bandeau handzone

Philippe Gardent va découvrir la Proligue !

Nationale 1M

lundi 4 avril 2022 - © Yves Michel

 4 min 24 de lecture

Profitant de la défaite dominicale de l'ASPTT Mulhouse-Rixheim face à la réserve du PSG, l'équipe de Bordeaux-Bruges-Lormont valide son billet d'accession au niveau supérieur. Si le championnat de Proligue est familier à plusieurs joueurs girondins, pour Philippe Gardent qui jusqu'à la saison dernière n'avait dirigé que des formations de l'élite, ce sera une découverte.

C'est un "Boule" très détendu qui ce lundi matin a décroché son téléphone lorsque nous l'avons sollicité. Il faut dire que le week-end a été fructueux et riche d'enseignements. Cela a débuté samedi lorsqu'après avoir été par moments accroché, le BBL a battu l'US Dreux Vernouillet (27-24) avec au passage huit réalisations du meilleur buteur de la poule Elite de N1, Xavier Moreau (le demi-centre girondin totalise désormais 134 buts). Et puis dimanche, le malheur des uns a fait le bonheur des autres. L'ASPTT Mulhouse-Rixheim qui pouvait encore mathématiquement terminer 1ère de la poule, s'est inclinée dans le money-time face à la réserve du PSG (32-33), coachée par Thierry Perreux... un des meilleurs amis de Philippe Gardent. Toutes les planètes étaient correctement alignées.  En 17 rencontres, Bordeaux-Bruges-Lormont n'en a perdu que deux (en Alsace contre Mulhouse et à domicile face à Poitiers) et fait deux nuls contre notamment Frontignan, le 2ème au classement, autre grand prétendant à l'accession à la D2. Les dirigeants girondins dans le sillage du président Jean-Paul Onillon, le staff et les joueurs ont donc atteint leur objectif majeur, avec un peu plus d'un mois et demi d'avance, 

Philippe, est-ce que tu t'attendais à valider l'accession si tôt ? 
Pas forcément. C'est sûr qu'on avait annoncé notre ambition dès le départ, la montée, après... on partait un peu dans l'inconnue et on ne connaissait pas trop le niveau de la poule. Donc accéder à notre objectif plus d'un mois avant la fin, c'est plus tranquilisant car cela nous permet de nous projeter un peu plus tôt. Au niveau du recrutement mais aussi des discussions qu'on va pouvoir avoir avec des partenaires et les institutions. 

Vous étiez identifié comme le grand favori pour la montée...
On peut le dire maintenant. En septembre, ce n'était pas forcément gagné d'avance. De 2 ou 3 VAP, on s'est retrouvé à 8 et qui aurait pu penser que Mulhouse allait s'effondrer comme ça dès la reprise en février ? 

As-tu senti que vous étiez l'équipe qui faisait la plus peur ?
Oui, on l'a senti, c'est sûr. Dès les 1ers matches (Mulhouse s'impose dès la 1ère journée, Poitiers sur la 9ème), quand les adversaires nous malmenaient ou gagnaient, tu avais l'impression qu'ils avaient remporté la coupe du Monde, on sentait qu'on était l'équipe à battre. En parallèle, on avait aussi l'impression qu'ils nous prenaient pour l'équipe du Qatar ! (sourires) Ce que je retiens, c'est que mes joueurs ont répondu présents. 

La cerise, maintenant, ça serait le titre de N1 ? 
On va dire que le plus important est fait. Après, on est tous des compétiteurs. On va essayer de consolider et donc conserver notre 1ère place, tout en préparant la saison prochaine. Tu la prépares en étant aussi exigent par rapport aux matches qui restent même si l'objectif est atteint. La culture de la gagne, c'est une marque de fabrique qu'il faut instaurer dans ce club ! Ensuite, il faut aussi réparer certains organismes en vue justement de la saison à venir. Un ou deux gars doivent passer sur le billard. Il va falloir décider avec eux s'ils le font maintenant ou un peu plus tard . 

Cela concerne quels joueurs ? 
Notre jeune ailier droit Karim Balti doit faire une petite "révision" de l'épaule et Paul-Louis Guiraudou doit nettoyer son genou. Ce ne sont pas de grosses interventions mais cela équivaut à des absences de 2 à 3 mois. "Pilou" qui continue à jouer, plutôt bien d'ailleurs, est assez gêné par ce genou. Donc on va voir car il y a quand même le titre de N1 à jouer. 

La Proligue, c'est vraiment un palier qu'il faudra digérer ? 
En tout cas, le niveau de la D2 est très élevé. Des clubs ont fait de gros efforts en matière de budget et certains n'hésitent pas à recruter de gros joueurs. Pour nous, le plus dur commence. Il y a une grosse marche entre la N1 élite et la Proligue. Et à tous points de vue et pas uniquement sportifs. Il faut qu'on se structure mieux et puis après, il faut se maintenir. Il y aura quand même du recrutement à faire. 

Un gros recrutement ? 
Comme on a commencé à le faire. Il faut qu'il y ait un mix entre des joueurs expérimentés qui connaissent les difficultés de ce type de championnat et des jeunes joueurs qui vont le découvrir. Quand tu construis un club, le recrutement est encore plus stratégique. Tu ne réfléchis pas d'une année pour l'autre. La réflexion s'établit sur les 2-3 années à venir en veillant à ce qu'au terme d'une saison, on ne se retrouve pas avec les 3/4 des mecs en fin de contrat. Il y aura de nouvelles têtes, des gars qui ont l'habitude des joutes de D2... voire plus.  

Xavier Moreau... meilleur réalisateur de la N1 élite (134 buts Moyenne 7,88/match)

Philippe Gardent va découvrir la Proligue !  

Nationale 1M

lundi 4 avril 2022 - © Yves Michel

 4 min 24 de lecture

Profitant de la défaite dominicale de l'ASPTT Mulhouse-Rixheim face à la réserve du PSG, l'équipe de Bordeaux-Bruges-Lormont valide son billet d'accession au niveau supérieur. Si le championnat de Proligue est familier à plusieurs joueurs girondins, pour Philippe Gardent qui jusqu'à la saison dernière n'avait dirigé que des formations de l'élite, ce sera une découverte.

C'est un "Boule" très détendu qui ce lundi matin a décroché son téléphone lorsque nous l'avons sollicité. Il faut dire que le week-end a été fructueux et riche d'enseignements. Cela a débuté samedi lorsqu'après avoir été par moments accroché, le BBL a battu l'US Dreux Vernouillet (27-24) avec au passage huit réalisations du meilleur buteur de la poule Elite de N1, Xavier Moreau (le demi-centre girondin totalise désormais 134 buts). Et puis dimanche, le malheur des uns a fait le bonheur des autres. L'ASPTT Mulhouse-Rixheim qui pouvait encore mathématiquement terminer 1ère de la poule, s'est inclinée dans le money-time face à la réserve du PSG (32-33), coachée par Thierry Perreux... un des meilleurs amis de Philippe Gardent. Toutes les planètes étaient correctement alignées.  En 17 rencontres, Bordeaux-Bruges-Lormont n'en a perdu que deux (en Alsace contre Mulhouse et à domicile face à Poitiers) et fait deux nuls contre notamment Frontignan, le 2ème au classement, autre grand prétendant à l'accession à la D2. Les dirigeants girondins dans le sillage du président Jean-Paul Onillon, le staff et les joueurs ont donc atteint leur objectif majeur, avec un peu plus d'un mois et demi d'avance, 

Philippe, est-ce que tu t'attendais à valider l'accession si tôt ? 
Pas forcément. C'est sûr qu'on avait annoncé notre ambition dès le départ, la montée, après... on partait un peu dans l'inconnue et on ne connaissait pas trop le niveau de la poule. Donc accéder à notre objectif plus d'un mois avant la fin, c'est plus tranquilisant car cela nous permet de nous projeter un peu plus tôt. Au niveau du recrutement mais aussi des discussions qu'on va pouvoir avoir avec des partenaires et les institutions. 

Vous étiez identifié comme le grand favori pour la montée...
On peut le dire maintenant. En septembre, ce n'était pas forcément gagné d'avance. De 2 ou 3 VAP, on s'est retrouvé à 8 et qui aurait pu penser que Mulhouse allait s'effondrer comme ça dès la reprise en février ? 

As-tu senti que vous étiez l'équipe qui faisait la plus peur ?
Oui, on l'a senti, c'est sûr. Dès les 1ers matches (Mulhouse s'impose dès la 1ère journée, Poitiers sur la 9ème), quand les adversaires nous malmenaient ou gagnaient, tu avais l'impression qu'ils avaient remporté la coupe du Monde, on sentait qu'on était l'équipe à battre. En parallèle, on avait aussi l'impression qu'ils nous prenaient pour l'équipe du Qatar ! (sourires) Ce que je retiens, c'est que mes joueurs ont répondu présents. 

La cerise, maintenant, ça serait le titre de N1 ? 
On va dire que le plus important est fait. Après, on est tous des compétiteurs. On va essayer de consolider et donc conserver notre 1ère place, tout en préparant la saison prochaine. Tu la prépares en étant aussi exigent par rapport aux matches qui restent même si l'objectif est atteint. La culture de la gagne, c'est une marque de fabrique qu'il faut instaurer dans ce club ! Ensuite, il faut aussi réparer certains organismes en vue justement de la saison à venir. Un ou deux gars doivent passer sur le billard. Il va falloir décider avec eux s'ils le font maintenant ou un peu plus tard . 

Cela concerne quels joueurs ? 
Notre jeune ailier droit Karim Balti doit faire une petite "révision" de l'épaule et Paul-Louis Guiraudou doit nettoyer son genou. Ce ne sont pas de grosses interventions mais cela équivaut à des absences de 2 à 3 mois. "Pilou" qui continue à jouer, plutôt bien d'ailleurs, est assez gêné par ce genou. Donc on va voir car il y a quand même le titre de N1 à jouer. 

La Proligue, c'est vraiment un palier qu'il faudra digérer ? 
En tout cas, le niveau de la D2 est très élevé. Des clubs ont fait de gros efforts en matière de budget et certains n'hésitent pas à recruter de gros joueurs. Pour nous, le plus dur commence. Il y a une grosse marche entre la N1 élite et la Proligue. Et à tous points de vue et pas uniquement sportifs. Il faut qu'on se structure mieux et puis après, il faut se maintenir. Il y aura quand même du recrutement à faire. 

Un gros recrutement ? 
Comme on a commencé à le faire. Il faut qu'il y ait un mix entre des joueurs expérimentés qui connaissent les difficultés de ce type de championnat et des jeunes joueurs qui vont le découvrir. Quand tu construis un club, le recrutement est encore plus stratégique. Tu ne réfléchis pas d'une année pour l'autre. La réflexion s'établit sur les 2-3 années à venir en veillant à ce qu'au terme d'une saison, on ne se retrouve pas avec les 3/4 des mecs en fin de contrat. Il y aura de nouvelles têtes, des gars qui ont l'habitude des joutes de D2... voire plus.  

Xavier Moreau... meilleur réalisateur de la N1 élite (134 buts Moyenne 7,88/match)

Dans la même rubrique

Nationale 1M
dimanche 5 juin 2022
  
Nationale 1M
vendredi 8 avril 2022
  
Nationale 1M
jeudi 21 octobre 2021
  
Nationale 1M
vendredi 24 septembre 2021
  
Nationale 1M
mercredi 15 septembre 2021
  
  1 2 3 4   

Résultats de la dernière journée

Jour.  Equ Rec  Equ Vis  Score  Stats  Date 
#11 Angers Pau Nousty 36 32 26/11/2022 18:30
#11 Mulhouse-Rixheim Paris II 26 19 27/11/2022 16:00
#11 Gonfreville Martigues 23 25 26/11/2022 20:30
#11 Lanester Dreux-Vernouillet 37 30 26/11/2022 18:30
#11 Vénissieux Cournon 27 21 26/11/2022 20:30
#11 Hazebrouck Saintes 19 27 26/11/2022 20:45
#11 Annecy Val d'Oise 29 26 26/11/2022 20:15

Prochaine journée

Journée  Equ Rec  Equ Vis  Date 
#12 Saintes Vénissieux 10/12/2022 20:45
#12 Val d'Oise Hazebrouck 10/12/2022 20:15
#12 Dreux-Vernouillet Mulhouse-Rixheim 10/12/2022 19:30
#12 Hazebrouck Lanester 10/12/2022 18:45
#12 Martigues Angers 10/12/2022 20:30
#12 Paris II Gonfreville 11/12/2022 16:00
#12 Annecy Pau Nousty 10/12/2022 20:30

Classement

Place Journée  Equipe  MJ  Vic  Nul  Déf 
1 Angers 32 11 10 1 0
2 Vénissieux 28 11 8 1 2
3 Annecy 28 11 8 1 2
4 Saintes 26 11 7 1 3
5 Hazebrouck 23 11 6 0 5
6 Val d'Oise 21 11 5 0 6
7 Cournon 21 11 5 0 6
8 Paris II 21 11 5 0 6
9 Mulhouse-Rixheim 20 11 4 1 6
10 Lanester 18 11 3 1 7
11 Gonfreville 18 11 3 1 7
12 Dreux-Vernouillet 18 11 3 1 7
13 Pau Nousty 17 11 3 0 8
14 Martigues 17 11 2 2 7