mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
CDF Masc: Sébastien Garain retrouve Saint Raphaël
CDF Masc: Sébastien Garain retrouve Saint Raphaël
14 Décembre 2018 | France > Coupe de France

Avec l'entrée en lice des clubs de l'élite, il y aura inévitablement de la casse à l'issue des 16èmes de finale de la Coupe de France masculine. Les clubs de LSL qui se déplacent peuvent pour certains, tomber dans de véritables traquenards. L'Olympique Antibes Juan-les-Pins (N2) sera le petit Poucet de cette épreuve. Dans le sillage d'un certain Sébastien Garain, les Azuréens affrontent leur voisin de Saint Raphaël. Une formation que le pivot connait parfaitement pour y avoir effectué toute sa carrière professionnelle et bien plus.

par Yves MICHEL

La marque est indélébile et il y a quelques semaines, lorsque Sébastien Garain a appris qu’Antibes Juan-les-Pins où il évolue depuis 2017 affronterait Saint Raphaël en 16èmes de coupe de France, une multitude de souvenirs a refait surface. Ceux de son arrivée sur la côte d’Azur en provenance de Guadeloupe, de l’apprentissage au pôle de Nice avec Pascal Bourgeais, du passage au centre de formation du club varois, de la signature de son 1er contrat pro, des péripéties en championnat et en coupe d’Europe sous la direction de Christian Gaudin, rien n’a été oublié. « Dès le début, cela a plutôt bien fonctionné. En fait, ce qui a été génial, c’est que j’ai suivi la progression de l’équipe qui arrivait de 2ème division. Au-delà du sport, cette expérience et ces moments m’ont vraiment construit en tant qu’homme. » Les années ont donc défilé et un pacte de confiance s’est établi entre le joueur et le SRVHB. Plusieurs fois sollicité par d’autres entités tout aussi huppées, il n’a jamais voulu quitter son environnement. « C’est vrai, j’aurais pu le faire mais chaque saison, l’équipe se renforçait avec des joueurs expérimentés et le projet et les objectifs étaient séduisants. J’avais commencé à Saint-Raphaël, je voulais terminer là-bas. » La progression est pourtant contrariée par des blessures à répétition (aux deux genoux et au dos). Le drame absolu pour un joueur qui n’a jamais triché et qui sur le parquet, s’est toujours investi à 100%. Opéré d’une hernie discale pendant l’été, il fait une croix sur la saison 2016-2017. En fin de contrat, il doit tourner la page. « Si je n’avais pas été blessé, peut-être que j’aurais pu prolonger. C’est facile à dire, en fait, je n’en sais rien. Même si je n’aime pas trop évoquer cette période et si le plaisir n’est pas le même qu’à mes débuts, je pense que cette épreuve m’a rendu plus fort. J’ai pris le temps de réfléchir à la suite et ce que je voulais vraiment faire. Comme le hand a toujours été ma passion (il est tombé dans la marmite à 5 ans), pourquoi ne pas continuer à jouer peut-être à un niveau plus modeste et suivre une formation d’entraîneur. En tout cas, je ne garde aucun regret. » Lorsqu’il tourne la page raphaéloise de douze saisons passées au plus haut niveau, Sébastien Garain n’a pas encore 30 ans. Pas question de quitter les bords de la Méditerranée et cette douceur de vivre qui lui convient si bien. Ses liens avec un ancien du SRVHB vont lui permettre de retrouver un environnement à sa convenance. « Greg Sanssouci est mon meilleur ami. On est arrivé en même temps et on a joué ensemble à St Raph’, il était parti quelques années plus tôt mais il était resté dans le coin (Villeneuve-Loubet entre 2013 et 2014 puis Antibes). On a beaucoup discuté et j’ai trouvé un accord avec les dirigeants d’Antibes. » L’équipe qui évolue en nationale 2 et qui aspire tôt ou tard à accéder à l’échelon supérieur, compte donc dans ses rangs quelques éléments passés par le SRVHB (Denat, Foubert, Garain, Maziane, Sanssouci et l'entraîneur Inghilleri, l'ancien pivot des années pionnières). Et ce samedi, ils retrouveront l’adversaire rêvé. « Ce tirage, c’est du bonheur. A titre personnel bien-sûr mais aussi pour notre club qui va pouvoir se mesurer à l’élite du hand. Dans notre équipe, il y a des gars qui ne joueront peut-être jamais contre ce genre d’équipe donc il faut en profiter. Je suis content de retrouver les copains, ça va être sympa à vivre. » De là imaginer que comme Ajaccio l’année dernière face à Pays d’Aix, un club de N2 est capable d’expulser de la coupe de France, le finaliste 2018 de la coupe EHF, Sébastien Garain garde les pieds sur terre. « Le favori, c’est St Raph ‘ mais on ne sait jamais. Je ne pense pas qu’ils envoient l’équipe réserve  (rires). Ils vont prendre ce match très au sérieux. Il ne faudra rien regretter et donner tout ce qu’on peut.» Une cinquantaine de kilomètres sépare les deux stations balnéaires de la Côte d’Azur et samedi soir, les murs de St Claude (le fief de l’OAJLP) risquent de trembler.


             En recevant Cesson, Chartres ouvrira le bal des 16èmes de coupe de France masculine

Ven 14/12/2018

C'Chartres MHB

PRL

Cesson Rennes MHB

LSL

20h00

Elite Val d'Oise HB

N1

Chambéry SMBHB

LSL

20h30

Cercle Paul Bert Rennes

N1

JS Cherbourg Manche

PRL

20h30

Massy Essonne HB

PRL

USM Pontault-Comb. HB

LSL

20h30

Billère HB Pau-Pyr.

N1

Istres Provence HB

LSL

20h30

Villeurbanne HB

N1

USAM Nîmes Gard

LSL

21h00

Sam 15/12/2018

Cavigal Nice Sports HB

PRL

Fenix Toulouse HB

LSL

19h00

O. Antibes Juan les Pins

N2

St Raphaël Var HB

LSL

20h00

US Créteil HB

PRL

Tremblay en F. HB

LSL

20h00

Grand Besançon Doubs

N1

Pays d'Aix UC

LSL

20h00

ASB Rezé HB

N1

Dunkerque HBGL

LSL

20h00

USM Saran HB

PRL

US Ivry HB

LSL

20h30

Grand Nancy MHB

PRL

Sélestat Alsace HB

PRL

20h30

Limoges HB 87

PRL

Montpellier HB

LSL

20h30

Dim 16/12/2018

Dijon MHB

PRL

Paris St Germain HB

LSL

15h00

Caen HB

PRL

HBC Nantes

LSL

15h30

en gras, le pronostic

Attention aux pièges... concernant notamment les équipes de l'élite. Cesson-Rennes par exemple, sait pertinemment qu'aller défier Chartres l'actuel leader de la Proligue sur ses terres peut comporter quelques risques. Même cas de figure pour Ivry, obligé de se déplacer à Saran (4ème de PRL) qui vient de chuter à Strasbourg (avant dernier de ce même championnat). Toulouse devra se méfier du Cavigal Nice. Même s'ils sont assez mal placés (12èmes de PRL), début septembre, les Azuréens avaient sorti Pays d'Aix de la coupe de la Ligue. On suivra également avec le plus grand intérêt les deux derbys franciliens... ce vendredi entre Massy et Pontault et ce samedi entre Créteil et Tremblay. L'avantage du terrain peut être un atout pour l'équipe qui accueille et qui surtout, évolue à l'étage inférieur donc sans grande pression. Le PSG, Nantes, Chambéry, Nîmes, St Raphaël paraissent hors d'atteinte. Montpellier en plein doute, rend visite à Limoges qui dans le sillage de Ternel et d'Annotel est a contrario en pleine confiance. Les Haut-Viennois restent sur quatre matches invaincus (dont un nul à Chartres) et sont dans le coup des play-offs de Proligue. Ceci étant, depuis que les Héraultais évoluent au plus haut niveau, ils ont toujours franchi les 16èmes de finale.   

Un souhait... que le Nancy-Sélestat reste correct et ne donne pas lieu à des scènes à la limite du respectable et du combat de rue auxquelles les spectateurs du Parc des sports de Vandoeuvre ont été conviés (10 expulsions temporaires et 1 rouge direct), la semaine dernière en championnat. 

Sur les trois dernières saisons de Coupe de France, l'US Ivry est le seul club de l'élite à avoir été éliminé à chaque fois, lors des 16èmes de finale. Et l'an passé, un seul club de N2, le GFC Ajaccio avait créé l'exploit non seulement de passer ce tour mais surtout de sortir Pays d'Aix (D1).
© Yves Michel
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités