mèl :
passe :
s'abonner | oubli de passe
spécifiez l'adresse concernée
mèl :
retour
cliquez pour revenir
Enfin un château en Espagne
Enfin un château en Espagne
18 Octobre 2009 | Europe > Champion's League

Deuxième déplacement consécutif pour Montpellier en Champion’s League et après l’échec pour le moins inattendu à Constanta, une sacrée gageure pour le MAHB aller décrocher pour la première fois de son histoire en Champion’s League un succès en terre ibérique. Si les gauchers Aymen Hammed, qui sera opéré demain de son épaule, et Adrien Di Panda étaient absents, tout le reste de l’effectif était apte dont Neboja Stojinovic, incertain après une talonnade en Roumanie, mais pour couvrir tout coup dur, Patrice Canayer avait mis sur la feuille, le jeune Pierre Andry. L’autre bonne nouvelle était l’annonce de la victoire de Constanta sur Szeged, ce qui minimisait un peu « l’erreur » de la semaine dernière. Restait que pour jouer la première place dans cette poule, il était quasi impératif de gagner en Espagne et donc de mettre à mal une équipe qui elle aussi devait prendre les deux points après le partage des points dans sa salle la semaine dernière face à Moscou.

On attendait des débats équilibrés, personne n’était déçu dans le domaine, le tout saupoudré d’un gros défi physique des deux côté, d’entrée de jeu, le match sentait le très haut niveau européen. La différence, si différence il devait y avoir se faisait au niveau des gardiens, José Sierra Mendès ayant du mal à rivaliser avec un Daouda Karaboué parfaitement en place. Le résultat de cette différence ne tardait pas à se concrétiser par une petite prise de pouvoir du MAHB avec un + 2 intéressant après 10 minutes de jeu. Montpellier, même en infériorité numérique ne desserrait pas son étreinte et qui profitait de l’incapacité offensive des Espagnols pour doubler en quelques minutes son avantage et ainsi obliger Juan Carlos Pastor à prendre son temps mort au bout de 15 petites minutes de jeu.

Malgré un arrêt miracle de Daouda Karaboué sur jet de 7 mètres, le grand Doudou se retrouvant sur les fesses après une feinte d’Harvard Tvedten pour mieux rejaillir avec sa main gauche, l’étreinte commençait à se desserrer et Valladolid commençait à montrer le bout de son nez. Autour de sa star Raul Entrerrios, les Gurbindo, Bilbija affichaient tout leur talent et Sierra Mendès partait dans une série d’arrêts qui permettait aux locaux de recoller au score en 5 minutes. Après avoir martyrisé le grand gardien espagnol sur des impacts hauts, les arrières héraultais s’échinaient à tirer sur des impacts bas ou Sierra Mendès était royal. L’incapacité de Montpellier à trouver des solutions offensives permettait très logiquement à Valladolid de prendre les rênes du match pour la première fois après un jet de 7 mètres converti par Rentero. Le temps morts inévitable arrivait et comme pour les Espagnols, cela débloquait enfin la situation offensive ce qui permettait à Montpellier de revenir à égalité à la pause.

On était quand même loin des grandes envolées offensives et aux gabegies de buts, un tout petit 9-9 à la mi-temps, entre la solidité défensive de Montpellier et la 6-0 en béton de Valladolid, le match n’avait pas choisi son camp, mais au moins il était clair que la gagne ne se jouerait pas en 40 buts !

La pause ne rendait pas forcément la lucidité aux Montpelliérains au niveau du shoot, mais elle permettait de bien faire le point sur ce qu’il fallait faire pour gagner ce match. Etouffer l’attaque espagnole et surtout minimiser l’influence de Raul Entrerrios dans ce domaine, résultat 1 but en 5 minutes pour Valladolid et très logiquement un Montpellier qui reprend les devants. Malgré toujours pas mal de déchets en attaque, Montpellier pouvait toujours compter sur un Daouda Karaboué hyper solide, un William Accambray « Golgothesque » en défense et un Wissem Hmam trouvant lui les bons impacts au shoot, (juste au dessus des pieds du gardien…) cela suffisait parfaitement pour que Montpellier prenne de nouveau un vrai avantage avec un +5 sur la fin du troisième quart d’heure de jeu.

La perte de Wissem Hmam touché à la cheville et deux minutes pour son compère tunisien Issam Tej équilibrait les données du jeu, mais l’écart restait tout de même intéressant pour Montpellier mais qui savait parfaitement que rien n’était fait et que le plus dur commençait à cet instant du match. Avec la mise au service de la puissance de William Accambray en attaque et malgré quelques arrêts de Thomas Svensson rentré dans les buts espagnols, tout devenait vraiment bon pour Montpellier avec ses 6 buts d’avance à 5 minutes de la fin du match. Enfin Montpellier pouvait construire un château en Espagne, malgré la bronca des 4000 spectateurs suite au temps mort de la dernière minute, Montpellier s’imposait dans un match qui le relance parfaitement pour une qualification en très bonne place.

A Valladolid, Polideportivo Pisuerga
Le 18 octobre 2009 à 19h30
Pevaserfa Valladolid - Montpellier HB : 21 - 26 (Mi-temps : 9-9)
4 000 Spectateurs
Arbitres :
MM Holger Fleisch et Jürgen Rieber (Allemagne)

Pevafersa Valladolid
Gardiens :
Sierra, Svensson
Joueurs : Asier Antonio, Rentero 5 dont 1 pen., Tvedten 2, Gurbindo 3, Entrerríos 6, Bilbija 5, Ávila, Krivokapic, Scurek, Milosavljevic, Hugo López.

Montpellier AHB
Gardien:
Karaboue
Joueurs : Tej 2, Guigou 2, Juricek 2, Sobol, Nikola Karabatic 5, Hmam 5, Kavticnik 7 dont 3 pen., Accambray 3, Salou.

Evolution du score : 2-3, 3-5, 4-7, 6-7, 8-7, 9-9 (MT); 10-12, 12-15, 15-19, 17-23, 18-24, 21-26.

© François Dasriaux
Partager
Identification nécessaire pour ajouter une réaction
Qui sommes nous | Mentions légales | Devenir annonceur
(C) Copyright 1999-2012 EURL 2ICS - Tous droits réservés.
joueurs | équipe | actualités