mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: Nîmes fait des étincelles, Chambéry veut surprendre Nantes
LSL: Nîmes fait des étincelles, Chambéry veut surprendre Nantes
28 Novembre 2019 | France > LSL

Des quatre poursuivants derrière le PSG, Nîmes est l'équipe qui a réalisé la prestation la plus convaincante de la soirée. Les Gardois sont allés s'imposer avec la manière à Aix qui du coup perd le contact avec le wagon de tête. Toulouse et Montpellier y conservent un rond de serviette non sans mal face à Créteil et Dunkerque. Ce jeudi, Chambéry frustré par son élimination européenne compte bien mener la vie dure à Nantes. En bas de classement, Tremblay est allé miraculeusement décrocher un point précieux à Chartres.

par Yves MICHEL

On aurait pu les croire fatigués, ils ne l’étaient pas. La "remontanda" face aux Hongrois de Csurgoi brillamment réussie quatre jours plus tôt en se qualifiant pour la phase de groupe de la coupe EHF n'avait pas laissé trop de traces dans les organismes. Nîmes n’en finit pas d’étonner d’autant que se rendre à Aix après un week-end euphorique pouvait s’apparenter à un vrai piège. Comme ils ont su le faire à maintes reprises depuis le début de la saison, les Gardois ont su le contourner. Grâce à une défense de fer bien articulée autour des deux légionnaires Salou et Dupuis, un jeu qu’O’brian Nyateu a orchestré de main de maître et une attaque avec Elohim Prandi mais surtout l’Egyptien Sanad (notre photo de tête – 11 réalisations dont 3/4 à 7m) qui s’est distinguée par sa variété, son ingéniosité et son efficacité. Après 20 minutes de parfaite neutralisation (10-10), l’USAM qui a su pousser son adversaire à la faute, s’est envolée (10-14). Personne ne se doutait juste avant la pause que le match était plié. Seul Baptiste Bonnefond avait mouillé le maillot au sein d’une équipe aixoise qui avait déjà perdu 10 ballons ! A Nîmes, Nyateu avait réalisé un sans-faute (4/4), Sanad lui, avait collecté presque la moitié de son capital final. Si en début de second acte, les locaux vont profiter d’un petit temps faible de leur hôte, cela ne va pas durer. Pire même pour les hommes de Jérôme Fernandez, les Nîmois vont retrouver leur inspiration pour regagner de la distance (24-30 à la 52ème). Si Wesley Pardin avait tenté de remettre Pays d’Aix à flots, son vis-à-vis Rémi Desbonnet était tout aussi efficace (10 arrêts chacun). « On a été souvent devant sans pour autant sentir qu’on avait de la marge, reconnait le gardien nîmois au micro de beIN sports, mais tous les gars ont montré beaucoup de confiance et de caractère, de sérénité, c’est ce qui nous avait manqué parfois en début de saison, là on a bien manœuvré, on garde notre invincibilité à l’extérieur et on continue notre chemin. Le week-end dernier, on a lâché énormément d’influx en coupe d’Europe, il y avait cette inconnue de l’enchaînement des matches, cela ne se déroule pas trop mal, pourvu que ça dure mais je suis vraiment très fier d’évoluer aux côtés de tous ces gars. » Quatre ans et demi après son dernier succès à Aix, Nîmes enchaîne sur un 5ème succès de rang en Starligue (29-34) et prend son 11ème point en six matches. Dans le camp d’en-face, c’est une certaine frustration voire de l’agacement qui prédominaient. Dans les prochains jours, une remise à plat sera nécessaire pour endiguer ce passage à vide qui a affecté l’équipe lors de ses trois dernières sorties (en comptant le retour de coupe d’Europe qu’elle a perdu sans trop de conséquence face à Chambéry). Ce mercredi encore, malgré Wesley Pardin dans les cages, Nicolas Claire (8 buts) et Baptiste Bonnefond (7), le collectif aixois a été trop souvent fantomatique. « Il y a trop d’approximations de notre part, trop de buts sur des exploits individuels, pas assez sur un fond de jeu construit et fluide, peste l’ancien arrière montpelliérain sur beIN. Dans ces conditions, on ne pouvait pas l’emporter face à Nîmes qui était bien préparé et regroupé. Je préfère rester sage dans mes propos puisqu’il y a beaucoup de frustration après cette défaite mais il va falloir sincèrement que tout le monde prenne du plomb dans la tête et qu’on avance en équipe. » Est-ce que tout simplement Aix a l’équipe pour jouer les 1ers rôles ? Prochain rendez-vous parmi l’élite… à Nantes. Il y a mieux comme déplacement pour retrouver une sorte de réconfort.   



Nîmes avec aisance, la soirée n'a pas été sans nuages pour Montpellier face à Dunkerque et parfois pour Toulouse à Créteil.

A Bougnol, Montpellier n'a pas eu la tâche facile face à Dunkerque. Privé notamment de Mathieu Grébille, le groupe héraultais a montré qu'il avait de la ressource en déléguant Kyllian Villeminot à cette tâche d'ailier gauche. Et le champion du Monde juniors s'en est excellement bien sorti, réalisant un sans faute à 9 buts pour autant de tirs dont 3/3 à 7 m. Un demi-centre de formation reconverti ailier et qui transforme les pénaltys, cela ne vous rappelle pas quelqu'un qui a passé vingt ans de sa carrière dans le même environnement ? "Kiki" a rayonné sur un match que les Nordistes ont su rendre compliqué dès les 1ères actions notamment par le duo Langaro-Nagy. Montpellier va ressaisir au passage du 1er quart d'heure pour ne plus rien lâcher avant la pause (16-14) restant toutefois sous la menace des hommes de Patrick Cazal. Tendance confirmée au retour des vestiaires puisque les deux formations vont se retrouver dos à dos et le mano a mano va se poursuivre durant 28 minutes , Montpellier ayant toujours une longueur d'avance. Valentin Porte et ses partenaires vont conserver ce maigre capital jusqu'au buzzer ultime (29-28). « Je suis satisfait car il était important de gagner après la défaite face à Porto, souligne Patrice Canayer. On a été trop inconstants dans le jeu, ce qui plombe notre progression. Kyllian a effectué une très bonne prestation sur un poste qui n'est pas le sien. Valentin Porte a aussi répondu à mes attentes. Le championnat reste très homogène. Beaucoup d'équipes font des faux-pas et le niveau est très équilibré. Il va falloir rester concentrés et commettre le moins d'erreurs possibles. » A peine cette confrontation digérée, Montpellier va se retrouver devant un obstacle bien plus redoutable que Dunkerque. Dès samedi, à Kiel, chez le leader du groupe A de Ligue des Champions.

Le diaporama de Montpellier - Dunkerque par Patrick Davignon


En déplacement dans le Val-de-Marne, Toulouse n'avait pas envisagé autre alternative que de surfer sur la dynamique qui l'accompagne depuis le 2 octobre. Une série de six matches sans défaite et une invitation à siéger à la table des grands. Seulement voilà, Créteil, lanterne rouge au classement ne voulait pas se laisser faire. Après un 1er quart d'heure assez serré, le scénario de la rencontre va connaître trois épisodes. Une nette prise de pouvoir par le Fénix peu avant la pause avec pourtant 11 pertes de balle (contre 7 pour les locaux) mais une bien meilleure efficacité au tir (75 contre 48 %) avec parmi les plus en vue l'ailier Ferran Solé et le gardien Jeff Lettens. Et puis aux abords des quinze dernières minutes, le Fénix a trop commis de fautes que les Cristoliens ont su parfaitement exploiter grâce à Etienne Mocquais (11 buts au total) et le jeune gardien Dylan Soyez (12 arrêts). A la 48ème, ils avaient fait leur retard (21-21) et tout était encore possible. Les locaux vont retomber sur le portier toulousain ou leurs tirs s'écraser sur le poteau. Ils vont retrouver la réussite et s'imposer plus largement qu'ils ne l'auraient espéré, infligeant dans le money-time un rédhibitoire 0-5 (23-29).

Le diaporama de Créteil - Toulouse


Il y aura un autre match de gala ce week-end dans cette même épreuve européenne. Il opposera dimanche, le PSG au mythique Barça. Et pour préparer ce rendez-vous, Paris s'en est plutôt bien sorti face à St Raphaël. La physionomie de la rencontre est simple à résumer. Après un quart d'heure de rodage, les locataires de Coubertin ont mis en route et les Varois sont restés comme cloués au parquet. Six buts d'avance à la pause, l'addition n'a fait que se corser en 2ème période avec au final, ce qui ressemble à une véritable fessée (39-26). Un des acteurs de la soirée s'est particulièrement bien amusé. Mikkel Hansen a soigné son capital en inscrivant douze buts sur 14 tentatives. St Raphaël ne se faisait pas d'illusions concernant son escapade dans la capitale. Sur le sol national, Paris est pour le moment, intouchable.

En queue de peloton, dans la zone de Créteil, Chartres et Tremblay ne jouaient pas leur survie parmi l'élite mais le point que les uns ont pris et les autres ont perdu pourrait peser lourd en fin de saison. Et au final, les promus chartrains ne peuvent nourrir que des regrets. Ils menaient de six buts à la 46ème et Tremblay ne semblait pas être en mesure d'allumer un contre-feu. Mais en cumulant les pertes de balle, les tirs sur le poteau et les arrêts de Patrice Annonay (décisif sur la rencontre avec 17 parades), Chartres s'est fait rattraper. A 19 secondes de la fin grâce à une réalisation de  Luka Brkljacic après qu'Ivan Vérin a lâché le ballon.

