bandeau handzone

Toujours leur destin entre les mains

Euro

vendredi 11 décembre 2020 - © François Dasriaux

 5 min 47 de lecture

On attendait ce choc en haute altitude entre la France et les Russes, et au final un match nul 28 partout qui laisse tout le monde en vie mais aussi sur sa faim. Car, le match a été loin d‘atteindre le niveau attendu ! Les Bleues en ratant leur première mi-temps dans les grandes largeurs et les Russes en truquant trop, en étant à la limite de la violence avec en exergue la gardienne Kalinina qui s’est offert un geste absolument honteux sur Laura Flippes et des arbitres un peu dépassées par tout cela qui n’ont pas réussi à tenir le match correctement. Mais comptablement, les Tricolores savent qu'un match nul leur suffit maintenant face à la Suède pour valider définitivement leur place en demi-finale.


Un geste à vomir…
On a d’abord une pensée pour Laura Flippes qui, de la bouche même du sélectionneur Olivier Krumbholz est gravement blessée au genou. On saura sans doute demain qu’elle est la nature de cette blessure pour l’ailière droite bleue, mais c’est aussi la façon qui dérange. Qu’une gardienne de 32 ans avec un passé international énorme comme Viktoriia Kalinina se permette de retomber à plat-pied sur le genou de la joueuse qui vient de marquer le but du 24-23 pour les Tricolores, c’est purement un scandale et un geste que tous les gardiens savent faire mais qui n’est plus de mise depuis au moins 30 ans. Le pire c’est que tout cela se fasse devant les yeux d’une paire arbitrale apathique et surtout dépassée depuis un long moment. Après, les charges plus que violentes en l’air de Dmitrieva sur Orlane Kanor ou Makeeva sur Océane Sercien Ugolin, passent presque pour profits et pertes. On imagine ce que serait devenu ce match si les Bleues étaient entrées dans ce schéma… 

Une première période en dehors des clous
Il y a eu un match hors tout cela quand même… Et ce match les Françaises l’ont vraiment pris par le mauvais bout. Pendant au moins 25 minutes, c’était une défense aux abonnées absentes, un jeu offensif dispendieux en ballons avec une recherche systématique du pivot, trop vite et trop prévisible. Résultat pas moins de 7 ballons perdus sur les 17 gaspillés par les Françaises. Cela faisait le jeu de Russes, patientes en attaque en attendant qu’une joueuse se désaligne pour jouer le duel et le remporter quasi à chaque fois. Au final 18 buts encaissés, 1 de plus que face à la Slovénie en 60 minutes. Bref, personne n’y était vraiment et rester sur ce tempo signifiait l’abandon du match.

Le mental reste une arme majeure des Françaises
Heureusement, ces Bleues, si parfois il leur arrive de mal jouer, une chose qu’elles ne perdent jamais, c’est leur mental. Et le retour des vestiaires va se faire en mode guerrières. Des duels défensifs qui sont enfin gagnés ! Une balle russe qui se fait enterrer rapidement et une pression mise sur les joueuses adverses qui les fait enfin dérailler de leur jeu si propre et lisse de la première période. Restait à remettre l’attaque en route. Mais cela va se faire de façon un peu plus pénible… Encore trop de déchets, d’hésitations coupables pour vraiment prendre le match totalement en main. Cela semblait arriver quand l’épisode Kalinina – Flippes se jouat. Un grand coup de bambou derrière les oreilles pour les Bleues… Il faut dire que le huis clos presque total a ceci de bizarre, c’est que l’on entend tout ce qui se passe sur le terrain. Et là, clairement, les pleurs de douleurs de Laura Flippes ont du en choquer plus d’une ! Alors au courage et sans lâcher de nouveau, les Françaises ont réussi à arracher le nul en retrouvant une Amandine Leynaud royale, mais gaspillant quand même au passage la balle de +1 dans les dernières secondes sur une 17° balle perdue. Mais un nul qui fait les affaires bleues, si les Russes battent le Danemark avant France – Suède, tout sera plié, si le Danemark et la Russie font match nul ou une victoire du Danemark, alors il faudra prendre un petit quelque chose face à la Suède.


A Herning (DAN), Jyske Bank Arena
Le vendredi 11 décembre à 18h15
France - Russie : 28 - 28 (Mi-temps : 16-19)
Arbitres : MMES SA Marta et SA Vania (POR)
Evolution du score : 3-4 5°, 5-7 10°, 7-10 15°, 9-14 20°, 12-16 25°, 16-19 MT - 19-22 35°, 21-23 40°, 24-23 45°, 24-25 50°, 25-26 55°, 28-28 FT.

Les réactions

Olivier Krumbholz (Au micro de BeIN Sports) : « On a beaucoup mieux joué en seconde mi-temps, même si déjà à la fin de la première on s’était un peu repris. On a fait une belle deuxième mi-temps avec une défense plus organisée. Peut-être les avait on un peu trop surestimées, et elles ont moins bien joué, il faut le reconnaître. Si elles n’avaient rien raté en première mi-temps, cela ne pouvait être le miracle constant pendant 60 minutes. Amandine (Leynaud) a été exceptionnelle sur cette période. C’est un excellent match nul. Ce point est important évidemment, mais il faut souligner qu’on a perdu une joueuse sur blessure grave, il y a des actes qui ont des conséquences dramatiques et il va bien falloir faire quelque chose un jour pour ça. En tout cas, je suis déterminé, on ne va pas laisser les choses en l’état, il y a des choses scandaleuses avec un arbitrage complètement dépassé, ça commence à bien faire… ! »

Amandine Leynaud (Au micro de BeIN Sports) : « Ce qui compte c’est qu’on su montrer du caractère, on a été solides aussi bien mentalement que physiquement. Le match a puisé dans nos ressource et on a su tenir le choc et gagner le jeu sur grands espaces. On a été ensemble, on y a toujours cru et même si la victoire n’a pas été au bout, on a su montrer de très belles choses en seconde mi-temps. Les matches contre les Russes sont toujours un peu spéciaux, elles nous ont piégé dès le départ, elles se sont mises en confiance et avec leur expérience elles ont dominé la première mi-temps. Après, c’était beaucoup mieux en défense et il faut rester sur ça pour continuer notre route. On sait qu’on a notre destin entre nos mains et les trois jours de repos vont nous permettre de bien préparer ce dernier match face à la Suède. »

Grâce Zaadi (Au micro de BeIN Sports) : « C’était difficile pour nous, on était fatigué après le match de la veille, et même si les Russes étaient aussi fatiguées, on a fait une première mi-temps en dedans avec une défens trop à plat qui leur a permis de marquer facilement et de nous faire sortir très souvent. En seconde mi-temps on a été beaucoup plus agressives, ce qui nous a permis de marquer sur contre-attaque et réussir ainsi un beau come-back »

Le diaporama du match par Stéphane Pillaud - FFHB

Toujours leur destin entre les mains 

Euro

vendredi 11 décembre 2020 - © François Dasriaux

 5 min 47 de lecture

On attendait ce choc en haute altitude entre la France et les Russes, et au final un match nul 28 partout qui laisse tout le monde en vie mais aussi sur sa faim. Car, le match a été loin d‘atteindre le niveau attendu ! Les Bleues en ratant leur première mi-temps dans les grandes largeurs et les Russes en truquant trop, en étant à la limite de la violence avec en exergue la gardienne Kalinina qui s’est offert un geste absolument honteux sur Laura Flippes et des arbitres un peu dépassées par tout cela qui n’ont pas réussi à tenir le match correctement. Mais comptablement, les Tricolores savent qu'un match nul leur suffit maintenant face à la Suède pour valider définitivement leur place en demi-finale.


Un geste à vomir…
On a d’abord une pensée pour Laura Flippes qui, de la bouche même du sélectionneur Olivier Krumbholz est gravement blessée au genou. On saura sans doute demain qu’elle est la nature de cette blessure pour l’ailière droite bleue, mais c’est aussi la façon qui dérange. Qu’une gardienne de 32 ans avec un passé international énorme comme Viktoriia Kalinina se permette de retomber à plat-pied sur le genou de la joueuse qui vient de marquer le but du 24-23 pour les Tricolores, c’est purement un scandale et un geste que tous les gardiens savent faire mais qui n’est plus de mise depuis au moins 30 ans. Le pire c’est que tout cela se fasse devant les yeux d’une paire arbitrale apathique et surtout dépassée depuis un long moment. Après, les charges plus que violentes en l’air de Dmitrieva sur Orlane Kanor ou Makeeva sur Océane Sercien Ugolin, passent presque pour profits et pertes. On imagine ce que serait devenu ce match si les Bleues étaient entrées dans ce schéma… 

Une première période en dehors des clous
Il y a eu un match hors tout cela quand même… Et ce match les Françaises l’ont vraiment pris par le mauvais bout. Pendant au moins 25 minutes, c’était une défense aux abonnées absentes, un jeu offensif dispendieux en ballons avec une recherche systématique du pivot, trop vite et trop prévisible. Résultat pas moins de 7 ballons perdus sur les 17 gaspillés par les Françaises. Cela faisait le jeu de Russes, patientes en attaque en attendant qu’une joueuse se désaligne pour jouer le duel et le remporter quasi à chaque fois. Au final 18 buts encaissés, 1 de plus que face à la Slovénie en 60 minutes. Bref, personne n’y était vraiment et rester sur ce tempo signifiait l’abandon du match.

Le mental reste une arme majeure des Françaises
Heureusement, ces Bleues, si parfois il leur arrive de mal jouer, une chose qu’elles ne perdent jamais, c’est leur mental. Et le retour des vestiaires va se faire en mode guerrières. Des duels défensifs qui sont enfin gagnés ! Une balle russe qui se fait enterrer rapidement et une pression mise sur les joueuses adverses qui les fait enfin dérailler de leur jeu si propre et lisse de la première période. Restait à remettre l’attaque en route. Mais cela va se faire de façon un peu plus pénible… Encore trop de déchets, d’hésitations coupables pour vraiment prendre le match totalement en main. Cela semblait arriver quand l’épisode Kalinina – Flippes se jouat. Un grand coup de bambou derrière les oreilles pour les Bleues… Il faut dire que le huis clos presque total a ceci de bizarre, c’est que l’on entend tout ce qui se passe sur le terrain. Et là, clairement, les pleurs de douleurs de Laura Flippes ont du en choquer plus d’une ! Alors au courage et sans lâcher de nouveau, les Françaises ont réussi à arracher le nul en retrouvant une Amandine Leynaud royale, mais gaspillant quand même au passage la balle de +1 dans les dernières secondes sur une 17° balle perdue. Mais un nul qui fait les affaires bleues, si les Russes battent le Danemark avant France – Suède, tout sera plié, si le Danemark et la Russie font match nul ou une victoire du Danemark, alors il faudra prendre un petit quelque chose face à la Suède.


A Herning (DAN), Jyske Bank Arena
Le vendredi 11 décembre à 18h15
France - Russie : 28 - 28 (Mi-temps : 16-19)
Arbitres : MMES SA Marta et SA Vania (POR)
Evolution du score : 3-4 5°, 5-7 10°, 7-10 15°, 9-14 20°, 12-16 25°, 16-19 MT - 19-22 35°, 21-23 40°, 24-23 45°, 24-25 50°, 25-26 55°, 28-28 FT.

Les réactions

Olivier Krumbholz (Au micro de BeIN Sports) : « On a beaucoup mieux joué en seconde mi-temps, même si déjà à la fin de la première on s’était un peu repris. On a fait une belle deuxième mi-temps avec une défense plus organisée. Peut-être les avait on un peu trop surestimées, et elles ont moins bien joué, il faut le reconnaître. Si elles n’avaient rien raté en première mi-temps, cela ne pouvait être le miracle constant pendant 60 minutes. Amandine (Leynaud) a été exceptionnelle sur cette période. C’est un excellent match nul. Ce point est important évidemment, mais il faut souligner qu’on a perdu une joueuse sur blessure grave, il y a des actes qui ont des conséquences dramatiques et il va bien falloir faire quelque chose un jour pour ça. En tout cas, je suis déterminé, on ne va pas laisser les choses en l’état, il y a des choses scandaleuses avec un arbitrage complètement dépassé, ça commence à bien faire… ! »

Amandine Leynaud (Au micro de BeIN Sports) : « Ce qui compte c’est qu’on su montrer du caractère, on a été solides aussi bien mentalement que physiquement. Le match a puisé dans nos ressource et on a su tenir le choc et gagner le jeu sur grands espaces. On a été ensemble, on y a toujours cru et même si la victoire n’a pas été au bout, on a su montrer de très belles choses en seconde mi-temps. Les matches contre les Russes sont toujours un peu spéciaux, elles nous ont piégé dès le départ, elles se sont mises en confiance et avec leur expérience elles ont dominé la première mi-temps. Après, c’était beaucoup mieux en défense et il faut rester sur ça pour continuer notre route. On sait qu’on a notre destin entre nos mains et les trois jours de repos vont nous permettre de bien préparer ce dernier match face à la Suède. »

Grâce Zaadi (Au micro de BeIN Sports) : « C’était difficile pour nous, on était fatigué après le match de la veille, et même si les Russes étaient aussi fatiguées, on a fait une première mi-temps en dedans avec une défens trop à plat qui leur a permis de marquer facilement et de nous faire sortir très souvent. En seconde mi-temps on a été beaucoup plus agressives, ce qui nous a permis de marquer sur contre-attaque et réussir ainsi un beau come-back »

Le diaporama du match par Stéphane Pillaud - FFHB

Le match

 vendredi 11 décembre 2020

Joueurs du match

 Top Joueur
Eval : 21 | Buts : 4 | Pd : 6 | Int : 1
 Top Gardien
Eval : 0 | Arr Tot : 2 / 7 (28,6 %)

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#7 France F Suède F 31 25 15/12/2020 18:15
#7 Danemark F Russie F 30 23 15/12/2020 20:30
#7 Monténégro F Espagne F 26 26 15/12/2020 16:00

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
Aucune journée supplémentaire

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 France F 9 5 4 1 0
2 Danemark F 8 5 4 0 1
3 Russie F 7 5 3 1 1
4 Monténégro F 3 5 1 1 3
5 Espagne F 2 5 0 2 3
6 Suède F 1 5 0 1 4