mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
LSL: A Toulouse, Maxime Gilbert traverse le temps
LSL: A Toulouse, Maxime Gilbert traverse le temps
15 Octobre 2019 | France > LNH

Maxime Gilbert est un modèle de fidélité au Fénix de Toulouse où il a tout connu depuis son arrivée. A 28 ans, le demi-centre entame sa 11ème saison au sein du club haut-garonnais avec la volonté de se mêler à la lutte pour les places européennes. Pour cela, les Toulousains pourront s'étalonner puisqu'ils se déplacent à Nantes au cours d'une 7ème journée également ponctuée par la confrontation des mal classés entre Tremblay et Créteil.

par Yves MICHEL


A Toulouse, aux côtés de l’incontournable Pierrick Chelle, Maxime Gilbert fait partie des plus anciens de l’équipe. Voilà onze saisons que le demi-centre originaire de Bordeaux porte le même maillot, celui du Fénix sous lequel il a connu différentes péripéties. Des plus éclatantes avec en 2014, une qualification en coupe EHF aux plus sombres avec à titre individuel, trois ans plus tard, une rupture du ligament croisé antérieur du genou droit et l’hiver dernier, une situation des plus inconfortables avec deux points seulement (2 nuls) au bout de dix journées. Depuis septembre, à l’exception d’un sérieux revers à Tremblay (-9), les Toulousains s’en sont plutôt bien sortis et après six journées, occupent la 6ème place au classement.

Maxime, peut-on être satisfait du début de saison du Fénix ?
Dans l’ensemble oui, je pense notamment aux deux derniers matches à domicile où il y a beaucoup à dire. On arrache le nul, c’est à la fois frustrant et plaisant. Plaisant parce qu’on prend un point face à deux équipes (Aix et Nîmes) qui ont des ambitions plus élevées que les nôtres et un effectif un peu plus étoffé, frustrant parce qu’on pouvait gagner. En tout cas, ce sont des rencontres sur lesquelles on peut s’appuyer pour la suite.

Parmi les deux défaites, celle contre Tremblay fait le plus mal…
Pour être au top et gagner, le groupe a besoin d’être à 150% au niveau de l’engagement, de l’énergie, de l’agressivité. On n’a pas trop de grands gabarits par rapport à certaines autres adversaires donc il faut compenser et à Tremblay, on a subi, on a été spectateur de ce qui se passait. Peut-être qu’après avoir battu St Raphaël, on s’est aussi vu un peu trop beau. Cette lourde défaite a été une vraie claque.

Le spectre du début de l’an passé, a ressurgi ?
Je l’ai cru ! Au vu de cette alternance dans la performance mais là, je le répète, on a touché le fond. On se dit que c’est un accident de parcours même si par expérience de la saison écoulée, on reste prudent. Pour l’instant, même sur les matches qu’on a gagnés, on n’a jamais été tous au top niveau, mais comme il y a du potentiel dans cette équipe, on peut s’attendre à mieux.

Vous avez aussi bien compensé l’absence de vos deux gardiens titulaires…
La chance qu’on a eue c’est que c’est tombé sur le déplacement à Paris. Ça fait partie des aléas du sport même si c’est vrai avoir les deux gardiens blessés en même temps, c’est peu courant. Après, Théo Gehin s’entraîne assez régulièrement avec nous, on sait de quoi il est capable et comme c’était face au PSG, il y avait moins de pression car on n’avait pas trop d’attente sur le résultat. La cohésion du groupe a été importante et une semaine plus tard, on a bien réagi face à Aix.

Certains joueurs se sont révélés depuis quelques matches, notamment Ayoub Abdi…
Il est arrivé à la mi-août après la rétrogradation de Grenoble et il s’est parfaitement intégré. Ce n’est pas plus mal vu que sur le même poste (arrière droit) Pierre Soudry est toujours en délicatesse avec un pied. Ayoub a du temps de jeu et il en profite. En attaque mais aussi en défense. On ne le connaissait pas trop et on peut dire que c’est une très bonne pioche. Il ne s’économise pas et il nous fait beaucoup de bien. 

Quels pourraient être les objectifs cette saison ?
Il faut je pense, avoir des prétentions raisonnables. Il y a cinq ou six équipes qui sont vraiment plus armées que nous. On a sept nouveaux joueurs, quelques blessés, on ne va pas partir sans ambitions mais elles seront mesurées. Si l’Europe est à notre portée, on fera tout pour y être. Comme on l’a fait face à Nîmes, Aix et même Dunkerque, on va essayer d’aller titiller des adversaires qui prétendent se classer dans le haut de classement.

Ce mercredi, vous allez à Nantes, la marche est trop haute ?
Honnêtement, j’ai l’impression qu’actuellement, les Nantais marchent sur l’eau. De notre côté, on arrive avec un peu de confiance, on va rester humbles car ce serait prétentieux de dire qu’on va aller gagner là-bas mais on va tout faire pour les gêner. On connait le contexte de la salle pleine, euphorique, qui pousse son équipe, on fera valoir nos armes et on n’a rien à perdre.


                         Les Tremblaysiens Borges et Del Arco cherchent la bonne direction

Tremblay et Créteil. C'est aussi un des carrefours de cette 6ème journée tant l'issue de ce match entre mal classés peut être lourde de conséquence. 

A Tremblay, l'heure est à la concentration et Rastko Stefanovic a décliné nos demandes d'interview. Le technicien slovène nous a fait savoir qu'il accepterait de s'exprimer après la rencontre. C'est dire toute l'importance qu'il accorde à ce match. Pour le moment, le bilan des Séquanodionysiens ne répond pas à leurs attentes. Pourtant, le seul large succès (+9) face à Toulouse laissait entrevoir un réel potentiel mais derrière, rien n'a fonctionné. Il y a eu deux courtes défaites d'un but à Istres et plus méritoire, face à Montpellier et puis l'avanie… deux matches qui ont pris des allures de catastrophe. Une fessée à Nantes (-19) et la honte suprême de recevoir une leçon de réalisme face à Ivry (-8). Rien n'a filtré de ce qui a été dit ou décidé pour la suite en interne mais ce qui est sûr, c'est que les dirigeants n'ont pas l'intention de laisser pourrir la situation. Clairement, un nouveau revers qui plus est à domicile face au promu de Starligue mettrait Rastko Stefanovic dans la plus inconfortable des postures. Créteil n'est pas mieux loti. Si les Val-de-Marnais avaient raté une belle occasion d'ouvrir leur compteur à domicile face à Chartres (défaite 26-27), ils s'étaient rattrapés d'éclatante manière en allant s'imposer à Nîmes (+6). Ils n'ont pas profité de la vague puisqu'ils ont enchaîné sur trois revers consécutifs. Il y a dix jours, les deux adversaires du soir se sont affrontés lors du 2ème tour de la coupe de la Ligue et Créteil est allé s'imposer à Tremblay, après avoir été à la traîne pendant 50 minutes et fait la différence dans le money-time (27-28). Les partenaires de Patrice Annonay ont tous l'idée de revanche dans la tête. 

Les joueurs de St Raphaël qui se déplacent à Aix vont-ils décoller et surtout quitter la dernière place du classement ? Ils ont ouvert leur compteur la semaine passée en arrachant le point du match nul face à Montpellier. Et ce, sans leur capitaine Adrien Dipanda qui sera encore absent pour ce nouveau rendu à cause d'une blessure à la cheville droite (le gaucher a même dû renoncer au rassemblement avec l'équipe de France). Pour autant, les Varois ont l'intention d'aller semer le doute chez des Aixois qui eux, sont en complète réussite. Avec Paris, le PAUC est la seule équipe invaincue en Starligue (4 succès, 2 nuls) mais aussi en coupe EHF puisqu'elle s'est qualifiée pour le 3ème tour en remportant largement ses deux oppositions face aux Croates de Porec. Voilà plus de trois ans (en avril 2016) dans un contexte totalement différent que les Raphaélois ne sont pas allés s'imposer en Provence. A l'époque, ils n'avaient pas laissé le moindre espoir à leur adversaire (28-38). Depuis, ils ne sont pas passés loin de l'exploit avec deux nuls et une courte défaite (31-29).

S'il est peu habituel de voir St Raphaël aussi mal classé, l'entame est loin d'être satisfaisante pour Chambéry. Voilà plus d'un mois que les Savoyards n'ont pas levé les bras au ciel pour célébrer un heureux dénouement. Ils restent pourtant sur une honorable prestation à Paris où ils ont craqué dans les toutes dernières minutes. Ce mercredi dans un Phare qui cette saison a du mal à se remplir, ils accueillent Chartres qui occupe une place de mieux et compte un point de plus au classement. Le promu chartrain n'a jusque-là pas réussi à faire tomber les grosses cylindrées qu'il a rencontrées mais a rempli son contrat en battant des adversaires directs comme Créteil et Istres.


                                                 Décollage attendu pour Arthur Anquetil et Chambéry ?

Les Istréens eux, reçoivent Montpellier qui malgré un lot de blessés (Truchanovicius et Simonet ont fait leur réapparition à l'entraînement) réalise des prouesses en Ligue des Champions. Patrice Canayer peut compter sur sa jeune garde puisque Kyllian Villeminot et surtout Julien Bos apportent leur fraîcheur et leur talent. Et comme dans la rotation des gardiens avec une préférence désormais orientée sur le tandem Sego-Bonnefoi, le technicien héraultais ne s'en sort pas trop mal. Le MHB qui a pourtant déjà perdu trois points en six journées de championnat reste parmi les candidats sérieux au podium. Une victoire à Istres est donc impérative. Les hommes de Gilles Derot se rappelleront très certainement que la saison écoulée, lors de la 1ère journée de la phase retour, ils avaient tenu tête aux Héraultais qui ne s'étaient imposés qu'à 30 secondes du terme grâce à un but sur contre-attaque de… Michaël Guigou.

Ivry sur la route de Barcelone. C'est ce qui attend le PSG en l'espace de trois jours et sur le plan de la fatigue, ce n'est pas plus mal que les Parisiens aient à effectuer un déplacement aussi court avant d'aller défier les "Blaugrana" en terre catalane. Pour autant, ils ne doivent pas s'attendre à être accueillis avec des fleurs et des embrassades à Delaune. « Ivry fait un super début de championnat, ce n’est pas pour rien qu’ils sont 5èmes, fait remarquer Nedim Remili. On ne peut pas les prendre à la légère et déjà penser à ce qui nous attend à Barcelone. On se doit d’être prêt pour les deux rendez-vous avec évidemment le lot de blessés qui est le nôtre en ce moment. » Et non des moindres puisque Toft Hansen, Sagosen et Hansen manquent à l'appel. A Ivry, il n'y a aucune pression particulière sur les épaules des joueurs. Sept points récoltés (3 victoires, 1 nul) lors des quatre dernières confrontations, la sérénité est de mise. Mais le calendrier est ainsi fait. Jusqu'à la mi-novembre, les Val-de-Marnais auront à affronter Paris, Montpellier et Nantes.

Si Raphaël Caucheteux malgré la dernière place de St Raphaël caracole en tête du classement des buteurs de la Starligue (avec 42 réalisations), Elohim Prandi n'est pas très loin. A 34 buts dont 19 inscrits lors des deux dernières journées où Nîmes n'a pris qu'un point. Les Gardois n'ont plus connu le succès depuis leur courte performance à domicile face à Montpellier. Ce jeudi, ils clôtureront la 7ème journée en se déplaçant à Dunkerque. Les Nordistes, à égalité de points au classement sont eux aussi, souvent sur courant alternatif. Profitant des autres résultats de la veille, le vainqueur de cette confrontation peut faire une excellente opération… juste avant la trêve internationale.

Journée 7
Equipe ReceveuseEquipe VisiteuseTVDatehoraire
TremblayCréteilbeIN 8 16/1020h30 
ChambéryChartresbeIN 4 16/1020h30 
IstresMontpellierbeIN 5 16/1020h30 
IvryParisbeIN 6 16/1020h30 
NantesToulousebeIN 7 16/1020h30 
Aix en ProvenceSt RaphaelbeIN 1 16/1020h45 
DunkerqueNîmesbeIN 1 17/1020h45 
PlEquipePtsMJVicDefNulBut +But -SérGAP
1Paris1266002001696 
2Nantes1065101971534 
-Aix en Provence1064021661501 
4Montpellier964111721560 
5Ivry763211611563 
6Toulouse6622217318403
-Nîmes662221741760 
8Dunkerque66330156154-1-3
-Istres66330160173-1 
10Chartres462401601811 
11Chambéry36141169170-2 
12Créteil26150163185-3 
-Tremblay26150147175-4 
14St Raphael160511651810 


© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités