bandeau handzone

Tout simplement énorme !

Jeux Olympiques

mercredi 4 août 2021 - © François Dasriaux

 7 min 44 de lecture

Elles se sont toutes retrouvées ! A commencer par une Amandine Leynaud fabuleuse 60 minutes durant et peut-être boostée de voir sa partenaire Cléopâtre Darleux sortir la première de sa boite face au Brésil. Les Bleues ont détruit les espoirs bataves de titre en menant leur demi-finale de bout en bout, ayant jusqu’à 10 buts d’avance à la 15° puis à la 50°, pour finir par s’imposer 32 à 22 et ainsi rejoindre la Suède en demi-finale. Une démonstration avec pourtant par moments de vrais temps faibles en attaque, mais compensés par une défense monstrueuse tout le match. Si les Françaises savent rester sur le même tempo, alors à l’évidence, elles sont maintenant candidates au titre suprême.

 

 

On peut user de bien des superlatifs pour qualifier la performance des Françaises face aux Pays Bas aujourd’hui ! Mais à l’évidence, après un match très sérieux et par moment emballant face au Brésil, les Françaises ont su encore hausser leur niveau de jeu et éparpiller les Pays-Bas aux quatre coins du Yoyogi National Stadium de Tokyo. Et l’œuvre de destruction du moral batave va commencer dès la première minute ! Passé un missile d’Inger Smit dans la lucarne gauche d’Amandine Leynaud, suivi du même nettoyage de coin par Dione Housheer de son fracassant bras gauche, la suite offensive va être « Pain sec et eau claire » pour les protégées de Manu Mayonnade. Une défense qui se jette sur tout ce qui bouge et ferme tous les espaces. Une Amandine Leynaud qui devient tout simplement injouable même en face à face. Les Laura Flippes et Coralie Lassource qui ne se contentent pas de chiper les ballons, mais les montent à 1000 à l’heure pour crucifier une Tess Wester totalement perdue dans ses buts. Tout allait beaucoup trop vite pour une Maison Orange pas loin de se fissurer le la cave au plafond. Emmanuel Mayonnade va prendre un premier temps mort à la 6° alors que les Bleues menaient 7-3. Puis un second dès la 9° alors que le score était passé à 10-3. Et dans ce court laps de temps, certes les Bleues avaient collé un 3-0 à ses ouailles, mais en plus les Pays-Bas perdaient Lois Abbingh, touchée à la cuisse et out pour le match. 



Son bras armé dans la boite à gant, ses gauchères qui picorent face à Amandine Leynaud, leurs pivots privés de ballons et un repli défensif qui se muait en Casper et Fantômas devant la furia et la vitesse de montée de balle tricolore, en 15 minutes on était passé à 14-4 et tout le monde se demandait si on rêvait ou si les Bleues étaient devenues en un claquement de doigt, non seulement la meilleure défense du monde, ce qui n’est pas loin d’être vrai, mais aussi la meilleure attaque… Le quart d’heure suivant va confirmer que la deuxième impression était une belle illusion. Rinka Duijndam entrée à la place de Tess Wester et qui parade à près de 50%. Une attaque placée qui se met à tourner autour du pot sans vraiment mettre les bons ingrédients aussi bien au shoot que dans les engagements. Bref ce que parfois malheureusement les Bleues montrent et les Pays-Bas stoppaient la déferlante et se prenaient même à rêver avec un 16-11 à la 26° qui aurait pu donner 3 ou 4 buts d’écart à la pause si la dynamique n’avait pas enfin été inversée par Méline Nocandy, buteuse et passeuse puis par Grace Zaadi qui convertissait le 7 mètres de la dernière seconde. +8 à la pause, l’affaire était quand même plus que bien engagée.



Le doute va encore être un peu vivant pendant 5 minutes avec ce rapproché à 21-15 et au moins 2 balles de -5 avant qu’une autre diablesse bleue ne sorte de sa boîte et fasse imploser en vol ce début de révolte batave. Pauletta Foppa qui, jusque-là, n’avait quasi pas eu un seul ballon à se mettre sous la dent, profitait de la défense adverse de plus en plus haute pour glisser dans les espaces et se faire enfin abreuver de ballons qui relançaient la machine tricolore dans le bon sens. Dans le sillage de sa pivot de choc, toutes les Bleues vont s’engouffrer dans la brèche béante pour enfoncer définitivement les clous de la crucifixion néerlandaise. A la 50° on était revenu à ces 10 buts de la 10° et l’écart va se stabiliser pour une fin de match en pente douce dans laquelle tout le monde va se faire plaisir. A commencer par une Amandine Leynaud qui va finir avec 22 arrêts à 55% dans le champ et pas moins de 3 passes décisives. Pour un retour dans la lumière « Doudou » avait allumé les projecteurs, les plein phares et les longue-portées, les têtes bataves en finissaient avec les yeux qui clignotaient comme des warning. La messe était dite depuis longtemps, les Oranje feraient leurs bagages pour rentrer à la maison en laissant les Bleues aller défier les Suédoises dans le dernier carré.

A Tokyo, Yoyogi National Stadium
Le mercredi 4 août à 13h45
Quart de finale
France - Pays Bas : 32 - 22 (Mi-temps : 19-11)
Huis Clos
Arbitres : MM Hansen Mads et Madsen Jesper (DAN) 
Evolution du score : 6-3 5°, 11-3 10°, 14-4 15°, 15-7 20°, 16-11 25°, 19-11 MT - 22-15 35°, 23-17 40°, 27-19 45°, 29-19 50°, 30-21 55°, 32-22 FT.

 

Les réactions
Olivier Krumbholz (Coach de la France, au micro de France TV)« On a fait un grand match, défensif d’abord avec une Amandine Leynaud qui a été époustouflante. On a été encore un peu inconstant en attaque, on a eu quelques petites frayeurs mais c’était un match de grande qualité. On les a dominés sur le jeu sur tout le terrain. Déjà on se qualifie face à une équipe qui est de très bon niveau depuis 5, 6 ans, qui est presque tout le temps dans le dernier carré, on est donc très heureux de s’être qualifié mais aussi d’avoir fait un grand match avec un écart important. L’énergie était de notre coté et c’est bon pour la suite parce qu’il va en falloir beaucoup sur les finalités. La Suède fait un tournoi exceptionnel, elle s’est baladée en quart de finale, donc on va prendre le match face à la Suède qui est très difficile à jouer et on va tout faire pour les battre, parce que maintenant on a deux chances de médailles, pour le titre on verra ! »

Amandine Leynaud (Gardienne de la France, au micro de France TV)« On a très bien commencé en leur posant énormément de problèmes en défense. J’ai eu une grande défense devant ce qui m’a donné la chance ou plutôt l’opportunité d’arrêter des ballons ce qui a permis à l’équipe de sa lancer et on a tenu bon tout le match même si en deuxième mi-temps, les Pays-Bas ont pu un peu espérer mais on a su enfoncer le clou en maitrisant tactiquement ce match et ça fait vraiment du bien. On a toutes la volonté d’aller le plus loin possible, ce sont les JO, ce sont des moments exceptionnels qu’on partage toutes ensembles. Maintenant s’il suffisait de vouloir le titre olympique pour l’avoir, ce serait super. Mais il nous reste encore beaucoup de travail avec de très grosses équipes qui arrivent. On va se reposer un petit peu et se remettre au travail pour surtout ne rien lâcher et continuer à progresser. »



Béatrice Edwige (Défenseure de la France, au micro de France TV)« On savait qu’on allait devoir produire du beau handball pour pouvoir passer en demies ! C’est ce qu’on a fait après avoir très bien préparé le match avec les filles, avec Olivier (Krumbholz) qui nous a bien aiguillé sur certains points. On ne leur a laissé aucun espace pour s’exprimer, c’est une belle équipe qui avait fait un très beau premier tour. Maintenant, c’est match après match ! Bien sur je suis très contente, on va un peu célébrer tout ça mais après on passe à la demie face à une équipe face à qui on a fait match nul dans le premier tour, mais ca sera un tout nouveau match, même si on va nous parler de revanche, etc… Il faudra juste montrer qu’on a fait des progrès depuis les matches de poule. »

Emmanuel Mayonnade (Coach des Pays bas, au micro de France TV) « Il aurait fallu jouer au même niveau que cette équipe de France qui semble plus armée que nous pour ce genre de match et d’événement. Je suis déçu de la façon dont on a abordé le match… En 10 minutes l’affaire était déjà presque entendue même si on a 4 ballons en 2° mi-temps pour revenir à 5 buts, et là avec 20 minutes de jeu restantes, ça pouvait le faire, mais en face, ça courrait plus vite, ça sautait plus haut et ça mettait plus d’énergie… Bref il n’y a pas eu photo sur le match ! Pourtant on avait envie de voir jusqu’où on pouvait les amener, mais c’était clairement impossible pour nous. Elles peuvent évidemment aller au bout, on a tendance à oublier qu’elles étaient dans la poule la plus complexe où elles finissent 3° mais avec des défaites d’un but et un nul, elles auraient tout aussi bien pu être premières ou deuxièmes. Maintenant elles vont croiser la Suède qui est une belle équipe, mais à l’évidence, la France a de quoi aller au bout. » 

 Le diaporama du match par Icon Sport - FFHB

Tout simplement énorme ! 

Jeux Olympiques

mercredi 4 août 2021 - © François Dasriaux

 7 min 44 de lecture

Elles se sont toutes retrouvées ! A commencer par une Amandine Leynaud fabuleuse 60 minutes durant et peut-être boostée de voir sa partenaire Cléopâtre Darleux sortir la première de sa boite face au Brésil. Les Bleues ont détruit les espoirs bataves de titre en menant leur demi-finale de bout en bout, ayant jusqu’à 10 buts d’avance à la 15° puis à la 50°, pour finir par s’imposer 32 à 22 et ainsi rejoindre la Suède en demi-finale. Une démonstration avec pourtant par moments de vrais temps faibles en attaque, mais compensés par une défense monstrueuse tout le match. Si les Françaises savent rester sur le même tempo, alors à l’évidence, elles sont maintenant candidates au titre suprême.

 

 

On peut user de bien des superlatifs pour qualifier la performance des Françaises face aux Pays Bas aujourd’hui ! Mais à l’évidence, après un match très sérieux et par moment emballant face au Brésil, les Françaises ont su encore hausser leur niveau de jeu et éparpiller les Pays-Bas aux quatre coins du Yoyogi National Stadium de Tokyo. Et l’œuvre de destruction du moral batave va commencer dès la première minute ! Passé un missile d’Inger Smit dans la lucarne gauche d’Amandine Leynaud, suivi du même nettoyage de coin par Dione Housheer de son fracassant bras gauche, la suite offensive va être « Pain sec et eau claire » pour les protégées de Manu Mayonnade. Une défense qui se jette sur tout ce qui bouge et ferme tous les espaces. Une Amandine Leynaud qui devient tout simplement injouable même en face à face. Les Laura Flippes et Coralie Lassource qui ne se contentent pas de chiper les ballons, mais les montent à 1000 à l’heure pour crucifier une Tess Wester totalement perdue dans ses buts. Tout allait beaucoup trop vite pour une Maison Orange pas loin de se fissurer le la cave au plafond. Emmanuel Mayonnade va prendre un premier temps mort à la 6° alors que les Bleues menaient 7-3. Puis un second dès la 9° alors que le score était passé à 10-3. Et dans ce court laps de temps, certes les Bleues avaient collé un 3-0 à ses ouailles, mais en plus les Pays-Bas perdaient Lois Abbingh, touchée à la cuisse et out pour le match. 



Son bras armé dans la boite à gant, ses gauchères qui picorent face à Amandine Leynaud, leurs pivots privés de ballons et un repli défensif qui se muait en Casper et Fantômas devant la furia et la vitesse de montée de balle tricolore, en 15 minutes on était passé à 14-4 et tout le monde se demandait si on rêvait ou si les Bleues étaient devenues en un claquement de doigt, non seulement la meilleure défense du monde, ce qui n’est pas loin d’être vrai, mais aussi la meilleure attaque… Le quart d’heure suivant va confirmer que la deuxième impression était une belle illusion. Rinka Duijndam entrée à la place de Tess Wester et qui parade à près de 50%. Une attaque placée qui se met à tourner autour du pot sans vraiment mettre les bons ingrédients aussi bien au shoot que dans les engagements. Bref ce que parfois malheureusement les Bleues montrent et les Pays-Bas stoppaient la déferlante et se prenaient même à rêver avec un 16-11 à la 26° qui aurait pu donner 3 ou 4 buts d’écart à la pause si la dynamique n’avait pas enfin été inversée par Méline Nocandy, buteuse et passeuse puis par Grace Zaadi qui convertissait le 7 mètres de la dernière seconde. +8 à la pause, l’affaire était quand même plus que bien engagée.



Le doute va encore être un peu vivant pendant 5 minutes avec ce rapproché à 21-15 et au moins 2 balles de -5 avant qu’une autre diablesse bleue ne sorte de sa boîte et fasse imploser en vol ce début de révolte batave. Pauletta Foppa qui, jusque-là, n’avait quasi pas eu un seul ballon à se mettre sous la dent, profitait de la défense adverse de plus en plus haute pour glisser dans les espaces et se faire enfin abreuver de ballons qui relançaient la machine tricolore dans le bon sens. Dans le sillage de sa pivot de choc, toutes les Bleues vont s’engouffrer dans la brèche béante pour enfoncer définitivement les clous de la crucifixion néerlandaise. A la 50° on était revenu à ces 10 buts de la 10° et l’écart va se stabiliser pour une fin de match en pente douce dans laquelle tout le monde va se faire plaisir. A commencer par une Amandine Leynaud qui va finir avec 22 arrêts à 55% dans le champ et pas moins de 3 passes décisives. Pour un retour dans la lumière « Doudou » avait allumé les projecteurs, les plein phares et les longue-portées, les têtes bataves en finissaient avec les yeux qui clignotaient comme des warning. La messe était dite depuis longtemps, les Oranje feraient leurs bagages pour rentrer à la maison en laissant les Bleues aller défier les Suédoises dans le dernier carré.

A Tokyo, Yoyogi National Stadium
Le mercredi 4 août à 13h45
Quart de finale
France - Pays Bas : 32 - 22 (Mi-temps : 19-11)
Huis Clos
Arbitres : MM Hansen Mads et Madsen Jesper (DAN) 
Evolution du score : 6-3 5°, 11-3 10°, 14-4 15°, 15-7 20°, 16-11 25°, 19-11 MT - 22-15 35°, 23-17 40°, 27-19 45°, 29-19 50°, 30-21 55°, 32-22 FT.

 

Les réactions
Olivier Krumbholz (Coach de la France, au micro de France TV)« On a fait un grand match, défensif d’abord avec une Amandine Leynaud qui a été époustouflante. On a été encore un peu inconstant en attaque, on a eu quelques petites frayeurs mais c’était un match de grande qualité. On les a dominés sur le jeu sur tout le terrain. Déjà on se qualifie face à une équipe qui est de très bon niveau depuis 5, 6 ans, qui est presque tout le temps dans le dernier carré, on est donc très heureux de s’être qualifié mais aussi d’avoir fait un grand match avec un écart important. L’énergie était de notre coté et c’est bon pour la suite parce qu’il va en falloir beaucoup sur les finalités. La Suède fait un tournoi exceptionnel, elle s’est baladée en quart de finale, donc on va prendre le match face à la Suède qui est très difficile à jouer et on va tout faire pour les battre, parce que maintenant on a deux chances de médailles, pour le titre on verra ! »

Amandine Leynaud (Gardienne de la France, au micro de France TV)« On a très bien commencé en leur posant énormément de problèmes en défense. J’ai eu une grande défense devant ce qui m’a donné la chance ou plutôt l’opportunité d’arrêter des ballons ce qui a permis à l’équipe de sa lancer et on a tenu bon tout le match même si en deuxième mi-temps, les Pays-Bas ont pu un peu espérer mais on a su enfoncer le clou en maitrisant tactiquement ce match et ça fait vraiment du bien. On a toutes la volonté d’aller le plus loin possible, ce sont les JO, ce sont des moments exceptionnels qu’on partage toutes ensembles. Maintenant s’il suffisait de vouloir le titre olympique pour l’avoir, ce serait super. Mais il nous reste encore beaucoup de travail avec de très grosses équipes qui arrivent. On va se reposer un petit peu et se remettre au travail pour surtout ne rien lâcher et continuer à progresser. »



Béatrice Edwige (Défenseure de la France, au micro de France TV)« On savait qu’on allait devoir produire du beau handball pour pouvoir passer en demies ! C’est ce qu’on a fait après avoir très bien préparé le match avec les filles, avec Olivier (Krumbholz) qui nous a bien aiguillé sur certains points. On ne leur a laissé aucun espace pour s’exprimer, c’est une belle équipe qui avait fait un très beau premier tour. Maintenant, c’est match après match ! Bien sur je suis très contente, on va un peu célébrer tout ça mais après on passe à la demie face à une équipe face à qui on a fait match nul dans le premier tour, mais ca sera un tout nouveau match, même si on va nous parler de revanche, etc… Il faudra juste montrer qu’on a fait des progrès depuis les matches de poule. »

Emmanuel Mayonnade (Coach des Pays bas, au micro de France TV) « Il aurait fallu jouer au même niveau que cette équipe de France qui semble plus armée que nous pour ce genre de match et d’événement. Je suis déçu de la façon dont on a abordé le match… En 10 minutes l’affaire était déjà presque entendue même si on a 4 ballons en 2° mi-temps pour revenir à 5 buts, et là avec 20 minutes de jeu restantes, ça pouvait le faire, mais en face, ça courrait plus vite, ça sautait plus haut et ça mettait plus d’énergie… Bref il n’y a pas eu photo sur le match ! Pourtant on avait envie de voir jusqu’où on pouvait les amener, mais c’était clairement impossible pour nous. Elles peuvent évidemment aller au bout, on a tendance à oublier qu’elles étaient dans la poule la plus complexe où elles finissent 3° mais avec des défaites d’un but et un nul, elles auraient tout aussi bien pu être premières ou deuxièmes. Maintenant elles vont croiser la Suède qui est une belle équipe, mais à l’évidence, la France a de quoi aller au bout. » 

 Le diaporama du match par Icon Sport - FFHB

Dans la même rubrique

Jeux Olympiques
dimanche 8 août 2021
  
Jeux Olympiques
dimanche 8 août 2021
  
Jeux Olympiques
dimanche 8 août 2021
  
Jeux Olympiques
samedi 7 août 2021
  
  1 2 3 4   

Le match

 mercredi 4 août 2021

Joueurs du match

 Top Joueur
Eval : 20 | Buts : 6 | Pd : 2 | Int : 1
 Top Gardien
Eval : 40 | Arr Tot : 22 / 43 (51,2 %)

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#13 Russie F France F 25 30 08/08/2021 08:00
#13 Norvège F Suède F 36 19 08/08/2021 04:00

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
Aucune journée supplémentaire

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 France F 6 3 3 0 0
2 Russie F 4 3 2 0 1
3 Norvège F 4 3 2 0 1
4 Suède F 2 3 1 0 2
5 Pays Bas F 0 1 0 0 1
6 Monténégro F 0 1 0 0 1
7 Corée F 0 1 0 0 1
8 Hongrie F 0 1 0 0 1