Enfin, la soirée retiendra que dans sa salle Istres s'est défait de l'étreinte d'Ivry (29-26). Avant ce mercredi, les deux équipes étaient à égalité au classement, les Provençaux réalisent donc une bonne opération en se débarrassant d'un adversaire direct pour le maintien et dans l'immédiat en gagnant une place. Les Istréens sécurisés par leur gardien Arnaud Tabarand (13 arrêts) ont fait le plus souvent la course en tête sans ne jamais être vraiment inquiétés.




Erick Mathé (Team Chambé) "On doit se réhabituer à gagner des combats"

Après le partage des points entre Chartres et Tremblay, la zone dangereuse se rapproche encore un peu plus pour Chambéry. Surtout si ce jeudi, les Savoyards ne réalisent pas une bonne performance face à Nantes qu'ils accueillent au Phare en clôture de la 11ème journée de l’élite. La tâche est ardue pour les hommes d’Erick Mathé qui restent sur une élimination de la coupe EHF par Aix en Provence. Etincelants la saison passée à la même époque parmi les meilleurs, le ressort est cassé et même si le "H" parait mieux armé dans le peloton de tête, une réaction est attendue.

Erick, est-ce qu’il y a eu de la frustration après l’élimination de l’EHF ?
Forcément oui… quand on bataille tout une saison pour y être et qu’on se fait sortir avant la phase de poule.  Après, je pense que notre travail était presque plus à redynamiser les joueurs et gagner un match même si on n’a pas pu remonter l’écart du match aller. J’ai trouvé un groupe très combattif, très solidaire où les doutes ne sont pas encore effacés mais il y a du mieux.

Cette réaction à Aix, c’est surtout un péché d’orgueil ?
J’espère que ce n’est pas que cela. On a vécu cinq jours ensemble dans le sud puisqu’on enchainait après St Raphaël et on a beaucoup travaillé sur la cohésion de groupe. On a donc eu des effets positifs sur le retour à Aix donc j’espère que ce n’est pas uniquement réservé à l’orgueil mais plutôt à une renaissance.

Comment expliquer ce contraste entre aujourd'hui et il y a un an ?
On a tout simplement vécu une saison au-delà des espérances. Le club n’avait pas connu cela depuis un moment, avec l’engouement populaire autour de la coupe de France, en plus on gagne la finale et je pense qu’on a eu du mal à digérer cette période-là. Inconsciemment car au quotidien ça travaille très bien. Dès lors qu’on a commencé à se prendre les pieds dans le tapis, le doute s’est installé.

La période d’adaptation chez les nouveaux a-t-elle été sous-estimée ?
Peut-être… Notamment pour les étrangers, prendre leurs marques, c’est plus compliqué que prévu. D’autant que pendant la préparation, cela s’était bien passé avec eux.

Recevoir Nantes pour encore se relancer, ce n’est pas l’idéal…
C’est le moins qu’on puisse dire. On a une fin d’année civile très riche puisqu’on est encore en course dans les deux coupes nationales et trois matches de championnat à négocier. Je ne dis pas qu’on doit tout gagner mais c’est le bilan de cette période-là qui sera intéressant à faire fin décembre.

Comment ces mauvais résultats font-ils réagir l’entourage du club ?
Du côté des supporters, cela se passe plutôt bien. On échange et je reçois beaucoup de messages plutôt positifs et au niveau des dirigeants, le soutien est sans faille. Ils ne sont pas aveugles, ils aimeraient vivre autre chose mais ils voient que personne ne triche, ils font partie du même bateau et n’hésitent pas à assister aux entraînements pour nous encourager. On ressent quelque chose de proche.

Avant Nantes, à quoi peut ressembler le discours à tenir ?
Il faudra être dans la continuité de ce qu’on a entrevu ce weekend. N’importe quel autre adversaire que Nantes, cela n’aurait pas changé grand-chose. On doit se réhabituer à gagner des combats, marquer des buts, se mettre dans les conditions idéales pour une véritable guérison. 

Starligue  |  Journée 11
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreMTStats
ParisSt Raphael392618-12>>
ChartresTremblay232312-10>>
CréteilToulouse232912-15>>
IstresIvry292614-11>>
MontpellierDunkerque292816-14>>
Aix en ProvenceNîmes293414-18>>
ChambéryNantesce jeudi 28/11 à 20h45
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Paris2211110037830111 
2Nîmes161172232529951
-Toulouse16117223213055 
4Montpellier16117223152942-1
5Nantes14107303092652 
6Aix en Provence1211542297302-2 
7Dunkerque1111551278277-1 
8Istres91146129131114
9St Raphael911461308323-1-4
10Ivry711371284306-5 
11Chambéry610262271268-210
12Chartres6112722813230-10
13Tremblay5112812663060 
14Créteil311191284328-3 


© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités