bandeau handzone

Grace Zaadi prêtée à Metz : retour vers son futur

LBE

mardi 15 mars 2022 - © Laurent Hoppe

 1 min 45 de lecture

A situation exceptionnelle, pige exceptionnelle. Libérée temporairement de son contrat en Russie, la demi-centre de Rostov et de l’équipe de France devrait jouer la fin de saison avec le club lorrain, premier du championnat et prétendant au Final Four de la Ligue des Champions.

La rumeur bruisse depuis plusieurs jours, voire semaines. Alimentée par le contexte géopolitique, le bannissement des clubs et sélections russes de la scène internationale, le lien fort qui a uni la meneuse de jeu à Metz pendant dix ans (2010-2020), ses récentes prises de positions et d’initiatives aussi. Comme son coach suédois Per Johansson, Grace Zaadi avait décidé de ne pas regagner Rostov à l’issue de la fenêtre internationale de mars. De terminer cette nouvelle saison chamboulée par de l’extrasportif dans l’Hexagone, près des siens, plutôt que dans le club avec lequel elle avait prolongé (pour l’exercice 2022-23) il y a deux mois à peine, et actuel deuxième de play-offs qui suivent leur cours, comme si la guerre n'existait pas...

Le conditionnel n’aura bientôt plus lieu d’être : selon plusieurs médias, la demi-centre de 28 ans (153 sélections), qui intéressait également Brest, s’apprête à revenir temporairement à Metz. Dirigeants français et russes négocieraient les derniers arrangements d’un prêt courant jusqu’au 30 juin. Si les modalités se confirment, ce qu’un communiqué ne manquera pas de faire, la période inclurait l’épilogue d’un championnat pour l’instant dominé de la tête et des épaules par Metz (18 journées, 18 succès), une Coupe de France où les Mosellanes n’entreront en lice qu’en demi-finales (Toulon a déclaré forfait pour les quarts), et bien sûr la Ligue des Champions, avec le huitième de finale contre Dortmund (aller le 26 mars, retour en France le 2 avril) dont le gagnant sera directement qualifié pour le Final Four. Un raout auquel la Francilienne de naissance n’a goûté qu’une fois, en 2019 (Metz 4ème).

Pour orchestrer le jeu de sa formation dans ces moments de vérité, Emmanuel Mayonnade disposerait donc d’un choix de roi, avec deux championnes olympiques (Zaadi et Méline Nocandy) et une troisième internationale tout aussi fiable, Tamara Horacek.

Grace Zaadi prêtée à Metz : retour vers son futur 

LBE

mardi 15 mars 2022 - © Laurent Hoppe

 1 min 45 de lecture

A situation exceptionnelle, pige exceptionnelle. Libérée temporairement de son contrat en Russie, la demi-centre de Rostov et de l’équipe de France devrait jouer la fin de saison avec le club lorrain, premier du championnat et prétendant au Final Four de la Ligue des Champions.

La rumeur bruisse depuis plusieurs jours, voire semaines. Alimentée par le contexte géopolitique, le bannissement des clubs et sélections russes de la scène internationale, le lien fort qui a uni la meneuse de jeu à Metz pendant dix ans (2010-2020), ses récentes prises de positions et d’initiatives aussi. Comme son coach suédois Per Johansson, Grace Zaadi avait décidé de ne pas regagner Rostov à l’issue de la fenêtre internationale de mars. De terminer cette nouvelle saison chamboulée par de l’extrasportif dans l’Hexagone, près des siens, plutôt que dans le club avec lequel elle avait prolongé (pour l’exercice 2022-23) il y a deux mois à peine, et actuel deuxième de play-offs qui suivent leur cours, comme si la guerre n'existait pas...

Le conditionnel n’aura bientôt plus lieu d’être : selon plusieurs médias, la demi-centre de 28 ans (153 sélections), qui intéressait également Brest, s’apprête à revenir temporairement à Metz. Dirigeants français et russes négocieraient les derniers arrangements d’un prêt courant jusqu’au 30 juin. Si les modalités se confirment, ce qu’un communiqué ne manquera pas de faire, la période inclurait l’épilogue d’un championnat pour l’instant dominé de la tête et des épaules par Metz (18 journées, 18 succès), une Coupe de France où les Mosellanes n’entreront en lice qu’en demi-finales (Toulon a déclaré forfait pour les quarts), et bien sûr la Ligue des Champions, avec le huitième de finale contre Dortmund (aller le 26 mars, retour en France le 2 avril) dont le gagnant sera directement qualifié pour le Final Four. Un raout auquel la Francilienne de naissance n’a goûté qu’une fois, en 2019 (Metz 4ème).

Pour orchestrer le jeu de sa formation dans ces moments de vérité, Emmanuel Mayonnade disposerait donc d’un choix de roi, avec deux championnes olympiques (Zaadi et Méline Nocandy) et une troisième internationale tout aussi fiable, Tamara Horacek.

Dans la même rubrique