourg espère garder sa place dans le top 4 en recevant Nancy. En bas de classement, Valence et Besançon jouent gros respectivement à Saran et Billère.

par Yves MICHEL


A Massy, Jérémy Roussel a suffisamment d’expérience et de vécu dans le handball professionnel pour garder les pieds sur terre et ne pas s’enflammer. Il est arrivé cet été dans l’Essonne avec autant d’assurance que d’incertitudes sur la valeur du groupe qu’il avait à sa disposition. Bilan: après 10 journées, le MEHB est dans le top 3 à deux points de Limoges et en ayant même occupé le fauteuil de leader. « J’avoue qu’on n’a pas anticipé grand-chose et je ne vais pas dire qu’il existait un plan bien défini. On n’imaginait pas que Nicolas Gauthier soit à ce niveau-là et que toute la base arrière qui avait changé, puisse s’entendre rapidement. On est à un tiers du championnat mais tout ça reste très fragile. Car la 2ème place de Massy est anormale avec le 10ème budget de Proligue et la 11ème masse salariale, une équipe parmi les plus jeunes et une densité physique bien moindre que les autres.» Du coup, le technicien doit définir certaines priorités comme préserver ses joueurs-cadre (2 pros seulement retenus sur les 14 éléments alignés) lors du 1er tour de la coupe de France (il n’a pas été le seul dans ce cas) et risquer une élimination. C'est ce qui s'est passé face à Vernouillet. « J’assume complètement ce choix. Je ferai remarquer qu’on a fait trois tours de coupe de la Ligue et cela nous a un peu coûté. A ce sujet, j’estime que cette compétition est une vaste rigolade… les 4 meilleurs entrent en quarts et pourquoi pas directement au Final Four ? Pour en revenir à l’autre coupe, on avait demandé à évoluer le vendredi pour que les joueurs bénéficient de deux jours de repos, cela nous a été refusé. » Sauf que derrière, l’effet escompté ne s’est pas produit et Massy a raté sa dernière prestation à domicile face à Sélestat. Samedi dernier, les Alsaciens ont été maîtres du parquet et ont remporté la rencontre sans la moindre contestation. « On a vraiment très mal joué contre eux, ne s’embarrasse pas de reconnaître Jérémy Roussel. C’est là qu’on s’aperçoit que toutes les équipes de Proligue sont sur courant alternatif. » C’est un autre état d’esprit que devront avoir les Massicois ce vendredi en se déplaçant à Cesson. Ils seraient bien inspirés de décrocher un bon résultat pour ne pas quitter le podium face à un adversaire qui a connu quelques difficultés au plan comptable et quelques remous dans la coulisse (voir plus bas). Sauront-ils en profiter ? « Au-delà du résultat, on veut faire un vrai match, ce qui n’a pas été le cas contre Sélestat. Mais on est bien conscients que Cesson, après avoir traversé une période de doute, est en train de remettre sur le droit chemin. Après, on ne va pas se mettre un stress énorme face au plus gros budget du championnat. » Même si la performance n’est pas au rendez-vous en Bretagne, Massy restera bien placé avant d’aborder les deux derniers rendez-vous de l’année civile (contre Cherbourg et à Dijon) puis la phase retour après la trêve internationale. « Je répète sans arrêt aux joueurs qu’il faut se situer dans le temps long, ne pas se crisper sur le classement actuel, il faut surtout garder une qualité dans ce qu’on produit. Massy est un outsider, du poil à gratter qui ne se sent jamais aussi bien que lorsqu’il défie un plus gros. Pour l’instant, nous ne sommes pas en mesure d’être en haut et le fait d’être chassés. On préfère le rôle de chasseur. »  N’empêche que le club qui a goûté à l’élite il y a deux saisons (2017-2018) peut viser les play-offs. Ce n'est pas pour tout de suite.  

L'adversaire: Cesson. Dans la banlieue rennaise, après un flou qui a duré deux à trois bonnes semaines, Christian Gaudin, un temps cloué au lit par la grippe, a été fixé sur son sort. Il n'entraînera plus l'équipe professionnelle et Sébastien Leriche, appelé en renfort à l'occasion du match face à Valence a été officiellement confirmé dans ses fonctions. A croire que l'ancien technicien cherbourgeois a des dons puisqu'il a su motiver ses joueurs qui sont allés s'imposer à Nancy. Certes sur le fil (24-25) mais c'est suffisant pour garder le contact avec la tête de la Proligue (à 1 pt de Cherbourg et Massy, à 2 de Limoges). D'où ce vendredi soir, tout le bénéfice qui pourrait être tiré d'un éventuel succès sur les Massicois.



Parmi les défis de la soirée, Limoges effectue un périlleux déplacement à Pontault-Combault. Les Seine-et-Marnais restent sur un partage des points à Cherbourg et sur le plan comptable, ils ne sont ni en avance ni en retard sur leur tableau de marche. Il leur manque pourtant une victoire référence face à une équipe de l’actuel top 5. Ils se sont inclinés à Cesson et face à Massy et cette confrontation face au leader est un véritable test. De son côté, Limoges a bien réagi après sa courte défaite à Massy en s’imposant nettement face à Saran. Les partenaires de Jérémy Darras (photo ci-dessus) ont lâché 4 points lors de leurs deux dernières confrontations à l’extérieur où la défense qui est pourtant la 2ème de Proligue, a donné des signes de faiblesse. Ne sauraient-ils plus correctement voyager ?

« On attaque l’Alpe d’Huez et on va voir ! »  C’est par cette image que Nicolas Tricon avait illustré le programme qui attendait Cherbourg en cette fin de phase aller. Trois confrontations importantes  pour l’entraîneur des Manchois qui en 2020 ne bénéficieront pas d’un calendrier favorable. Lors de la 1ère étape, ils n’ont pu faire mieux qu’un partage des points face à Pontault (égalisation à 15’’ de la fin). Menés de quatre longueurs en seconde période, ils ont su revenir à hauteur de leur adversaire du soir. Ce vendredi, ils accueillent Nancy qui après trois succès de rang, s’est incliné de justesse (-1) face à Cesson. Les Lorrains ne sont pas décrochés du wagon des outsiders mais doivent penser à prendre des points s’ils ne veulent pas se laisser distancer.


                         Thomas Cauwenberghs et Sélestat ont bien redressé la situation

Après une entame pour le moins délicate, Sélestat s’est bien ressaisi. Quatre succès consécutifs dont le dernier, un probant +4 à Massy, sont venus récompenser les efforts des Alsaciens. Ils ont quitté la 2ème partie de tableau et sont venus se mêler à la lutte pour les play-offs. C’est un véritable défi qui les attend avant la trêve en recevant à deux reprises (Nice, Cesson) et en clôturant l’année civile par un déplacement à Pontault. Dans le sillage de l’indispensable Vladimir Perisic qui vient de ravir la place de meilleur gardien du championnat au Massicois Nicolas Gauthier (2 arrêts de plus), les joueurs du SAHB veulent poursuivre sur leur lancée. Ils devront toutefois se méfier d’un adversaire niçois qui a mal digéré ses trois derniers rendez-vous (Limoges, Nancy, Strasbourg) et qui a inévitablement rétrogradé au classement, juste devant les deux relégables.

C’est le paradoxe de ce début de saison. Saran meilleure attaque du championnat devant Limoges, Massy et Sélestat est totalement déficient dans le secteur défensif (avant-dernier de Proligue). Les résultats s’en ressentent, le classement aussi (10ème). Les joueurs de Fabien Courtial sont à la recherche d’une certaine régularité. Ils sont capables d’épingler Massy et Nancy à leur tableau de chasse mais n’arrivent pas à s’en sortir face à Cherbourg et surtout Billère. La semaine dernière, ils n’ont rien pu faire pour stopper Limoges qui a dominé la confrontation. De retour dans le Loiret, le droit à l’erreur est proscrit face à Valence, l’avant-dernier. Les Drômois restent sur huit revers d’affilée, sans compter la récente élimination de la coupe de France (10ème de N1).

Billère ne s’en sort pas si mal pour ses retrouvailles avec la Proligue. Les Béarnais ont pris de précieux points par-ci par-là et même là où on ne les attendait pas comme face à Cesson ou Pontault-Combault. Ils n’oublient pas non plus par où ils sont passés ces dernières années et sont conscients que pour se maintenir, ils devront performer face à leurs adversaires directs. Parité à Dijon, succès à Valence, rien n’est négligé et la venue de Besançon est dans cette dynamique. D’autant que les Bisontins qui nagent dans le doute avec une seule victoire et un nul en dix rencontres, n’ont pas trop d’arguments à faire valoir. Si ce n’est le meilleur buteur de la Proligue, Abdoulah Mané (70 réalisations à… 52% alors que ses suivants immédiats tournent à 70%) qui cache la misère de l’effectif doubiste.

La 11ème journée de Starligue prendra fin samedi avec la confrontation entre Dijon et Strasbourg. Les Bourguignons sont finalement à leur place (11ème), résignés à jouer le maintien. Ils ont fait le nécessaire puisqu’ils ont plutôt bien négocié leurs oppositions face à des adversaires qui poursuivent le même objectif (Besançon, Billère, Valence).  Les joueurs d’Ulrich Chaduteaud se rappelleront que la saison passée, ils avaient éprouvés bien des difficultés à se débarrasser d’une équipe alsacienne qui a depuis retrouvé des couleurs et surtout un meneur, un entraîneur à l’ancienne qui en impose. Denis Lathoud (notre photo) est le facteur X des Strasbourgeois cette année. Cinq matches à domicile, cinq victoires. L’exploit à l’extérieur se fait attendre. Mais pour un repêché de la dernière heure, le parcours est au-delà des espérances. Au fait, de sa période dijonnaise, « le Grand » ne garde pas que de bons souvenirs. La défiance de certains joueurs conduisant à son éviction (janvier 2014) est un lointain souvenir mais  a laissé une tâche indélébile. D’autant qu’en presque cinq ans, l’ancien Barjot n’a pas eu l’occasion de coacher au palais des sports Jean Michel Geoffroy.

Proligue  |   Journée 11
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseDatehoraire
CessonMassy 29/1120h00 
BillèreBesançon 29/1120h30 
CherbourgNancy 29/1120h30 
SaranValence 29/1120h30 
SélestatNice 29/1120h30 
Pontault-CombaultLimoges 29/1120h45 
DijonStrasbourg 30/1120h30 
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Limoges16108202792441 
2Massy1410730279257-1 
-Cherbourg14105142722540 
4Cesson13106312592402 
5Pontault-Combau.111054127025805
6Sélestat11105412752664-2
7Nancy1110541267260-1-3
8Strasbourg101055026525313
9Billère10104422562611-3
10Saran810460280286-26
11Dijon8103522512651-6
12Nice710361247269-3 
13Valence410280249278-8 
14Besançon310181246304-7 
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités