mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: Baptiste Bonnefond veut soigner sa sortie
LSL: Baptiste Bonnefond veut soigner sa sortie
19 Avril 2019 | France > LNH

Peut-on croire pour relancer un hypothétique suspense que l'affiche ce samedi entre le PSG et Montpellier sera déterminante alors qu'il reste six journées avant la fin du championnat d'élite masculine ? Les partenaires du futur Aixois Baptiste Bonnefond visent la performance pour rester au contact de la 2ème place. Nantes est en embuscade alors que ce jeudi soir, au Phare, Chambéry s'est baladé face à une équipe d'Aix bien pale et offensivement peu inspirée.

par Yves MICHEL


A six journées du terme, l’affiche entre Paris et Montpellier aurait pu constituer un des tournants de la saison. Seulement voilà, les Héraultais ont accumulé les contre-performances au plus mauvais moment et se sont fait distancer par les champions de France en titre. Six points derrière le PSG et non négligeable, un passif de 8 buts au goal-average particulier depuis le match aller, en décembre à l’Arena. Nantes est au coude à coude avec les hommes de Canayer et c’est au niveau des accessits au podium que l’attention va se concentrer d’ici le 5 juin avec notamment un Montpellier-Nantes programmé dans un mois. Les Héraultais devront également se déplacer à Nîmes, juste avant cet ultime gros rendez-vous.

On est bien loin de l’euphorie de la saison dernière où le MHB était encore concerné par le titre national mais aussi par l’emballage final de la Ligue des Champions. Cette année, la digestion est plus difficile et un brassage sera effectué au niveau de l’effectif. Trois éléments emblématiques (par leur longévité dans le club) ont préféré soit de leur plein gré, soit contraints et forcés, changer d’air. Michaël Guigou s’est engagé avec Nîmes, Vid Kavticnik et Baptiste Bonnefond avec Aix. Pur produit du centre de formation, le Lyonnais de naissance a décliné la prolongation de contrat que lui proposait le club. « Les négociations ont un peu traîné, explique l’intéressé. Nous n’étions pas d’accord sur tout et Aix s’est manifesté en me présentant un projet ambitieux. Pour moi, c’était vraiment le moment opportun de prendre le virage. C’est vrai, je sors de ma zone de confort mais c’est ce qu’il me fallait, pour acquérir une autre dimension. » L’arrière gauche aura donc attendu neuf ans pour prendre cette décision. Son utilisation était devenue irrégulière, cantonné le plus souvent à des tâches défensives, espérant un statut de titulaire qu’il n’a jamais obtenu. « Mon temps de jeu fluctuait en fonction des matches et je n’avais plus envie de vivre ça. Même si c’est l’entraîneur qui fait son choix, les torts sont partagés. Je suis issu de la formation montpelliéraine et je pense que c’est un statut qu’il faut dépoussiérer. Un joueur qui arrive de l’extérieur est considéré comme une vraie recrue, il est attendu. C’est moins évident lorsque tu montes de la formation. » Montpellier n’est pas le seul à procéder de cette façon mais de plus en plus, excepté peut-être Chambéry ou Dunkerque, rares sont les jeunes du centre de formation à rapidement devenir titulaires en équipe 1ère.


                                              A Montpellier, le coaching... ça donne soif !

 « En choisissant Aix, je me remets quelque part en question. »  Risque calculé pour Baptiste Bonnefond qui fait partie d’ailleurs d’un recrutement bien avancé avec notamment l’arrivée dans la cité de Paul Cézanne, de Vid Kavticnik et de Nicolas Claire. « Leur présence crédibilise le projet. Tous les trois, on a connu la Ligue des Champions, on va pouvoir apporter une certaine expérience mais on est plein d’humilité et avec l’envie de découvrir autre chose. Jusque-là, je n’avais en fait connu qu’un seul club ! » Avant de tourner la page montpelliéraine, le joueur veut terminer le travail même s’il sait qu’aucun titre, aucun trophée (excepté celui en bois des champions) ne viendra se rajouter à une carte de visite déjà conséquente. « C’est vrai, ce sera difficile d’aller chercher les Parisiens mais quand on se rappelle ce qui s’est passé l’an dernier, il faut jouer tous les coups à fond. Si on ne peut pas atteindre la 1ère place, il faut impérativement qu’on se classe 2ème. C’est important pour le club. » A l’heure du bilan, celui de Montpellier est obligatoirement a minima. C’est la 1ère fois dans l’histoire de la Ligue des Champions que le tenant du trophée ne passe pas la phase de groupes. Un gros ratage perçu différemment au sein du club. « Je vais dire que c’est une saison qui laissera plus de traces que certaines. Même si on n’a rien remporté, on a échoué de peu dans les coupes sans ne jamais baisser les armes. C’était de toute façon difficile de renouveler ce qui s’est passé la saison précédente. » Viscéralement attaché au MHB, Baptiste Bonnefond a encore le temps pour préparer sa sortie. Le 5 juin prochain, la soirée promet d’être agitée en émotions. « Ce sera forcément particulier car je suis très attaché à ce club. J’ai vécu des moments incroyables, le Final Four bien-sûr mais aussi l’année où on fait le doublé coupe-championnat, il y a aussi les défaites qui marquent mais font grandir, sans oublier les 1ères années au centre avec les copains. Je m’en vais mais ce n’est pas comme si ma carrière s’arrêtait là. Il y aura forcément un peu de nostalgie mais pas de tristesse. Partir est un choix de vie, c’est pour mon bien et c’est le bon moment. Je n’ai que 26 ans et j’ai encore plein de choses à vivre. » En poursuivant le filon qui mène à France A ? Avant l’Euro croate en 2018, le Montpelliérain était en réserve sur la liste des 28. Il a aussi participé à deux Golden League (novembre 2015 et avril 2018). « Je n’ai pas eu l’occasion de montrer ma vraie valeur lors des six sélections en France A. Mon départ pour Aix n’est pas anodin. Si j’arrive à avoir un rôle majeur dans cette équipe, si j’ai du temps de jeu, je pourrai intéresser le sélectionneur. C’est tout simplement de l’ambition, pas quelque chose de farfelu difficile à atteindre. » En attendant, c’est face à Paris, ce samedi sur le coup de 19h qu’avec Montpellier, Baptiste Bonnefond espère avoir un rôle déterminant. Il n'aura pas à ses côtés le Lituanien Truchanovicius, qui s'est blessé à la cuisse et qui sera absent durant 4 semaines au moins.



En antipasti de cette 21ème journée, ce jeudi, l'affiche entre Chambéry et Aix était surtout intéressante pour la course à l'Europe.
On eut aimé que Chambéry trouve une vraie opposition de la 1ère à la dernière minute. Mais en perdant de précieux ballons, en négligeant le repli défensif et en étant surtout stérile en attaque, Pays d’Aix n’a jamais pu exister. Dix minutes, c’est ce qu’il a fallu aux Savoyards pour trouver leurs marques et surtout infliger un 4-0 à un adversaire déjà hors d’état de nuire (9-4). Les relances millimétrées de Yann Genty et surtout la force de frappe d’un Quentin Minel (notre photo) au-dessus de tout le monde (8 buts dont 5 en 1ère) ont anéanti le peu d’envie des Provençaux. A l’image de la 1ère attaque après la reprise, Aix va continuer à gaspiller les ballons et donner à son adversaire des occasions de briller. Si la finition n’avait pas été aussi brouillonne, sans doute les hommes de Jérôme Fernandez auraient-ils rivalisé. Mais qu’attendre des Stenmalm, Bjornshauge ou Larsen dont le rendement est loin d'être celui escompté ? Seuls Aymeric Minne, comme à son habitude et Karl Konan sont les rares motifs de satisfaction. Dans le dernier quart d’heure, les Aixois ont été les spectateurs d’une véritable démonstration (29-20 à la 55ème), réduite sur la fin lorsque tout était décidé (30-23). Même si leur avance est encore conséquente, ils devront surveiller leurs arrières avec Toulouse et St Raphaël à 5 points. Quant à Chambéry, tout va bien dans le meilleur des mondes. Dans l’attente de la finale de la coupe de France (le 25 mai contre Dunkerque), voilà que les partenaires de Yann Genty se montrent gourmands. « On va regarder devant, valide le gardien au micro de beIN sports. Si on joue comme ce soir, on peut vraiment aller loin et aller chercher pourquoi pas, une place sur le podium. Il ne faut pas qu’on gâche notre fin de saison. » Les hommes d’Erick Mathé qui ne sera pas loin du titre d’entraîneur de l’année sont devenus les enzymes gloutons du championnat d’élite.


         Pas de droit à l'erreur pour le Nîmois Mike Brasseleur face à un de ses anciens clubs, Ivry

Outre le "clasico" entre Paris et Montpellier, les autres rencontres ne sont pas dépourvues d'intérêt. Nantes en déplacement à Toulouse peut en cas de succès, tirer profit du résultat de l'affiche programmée à Coubertin et conforter sa 2ème place au classement. Nîmes le 4ème, mis sous pression par le succès de Chambéry qui (provisoirement ?) est passé devant, n'a pas droit à l'erreur au Parnasse face à Ivry. Les Val-de-Marnais sont loin d'être sortis d'affaire pour le maintien. Deux petits points les séparent d'Istres (qui se rend à Tremblay) le 1er relégable. Pontault-Combault se déplace à Dunkerque dans une opposition sans gros enjeu si on considère que les Franciliens sont condamnés à redescendre à l'étage inférieur et que les Nordistes devraient s'en sortir avec (pour le moment) cinq points d'avance sur Istres (le 13ème avec toutefois un GAP négatif à -5) et quatre sur Cesson (le 12ème avec un GAP positif à +8).

Le match St Raphaël-Cesson clôturera cette 21ème journée. Il sera disputé mercredi 1er mai puisque ce samedi, les Varois sont engagés en quarts de finale de la coupe EHF. A 20h, ils reçoivent les Portugais du FC Porto. Le retour ayant lieu une semaine plus tard. Charge aux partenaires de Raphaël Caucheteux de faire la différence dès ce match aller sur la Côte d'Azur car les Portugais sont invaincus à domicile depuis le début de la compétition européenne. La dernière confrontation entre les deux équipes remonte à 2012, en 8èmes de finale de la même épreuve et cela avait plutôt bien fonctionné pour les Raphaélois qui s'étaient qualifiés pour les quarts avant d'être éliminés par les Allemands de Grosswallstadt.

Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseScoreM.TStats
ChambéryAix en Provence30-2316-11>> 

LSL   | Journée 21 (suite)
Equipe ReceveuseEquipe Visiteuse
Datehoraire
NîmesIvry 20/0418h00
ParisMontpellier 20/04 19h00 
TremblayIstres 20/04 19h30 
DunkerquePontault-Combault 20/04 20h00 
ToulouseNantes 20/04 20h00 
St RaphaelCesson 01/05 20h00 
en gras, le prono vainqueur
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités

La LFH en Live
avec Handvision